CR Confluence

De
Publié par

CR Confluence

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 80
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Centre d’échanges et de ressources pour la qualité environnementale des aménagements et des bâtiments en Rhône-Alpes
COMPTE-RENDU DE LA VISITE VAD des chantiers de Confluence Lyon09 avril 2009 En Partenariat avec :
Programme 1/ Présentation générale de Confluence par Benoît BARDET – Directeur de la communication de la SPLA Lyon Confleunce2/ Intervention spécifique sur l’aspect développement durable et sur la programmation urbaine du projet de Confluence par Karine LAPRAY – BET TRIBU et Jean-Pierre MARIELLE – Initial Consultant 3/ Visite commentée de chantier : Les espaces publics les Douanes (réhabilitation de bureaux, galeries d’art), RSD Les Radios (studios de radio), RSD Ilots A et B (logements), Nexity et Marignanpar Karine LAPRAY et Olivier ZANNI – BET TRIBU, Samir BOUKHALFA - ALE Lyon, Hervé VINCENT – Atelier d’architecture Hervé Vincent, Serge EPINAT – NEXITY.
CV
Ville et Aménagement Durable - 19 rue Victorien Sardou 69007 Lyonassociationvad@orange.fr– www.ville-amenagement-durable.org
1
1)
Compte-rendu de la visite VAD des chantiers de Confluence à Lyon du 09 avril 2009
Présentation générale de Confluence
Intervention de Benoît BARDET – Directeur de la communication de la SPLA
1. L’historique de la zone de Confluence La Confluence se situe au sud de la presqu’île lyonnaise, dans le prolongement de l’hypercentre. èm e A la fin du XVIII siècle, les travaux de comblement des bras de Rhône situés au pied des remparts de l’abbaye d’Ainay sont èm e engagés. Au XIX siècle, l’essor de la zone est industriel, portuaire et logistique. Au début des années 1830, la révolution industrielle développe le chemin de fer à Lyon. En combinant desserte fluviale avec des compagnies de navigation à vapeur et desserte ferroviaire, le sud de la presqu’île devient un site d’entrepôts à charbon, d’industries chimiques, de manufacture èm e de tabac… Au XX siècle, l’extension du quartier de Perrache se poursuit. De nombreux sites se développent encore par le rail : port Rambaud en 1926, marché de gros en 1961. La fin èm e du XX siècle signe l’essoufflement de l’industrie, de l’activité portuaire, et l’arrivée de l’autoroute. Le quartier perd des Le projet d'ensemble à emplois et des habitants. terme èm e La conquête de cet espace se fait au XX siècle lorsque la disponibilité foncière devient importante. En 1995, l’activité du port est arrêtée. La même année, l’aménagement de la Confluence est inscrit dans le plan de mandat de Raymond Barre, maire de Lyon et Président du Grand Lyon. Une réflexion sur l’avenir du Sud de la presqu’île est engagée. Celle-ci a été concrétisée début 2000 par un plan d’aménagement. Le Grand Lyon approuve le dossier de réalisation de la ZAC en 2003.
2. La définition du projet de Confluence Il s’agit d’assurer une continuité historique et urbaine de la presqu’île lyonnaise. Pour définir ce projet, une concertation continue a été mise en place avec les habitants et les associations de quartier. Cette concertation passe par des lieux d’échanges et de débats comme la Maison de La Confluence, qui a été mise en place depuis un an et qui devrait rester ouverte jusqu’à fin 2009. Il s’agit d’un lieu de maturation du projet et de réflexion sur les idées nouvelles. Ainsi, le projet est d’abord débattu avec les habitants et les idées conceptrices de cet aménagement ne sont pas arbitrées par les élus en premier lieu mais sont débattues avec les habitants sous forme d’ateliers.
CV/VD
Maison de la Confluence : lieu de concertation et d’information du public
Ville et Aménagement Durable - 19 rue Victorien Sardou 69007 Lyonassociationvad@orange.fr– www.ville-amenagement-durable.org
2
Compte-rendu de la visite VAD des chantiers de Confluence à Lyon du 09 avril 2009
L’obstacle majeur à l’aménagement : la présence du centre d’échange de Perrache : Une barrière physique est créée entre le nord et le sud de la presqu’île par l’enchevêtrement de la gare de Perrache, l’autoroute construite au milieu des années 60, et le centre d’échanges où transitent métro, tramway et autobus. Initialement, le projet urbain de Bohigas et Melotproposait de résoudre ce problème avant d’aménager la partie Sud de la presqu’île. Cependant, cela aurait impliqué de reporter le projet à une trentaine d’année. Or, l’objectif était de concevoir l’extension du centre ville très vite. Ainsi, un projet plus pragmatique proposé par Grether et Desvigne ère a vu le jour. Il consiste en la réalisation d’une 1 phase opérationnelle sans résoudre le problème de l’échangeur.
Barrière physique entre le nord et le sud de la presqu'île : l'échangeur de Perrache (source : GoogleMaps) La liaison avec la ville : La question de la desserte du quartier de Confluence et de la liaison avec la ville s’est posée très tôt. Ainsi, un tramway a été mis en place et inauguré en 2005. Les rails ont été posés jusqu’au futur musée de la Confluence. A terme, le tramway devrait traverser le Rhône et rejoindre la ligne de métro B (station Gerland) afin que le maillage soit complet. La problématique de la voie ferrée a été résolue par la reconstruction de l’ensemble de la voie pour la rendre plus intégrée dans le paysage et notamment par la réalisation d’ouvrages liant la ville d’Est en Ouest. En effet, il s’agissait de faire une extension de la ville, en prolongeant la trame existante du nord au sud et d’est en ouest. L’exception paysagère du site : Le quartier de la Confluence est un site bordé par un paysage collinaire très arboré que les gaulois nommaient « Les Balmes ». Le lit de la Saône y est très large. Ainsi, l’objectif était de faire rentrer la nature dans ce morceau de la ville, d’autant èm e plus que la presqu’île du 18 et 19 siècle n’est pas très « verte ». A terme, un grand parc ramifié rentrera dans la ville à chaque fois que possible et couvrira une surface totale d’environ 15 ha. Des jardins aquatiques seront présents. Le point d’orgue sera la place nautique qui comportera 20 000 m² de quais et de La darse en cours de réalisation ère gradins ainsi que 20 000 m² de darse. (1 phase)
CV/VD
Ville et Aménagement Durable - 19 rue Victorien Sardou 69007 Lyonassociationvad@orange.fr– www.ville-amenagement-durable.org
3
Compte-rendu de la visite VAD des chantiers de Confluence à Lyon du 09 avril 2009
La fonction de la darse a évolué dans le temps avec les études. Initialement prévu pour être un port de plaisance, ce sera finalement une halte fluviale destinée à accueillir des bateaux de plaisance de passage ainsi que des péniches d’animation, mais ce sera surtout un grand plan d’eau offert à la contemplation des promeneurs. Les différents programmes : ère Les bâtiments de la 1 phase : ère La 1 phase du quartier de Confluence regroupera des bâtiments de bureaux, de commerce, ainsi que des logements. Les bâtiments sont dessinés par des architectes français et européens ce qui est innovant pour la ville de Lyon. Les îlots A, B et C 1 composent le secteur concerné par le projet Concerto - Renaissance . Ce programme, outre ses qualités environnementales, est marqué par une mixité sociale au sein de chacun des îlots caractérisée en particulier par : -la présence de 20% de logements sociaux, -une réflexion très fine sur la typologie des logements, -un programme avec Habitat et Humanisme pour l’accueil de familles monoparentales isolées -un programme de foyer pour personnes handicapées avec l’Opac du Rhône.
ère Bâtiments de logements des lots A et B (1 phase) L’Hôtel de la Région : De l’autre côté du cours Charlemagne, « colonne vertébrale » du quartier, l’Hôtel de la Région dessiné par Christian de Portzamparc permettra de regrouper une dizaine de sites situés actuellement à l’Ouest de Lyon sur la colline de Charbonnière. De plus, il lance un message fort sur le plan politique : le nord de la presqu’île accueillant déjà l’Hôtel de Ville, le Sud accueillera l’Hôtel de la Région. 1 400 agents devraient occuper ce bâtiment au cours de l’été 2010. A moyen terme, les lois de décentralisation successives donneront d’avantage de prérogatives à la collectivité régionale et une réflexion est déjà èm e engagée pour intégrer de nouveaux bureaux pour cette institution dans la 2 phase d’aménagement. Le Port Rambaud : èm e Au sud de la presqu’île, le port Rambaud, grand port fluvio-maritime du XX siècle et dont les activité ont cessé en 1995, est en cours de rénovation afin d’accueillir de nouvelles activités. Ses anciens pavillons sont peu à peu transformés. Il s’agit de : -« La Sucrière », bâtiment rénové début 2000 de manière sommaire pour pouvoir accueillir des évènements culturels, en particulier la Biennale de l’Art Contemporain. Il sera rénové une nouvelle fois afin d’augmenter sa capacité d’accueil.
1 En 2005,Lyon Confluence est lauréat du programme européen Concerto.
CV/VD
Ville et Aménagement Durable - 19 rue Victorien Sardou 69007 Lyonassociationvad@orange.fr– www.ville-amenagement-durable.org
4
Compte-rendu de la visite VAD des chantiers de Confluence à Lyon du 09 avril 2009
-« Le Pavillon des Douanes », entièrement reconverti par Jean-Michel Wilmotte, et qui accueille aujourd’hui une agence de communication, une galerie d’art et bientôt un restaurant. -« Les Salins du Midi », dont une partie a été préservée. De plus, trois nouveaux pavillons seront construits. L’idée était de conserver la mémoire du port sur le plan patrimonial et de ses usages.
La Sucrière Les Salins du Midi Le Pavillon des Douanes Concernant les espaces publics du port, les concepteurs, Latz und Partner et Seralp, ont proposé de : -conserver les matériaux existants, -reconvertir des bâtis qui devaient être démolis dans le cadre du plan d’aménagement, -créer des pergolas végétalisés, -conserver des rails, -conserver l’ambiance portuaire en l’adaptant à la promenade et à la déambulation. Le musée de Confluence : Le musée de la Confluence est un projet du Conseil Général du Rhône dédié aux sciences et sociétés. Il s’agit d’une reconversion de façon très contemporaine du Muséum d’Histoire Naturel, aujourd’hui fermé. Conçu sur le plan architectural par l’équipe autrichienne Coop Himmelblau, il connaît des difficultés de construction qui ont entraîné l’arrêt du chantier depuis quelques mois. Les rives de Saône : L’aménagement des rives de Saône, projet métropolitain phare du mandat de Gérard Collomb, et dont la réalisation devrait s’étaler sur 2 voire 3 mandats municipaux, devrait aboutir à terme à 20 km de déambulation. èm e La 2 phase d’aménagement : èm e Aujourd’hui, le périmètre de la 2 phase Les rives de Saône en travaux est dessiné de manière sommaire (avant plan masse). Le marché d’intérêt national a quitté les èm e lieux en février 2009, libérant ainsi une vingtaine d’hectare. La 2 phase sera très ère complémentaire de la 1 phase : quartier résidentiel, économique et fort territoire de destination avec la présence du pôle de loisirs et de commerces. Ce pôle, dont la programmation mixte a été proposée par Jean Paul Viguier, regroupera cinémas, restaurants, magasins d’alimentation, hôtels, mur de grimpe, etc. et sera couvert d’une grande toiture gonflable permettant de ne pas enfermer le bâtiment tout en l’abritant de èm e la pluie et du soleil. Cette 2 phase proposera également des équipements et des espaces publics. Les exigences en terme de qualité environnementale seront plus èm e élevées. La 2 phase marquera un retour de la ville dense de centre ville, regroupant 4 ère 000 m² comme pour la 1 phase mais sur un espace plus restreint. De plus, elle ère prolongera la 1 phase d’aménagement. En particulier, la place nautique se prolongera
CV/VD
Ville et Aménagement Durable - 19 rue Victorien Sardou 69007 Lyonassociationvad@orange.fr– www.ville-amenagement-durable.org
5
Compte-rendu de la visite VAD des chantiers de Confluence à Lyon du 09 avril 2009
sur une place de 20 000 m² qui sera le parvis de l’Hôtel de la Région et une place du quartier. Les îlots seront mixtes et traversants. L’accès aux parkings sera extérieur aux quartiers, et la circulation se fera par des parcours piétonniers. èm e Une 3 phase de 250 logements est programmée pour 2012-13. La diagonale sud du quartier de Confluence : La diagonale sud a donné lieu a beaucoup de réflexion de la part de l’équipe de concepteurs. En effet, la ville se prolonge du nord au sud, en avançant par point successif, le dernier front historique se situant à l’est du territoire, rue Casimir Perier, qui est une fin provisoire de la ville. Le but est de poursuivre et d’achever le prolongement de la presqu’île. Initialement, celui-ci était prévu jusqu’à la pointe, puis il a été décidé de ne pas presser cette pointe en raison de la géographie singulière : territoire étroit, collines se rapprochant, etc. Il s’agira de réaliser une programmation singulière avec des formes urbaines différentes, des anciennes halls conservés et réhabilités, des constructions plus basses, et des espaces paysagers plus forts. 2) Intervention spécifique sur l’aspect développement durable et sur la programmation urbaine du projet de Confluence
Intervention de Karine LAPRAY – BET TRIBU et de Jean-Pierre MARIELLE – Initial Consultant èm e Le cabinet Initial Consultant travaille sur la programmation urbaine de la 2 phase du projet Confluence en partenariat avec le bureau d’études TRIBU qui traite de l’aspect transversal développement durable.
1. La démarche de développement durable de Confluence La démarche est globale sur tout le quartier de Lyon Confluence qui représente une surface totale de 150 ha. Outre la mission de diagnostic qui lui est conférée, le cabinet Tribu permet : -la fixation d’objectifs réalistes en terme de qualité environnementale des bâtiments et leur traduction en cahier des charges, -une interface professionnelle et experte entre l’aménageur et ses partenaires extérieurs (services des collectivités, promoteurs, concessionnaires, maîtres d’œuvre, etc.), -un suivi des actions mises en Ilots A et B oeuvre et des résultats. ère Durant la 1 phase du projet, la démarche de développement durable a démarré alors èm e que le plan masse était déjà réalisé. Ces réflexions seront plus en amont pour la 2 phase. De plus, une éco-rénovation va avoir lieu sur le quartier Ste Blandine afin d’avoir une démarche globale d’équité d’accès à meilleur performance énergétique. ère èm e Les bâtiments de la 1 phase, tout comme ceux de la 2 phase, font l’objet d’un cahier des charges de qualité environnementale.
CV/VD
Ville et Aménagement Durable - 19 rue Victorien Sardou 69007 Lyonassociationvad@orange.fr– www.ville-amenagement-durable.org
6
Compte-rendu de la visite VAD des chantiers de Confluence à Lyon du 09 avril 2009
En matière de performance énergétique, les premiers bâtiments ayant fait l’objet d’un cahier des charges ont été : -pour les logements : le bâtiment situé au 26 rue Seguin, de niveau THPE actuel, à savoir équivalent Référentiel Habitat Durable qui a été élaboré fin 2002. Ces logements sont construits à l’heure actuelle. -: le bâtiment situé aux 8-10 cours Charlemagne. Le cahier despour les bureaux charges rédigé fin 2002 - début 2003 est basé sur le cahier des charges Bureaux du Grand Lyon. Pour les nouveaux îlots soumis à consultation, les exigences de performance énergétique ont été élevées, avec pour minimum le niveau de base du Référentiel Habitat Durable avec la possibilité de monter de 1 ou 2 niveaux, le dernier niveau correspondant au niveau BBC. La consultation a eu lieu en 2007, et tous les promoteurs ont répondu avec un niveau BBC, voir au-delà (un programme en passif et un programme en énergie positive). Ces projets sont en cours de création. ère Bureaux du Pro rès (1 phase)
èm e 2. La programmation de la 2 phase : raisonner « développement durable » sur un quartier èm e La programmation de la 2 phase est en cours. Les problématiques à traiter : èm e L’enjeu de la 2 phase est l’extrême densité. Les problématiques sont les suivantes : -Comment densifier la ville avec un objectif de végétalisation important (cf. îlot de chaleur urbain) et en optimisant l’ensemble des apports solaires gratuits ? -Comment réaliser la mixité fonctionnelle ? Peut-on aller jusqu’à la mixité verticale avec la complexité du montage opérationnel associée ? -Comment faire une ville animée, qui lierait intensité urbaine et calme résidentielle ? -Comment organiser de manière très complexe ces espaces ? La réponse à formuler : Face à ces problématiques, il est nécessaire d’aller plus loin en terme de programmation, en dépassant le raisonnement en zoning, et en travaillant sur les limites, les superpositions, les imbrications et sur la flexibilité pour que la forme urbaine puisse accompagner sur la durée les changements d’usage, de modes de vie, le vieillissement de la population, son renouvellement, etc. Toute une série d’indications est à mettre au point avec la SPLA concernant l’organisation des îlots, qui seront denses et plus hauts. Une réponse extrêmement fine est à formuler et il est nécessaire d’inventer les outils qui aideront le concepteur à traiter ces problèmes dès le début du projet. ère Le niveau de technicité et de créativité architecturale sera plus important que pour la 1 phase du projet Confluence, où il s’agissait à l’époque d’optimiser un projet existant, en èm e particulier en améliorant la performance des enveloppes. Pour la 2 phase, les problèmes sont posés dès la phase de programmation urbaine. De plus, travailler la végétalisation de la ville implique que les îlots ne soient pas encombrés par des infrastructures de parkings trop importants, avec pour limite, la
CV/VD
Ville et Aménagement Durable - 19 rue Victorien Sardou 69007 Lyonassociationvad@orange.fr– www.ville-amenagement-durable.org
7
Compte-rendu de la visite VAD des chantiers de Confluence à Lyon du 09 avril 2009
nappe phréatique qui impose la construction de parkings aériens. Une recherche de la bonne solution est en cours avec la SPLA et elle devra traiter de la mobilité durable, avec la mutualisation des places de parking, la création d’une offre alternative en terme de transports collectifs, de co-voiturage, de plans de déplacements inter-entreprises, etc. La programmation des rez-de-chaussée des îlots va intégrer le contact avec les espaces publics sur le thème du « pôle des industries créatives ». Il s’agit de rassembler sur ce quartier ce que va être l’économie émergeante de demain. En effet, il existe des phénomènes matures dans le domaine de la consommation responsable : commerce équitable, circuit court, organisation des AMAP, etc. Ces nouvelles formes de consommation vont venir compléter des phénomènes anciens qui seront amenés à évoluer de part leur proximité. Il s’agira de répondre au besoin d’une forme économique où la création est plus proche de la fabrication. De l’artisanat innovant, des sociétés créatives, des pôles sur le développement durable, des technologies high tech viendront se rassembler avec la présence d’activités culturelles pour créer un climat de rencontre et lier à la société de loisirs mais également pour fertiliser la création elle-même. C’est ce rapprochement économique et culturel qui favorisera l’émergence de l’économie de demain. Une partie des bâtiments du marché gare vont protéger pendant un temps le quartier émergent des nuisances de l’autoroute. Les activités abritées dans le marché gare et qui seront populaires viendront équiper d’ici 5 à 10 ans les rez-de-chaussée des futurs îlots.
3)
Vue de la pointe Sud de Confluence
Visite de chantier
Deux diaporamas commentés sont à retrouver en ligne : DiaporamaConfluence –Concerto:http://picasaweb.google.com/associationvad/ConfluenceConcerto#slideshow/Diaporama ConfluenceLe ProgrèsEiffage –LaRadioLes Salins-Les Douanes:http://picasaweb.google.com/associationvad/ConfluenceLeProgresEiffageRadioSalinsDouanes#sli deshow/
CV/VD
Ville et Aménagement Durable - 19 rue Victorien Sardou 69007 Lyonassociationvad@orange.fr– www.ville-amenagement-durable.org
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.