Aurore Martin - Cesare Battisti

De
Publié par

Décidément la gauche "traditionnelle" aurait la mémoire courte ou trop longue et semblerait - du côté officiel, fraîchement élue - se replonger de triste mémoire dans la soumission qu'elle quémandât à Václav Havel lors de son combat pour l'indépendance ; à savoir, l'abandon de ses "idées communistes"... Politique asilaire ou proche de Franck Zappa et du Velvet Underground, Václav Havel ne s'est jamais caché d'un certain Entretien clandestin publié dans Le Courrier de l'UNESCO en 1990... Si nombreux pourraient être ceux qui y verraient la non-interdiction du groupe Batasuna en France, il serait plus conforme de se fier à la levée des actions terroristes par ledit groupe au lieu d'y chercher une quelconque allusion... Car c'est bien l'amnistie armée prononcée par Batasuna qui fit de Cesare Battisti et aujourd'hui d'Aurore Martin la condition sine qua non de la survie de l'extrême gauche... Encore que ce terme extrême gauche ne signifie pas grand chose si ce n'est une pure construction droitière destinée à chasser le diable en ses rangs... La gauche c'est la gauche ! Si l'extrême, elle la connue ce n'est que par cette même extrême fasciste qui l'a fit naître ; les extrêmes ne concernant plus que des droites réunies en une seule par cette même extrême.
A fortiori la gauche "classique" reste vouée à sa normalisation, qui lui ferait bien grâce de se chercher des boucs émissaires au travers de groupes ou de personnalités qualifiés de trop autonomes... ou de trop "extrêmes", histoire de rester dans un langage bien trop droitier ! Si Cesare Battisti et Aurore Martin mènent un combat indissociable, leur véritable alibi réside dans l'abandon de la lutte armée décidée par Batasuna en 2010 via un cessez-le-feu illimité pour préparer des élections légales en 2011... Tous ces efforts politiques devraient-ils être débrayés par un Emmanuel Valls jetant aux orties ces engagements de trêve ? Chercherait-il à la briser de peur de voir disparaître d'hypothétiques futurs électeurs ?... Perdrait-il certaines notions historiques à ce jour où l'idenditaire - mot qui d'ailleurs n'a jamais existé et qui n'est qu'une construction de la droite extrême pour se donner un sens - chercherait à prendre le pas sur l'autonomie ?
Publié le : lundi 12 novembre 2012
Lecture(s) : 78
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Aurore Martin - Cesare Battisti :
Décidément la gauche"traditionnelle"aurait la mémoire courte ou trop longue et semblerait - du côté officiel, fraîchement élue - se replonger de triste mémoire dans la soumission qu'elle quémandât à Václav Havel lors de son combat pour l'indépendance ; à savoir, l'abandon de ses"idées communistes"... Politique asilaire ou proche de Franck Zappa et du Velvet Underground, Václav Havel ne s'est jamais caché d'un certainEntretien clandestin publiédansLe Courrier de l'UNESCO en 1990... Si nombreux pourraient être ceux qui y verraient la non-interdiction du groupe Batasuna en France, il serait plus conforme de se fier à la levée des actions terroristes par ledit groupe au lieu d'y chercher une quelconque allusion... Car c'est bien l'amnistie armée prononcée par Batasuna qui fit de Cesare Battisti et aujourd'hui d'Aurore Martin la condition sine qua non de la survie de l'extrême gauche... Encore que ce terme extrême gauche ne signifie pas grand chose si ce n'est une pure construction droitière destinée à chasser le diable en ses rangs... La gauche c'est la gauche ! Si l'extrême, elle la connue ce n'est que par cette même extrême fasciste qui l'a fit naître ; les extrêmes ne concernant plus que des droites réunies en une seule par cette même extrême.
A fortiori la gauche"classique"reste vouée à sanormalisation, qui lui ferait bien grâce de se chercher des boucs émissaires au travers de groupes ou de personnalités qualifiés de trop autonomes... ou de trop "extrêmes", histoire de rester dans un langage bien trop droitier ! Si Cesare Battisti et Aurore Martin mènent un combat indissociable, leur véritable alibi réside dans l'abandon de la lutte armée décidée par Batasuna en 2010 via uncessez-le-feu illimité pourpréparer des élections légales en 2011... Tous ces efforts politiques devraient-ils être débrayés par un Emmanuel Valls jetant aux orties ces engagements de trêve ? Chercherait-il à la briser de peur de voir disparaître d'hypothétiques futurs électeurs ?... Perdrait-il certaines notions historiques à ce jour où l'idenditaire- mot qui d'ailleurs n'a jamais existé et qui n'est qu'une construction de la droite extrême pour se donner un sens - chercherait à prendre le pas sur l'autonomie?
Batasuna devenue libre... Cesare Battisti fit déjà les frais de cette non-compréhension dont est aujourd'hui encore victime Aurore Martin. Avec la politique actuelle des socialistes vraimentsauce dém'il ne s'agit plus de non-compréhension mais d'incompréhension absolue, voire de déni politique total, d'exclusion historique maquillée en une pédagogie politique sans fondements. Hélas au temps, le temps n'y fit rien et les vallsiens n'en firent queues dém' ! Abjuration du vote ou déni de cake, la solidarité devient engagée mais pas comme il le faudrait. Sysiphe aux oubliettes ou en la réincarnation, nous aimerons toujours Cesare - pour les cours lumineux qu'aucun d'autre ne pût professer - et à Aurore Martin de s'en fustiger...
Proche de laRévolution de Velours, nous ne pouvons nous déconnecter de cecessez-le-feu illimitépour que nous puissions enfin faire de la politique. Bien sûr, il faudrait aller plus loin... hélas, lagauche au pouvoirjamais forcément la n'estgauche penséesi seulement nous pouvions rester !... contemporains... Avec la Gauche officielle ou sans elle, nous resterons à gauche !
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi