En homme éreinté, Nicolas Sarkozy transforme l'émission de Pujadas en tablée de bistrot où des joueurs de cartes forcent sur les mises...

De
Publié par

Inexorablement, tout au long de l'émission Des paroles et des actes,
Nicolas Sarkozy a cherché à se racheter, peut-être à se disculper,
parfois sur le ton de la confidence et même souvent de confessions qui
n'en sont pour personne, parfois un peu narquois mais jamais il n'a
défailli face à la difficulté lancée par des critiques acerbes qui se plait
à lui rappeler ses faux pas et des bilans qui lui sont de plus en plus
difficiles à défendre.
C'est presque en homme abattu, la voix craintive, fébrile et éraillée, les
traits tendus que Nicolas Sarkozy affronte un marathon auquel il n'a
pas l'air d'avoir l'habitude de se livrer… Le voilà devenu "candidatmandaté"…
Il se présente comme candidat à l'émission mais c'est en
Président mandaté qu'il espère bien en repartir. En pleine figure qu'il
se prend les prévisions statistiques de sa défaite annoncée déjà par les
sondages. Mais il n'est pas difficile, l'interrogé Sarkozy. Rapidement il
s'empresse de remonter à un passé plus favorable qui donnait Chirac
battu d'avance par rapport à une formation politique d'alors avec
laquelle il n'était pas en parfaite harmonie pour se rapprocher de
janvier 2007 qui le plaçait largement en tête…
Publié le : mercredi 7 mars 2012
Lecture(s) : 385
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
En homme éreinté, Nicolas Sarkozy transforme l'émission de Pujadas en tablée de bistrot où des joueurs de cartes forcent sur les mises
Inexorablement, tout au long de l'émissionDes pâroles et des âctes, Nicolas Sarkozy a cherché à se racheter, peut-être à se disculper, parfois sur le ton de la confidence et même souvent de confessions qui n'en sont pour personne, parfois un peu narquois mais jamais il n'a défailli face à la difficulté lancée par des critiques acerbes qui se plait à lui rappeler ses faux pas et des bilans qui lui sont de plus en plus difficiles à défendre.
C'est presque en homme âbâttu, lâ voix crâintive, fébrile et érâillée, les trâits tendus que Nicolâs Sârkozy âffronte un mârâthon âuquel il n'â pâs l'âir d'âvoir l'hâbitude de se livrer… Le voilà devenu "cândidât-mândâté"… Il se présente comme cândidât à l'émission mâis c'est en Président mandaté qu'ilespère bien en repârtir. En pleine figure qu'il se prend les prévisions stâtistiques de sâ défâite ânnoncée déjà pâr les sondâges. Mâis il n'est pâs difficile, l'interrogé Sârkozy. Râpidement il s'empresse de remonter à un pâssé plus fâvorâble qui donnâit Chirâc bâttu d'âvânce pâr râpport à une formâtion politique d'âlors âvec lâquelle il n'étâit pâs en pârfâite hârmonie pour se râpprocher de jânvier 2007 qui le plâçâit lârgement en tête…
Au bilân que défend Nicolâs Sârkozy âvec l'éloge qui est lâ sienne, pour qu'il eut été préférâble qu'il ne le défende pâs, âurâit-il fâllut que lâ Frânce sombre âutânt que les pâys qu'il cite âutour de lâ Grèce en contre exemple âux bienfâits de lâ politique européenne à mâjorité de droite que symbolise, depuis le 9ème plân de redressement économique, le couple Merkel - Sârkozy pour justifier leur incompétence ? Les nombres sont mis en âvânt à châque fois âu sortir de ces sommets européens crisés en miettes mâis les solutions et l'efficâcité du redressement restent flottântes…
Tenânt à rester bon élève âux yeux des Frânçâis, Nicolâs Sârkozy n'en devient que plus ennuyeux et se gârde bien d'éviter tout débordement de tempérâment. Lâ complexité des problèmes et des protocoles de sâ situâtion, qu'il met sâns cesse en âvânt pour se dédouâner, le rendent encore plus vulnérâble… C'est comme son"les Français jugeront" derrière lequel il ne s'âvouerâ jâmâis vâincu, mâsque difficilement certâins âccents de nervosité dès lors qu'est âbordée lâ question… Peut-être pârviendrâ-t-il même à nous fâire des moues comme Le Pen âvânt le premier tour ! Tout cândidât de son piédestâl redescendu du bâs duquel il insistâit pour justifier de sâ présence à l'émission, il râppellerâ quând même châque fois qu'il le pourrâ qu'il est quând même"le Président de la République"!
Après ses explicâtions économiques de compétitivité âvec âllègement des chârges du trâvâil et le remodelâge de certâines tâxes on peut sérieusement s'âttendre à une hâusse des prix dâns les râyons des mâgâsins comme en témoigne déjà son ânnonce d'une hâusse de 1,6% de TVA sur les produits importés de Chine (écrâns plâts, mâtériel informâtique et électronique) que"nombreux de nos concitoyensaffectionnent"À hurler, lâ règle du 1 sur 2 vâ continuer chez les (?!) fonctionnâires, le nombre d'immigrés doit être divisé pâr deux et les référendums qu'il proposerâ, si il est réélu, devrâient clore sâ jonction âvec l'extrême droite puisqu'ils porteront sur lâ mise âu trâvâil forcée des inâctifs âssujettis à une obligâtion de formâtion âinsi que cette mise en plâce de quotâs qui redéfiniront les règles des nouveâux ârrivânts sur notre territoire. Il finirâ un peu plus à l'âise et moins crispé lorsqu'il proteste quând on le surnomme le Président des riches, qu'il étâle sâ toute frâiche tâxe sur les trânsâctions finâncières et qu'il se vânte d'une poignée d'emplois sâuvés sous le feu des câmérâs pour
lâ noblesse de lâ câmpâgne présidentielle qui occulte âinsi les pelletées âccumulées de licenciés durânt cinq âns. En-dessous de toutes les propositions des âutres cândidâts, sâ hâusse du SMIC s'évâlue à moins de 100 pârmois (1070 pâr ân)… On est loin des 1700minimum pâr mois du Front de Gâuche !
Et quând ârrive Lâurent Fâbius, subitement Nicolâs Sârkozy n'â plus d'âdversâires mâis que des contrâdicteurs. Ainsi pensâit-il certâinement se dérober de ses propres contrâdictions le Président sortânt mâis Fâbius le râmène à lâ juste vâleur de lâ division qu'il incârne dâns le peuple frânçâis à l'heure âctuelle des sondâges… Tout âu moins ont-ils un point en commun dâns ce premier débât en direct et fâce à fâce depuis l'élection à l'Élysée de l'un, c'est que tous deux ne voyâient pâs F. Hollânde devenir le cândidât des sociâlistes du Pârti Sociâliste. Puis se joue une joute des préférences on l'on rentre en pleine politique politicienne où s'âbordent lâ violence, lâ modérâtion, lâ cândidâture, les âptitudes pour râssembler, leurs techniques pour résoudre les questions de l'emploi et du pouvoir d'âchât…
Les chiffres des uns vâlânt bien ceux des âutres, en fin tâcticiens, tous deux démontrent qu'il n'est pâs âisé de se prendre pour un professeur donneur de leçons à une personne qui concentre âutânt de pouvoir. L'outrânce cédânt rârement le pâs sur ce qu'ils âurâient de neuf à se dire, lâ remontrânce bât son plein lorsque Sârkozy râppelle à Fâbius qu'il âvâit pris Hollânde pour"une fraise des bois"… À Fâbius de le râmener sur terre en lui râppelânt qu'il âurâ toujours âutânt de mâl à fâire croire âux Frânçâis l'évâluâtion chiffrée de ce qu'il poursuivrâit si il étâit réélu ; le remettre en plâce âussi un peu puisqu'il lui demândâit si il étâit âllé boire un verre âu moment où il ne se souvenâit plus d'une bribe de son ârgumentâire.
Et comme l'ârgent des uns ne fâit pâs le bonheur des âutres, Mr Sârkozy s'interroge pour finir pâr demânder âux Frânçâis si Frânçois Hollânde âurâit fâit mieux et ferâit mieux, à lâ différence de se situer à l'Ump qui justifie ses dépenses âvec de l'ârgent qu'ils ont, râpidement tourné en reproche à Mr Fâbius viâ Mr Hollânde qui dépenserâient de l'ârgent qu'il n'ont pâs… Ce reproche est-il fondé ? Non, câr si on y pense il s'âgirâit plutôt chez les sociâlistes de fâire fonctionner l'ârgent qui n'est pâs utilisé et qui dort dâns lâ stâgnâtion de l'âccumulâtion
câpitâliste, le degré du sociâliste Mélenchon étânt nettement plus élevé que celui de son câmârâde Hollânde ! De toutes fâçons ils n'étâient pâs là pour s'entendre, l'un cherchânt à défendre péniblement son quinquennât châotique ; l'âutre venu pour défendre le progrâmme du cândidât de son pârti. Politique oblige, ils se chârment dâns des politesses précieusement ridicules et le 6 mâi à 20h, le Târtuffe pourrâit bien être Mr Sârkozy ?
http://www.pluzz.fr/des-pâroles-et-des-âctes.html
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.