Équilibre ou paralysie ?

De
Publié par

En espérant revendiquer un équilibre si les Législatives la
donnaient majoritaire sur les bancs de l'Assemblée, l'Ump
marque de sa fourberie à la fois sa conception de la Démocratie
où l'outil principal qu'il lui reste consiste à dorénavant bloquer
par une cohabitation, si elle y parvient, le pouvoir exécutif ;
ainsi que la manière dont elle a gouvernée pendant cinq ans, à
savoir avec le triple pouvoir absolu - qu'aujourd'hui elle semble
désavouer et même en droit d'estimer redoutable une fois que
tout lui échapperait - avant que le Sénat ne lui soit arraché en fin
de parcours et ça, elle semble déjà l'avoir oubliée… À croire
qu'elle prend ses électeurs pour des billes ou des privilégiés, en
tous cas, pour sûr, des citoyens à la mémoire courte ! Donner à
l'Ump une majorité au Palais Bourbon n'est pas un signe
d'équilibre mais une marque de la volonté de paralysie
institutionnelle dont ferait preuve l'équipe perdante de Nicolas
Sarkozy, un peu comme l'Europe avait peur d'en connaître une
au lendemain du Traité de Constitution Européenne…
Remarquez, elle n'en est pas à son premier déséquilibre l'Ump,
alors un peu plus ou un peu moins ! En travée de l'Assemblée
Nationale, ce sera son terrain de jeu favori, durant un bon mois
encore… Avec plus de 300 circonscriptions où des triangulaires
pourraient montrer le bout de leur nez, la droite croit se
renforcer mais elle oublie que les voix de son extrême ne lui
seront jamais acquises, qu'il lui faudra toujours les soustraire de
ses calculs électoraux et qu'à jouer ainsi les vases communicants
sur une Présidentielle, elle ne sera jamais à l'abri de fuites
qu'elle ne pourrait plus jamais colmater…
Publié le : samedi 12 mai 2012
Lecture(s) : 206
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Équilibre ou paralysie ? En espérant revendiquer un équilibre si les Législatives la donnaient majoritaire sur les bancs de l'Assemblée, l'Ump marque de sa fourberie à la fois sa conception de la Démocratie où l'outil principal qu'il lui reste consiste à dorénavant bloquer par une cohabitation, si elle y parvient, le pouvoir exécutif ; ainsi que la manière dont elle a gouvernée pendant cinq ans, à savoir avec le triple pouvoir absolu - qu'aujourd'hui elle semble désavouer et même en droit d'estimer redoutable une fois que tout lui échapperait - avant que le Sénat ne lui soit arraché en fin de parcours et ça, elle semble déjà l'avoir oubliée… À croire qu'elle prend ses électeurs pour des billes ou des privilégiés, en tous cas, pour sûr, des citoyens à la mémoire courte ! Donner à l'Ump une majorité au Palais Bourbon n'est pas un signe d'équilibre mais une marque de la volonté de paralysie institutionnelle dont ferait preuve l'équipe perdante de Nicolas Sarkozy, un peu comme l'Europe avait peur d'en connaître une au lendemain du Traité de Constitution Européenne… Remarquez, elle n'en est pas à son premier déséquilibre l'Ump, alors un peu plus ou un peu moins ! En travée de l'Assemblée Nationale, ce sera son terrain de jeu favori, durant un bon mois encore… Avec plus de 300 circonscriptions où des triangulaires pourraient montrer le bout de leur nez, la droite croit se renforcer mais elle oublie que les voix de son extrême ne lui seront jamais acquises, qu'il lui faudra toujours les soustraire de ses calculs électoraux et qu'à jouer ainsi les vases communicants sur une Présidentielle, elle ne sera jamais à l'abri de fuites qu'elle ne pourrait plus jamais colmater… De l'Ump au Fn, les ponts sont minés d'avance… Le seul point commun étant pour eux l'accession au pouvoir… Cette simple similitude les renvoie pourtant à leurs antagonismes et loin de s'attirer comme un pôle négatif avec un positif magnétique, ils se repoussent comme si leur polarité était la même… Ils jouent à s'attirer par tenue républicaine, se croisent sur leur thématique favorite adjointe de l'immigration et de la sécurité dans l'espoir de garder un Président de droite et constituent pourtant à eux deux, les entités politiques négatives et pernicieuses en phase d'apogée grâce à la présidence de Nicolas Sarkozy, surajoutée de sa tentative de réélection, qui mit au point culminant qu'on a connu le vrai visage d'une droite dure atteignant par la même occasion du même coup également un statut de renouvellement impossible sans s'éloigner de l'identité républicaine que tous ont beau revendiquer sans forcément y correspondre parfaitement... Ils insistent sur leurs clivages, souhaitons que leurs électeurs s'y retrouvent. De cette division présumée de la droite qui lui fera toujours retrancher ses possibilités de victoire, le PS pourra toujours inversement en accroître ses chances de majorité absolue parce qu'à les faire parler comme ils ont fini par arriver à les faire parler entre deux tours, ils n'ont gagné qu'à ouvrir les yeux aux Français sur un avenir qui pourrait être régi par d'autres règles que celles laissées par l'image négative d'une droite intempestive, empêtrée dans la crise et devenant arrogante dès lors qu'on lui conteste ses modèles de développement ainsi que ses modes de gestion… Calamiteuse quand elle caresse, presque à en lui donner raison, une logique identique à celle de son extrême, se croyant aussi plus française qu'elle par rapport à d'autres citoyens évidemment attachés à d'autres formations politiques, aussi plus patriotiques qu'une autre catégorie de Français… Non, décidément, la gauche ne peut que réconcilier et réunifier sous le même drapeau tous les citoyens sans distinction, même si la droite lui fera toujours un peu de l'ombre… Quel danger n'a-t-elle pas commise cette prétendue droite presque réunie en une seule par sa même extrême linguistique en stigmatisant une catégorie politique de Français - mais après tout, ne valent-ils pas la leur ? - regroupés sous un drapeau qui n'aurait eu qu'une seule couleur ? Prédisposent-ils ainsi le terrain à une guerre politique larvée dans le civil où se reconnaitraient des Français plus aptes à porter trois couleurs par rapport à ceux qui viennent d'un parti de couleur rouge qui pourtant, fait bel et bien partie de l'histoire sociale et politique de notre pays ? Pour se démarquer d'eux, nos amis droitiers auraient bien aimer se reluire dans l'histoire économique de l'Europe… Ce qu'ils en ont fait de leur forte majorité de droites européennes… Une chaîne de crise qui dépasse l'entendement humain ! Il ne suffit pas de distribuer des fanions tricolores par milliers à ses meetings pour se rendre plus reconnaissant envers la Nation ni espérer ainsi en illustrer la pauvreté du discours, encore moins échapper à la défaite présidentielle qui tendait les mains aux candidats devenus machines à calculer au profit d'une véritable présidence d'idées réelles issues d'une philosophie politique concrète. L'équilibre c'est bien d'avoir ravi le pouvoir présidentiel à l'Ump de Nicolas Sarkozy, de l'ajouter à celui conquis au Sénat pour l'instituer ensuite à l'Assemblée Nationale et ne pas retomber dans une cohabitation sans avenir ! Permettre enfin, pour la première fois de l'histoire socialiste, de réunir, à son tour, le triple pouvoir institutionnel - tout comme l'avait en ses mains l'Ump durant presque cinq ans - de l'Élysée, du Sénat et de l'Assemblée. Ceci devient la condition indispensable à l'application d'une politique à gauche, motivée par elle sans qu'elle ne s'y astreigne ni que la paralysie que pourrait constituer l'impossibilité à réunir ces trois pouvoirs pour elle ne rende inutile le sursaut que parviendrait à réaliser la majorité sortante en gardant une supériorité numérique de Députés… Inimaginable !... La peine qu'aurait alors François Hollande à s'obliger de choisir un 1er Ministre de droite, la main quasiment forcée par les urnes qui essayeraient de nous faire croire que c'est ce que veulent les Français ; rien d'autre qu'une guerre absurde pour le pouvoir même si celui-ci ne devait se réduire qu'au tiers de ses potentialités.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi