La droite dans son room...

De
Publié par

Dans une conférence de presse "service après-vente" (mercredi 19 septembre) pour convaincre les parlementaires de gauche sur le Pacte budgétaire européen Jean-Marc Ayrault évoquait le chiffre de 900 milliards de dette mondiale cumulée pour les cinq dernières années... Si la droite escompte multiplier ce chiffre par autant de solutions qui ne feront que l'accroître, les dangers d'augmentation des crises mondiales ne s'en éloigneront pas pour autant et ses concentrations au travers desquelles elle ne fait pas l'économie du débat sont autant de coups d'épées dans l'eau qu'il n'en faut pour les laisser au stade des privilèges où ils sont avec leur grande amie la sociale démocratie à qui reste la vocation d'en céder un peu plus.
900 milliards en cinq ans et pas l'ombre d'un doute qu'ils se mirent enfin à songer limiter le cumul des mandats, l'évasion fiscale, les emplois fictifs au profit de la liberté d'expression et du droit de la presse. 900 milliards de dette sur lesquels les socialistes ne pourront qu'engager une politique plus forte et la droite revenir avec ses vieilles astuces à rentabiliser... Mais c'est ce qui marche... Le business... Pour accroître la dette mondiale ! Ils savent de quoi ils parlent sinon ils ne serraient pas là pour vous le dire. L'ambition de la politique budgétaire laissée derrière Sarkozy en a laissé plus d'un sur la paille ou dans la grise mine... Surferont-ils encore longtemps ainsi sur fond de crise démange la question a plus d'un endroit. Vouloir renflouer les caisses de l'État commencerait, à droite comme à gauche, par les payer comme des bénévoles et non pas en voulant simplement réduire les salaires de leurs députés et ministres. Un président de la République bénévole !
Publié le : mercredi 3 octobre 2012
Lecture(s) : 130
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
La droite dans son room...
Dans une conférence de presse "service après-vente" (mercredi 19 septembre) pour convaincre les parlementaires de gauche sur le Pacte budgétaire européen Jean-Marc Ayrault évoquait le chiffre de 900 milliards de dette mondiale cumulée pour les cinq dernières années... Si la droite escompte multiplier ce chiffre par autant de solutions qui ne feront que l'accroître, les dangers d'augmentation des crises mondiales ne s'en éloigneront pas pour autant et ses concentrations au travers desquelles elle ne fait pas l'économie du débat sont autant de coups d'épées dans l'eau qu'il n'en faut pour les laisser au stade des privilèges où ils sont avec leur grande amie la sociale démocratie à qui reste la vocation d'en céder un peu plus.
900 milliards en cinq ans et pas l'ombre d'un doute qu'ils se mirent enfin à songer limiter le cumul des mandats, l'évasion fiscale, les emplois fictifs au profit de la liberté d'expression et du droit de la presse. 900 milliards de dette sur lesquels les socialistes ne pourront qu'engager une politique plus forte et la droite revenir avec ses vieilles astuces à rentabiliser... Mais c'est ce qui marche... Le business... Pour accroître la dette mondiale ! Ils savent de quoi ils parlent sinon ils ne serraient pas là pour vous le dire. L'ambition de la politique budgétaire laissée derrière Sarkozy en a laissé plus d'un sur la paille ou dans la grise mine... Surferont-ils encore longtemps ainsi sur fond de crise démange la question a plus d'un endroit. Vouloir renflouer les caisses de l'État commencerait, à droite comme à gauche, par les payer comme des bénévoles et non pas en voulant simplement réduire les salaires de leurs députés et ministres. Un président de la République bénévole ! Il serait étonnant que la droite trouve le sien. Avec ses premiers grands "éliminés" pour la candidature au poste de 1er secrétaire de l'Ump que sont Mme Kosciusko-Morizet et Mr Bruno Le Maire, ce sont Ms Copé et Fillon qui s'affronteront*. Comme si tout cela n'était pas un peu prévu d'avance, Mr Xavier Bertrand n'ayant pas concouru, les petits supports de l'Ump n'avaient guère l'espoir de retourner la machine de l'Ump en leur faveur... Une sorte de bénévole ! De taureau qu'il était sur les bancs de l'Assemblée, il passe à bénévole en se posant dors et déjà comme le bras droit de Mr Sarkozy. En se détachant des rivalités de poste, il se projète dans un futur où il se voie aux côtés de Nicolas Sarkozy, accroché à son bras, pendu à ses guêtres. La langue il l'aura bien pendue à vendre la politique du prochain candidat à la présidentielle. En tous cas, toujours est-il que les laquais du sarkozysme battent de l'aile, s'ébrouent en tenant la politique socialiste pour de l'esbroufe, cherchent la frange et le détail pour finalement finir par mettre sous cape l'orientation du monde vers lequel ils se précipitent. La réalité économique à l'emporte-pièce... Leur richesse accumulée au solde de la dette mondiale.
Au même moment le Parti Socialiste organisait ses journées parlementaires à Dijon histoire d'épaissir ou de clarifier leurs dossiers. L'heure est au débat
sur l'éducation, les retraites, la croissance, les déficits comme toujours. La politique se lasse et le monde n'est pas prêt de s'attendre à des idées neuves.
*http://www.liberation.fr/politiques/2012/09/18/ump-elimines-nkm-et-le-maire-restent-neutres_847109
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.