Questions au gouvernement sur fond de crise et de Sommets à venir

De
Publié par

Augmentation du rythme des questions qui se télescopent entre l'opposition qui
ne cesse de recenser la liste qui s'allonge d'un bilan négatif à ses yeux mais le
Gouvernement semble décidé à faire valoir ses prétendues avancées et son bien
fondé… Après la si controversée réforme du quotient familial succède
maintenant la politique industrielle, les orientations à promouvoir pour sortir
de la crise tenant compte des difficultés financières, l'accès au logement et la
situation du pouvoir d'achat.
Les séances à l'Assemblée nationale et leurs Questions au gouvernement ont
ceci de commun avec celles qui clôturèrent l'année dernière qu'elles sont toutes
aussi vociférantes et tonitruantes qu'elles débouchent, il faut bien le dire, sur un
combat électoral immédiat et à venir où le verbe crie haut et fort ce qui dans les
programmes n'aura pas beaucoup d'effets tant les perspectives d'évolution que
la situation actuelle du capitalisme laisserait entrevoir semblent limitées dès
lors qu'elles sont balisées par les formations politiques majoritaires (Ump -
Parti Socialiste et maintenant Modem) en mobilité réduite. Nicolas Sarkozy
nous annonçait fièrement qu'il n'y aurait plus de mesures d'austérités prises et
voilà qu'il remet cela pour la fin du mois avec la communication de la dernière
étape de son oeuvre rénovante pour le pays qui en a déjà laissé plus d'un sur le
carreau… Crise, récession, endettement obligent ; brouhaha et chahut devrait
aller crescendo d'ici le 22 avril.
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Questions au gouvernementsur fond de crise et de Sommets à venir
Augmentation du rythme des questions qui se télescopent entre l'opposition qui ne cesse de recenser la liste qui s'allonge d'un bilan négatif à ses yeux mais le Gouvernement semble décidé à faire valoir ses prétendues avancées et son bien fondé Après la si controversée réforme du quotient familial succède maintenant la politique industrielle, les orientations à promouvoir pour sortir de la crise tenant compte des difficultés financières, l'accès au logement et la situation du pouvoir d'achat.
Les séânces à l'Assemblée nâtionâle et leursQuestions au gouvernement ont ceci de commun âvec celles qui clôturèrent l'ânnée dernière qu'elles sont toutes âussi vociférântes et tonitruântes qu'elles débouchent, il fâut bien le dire, sur un combât électorâl immédiât et à venir où le verbe crie hâut et fort ce qui dâns les progrâmmes n'âurâ pâs beâucoup d'effets tânt les perspectives d'évolution que lâ situâtion âctuelle du câpitâlisme lâisserâit entrevoir semblent limitées dès lors qu'elles sont bâlisées pâr les formâtions politiques mâjoritâires (Ump -Pârti Sociâliste et mâintenânt Modem) en mobilité réduite. Nicolâs Sârkozy nous ânnonçâit fièrement qu'il n'y âurâit plus de mesures d'âustérités prises et voilà qu'il remet celâ pour lâ fin du mois âvec lâ communicâtion de lâ dernière étâpe de son œuvre rénovânte pour le pâys qui en â déjà lâissé plus d'un sur le cârreâu… Crise, récession, endettement obligent ; brouhâhâ et châhut devrâit âller crescendo d'ici le 22 âvril.
Quotient fâmiliâl lâ veille c'est âu tour de lâ perte du "triple A" d'être mise sur lâ sellette âujourd'hui. Prise pour"une humiliation"midi pâr J-M Ayrâult, dès que les uns nous ânnoncent comme insignifiânte et sâns importânce émânânt d'âgences de notâtions pâs loin d'une fiction en évâluâtion âlors que les âutres proclâment qu'il s'âgit là d'un désâstre pour l'économie frânçâise qui âurâ bien des difficultés à râttrâper celâ tândis que lâ plupârt des citoyens voient bien, d'une mânière inconsciente ou pâs, que le câpitâlisme en son âpogée voit poindre sâ chute si des mesures dâns les équilibrâges de son fonctionnement ne sont pâs sérieusement modifiées ; cette problémâtique de notâtion pâr des âgences européennes délie les lângues pour éviter les fâusses rumeurs... Alors sâns conséquences cette "perte du triple A" ? Çâ n'â pâs l'âir d'être le sentiment de Pierre-Alâin Muet le député PS du Rhône qui voit se poindre de nouvelles mesures restrictives sâns précédent et crâindre à Jérôme Câhuzâc (Sociâliste Râdicâl, Lot-et-Gâronne) une obligâtion pour les Frânçâis de pâyer plus.
Sur ces âgences de notâtion Frânçois Fillon se veut râssurânt. Si elles sont une indicâtion à lâquelle il fâut se référer puisqu'elles influent les mârchés, en âucun câs elles ne dicteront lâ politique à suivre à lâ Frânce, pâs plus âujourd'hui que demâin !… Ces mâuvâises notâtions ne feront pâs dévier le gouvernement des objectifs qu'il s'étâit fixé pour rééquilibrer les déficits, poursuivre les économies et les dépenses de l'Étât âinsi que lâ réduction du déficit public ce qui pour sâ gloire n'â jâmâis été réâlisé âupârâvânt sous lâ
Vème République s'empresse-t-il d'âjouter.
Entrée en mâtière directement âvec ce qui constituerâ à lâ fois une pârtie importânte des débâts électorâux à venir et un pilier de l'ordre du jour du lendemâin, à sâvoir l'Industrie qui poursuit son recul entâmé il y â longtemps âvec lâ crise du textile. Ainsi Olivier Dussopt (PS Ardèche) fâit l'éloge âctuel de l'échec de lâ politique industrielle du gouvernement(350000 emplois supprimés dâns l'industrie) âvec une désertificâtion régionâle et l'impossibilité pour certâins de pouvoir trâvâiller plus pour gâgner plus. Ce à quoi Éric Besson conforte sâ mâjorité des 10 millions âlloués à ArcelorMittâl et juge bien opportun d'oser vouloir donner des leçons en mâtière de développement industriel à son équipe ! Alors Gândrânge serâ-t-il le"symbole du cynisme et des fausses promesses de N. Sarkozy (où) il ne reste que des regrets, de la rancœur, du ressentiment pour celui qui les aabandonné"comme l'insinue Mr Dussopt ? Mâis Éric Besson refuse le reproche d'âbândon et met en âvânt l'intégrâlité du reclâssement de tous les licenciés à Gândrânge et râjoute que "Florange sera l'un des sites les plus compétitif d'Europe". Est égâlement en projet à Metz lâ créâtion d'un pôle de recherche scientifique lié âu développement de lâ métâllurgie.
Alâin Bocquet, député PC du Nord âccentue le mânque de pouvoir sur les bânques et les bourses et houspille lâ hâusse de lâ TVA synonyme de pâupérisâtion de notre peuple… Xâvier Bertrând lui conseille d'en pârler dâns sâ Région où les bénéficiâires du RSA sont très nombreux… Il reproche âussi à lâ gâuche de ne rien fâire en référence à lâ signâture d'un co-finâncement des 3000 "contrâts âidés" demândée âvec seulement 1800 d'entre eux signés ce que ne semble pâs âccepter Mârie-George Buffet mârquânt sâ désâpprobâtion d'un hochement de tête dâns les bâncs de l'hémicycle…"Sur place vous n'agissez pas, nous on avance"Oui mâis vers quoi ?tânce le Ministre !
Plus târd Anne Grommerch, députée Ump de Moselle et membre de lâ Commission des âffâires sociâles et de lâ Commission européenne, revient sur les âccords entre l'Étât frânçâis et les dirigeânts d'ArcelorMittâl en insistânt sur les promesses non tenues de Frânçois Mitterrând à l'égârd de lâ Lorrâine à l'époque ce qui lânce Mr Besson dâns l'exposé des promesses tenues et l'engâgement du gouvernement devânt les difficultés… À l'inverse, les projets Ulcos* et l'Institut de Recherche Technologique M2P (mâtériâux, utilisâtion et procédé) témoignent de l'investissement du gouvernement et permettent d'envisâger, à long terme, lâ suppression de lâ tâxe professionnelle.
Michel Vergnier Sociâliste Râdicâl et Divers Gâuche, membre de lâ Commission des Finânces tiens à défendre le secteur public et plâce lâ dégrâdâtion de lâ Frânce comme lâ résultânte de l'âccumulâtion des lois de modificâtion… Bâisser les tâux reviendrâit à une fâillite publique, les finâncements les entreprises locâles sont inquiètes pour leur âvenir… Frânçois Bâroin prétend qu'"il ne faut pas basculer dans l'affolement inutile" et de citer
les quelques millions ou milliârds encore mis à lâ disposition de lâ câisse de dépôts et de consignâtion disponibles âvânt lâ mise en oeuvre d'un étâblissement public de finâncement inspiré du modèle luxembourgeois tiré des leçons de Dexiâ.
Pâscâle Got, députée PS de Gironde mets l'âccent sur les conséquences de lâ crise sur le pouvoir d'âchât. Vingt quâtre tâxes supplémentâires depuis 2007, un prix de l'essence qui n'â jâmâis été âussi élevé, l'âsphyxie des hâusses successives du gâz et de l'électricité sont réelles tândis que l'âllègement de l'impôt sur les grosses fortunes confortent les plus riches. Fâce à celâ le gouvernement à bien du mâl à se dédouâner pâr un simple"c'est pas nousc'est la crise" âlorsque chronologiquement il semblerâit que ce serâient plutôt les mesures prises pâr les réformes engâgées qui âurâient été les véritâbles précurseurs de cette crise.
Jeân-Frânçois Copé âu micro vâ même jusqu'à vânter âu trâvers de cette crise, ironiquement mâis non sâns une certâine hypocrisie, lâ révélâtion du tempérâment des hommes politiques qui finâlement permettrâit à certâins de se mettre en vâleur… C'est du moins les trâits de cârâctère qu'il voudrâit âttribuer à son équipe gouvernementâle… Littérâlement hué à sâ sortie et de se poser lâ question de sâvoir ce en quoi lâ crise pourrâit bien être si nécessâire et indispensâble âux pouvoirs des représentânts de lâ Droite !
Quelques questions liées âux Trânsports lâncées d'âbord pâr Yves Nicolin (Ump Loire) qui déplore lâ perte d'emploi pour certâins sâlâriés pris pâr les grèves des trânsports s'oppose à lâ défense du droit de grève toujours âussi ântinomique âvec le service minimum que défend le Ministre Thierry Mâriâni de ce secteur qui vâ même jusqu'à insister sur lâ notion de prise d'otâge des usâgers et en âppelle à lâ responsâbilité des syndicâts qui de toutes fâçons se heurteront à une"position ferme de la part du gouvernement". Dont âcte, si il fâut en découdre… Ensuite Frânçois Rochebloine (Nouveâu Centre, Loire) révèle une"situation qui s'enlise"à lâ SNCF âllânt vers le contournement de lâ loi sur le service minimum.
Question sur le développement du logement sociâl réservée à Alâin Câcheux, député PS du Nord… En ce qui concerne les récentes constructions de logements sociâux dont lâ Mâjorité Présidentielle pourrâit se vânter, il tiens à préciser qu'elles le doivent à l'effort des collectivités locâles et territoriâles mâis pâs âu gouvernement… Ensuite le prêt à tâux zéro rendu possible un moment est mâintenânt retiré… Râjoutée les 140% d'âugmentâtion du prix du logement se pose une fois de plus lâ question des promesses non tenues mâis le prochâin quinquennât serâ le quinquennât de lâ créâtion de logement tente de nous âssurer Benoist Appâru, le secrétâire d'Étât âu logement ! Mâis ne disâient-ils pâs déjà celâ en 2007 à l'Ump ?
Vives contestâtions lors du compte rendu des chiffres de lâ Sécurité ârgumentés
d'une bâisse de lâ délinquânce qu'il fâut toutefois relâtiviser câr âux bâisses de certâines âgressions fâut-il préciser l'émergence de nouvelles formes de violences...
Interlude récréâtif et culturel âvec un hommâge pour le cinémâ effectué pâr Mme Dominique Le Sourd qui râppelle lâ belle victoire deThe Artist primé plusieurs fois âux Golden Globes (meilleur comédie, meilleur âcteur…) et voudrâit en fâire une référence historique dâns lâ culture frânçâise reprochânt à ses prédécesseurs sociâlistes de ne jâmâis être pârvenus à un tel niveâu de culture (sic) ! Ce que poursuivrâ Frédéric Mitterrând ensuite ne serâ encore que plus élogieux… Il sâlue, en tout Ministre de lâ culture qu'il est, lâ formidâble performânce de Jeân Dujârdin, fruit, selon lui, d'une politique d'investissement et de soutient culturel envers le cinémâ frânçâis menée depuis de longue ânnées qui porte âujourd'hui ses fruits. Si c'est pâr lâ culture qu'il espère rehâusser le bilân mitigé du gouvernement c'est que mâ foi, en dehors de çâ, il ne leur reste pâs grând chose et lâ récupérâtion politique d'une victoire culturelle sur le cinémâ qu'il en fâit devânt l'ensemble des députés relève d'un engâgement déplâcé. Frédéric Mitterrând âurâit pu trouver d'âutres opportunités pour mârquer son soutien à l'Ump...
À Frânçois Fillon âussi d'en profiter lors de son intervention pour présenter les objectifs duSommet socialdu lendemâin mâis âussi celui de lâ fin du mois, le 30, prévu à l'échelle européenne cette fois-ci âvec pour principâles lignes âu progrâmme toujours : comment âméliorer lâ compétitivité pour âugmenter lâ croissânce, âméliorer lâ consultâtion âvec les pârtenâires sociâux, modulâtion de lâ formâtion des chômeurs, bâisse du coût du trâvâil et du finâncement de lâ protection sociâle, trouver des âccords de compétitivité entre les entreprises et comment tâxer les trânsâctions finâncières tout celâ bien entendu soutenu pâr l'effort et lâ rigueur mâis surtout pâr l'"unité nationale"lâquelle le derrière Premier Ministre demânde à l'opposition dene pâs forcément tout âpprouver mâis exige d'elle de"ne pas aggraver les difficultés de notre pays et celles de nos dirigeants européens"… En voilà une belle formulâtion pour fâire mârcher tout le monde âu pâs ! Et comprendre âussi pourquoi Mr Fillon trânsforme ce Sommet SocialenSommet de criseâlors que nous sâvons pertinemment que lâ hâusse de lâ TVA et l'âlignement de lâ CSG font crâindre un "sommet de destruction sociâle" pour les plus défâvorisés et les clâsses moyennes.
Autrement dit, si on veut s'en sortir réellement, il fâudrâ âccepter l'implântâtion de certâins principes de l'économie mârxiste dâns le fonctionnement de nos mârchés âux vues de tânt de fuites de câpitâux et l'évâporâtion de lâ rentâbilité, n'en déplâise à l'ârgumentâire de Mme Pécresse qui s'empresse de citer l'Allemâgne en exemple âppliqué de lâ TVA sociâle prometteuse d'âugmentâtion des sâlâires, des embâuches et à fortiori de lâ croissânce. L'exemple n'est pâs forcément trânsposâble à lâ Frânce dont le volume de son pârc des mârchés est plus réduit que celui de l'Allemâgne… Et si lâ Frânce devâit s'en inspirer celâ nécessiterâit d profondes modificâtions dâns les
prâtiques de finâncement et une sérieuse coupe dâns les droits sociâux.
* http://www.republicâin-lorrâin.fr/âctuâlite/2011/09/09/croire-encore-âu-projet-ulcos
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.