Dictionnaire de l'Académie française

De
l , DE FRAJTCEtNSTlTlJT DK SIXIÈME j^:i>ixio^ Pae^ut^fé tfr*** DICTIONNAIRE 'I DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE. I ICE ICH 1. «. m. La netivième lettre de l'alphabet, gré son grandâge, cet homme estencore droit encore dans le style de Pratique, el dant lettre le langage familier. Icelle laet La troisième des voyelles. Im L comme un I. dame. Dans Faire un un petit i , un grand L Deux i. maison d'icelui.\, lAM On met un point au-dessus de l"\ excepté , ICH lAMBE. s. m. de Versification grecqueT.quand il est majuscule : Isaac, Italie. On et de Versification latine. Pied dont lamet un tréma sur l"\, pour indiquer que, ICHNEUMON. S. m. (On prononce /X-nrn.) brève, dernièresyllabe est el ladans la firemière Quadrupède de la taille un chat et de laprononciation , il doit se séparer de d ungue. Ce vers n'est composé que d'iambes.la voyelle qui précède ou qui suit : Aihaïe, forme d'une martre, que les Égyptiens ré- Le dernier pied de ce vers estun ïambe. véraient serpents etfaïence , Moïse , ambiguïté , ïambe. Un ï parce qu'il détruit les dit versIl se également d'Un dont le se-tréma. Un i circonflexe. La voyelle l. Il pro- les jeunes crocodiles. L'ichneunion se nom- cond, le quatrième et le sixième pied sontnonce mal les i. Un i long. Un i bref. me aussi Rai de Pharaon , et Mangouste. toujours des ïambes.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 85
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 976
Voir plus Voir moins

l,
DE FRAJTCEtNSTlTlJT
DK
SIXIÈME j^:i>ixio^
Pae^ut^fé tfr***DICTIONNAIRE
'I DE
L'ACADÉMIE FRANÇAISE.
I
ICE ICH
1. «. m. La netivième lettre de l'alphabet, gré son grandâge, cet homme estencore droit encore dans le style de Pratique, el dant
lettre le langage familier. Icelle laet La troisième des voyelles. Im L comme un I. dame. Dans
Faire un un petit i , un grand L Deux i. maison d'icelui.\, lAM
On met un point au-dessus de l"\ excepté
, ICH
lAMBE. s. m. de Versification grecqueT.quand il est majuscule : Isaac, Italie. On
et de Versification latine. Pied dont lamet un tréma sur l"\, pour indiquer que, ICHNEUMON. S. m. (On prononce /X-nrn.)
brève, dernièresyllabe est el ladans la firemière Quadrupède de la taille un chat et de laprononciation , il doit se séparer de d
ungue. Ce vers n'est composé que d'iambes.la voyelle qui précède ou qui suit : Aihaïe, forme d'une martre, que les Égyptiens ré-
Le dernier pied de ce vers estun ïambe. véraient serpents etfaïence , Moïse , ambiguïté , ïambe. Un ï parce qu'il détruit les
dit versIl se également d'Un dont le se-tréma. Un i circonflexe. La voyelle l. Il pro- les jeunes crocodiles. L'ichneunion se nom-
cond, le quatrième et le sixième pied sontnonce mal les i. Un i long. Un i bref. me aussi Rai de Pharaon , et Mangouste.
toujours des ïambes. Les poètes grecs et lesI, s'unit avecn, dit encore d'Un genre d'insectese, u et ou pour former Il se
poètes latinsontemployé ïambes dans leursles ai-des diphthongues, comme dans AUul, ba- hyménoptères, qui sont pourvus d'un
drames.taille, meilleur, les abeilles, et qui déposentbeignet, nuit, buis, oui, guillon comme
Il se prend aussi adjectivement, dans cerouir, etc. leurs œuls clans le corps des chendles.
dernier sens. Les vers ïambes sont propres àIl se joint souvent ICMNOURAPHIK. On prononceaux voyelles a, e el o s. f. (
exprimer les passions.pour rrpiésenler des sons très-difTérents du Ikno. T. d'Archit. Plan horizontal et géo-}
ÏAMBIQUE.adj. Composéd'ïambes. Ferssonqui lui esl propre. d'unAinsi,dansfm/T/)n/jf, niélral d'un édifice. L'ichnographie
tambique.ai et ei se prononcent dans .dimer,è; pei- édifice.
IBIner, ils se é. ICHNOfiRAPHIQlTE. adj. des deux gen-
On distinguait autrefois Ikno. appartientdeux sortes d'I : res. On prononce Qui( )IBIDEM. Mot emprunté du latin, dont
l'I voyelle, qui est l'I proprement dit; et l'I à l'ic-hnographie. Plan, dessin ichnogru'
on se sert ordinairement dans les citations,
consonne, ou J, qui est devenu la dixième phique.
pour signifier que le mot, la phrase, etc.,
lettre de l'alphabet. ICUOREVX, EV'SE. adj. (On prononce
que l'on cite se trouve à l'endroit déjà in-
Prov. et fig. , // n'est bon qu'à mettre les Iko. ï. deChirur. Il .se dit d'Une espèce)diqué dans la citation précédente. On écrit
points sur les i, se dit D'un homme sanie et acre qui dé-qui, de ou de pus séreux
souvent par abréviation, Jbid. ou Ib.
dans les ouvrages d'esprit, ne s'attache coule de certains ulcères. Pus ichoreux.Hu-qu'à
IBIS. s. m. (On prononce l'S. Oiseau,)
remarquer des minuties. On ledit aussi De meur, matière ichoreiise.
espèce courlis, fort révéréde qui était des
ceux qui n'ont qu'une exactitude ICHTHVOLITIIE. m. On prononceminu- s. (
Egyptiens, parce que, se nourrissant de ser-
tieuse et inutile. Ikt)-. Poisson pétrifié, ou Pierre qui porte)
pents, il en détruit une grande quantité.
Prov. et fig. , tlfaut mec cethomme met- l'empreinte d'un poisson.Dans l'ancienne Egypte, l'ibis était un oiseau
tre tes points sur les i , Il faut être avec ICHTHYOI.O(ilE. s. f. (On prononcelui
sacré.
d'une exactitude scrupuleuse; naturelle quiet, dans un Ikty. Partie de l'histoire)
ICEautre sens Il, faut prendre avec poissons. Cours d'ichihyologie.lui les plus traite des
grandes précautions. des deux gen-ICELITI ICEI.LE. adj. démonstratif, ou ICHTIiYOI.OUIQi;K. adj.,
Fam. Divit, commt un Ikty. Qui appartientil ,Très-droit. Mal- pronom. Vieux mot employé quelquefois res. On prononce( )
Tomt //,1
IDE IDEIGO«
ICnNOLOCilE. Inlerprélalion, expli- particulier ^loiir Souvenir. J'ail'iclilhyologie ou aux pois- s. I. vu cetqui a rapport à ,
cation des images, des moninneiils antiques. Iluniine-la autrr/ois, j'in ni ijiirlt/ue idée. Ilsons.
ne me sonvienl /loint de crin je n'en ai au-ni. On prononce ICO.XO.MAQt'K. ». ni. Celui qui combat ,UIHTHYOl.OfilSTE. S. (
culte des images. cane idée, (ria mina ni/i/ielé I idée. Ije leni/uCt'liii i|iii éliiilic-, connait l'his- leUly.) (fiii
siniiiil iihlhyoUiKisle. ICti.S.tfcuHK. s. m. T. de Oéom. Corp» in n coin/iletiment ejjiice l'idée dans mon es-toire ilfs priissiiiis. Vil i
hi /iril.adj. dcsili'ux giMircs: solide qui a vingt faces, saifaee de riro-l«:irniroi>IIAGe.
saèdre est cum/tusée de inngt triangles équi- 1 II se prend aussi en parlant de Dieu,(On pronom e Ikty.) Qui se nourrit piinci- ,
'pour Les ty|>es, les modèles éternelsne se dit gui're latéraux. depalcnimt de poisson. Il
ICOSANDRIE. s. f T. de Bntan. Classe, toutes les cfinses créées, qui sont dans la(jn'en parlant U'un peuple. Un iKupU, une
penst-e de I.rs idées de toutesdu s\stcnie de Linné, qui renferme les Dieu. chosespeiiiiliiilr ic/irfiyii/i/iii/ie.
les (leurs (uil vingt élamiiies , »'/// en Dieu. On dit également dans ces'emploie aussi substantivement. Les plantes dontIl
Ar.f idées de l'Iatnn.an moins, attachées sur le rvses sens,calice. Leskhlltyo/tluiffes.
l'icosandrie Il se dit, par extension. Des pensées, desappartiennent à
ICI
conceptions de l'esprit, des opinions, des
ICT
réllexioiis, etc. Une idée sublime. Uneadv. de lieu. En ce lieu-ci.H est sou- ML,loi.
Friiez ici. Je ICricKR. s. m. T. de Mcdec. Maladie ca- une noi/le , une /grande idée. C'est lui quivent opposé à l'adverbe Im.
m'a lionne l'idér de cela. Il prisqu'il .Siirtez d'ici. Hors ractérisée par la cnulenr jaiiiie cpie prennent Jane h l'idéeviitldiiiix bien fût ici.
Ici teguinenls, et (pi'iin peut allriliuer à la le Ml /iiece dans tel loinaii. Idée mère. Idéed'ici. Il II /Hissé /tur ici. Venez jiisifn'ici. 1rs
piis d'ici. pré.seiice de la bile d.insdans le sang. On la jimdamrniiilr. Idti doiiiinuiitt. Idéepremière.rt II!. Deiiirniei là, n'nppracliez
Jaunisse. M» première idée avait été de.... J'ai clinngè/Kirliint d'ici roia ii-ez là. D'ici là lions nomme vulgaireiiientEn
ailj. cles<leux genres. de d'idée, l'iein de cette idée, il iviulut.... (estcoin/iloH.i deux lieues. Par ellipse, en appe- n.li^.K\ii\:v,. T.
idée heureuse. (Quelle idée!Medec. Il se dit Des remède» contre l'ic- une sotte f-'otrelant un eliien, In.
idée me pnniit l/onne. C'est une idéeniel ipielipiefois au coininencemenl tère on jaunisse. fortIl se
la Il signifie aussi Qui lient de l'ictère, ou sim/de. l. idée ne m en émit /tus venue. Faitesd'un membre de période, et il manpie ,
à mire idée. tourmenté de l'idée qu'ilsans aucun rapport au Qui est allcclé d'ictère. AJJ'tction ictérique. Je suisdilTerenee des lieux,
ce cas, Cet homme est ictériqnr. est encoreJuche contre moi. Iji seule idée duon au moins de distance. Danspins
idéescnrrelatd' de l'adverbe /jéril ré/)oii\iinte. < nmmiiniquer ses àil est ordinairement
IDF.
quelqu'un. Fiiites-nioi de vos idées là-il a unejorèt , là une mnnlrii^ne. Ici /mrtLà. Ici y
une II>E. s. T. de Jeu. Il se dit, au Piquet à dessus. yii'Oir des idées tristes. Mettre sesJlexiiiidie gnfjiia une Ixitmlle, là il p<i.ssa
de Chacnn des diux cet ou.é<'rire, eouiis (jue l'on idées sur le /yi/iier. On trouve dansrivière.
joue polir la décision d'un pari. vrillée braamup d'idées in;;énieuses, origi-s'emploie aussi de la même manièreIl
11)1^:cir- A t., ALE. adj. Qni existe dans l'idée; nales. Cet autriir n'a point d'idées neui-es.dans l'éiiumeration, pour m^tnpier les
qui n'existe ou ne peut exister que dans Avoir des idéfs .saines. Cela venir lesIci il pardonne, la il punit. fuitconstances.
1 entendement , dans l'imaginalion. Les cho- idées Suivre le de ses idées. Cela brouillest^^nifie également, Dans ce pays-ci, filIci,
désignent les mots abstraits toutes Mettre en avant des idéesoppo->ilion à .srs que , n'i.nt mes idées.dans celle ville-ci, etc., par
qu'une existence idéale. Un être itléiil. Le hardies. C'est un /mrlisan des idées nouvelles.une autre ville, désignés hé-un autre pays, a
ros de ce /loème est un jter.sonnii^e idéal. Des idées d'un ordre élevé.qiielipierois par l'adverbe Im-Ikis. On se con-
doiniiianle,chez plus Il signifie aussi , dans les Ails d'imagina- Idée fixe. Idée dont l'espritiduit la-bas, nn .se conduit mus
tion el d'imitation Qni réunit tontes les est sans cesse ociiipé , obsédé.C'est l'usa/,^ dans iiitresaffeiuenl i/u'ici. fxiys, ,
perfections, ou ipii est pins beau <|ne les Idée, signifie particiiliéreinrnt , Inven-à Hume, mais ici Jait autrement.à Londres, on
lieau (xliiction des arts.modèles offerts par la iialiire. idéal. lion, en parlant D'une piIci-lias, Dans ce bas monde, sur la terre.
idéale, l'unnes idéales. On l.'idér de ce tableau est f;riicieuse. On l'em-aires Beauté, perfectionTout lient ici-bas. Les choses, les aj)
dit quelquefois substartiveiiieut, eu ce sens. ploie qnel(|Uelois au pluriel, dans un sens-/mis.d'ici
alors il s'applique également.L'idéal. analogue; clIci, signifie quelquefois. Un endroit
ouvrages d'esprit. // n'y a point d'idéesdans une Il signifie encore. Chimérique. Pouvoir Auxqu'on désigne dans un discours,
ce tableau, etc. Cetidéal. Richesses idéales. dans cet ouvra/;e , danslivre, Ici il commencenarration,dans un etc.
manque d'idées, n'a pointIDEE. s. f. Repiesenlalion d'une chose auteur, cet artisteà fHirltr de telle fuierre. Ici tel traité.finit
«(ne l'esprit re^-.Tit ou d'idées.dans l'esprit; noiiunJusqu'ici /'ai /Mirlé des contâmes.
Littératnreptquehpie ilinsc. L'idér d'une Il signifie quelquefois, enIci ,devient c|ueli|neloisadverbedelonip9, se forme de
dans les Aris d'iinilalion , L'esquisse, l'é-montagne , diin arbre. L'idée du blanc, duet signitie, l.e moment présent, ('elii ne s'é-
en n jetéde l'injuste. Idée baiiehe mpide d'un oiivmge. //rou^e. L'idée du juste ettait pas vu ju\i/u ici. Heienrz demain; d'ici
snr le /la/uer. C'est une /iremièie idée.sim/)le. Idée cum/ilexe. hier iiiwe. Idée ac- l'idéej'aurai arrangé votre ajjaire.là,
iiart, il'L'nle dit an-.si, en mauvaisequise. Idée claire et nette. Idée distiuctr. Idée On
ICO achevé, ('en est qu'uneAvoir une idée, des idies ouvrage trop peuvague. Idée cnnjuse.
/tremirre idée, qu'une idée informes. dans l'esprit. Avoir l'es/irit plein d'idées,ICOei.AK. m. PageduGrandSeigneur.
Des visions chimé-L'origine, dévelo/i/M- \ Iiihk, se dit eii< oreUn jeune icitfilan, Les premières idées. le
avoirchoses qui ne sauraientgénération des idées. Quelle irt'r'e | riqiies , desIcuNon.ASTE. s. m. Briseur d'images; nient, la
réaliser. Ce ne sontlevrdle telle qui ne |>eu\eiil secelui qui brise, ipii détruit le».saintes attachez-vous à ce mot? Ce signe lien ,images.
idées, des idées creuses, de bellesIls n'ont aucune idée que desL'idiHiimiii/ue cottdiattait le culte des iinii/fes, idée. Une fausse idée.
des rho-Il i-eiit donner ses idées pouriicoiiaclustr britatt, L'hérétm de nos arts, de nus usages. Pour vous donner idées.ft la de» ico-
rr/mlt d'idées. Il nous al'ont que vous /uns- . ses rériirs. Il .senoclastes. une juste idée de cela,
tenus ses ulees. Quelle idée avez "OUS//rendre une juste idée. Cela ne /leut min deICU.XOiiHAPIIR. s. m. Celui qui est sa- siez en
ne viendra pas:lui' l'ous cmjtz qu'dvant eu iionogiapbiu, qui s'iuxiiiiti d'icoiio- vous en donner qu'une fiable idée. Ce que
l'ulée que je m'en quelle idée!graphie. j'en ai vu ne ré/mnil /mis u
idée. liiÉ», signifie en outre surtout dans le1IX>N<m;kaPIIIK. s. Description J'en avais conçu une haute ,T. des étais faite. \
a lyiisée. l'esprit l'ima-l'ous ne son- lai.g.ige lainilier, I ,images, des t:ddeaiix, etc. Il se dit parti- J en iiK-ais une tmil autre idée,
J'ai dans l'idre qu'd ne viendracoiinaissaiire des nez tout ce j'ai souf-l \iuuit'init.ciilii'remcnt de L.a niouii- vousJaire l'idée de que
Ut se nirttre dans l'idée que.. JtiHis. l's V'nieiits antiques, tels les bustes,que 1rs fert.
revientaii'd n dans l'idée. Il mepastfidéi^'ne sms cepcinltins , ct<'. Par exagérât, el fam.. On n'a
//eut lui 6teren idée, a l'idée que.... On nelUl.MM.KAPIIKjl'i:. adj des décela, D'une chose quideux gen- se dit en parlant
II n'est nclie qu'en idée. L hia-son nia de l'ir/érres.Qui apparlienl a l'icoriiigrapliie. parait extraordinaire, excessive en
éi-éne-tiure ih.us Uni assister en idée auxs. Nuiii telle inso-I«:0.\<»I..\THIC. 11). que les ifO- génie. On n'a pas (Fidée d'une
luenls du /tti\.sé.noclaït;;s donnaient aux ralboliques, qu'ils IfHce.
qui si-enipmntfr du latin,sens lOKM. MotacouaaMul U'atluii'r lesiiiM(;t-s. luBF, se dit quelquefois, dans nn

Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

zengue

c'est vraiment genial

samedi 6 septembre 2014 - 10:13