Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Le Livre blanc du Medef Lyon-Rhône pour les Municipales 2014

16 pages

A l’approche des élections municipales à Lyon, la communauté des entrepreneurs que représente le MEDEF Lyon-Rhône a souhaité prendre une part active dans le projet de développement de la métropole lyonnaise et faire des propositions concrètes pour renforcer son dynamisme et son attractivité

Publié par :
Ajouté le : 03 mars 2014
Lecture(s) : 1 457
Signaler un abus

Livre blanc
1
des entrepreneurs
lyonnais
10 idées fortes
pour un choc de croissance et l’emploi à LyonÉDITO
A l’approche des élections municipales à Lyon,
la communauté des entrepreneurs que représente
le MEDEF Lyon-Rhône a souhaité prendre une part
active dans le projet de développement de la métropole
lyonnaise et faire des propositions concrètes pour
renforcer son dynamisme et son attractivité.
Au sein de la région Rhône-Alpes, reconnue
pour ses performances, la métropole lyonnaise
a de nombreux atouts et s’illustre déjà dans
plusieurs domaines. Cela vaut d’ailleurs à Lyon
d’être désignée comme la ville française préférée des cadres. Si les atouts de
la métropole sont indiscutables, il nous a paru fondamental de nous inscrire
dans une démarche proactive pour asseoir et développer davantage notre
attractivité.
Le consensus à la lyonnaise fonctionne le plus souvent et permet de belles
réussites que chacun garde en mémoire. Attention toutefois à bien garder cet
état d’esprit car certains sujets ces derniers mois n’ont pas su rassembler
et des rendez-vous importants ont été manqués. Les grands projets se
concrétisent quand tous les acteurs impliqués se regroupent et œuvrent dans
un même but.
Pour la bonne conduite et la réussite des projets économiques, il nous paraît
indispensable d’associer fortement les entrepreneurs en les intégrant à
la gouvernance. Les entrepreneurs ne peuvent pas être appelés à la rescousse,
en dernière minute, quand le projet est déjà bien avancé mais connaît des
couacs.
Fruit d’un travail collaboratif entre entrepreneurs, universitaires, politiques,
chercheurs, ONG… ce Livre Blanc a été élaboré grâce à leurs compétences
multiples et leur vision propre dans chaque domaine. Ainsi se sont construites
des propositions pour faire grandir la métropole.
Avec ce Livre Blanc, nous voulons apporter notre pierre à l’édifce en proposant
des idées parfois très simples pour offrir un environnement propice à
l’économie et pour créer de nouveaux emplois. Les propositions recensées
sont à même de créer 100 000 emplois d’ici la prochaine mandature. A ce titre,
elles méritent d’être étudiées de près par les candidats aux Municipales.
Quel que soit le candidat désigné en mars prochain pour conduire aux destinées
de la métropole, il peut compter sur le plein soutien des chefs d’entreprise
pour bâtir un projet économique ambitieux et fédérateur. C’est ensemble,
entrepreneurs, universitaires, chercheurs, politiques, que nous gagnerons.
Bernard Fontanel,
Président du MEDEF Lyon-Rhône
FÉvRIER 2014ÉDITO
A l’approche des élections municipales à Lyon,
la communauté des entrepreneurs que représente
le MEDEF Lyon-Rhône a souhaité prendre une part
active dans le projet de développement de la métropole
lyonnaise et faire des propositions concrètes pour
renforcer son dynamisme et son attractivité.
Au sein de la région Rhône-Alpes, reconnue
pour ses performances, la métropole lyonnaise
a de nombreux atouts et s’illustre déjà dans
plusieurs domaines. Cela vaut d’ailleurs à Lyon
d’être désignée comme la ville française préférée des cadres. Si les atouts de
la métropole sont indiscutables, il nous a paru fondamental de nous inscrire
dans une démarche proactive pour asseoir et développer davantage notre
attractivité.
Le consensus à la lyonnaise fonctionne le plus souvent et permet de belles
réussites que chacun garde en mémoire. Attention toutefois à bien garder cet
état d’esprit car certains sujets ces derniers mois n’ont pas su rassembler
et des rendez-vous importants ont été manqués. Les grands projets se
concrétisent quand tous les acteurs impliqués se regroupent et œuvrent dans
un même but.
Pour la bonne conduite et la réussite des projets économiques, il nous paraît
indispensable d’associer fortement les entrepreneurs en les intégrant à
la gouvernance. Les entrepreneurs ne peuvent pas être appelés à la rescousse,
en dernière minute, quand le projet est déjà bien avancé mais connaît des
couacs.
Fruit d’un travail collaboratif entre entrepreneurs, universitaires, politiques,
chercheurs, ONG… ce Livre Blanc a été élaboré grâce à leurs compétences
multiples et leur vision propre dans chaque domaine. Ainsi se sont construites
des propositions pour faire grandir la métropole.
Avec ce Livre Blanc, nous voulons apporter notre pierre à l’édifce en proposant
des idées parfois très simples pour offrir un environnement propice à
l’économie et pour créer de nouveaux emplois. Les propositions recensées
sont à même de créer 100 000 emplois d’ici la prochaine mandature. A ce titre,
elles méritent d’être étudiées de près par les candidats aux Municipales.
Quel que soit le candidat désigné en mars prochain pour conduire aux destinées
de la métropole, il peut compter sur le plein soutien des chefs d’entreprise
pour bâtir un projet économique ambitieux et fédérateur. C’est ensemble,
entrepreneurs, universitaires, chercheurs, politiques, que nous gagnerons.
Bernard Fontanel,
Président du MEDEF Lyon-Rhône
FÉvRIER 2014proposition 1
Stabiliser la fscalité locale
et baisser les dépenses publiques
Les entreprises ne peuvent plus assumer des hausses de fscalité sans mettre en péril
leur survie. Les collectivités locales doivent s’engager à la stabilité des taxes supportées
par les entreprises et adopter le principe d’iso-fscalité. Si un nouvel impôt est créé sur
une nouvelle base, un autre impôt doit être supprimé car le montant global de l’impôt Créer ne doit pas augmenter.4 5
Les taxes payées par les entreprises ne sauraient servir de variable d’ajustement
aux budgets des collectivités : CFE, taxe enseigne lumineuse, taxe enlèv
ordures ménagères, versement transport… car les entreprises ont besoin de visibilité
et de stabilité fscale.
Les entreprises souhaiteraient que soient privilégiés les coûts choisis plutôt que les conditions
les coûts subis, c’est-à-dire des taxes sur lesquelles il est possible d’infuer par une
action vertueuse, comme par exemple les déchets.
La fscalité des entreprises, aussi bien de l’industrie, des services, du commerce,
de l’artisanat et des professions libérales, doit être traitée dans sa globalité.de la Pour redresser notre économie et réduire l’endettement du pays, la baisse des dépenses
publiques, que le MEDEF appelle au niveau national, doit également être appliquée
au niveau local.
Cette baisse des dépenses publiques locales s’appuie sur une baisse des coûts
de fonctionnement afn de maintenir les investissements, synonymes d’activités,
d’emplois et d’amélioration de la qualité de vie dans la métropole.croissance
Favoriser la synergie entre les services du grand l yon et de la cci de l yon
Le Grand Lyon et la CCI de Lyon proposent de nombreux services similaires, à l’image
des développeurs économiques sur les territoires et des antennes locales de la CCI
de Lyon. Pour l’effcience des services et l’effcience budgétaire, un meilleur
partage des rôles et des compétences de chaque structure est à défnir. Supprimer
les services redondants permettrait aussi de mieux orienter vers l’organisme de référence
et d’éviter la multiplication des acteurs, source de confusion et d’incompréhension.
déFinir le périmètre d’actions de la métropole lyonnaise
et du département
La Métropole lyonnaise et le Département du Rhône veilleront à une bonne répartition
des compétences et à la mutualisation de certains services. Il faut éviter un millefeuille
administratif coûteux et la redondance des postes et des missions des fonctionnaires
et des élus territoriaux.proposition 1
Stabiliser la fscalité locale
et baisser les dépenses publiques
Les entreprises ne peuvent plus assumer des hausses de fscalité sans mettre en péril
leur survie. Les collectivités locales doivent s’engager à la stabilité des taxes supportées
par les entreprises et adopter le principe d’iso-fscalité. Si un nouvel impôt est créé sur
une nouvelle base, un autre impôt doit être supprimé car le montant global de l’impôt Créer ne doit pas augmenter.4 5
Les taxes payées par les entreprises ne sauraient servir de variable d’ajustement
aux budgets des collectivités : CFE, taxe enseigne lumineuse, taxe enlèv
ordures ménagères, versement transport… car les entreprises ont besoin de visibilité
et de stabilité fscale.
Les entreprises souhaiteraient que soient privilégiés les coûts choisis plutôt que les conditions
les coûts subis, c’est-à-dire des taxes sur lesquelles il est possible d’infuer par une
action vertueuse, comme par exemple les déchets.
La fscalité des entreprises, aussi bien de l’industrie, des services, du commerce,
de l’artisanat et des professions libérales, doit être traitée dans sa globalité.de la Pour redresser notre économie et réduire l’endettement du pays, la baisse des dépenses
publiques, que le MEDEF appelle au niveau national, doit également être appliquée
au niveau local.
Cette baisse des dépenses publiques locales s’appuie sur une baisse des coûts
de fonctionnement afn de maintenir les investissements, synonymes d’activités,
d’emplois et d’amélioration de la qualité de vie dans la métropole.croissance
Favoriser la synergie entre les services du grand l yon et de la cci de l yon
Le Grand Lyon et la CCI de Lyon proposent de nombreux services similaires, à l’image
des développeurs économiques sur les territoires et des antennes locales de la CCI
de Lyon. Pour l’effcience des services et l’effcience budgétaire, un meilleur
partage des rôles et des compétences de chaque structure est à défnir. Supprimer
les services redondants permettrait aussi de mieux orienter vers l’organisme de référence
et d’éviter la multiplication des acteurs, source de confusion et d’incompréhension.
déFinir le périmètre d’actions de la métropole lyonnaise
et du département
La Métropole lyonnaise et le Département du Rhône veilleront à une bonne répartition
des compétences et à la mutualisation de certains services. Il faut éviter un millefeuille
administratif coûteux et la redondance des postes et des missions des fonctionnaires
et des élus territoriaux.redynamiser la gouvernance économique
Le modèle lyonnais de gouvernance économique doit trouver un second souffe pour
mieux fonctionner : Lyon ville de l’Entrepreneuriat, Espace Numérique Entreprises… proposition 3
Ces structures doivent être de véritables espaces de partage, d’échanges et de
discussion. Le GLEE* (Grand Lyon, l’Esprit d’Entreprise) doit prendre toute sa place
dans le schéma de concertation et de décision entre le monde politique et le monde Densifer l’agglomération lyonnaise
économique. Avec une gouvernance et un pouvoir de décision partagés, les actions ne
peuvent faire que consensus, être plus effcaces et mises en œuvre plus rapidement.
La densifcation est une nécessité pour éviter le coûteux étalement urbain.
*Le GLEE réunit la CCI de Lyon, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Rhône, la Communauté Urbaine de
Lyon, le MEDEF Lyon-Rhône, la CGPME du Rhône, l’Université de Lyon.
acter la densiFication dans les documents d’urbanisme
Lyon doit devenir la première agglomération à se densifer par la verticale en autorisant,
dans les textes d’urbanisme, à construire plus haut. Augmenter les taux des COS
dans toute l’agglomération est également indispensable pour construire moins cher
et densifer la métropole.6 7proposition 2
développer l’habitat mixte
La mixité des usages doit être renforcée en construisant des bâtiments où logements, Développer rapidement
bureaux et commerces cohabitent, à l’image des programmes développés à la Confuence.
les infrastructures
Favoriser le renouveau de l’urbanisme commercial
Faciliter l’agrandissement et la modernisation des surfaces commerciales existantes
L’activité économique ne peut se développer et être dynamique que si les infrastructures pour favoriser leur développement.
offertes sont adaptées et performantes.
libérer du F oncier pour l’industrie
réaliser les inFrastructures routières, en priorité l’ anneau des sciences
Les friches industrielles ne peuvent pas être systématiquement transformées en zone
Pour l’ensemble des entrepreneurs, la priorité en matière d’infrastructures concerne d’habitat. Il faut maintenir de la petite industrie en ville et favoriser son développement
la construction de l’Anneau des Sciences afn de boucler le périphérique. Lyon ne peut sur ces espaces en friche. La ville est un lieu de mixité entre habitat et activités.
prétendre à un rang élevé parmi les métropoles européennes sans un périphérique
bouclé ! Sur ce projet, il faut un engagement fort, un calendrier précis et une mise en
œuvre rapide.
L’arrivée de l’A89 dans l’agglomération lyonnaise, le COL et l’A45 font partie des autres
projets d’infrastructures à lancer sans tarder.
contribuer au développement de l’aéroport l yon-saint exupéry proposition 4
Les collectivités locales doivent s’inscrire dans toutes les démarches accompagnant
le développement de la plate-forme aéroportuaire lyonnaise, en gardant dans les Développer l’emploi
documents d’urbanisme les possibilités de développement, en soutenant les projets
d’investissement de la société ADL et en appuyant les démarches commerciales
en direction des compagnies aériennes pour l’ouverture de nouvelles lignes.
accélérer l’essor des groupements d’employeursAéroport à vocation inter-régionale, Saint-Exupéry doit développer son trafc et conforter
la place de Rhône-Alpes comme seconde porte d’entrée aérienne du territoire national. Promouvoir les groupements d’employeurs pour faire accepter l’idée qu’un salarié
Les décisions relatives à l’éventuelle évolution du capital de la société ADL devront travaille pour plusieurs entreprises. Communiquer autour de cette nouvelle façon de
être prises après concertation avec le monde économique et garantir le développement travailler est un bon moyen de lever les freins et d’aider à fuidifer le marché du travail.
de l’aéroport.
Faciliter le travail dominical
désaturer la gare de la p art-dieu Utiliser tous les leviers d’action au niveau du Grand Lyon pour permettre l’ouverture
La gare de la Part-Dieu est saturée et les projets d’agrandissement pour accroître des enseignes commerciales le dimanche.
sa capacité s’inscrivent sur le moyen-long terme. Pour éviter l’engorgement, une partie
du trafc peut être réorientée vers la gare TG v de Saint-Exupéry.redynamiser la gouvernance économique
Le modèle lyonnais de gouvernance économique doit trouver un second souffe pour
mieux fonctionner : Lyon ville de l’Entrepreneuriat, Espace Numérique Entreprises… proposition 3
Ces structures doivent être de véritables espaces de partage, d’échanges et de
discussion. Le GLEE* (Grand Lyon, l’Esprit d’Entreprise) doit prendre toute sa place
dans le schéma de concertation et de décision entre le monde politique et le monde Densifer l’agglomération lyonnaise
économique. Avec une gouvernance et un pouvoir de décision partagés, les actions ne
peuvent faire que consensus, être plus effcaces et mises en œuvre plus rapidement.
La densifcation est une nécessité pour éviter le coûteux étalement urbain.
*Le GLEE réunit la CCI de Lyon, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Rhône, la Communauté Urbaine de
Lyon, le MEDEF Lyon-Rhône, la CGPME du Rhône, l’Université de Lyon.
acter la densiFication dans les documents d’urbanisme
Lyon doit devenir la première agglomération à se densifer par la verticale en autorisant,
dans les textes d’urbanisme, à construire plus haut. Augmenter les taux des COS
dans toute l’agglomération est également indispensable pour construire moins cher
et densifer la métropole.6 7proposition 2
développer l’habitat mixte
La mixité des usages doit être renforcée en construisant des bâtiments où logements, Développer rapidement
bureaux et commerces cohabitent, à l’image des programmes développés à la Confuence.
les infrastructures
Favoriser le renouveau de l’urbanisme commercial
Faciliter l’agrandissement et la modernisation des surfaces commerciales existantes
L’activité économique ne peut se développer et être dynamique que si les infrastructures pour favoriser leur développement.
offertes sont adaptées et performantes.
libérer du F oncier pour l’industrie
réaliser les inFrastructures routières, en priorité l’ anneau des sciences
Les friches industrielles ne peuvent pas être systématiquement transformées en zone
Pour l’ensemble des entrepreneurs, la priorité en matière d’infrastructures concerne d’habitat. Il faut maintenir de la petite industrie en ville et favoriser son développement
la construction de l’Anneau des Sciences afn de boucler le périphérique. Lyon ne peut sur ces espaces en friche. La ville est un lieu de mixité entre habitat et activités.
prétendre à un rang élevé parmi les métropoles européennes sans un périphérique
bouclé ! Sur ce projet, il faut un engagement fort, un calendrier précis et une mise en
œuvre rapide.
L’arrivée de l’A89 dans l’agglomération lyonnaise, le COL et l’A45 font partie des autres
projets d’infrastructures à lancer sans tarder.
contribuer au développement de l’aéroport l yon-saint exupéry proposition 4
Les collectivités locales doivent s’inscrire dans toutes les démarches accompagnant
le développement de la plate-forme aéroportuaire lyonnaise, en gardant dans les Développer l’emploi
documents d’urbanisme les possibilités de développement, en soutenant les projets
d’investissement de la société ADL et en appuyant les démarches commerciales
en direction des compagnies aériennes pour l’ouverture de nouvelles lignes.
accélérer l’essor des groupements d’employeursAéroport à vocation inter-régionale, Saint-Exupéry doit développer son trafc et conforter
la place de Rhône-Alpes comme seconde porte d’entrée aérienne du territoire national. Promouvoir les groupements d’employeurs pour faire accepter l’idée qu’un salarié
Les décisions relatives à l’éventuelle évolution du capital de la société ADL devront travaille pour plusieurs entreprises. Communiquer autour de cette nouvelle façon de
être prises après concertation avec le monde économique et garantir le développement travailler est un bon moyen de lever les freins et d’aider à fuidifer le marché du travail.
de l’aéroport.
Faciliter le travail dominical
désaturer la gare de la p art-dieu Utiliser tous les leviers d’action au niveau du Grand Lyon pour permettre l’ouverture
La gare de la Part-Dieu est saturée et les projets d’agrandissement pour accroître des enseignes commerciales le dimanche.
sa capacité s’inscrivent sur le moyen-long terme. Pour éviter l’engorgement, une partie
du trafc peut être réorientée vers la gare TG v de Saint-Exupéry.Ce chapitre vise à présenter un certain nombre de propositions pour permettre
la création d’emplois directs et indirects dans la métropole. Il s’agit à chaque
fois de proposer des pistes concrètes d’actions susceptibles d’être mises en œuvre
ou accompagnées par les décideurs politiques locaux et nous-mêmes entrepreneurs.
Au-delà des projets de décentralisation politique, il convient aussi d’affcher
une ambition de décentralisation économique avec une meilleure répartition
des activités sur le territoire.Créer La métropole lyonnaise présente un certain nombre d’atouts qui doivent être
développés fortement pour pouvoir relever ce déf de la « décentralisation
économique ».
8 100 000 9
proposition 5emplois Augmenter de 30 % le fux
touristique à Lyon
à Lyon en
développer l’activité sur la plateF orme aéroportuaire de saint-exupéry
pour faciliter l’accessibilité de Lyon (cf Proposition 2).
rendre la destination l yon plus attractive et plus riche, sur le plan culture
et loisirs, pour inciter les touristes à séjourner une nuit supplémentaire :5 ans
› Cr éer un parc à thème de niveau européen sur le thème, par exemple, de la Gastronomie
ou de Lugdunum-La Gaulle romaine.
› Fusionner le Musée St Pierre et le Musée des Confuences pour permettre l’accueil
d’expositions permanentes dans l’un et d’expositions temporaires dans l’autre.
› Or ganiser un rapprochement avec le Musée des Offces à Florence qui permettrait de
présenter des collections des réserves et susciter l’intérêt de 300 000 à 400 000 visiteurs
par an. Lyon pourrait alors se positionner au niveau de Barcelone, Florence ou Bilbao.
› Bâtir un événement international récurrent sur le modèle de la Fête des Lumières
et le positionner au printemps. Cet événementiel d’envergure pourrait être conçu
autour des feuves.
› Développer l’activité nocturne à Lyon qui doit être un vrai facteur d’attractivité.
L’Offce de Tourisme pourrait lancer une application « Lyon la nuit » pour présenter
les établissements ouverts, le type de services proposés… Il faut également adapter
les horaires des transports en commun, notamment en fn de semaine, avec les
horaires des établissements de nuit. Le réseau lyonnais ferme de minuit à 5 heures
alors que les établissements de nuit ferment entre 3 et 4 heures.
potentiel de création d’emplois : aujourd'hui, le secteur touristique emploie 25 000
personnes dans le grand l yon. le potentiel à horizon 2018 est de 35 000 salariés.Ce chapitre vise à présenter un certain nombre de propositions pour permettre
la création d’emplois directs et indirects dans la métropole. Il s’agit à chaque
fois de proposer des pistes concrètes d’actions susceptibles d’être mises en œuvre
ou accompagnées par les décideurs politiques locaux et nous-mêmes entrepreneurs.
Au-delà des projets de décentralisation politique, il convient aussi d’affcher
une ambition de décentralisation économique avec une meilleure répartition
des activités sur le territoire.Créer La métropole lyonnaise présente un certain nombre d’atouts qui doivent être
développés fortement pour pouvoir relever ce déf de la « décentralisation
économique ».
8 100 000 9
proposition 5emplois Augmenter de 30 % le fux
touristique à Lyon
à Lyon en
développer l’activité sur la plateF orme aéroportuaire de saint-exupéry
pour faciliter l’accessibilité de Lyon (cf Proposition 2).
rendre la destination l yon plus attractive et plus riche, sur le plan culture
et loisirs, pour inciter les touristes à séjourner une nuit supplémentaire :5 ans
› Cr éer un parc à thème de niveau européen sur le thème, par exemple, de la Gastronomie
ou de Lugdunum-La Gaulle romaine.
› Fusionner le Musée St Pierre et le Musée des Confuences pour permettre l’accueil
d’expositions permanentes dans l’un et d’expositions temporaires dans l’autre.
› Or ganiser un rapprochement avec le Musée des Offces à Florence qui permettrait de
présenter des collections des réserves et susciter l’intérêt de 300 000 à 400 000 visiteurs
par an. Lyon pourrait alors se positionner au niveau de Barcelone, Florence ou Bilbao.
› Bâtir un événement international récurrent sur le modèle de la Fête des Lumières
et le positionner au printemps. Cet événementiel d’envergure pourrait être conçu
autour des feuves.
› Développer l’activité nocturne à Lyon qui doit être un vrai facteur d’attractivité.
L’Offce de Tourisme pourrait lancer une application « Lyon la nuit » pour présenter
les établissements ouverts, le type de services proposés… Il faut également adapter
les horaires des transports en commun, notamment en fn de semaine, avec les
horaires des établissements de nuit. Le réseau lyonnais ferme de minuit à 5 heures
alors que les établissements de nuit ferment entre 3 et 4 heures.
potentiel de création d’emplois : aujourd'hui, le secteur touristique emploie 25 000
personnes dans le grand l yon. le potentiel à horizon 2018 est de 35 000 salariés.Lyon dispose déjà d’un existant de centres de services partagés ainsi que des providers
actifs sur le marché qui démontre que l’attractivité de la ville est réelle.
proposition 6 Les atouts à développer pour accroître cette attractivité sont :
› Une stratégie bien calibrée, pas seulement orientée Lyon back offce de Paris, mais
ratissant plus large.Faire de Lyon le « Manchester »
› Une politique de communication orientée (cf. le site web de Manchester à la rubrique de la France Outsourcing).
2› Une offre immobilière diversifée et attractive avec une gamme de prix de 250 à 400 €/m .
De fait, attention aux tours de bureaux qui se construisent à la Part-Dieu et qui tirent
Il s’agit de favoriser l’implantation à Lyon de services et d’activités tertiaires en les loyers vers le haut.
provenance de Paris, sur le modèle de Manchester, devenu le « back offce » de
› Une animation régulière d’évènements qui accompagne le mouvement regroupant
Londres. La mise en œuvre du projet « Part-Dieu » constitue à ce titre une opportunité
utilisateurs et providers (cf. l’action que la ville de Reims organise annuellement).
particulièrement favorable.
› Des partenariats avec les universités pour entretenir des flières de formation Les phénomènes de délocalisation à l’échelon national ou au niveau international ne
10 spécialisées. 11sont pas nouveaux. Après avoir concerné les activités industrielles, puis les services
comme l’informatique, les services clientèle ou la fonction comptable et fnancière, › La spécialisation d’une localisation labellisée ; la Part Dieu n’est peut-être pas
nous assistons aujourd’hui à la multi-localisation d’activités à plus forte valeur ajoutée le meilleur choix en terme de coût.
(knowledge process outsourcing).
potentiel de création d’emplois : aujourd'hui, le secteur tertiaire (administratif,
Ces tendances de marché sont induites par la numérisation des données, fnancier, support informatique…) représente quelque 200 000 emplois dans
le développement des réseaux informatiques et les différences de coût du travail dans le grand l yon. le potentiel à horizon 2018 est évalué à 250 000 emplois.
les différentes zones géographiques. Ces facteurs créent des équilibres nouveaux,
qui peuvent être évolutifs dans le temps.
Dans ce contexte, les grandes organisations ont un large éventail de solutions en termes
de localisation de leurs activités de back offce (centres de service partagés, centre
d’appels…) et peuvent accessoirement choisir de les faire exploiter par des prestataires
externes dans le cadre d’opérations d’outsourcing. Ce sont ces deux catégories de proposition 7
cibles (les grands groupes et les providers) qu’il convient d’adresser pour mettre sur
pied une politique ambitieuse de promotion de Lyon en tant que « place to be » dans
le domaine du back offce et pas seulement dans une optique de transfert Paris / Province. Faciliter l’innovation et l’accès
De nombreuses localisations sont en compétition au plan mondial pour attirer les à l’innovation en créant
groupes internationaux dans leur recherche. Lyon fait partie des destinations qui
peuvent faire sens, même si pour certains critères la comparaison peut être diffcile une Maison de l’innovation
à soutenir.
Les éléments différenciant en terme d’attractivité des territoires portent essentiel- créer une maison de l’innovation, véritable lieu de rencontre entre dirigeants
lement sur : de secteurs d’activités différents, pour donner naissance à des produits, des usages
› les coûts de main d’œuvre, et des modèles économiques innovants. Cette Maison de l’innovation doit permettre
la création de valeur économique pour chaque entreprise partenaire.› la disponibilité de la main d’œuvre en volume et en compétences, linguistiques
notamment,
Les regards croisés de dirigeants d’horizons différents sur leur capital partagé (produits
› l e coût des infrastructures, et clients) deviendraient un nouveau gisement de l’innovation. Ce croisement de
› l ’accessibilité depuis des destinations étrangères environnantes, regards faciliterait l’identifcation d’opportunités d’innovations concrètes et permettrait
la création collaborative de solutions différenciatrices. › la qualité de la connectivité,
› la stabilité politique,
Cette Maison de l’innovation doit :
› l’environnement économique au sens large : fscal, droit du travail… › Ne pas être uniquement orientée vers la création/incubation, ni uniquement technique/
technologique.