La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Communiqué de presse Lundi 11 avril Flambée du prix de l’énergie : les « coups de pouce fiscaux » ne changeront rien… La situation politique, économique et environnementale mondiale nous fait redouter la très probable hausse du prix à long terme de l’énergie et du pétrole. Face à ce contexte, les Ministre des finances et de l’énergie ont convié, ce matin, les professionnels de la filière «carburants »,pour faire le point sur la situation des marchés pétroliers et sur les prix des carburants en France. Pour France Nature Environnement, il est urgent de procéder à des reformes structurelles pour faire face à cette nouvelle donne et pour anticiper la flambée des prix. Explications. C'est la fin de l’énergie abondante et bon marché
Début mars, le baril de pétrole dépassait les 115 dollars. Certaines stations affichaient un prix du carburant sansplomb à 1,82 euros/litre. Cette tendance s’inscrit sur le long terme parce qu’elle n’est pas liée à une conjoncture temporaire mais dépend d’un problème structurel : l’épuisement des ressources. A la croissance actuelle de pays tels que la Chine ou l’Inde qui pèsent fortement sur la demande en énergie, s’ajoute une crise de l’offre de plus en plus fragilisée par un contexte politique incertain sur toutes les sources d’énergie fossile : gaz, pétrole, charbon et uranium…
Pour Benoit Hartmann porte parole de France Nature Environnement : «Les conséquences de cette augmentation généralisée et durable du prix de l’énergie deviennent ingérables sur les plans économiques et sociaux, et sans perspective d’éclaircie. Déjàen 2010, la facture énergétique des français a augmenté de 12 % faisant tomber beaucoup de ménages dans la précarité énergétique
Les taxes sur l’essence ne doivent pas être utilisées comme un pansement sur une jambe de bois
Face à cette crise structurelle, qui n’est pas prête de s’arrêter, les coups de pouces fiscaux et autres réponses ponctuelles au coup par coup sont inadaptées. Le
gouvernement ne doit pas céder à la tentation d’utiliser ces artifices fiscaux tels 1 qu’une baisse de la TIPPpour amortir cette hausse. Pour JeanBaptiste PONCELET, chargé de mission« Transports et Mobilité Durables » à France Nature Environnement:« La TIPP n’est pas une variable d’ajustement. Il ne faut plus chercher à maintenir l’illusion d’un pétrole bon marché. La tendance actuelle nous contraint à avancer vers un système différent, moins gourmand en énergie et où la source d’énergie ne dégage ni carbone, ni radiation. »Pour les transports aussi, un changement de modèle s’impose A l’occasion du Grenelle de l’environnement l’Etat s’est engagé à réduire notre consommation d’énergie et nos émissions de gaz à effet de serre, y compris dans le domaine du transport de personnes et de marchandises. Or, quatre ans plus tard, on ne peut pas dire que la situation se soit améliorée. On a consommé en France en 2010 plus d’énergie que jamais. Pour Michel Dubromel, viceprésident de France Nature Environnement: « De nombreuses solutions à la crise énergétique s’offrent à nous : repenser nos politiques d’aménagement du territoire et d’urbanisme pour réduire nos besoins de déplacement, fournir une offre d’alternative crédible en engageant une vraie politique en faveur du transfert de la route vers le rail et le fluvial, se déplacer autrement en favorisant le covoiturage et l’auto partage par exemple.... Il est plus que jamais urgent de passer à une société sobre et harmonieuse. L’actualité nous le rappelle cruellement.»
1 Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers