La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

et Floristique) de Camargue gardoise, atteste de ces richesses et ...

De
2 pages

19 oct. 2011 – et Floristique) de Camargue gardoise, atteste de ces richesses et cette valeur patrimoniales. Les habitats des principales espèces suivantes ...

Publié par :
Ajouté le : 16 avril 2012
Lecture(s) : 47
Signaler un abus
et Floristique) de Camargue gardoise, atteste de ces richesses et cette valeur patrimoniales. Les habitats
des principales espèces suivantes seront détruits : Héron pourpré, Butor étoilé et Mouette mélanocéphale
(zone d’alimentation).
Or, à en juger par la mobilisation locale, qui ne vous a sans nul doute pas échappé, mais aussi par le
soutien de nombreuses associations* locales ou nationales à cette opposition, ce projet ne recueille
manifestement pas l’acceptation sociale exigée (*Association des habitants de la plaine de Beaucaire,
Confédération Paysanne du Gard, associations locales de protection de la nature (COGard et Meridionalis,
Association de professionnels du photovoltaïque (TPAMPS), Ecologie sans frontières).
A
u regard de ces éléments, ainsi que de l'avis formulé par l'autorité environnementale mettant en exergue
tous les manquements ou insuffisances dans ce projet d'aménagement, à la veille de l’ouverture de
l’enquête publique nous souhaitions vous confirmer notre détermination à stopper ces destructions
d’espèces et d’habitats d’espèces, protégées par la Loi française et la réglementation européenne. Par
conséquent, nous vous informons de notre détermination à nous opposer, par toutes voies de droit (recours
administratifs et actions pénales), à la destruction de 715 hectares de terres fertiles, abritant un patrimoine
naturel protégé, alors que le département recèle un potentiel considérable de surfaces anthropisées
propices au développement de la production d’énergie photovoltaïque.
Recevez, Monsieur le Président, nos sincères salutations et notre soutien pour la préservation de la plaine
de Beaucaire,
Etienne BECKER,
Administrateur Nacicca
Michel Niquet
Association des Riverains de la plaine de Beaucaire
Jean-François BIANCO,
Porte Parole de la Confédération Paysanne du Gard et Secrétaire National de la Confédération Paysanne
Ariane VENNIN,
Présidente de Touche pas à mon panneau solaire, Porte-parole d’Ecologie sans frontières
Mike PARAMOR
Président du Centre Ornithologique du Gard
Rémy DESTRE
Président de Meridionalis, Union d’associations naturalistes du Languedoc-Roussillon
et Riverains de la plaine de Beaucaire
Arles, le 19 octobre 2011
Association NACICCA
Nature et Citoyenneté Crau Camargue Alpilles
Maison de la vie associative
3, Boulevard des Lices
13200 ARLES
Au Préfet du Gard, au Président du département, aux directeurs de la DREAL et de la DRAF
Objet : projet de centrale photovoltaïque en plaine de Beaucaire
Monsieur le Président,
Nous sommes plusieurs associations et syndicats oeuvrant pour la protection de la nature, pour
l’agriculture et le bon développement de l’énergie photovoltaïque.
A ces titres, depuis le début de son élaboration, notre attention a été attirée par le projet de réalisation
d’une centrale photovoltaïque en plaine de Beaucaire.
En effet, ce projet ne nous semble pas répondre aux préoccupations de développement durable auxquelles
est censé répondre le développement de la production d’électricité photovoltaïque, et ce à deux titres :
- la nature du sol concerné : la circulaire du 18/12/2009, bien que présentant une certaine ambigüité,
exprime la nécessité d’éviter au maximum la réalisation de ce type d’aménagement sur les terres agricoles
et espaces naturels, au profit de surfaces anthropisées. Ce principe fait à ce jour un large consensus,
formulé qui plus est dans les doctrines régionales ou départementales rédigées par de nombreux services
de l’Etat ou collectivités territoriales. Ce principe est de plus désormais expressément imposé dans les
cahiers des charges des appels d'offres solaires auquel le projet de Beaucaire, de plus de 250 Kwc, est
maintenant soumis.
A Beaucaire au contraire, les terres impactées par ce projet sont des terres cultivées au potentiel
agronomique très satisfaisant, en cours d'exploitation d'ailleurs, bénéficiant de l’AOC « taureau de
Camargue » et l’IGP pour le riz. Le choix retenu en faveur d’une centrale photovoltaïque au sol est
d’autant plus surprenant qu’une étude du CETE Méditerranée de la DREAL-LR tend à démontrer que
dans le Gard, les surfaces de friches industrielles, anciennes mines et décharges offrent un potentiel
suffisant pour répondre aux objectifs de production photovoltaïque (potentiel de production de 860 MWc
par centrale au sol sur surfaces anthropisées).
- son impact environnemental : outre leur caractère agricole, les terres concernées hébergent des espèces et
habitats d’espèces protégées, faisant partie du patrimoine camarguais, français mais aussi européen. Leur
présence au sein du périmètre de la ZNIEFF de type II (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin