La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

FORMATION EN STATISTIQUE DE GENRE ET EN ANALYSE DE GENRE DE LA PAUVRETE
ATELIER DE FORMATION
Villa Mandarine, Rabat, 7 au 9 Décembre 2005
„
„
„
„
„
„
„
„
Réalité des inégalités de genre
Les femmes ne représentent pas une minorité, ni un groupe marginal, mais plus de la moitié de l’humanité Plus des 3/5 du milliard de pauvres dans le monde sont des femmes et des filles Les 2/3 des 876 millions d ’analphabètes dans le monde sont des femmes et des filles Les femmes salariées travaillent en moyenne pour des niveaux de salaire qui ne représentent que 78% de ceux des hommes Les femmes consacrent près de 70% de leur temps de travail non rémunéré à s’occuper de leurs familles et leur contribution au bienêtre collectif est sous estimée en conséquence Les femmes ne possèdent que 1% de la propriété et du patrimoine dans le monde Entre 10 et 50% des femmes adultes ont fait l ’expérience de la violence dans leurs ménages Ainsi le développement atil un impact différent sur les femmes et les hommes
L’Intégration horizontale du genre
L ’intégration horizontale du genre (‘gender mainstreaming’) „ a été définie par le Conseil Economique et social des Nations unies en 1997 comme « une stratégie visant à faire des préoccupations et des expériences des femmes aussi bien que des hommes une dimension intégrale de la conception, de la mise en œuvre, du suivi et de l ’évaluation des politiques et des programmes dans toutes les sphères politique, économique et sociétale, de façon à ce que les femmes et les hommes en bénéficient à égalité, et que l ’inégalité entre les sexes ne soit pas perpétuée »
L’Intégration horizontale du genre
Implications de l ’approche Identifier les écarts entre les femmes et les hommes „ à travers l ’utilisation de données désagrégées par sexe développer des stratégies pour éliminer ces écarts „ mobiliser des ressources pour mettre en œuvre ces „ stratégies assurer le suivi de la mise en œuvre de ces „ stratégies responsabiliser les individus et les institutions pour „ une transparence des résultats obtenus
Plateforme d’Action de Beijing (+5)
Nécessité de développer des capacités d’analyse de genre „ Développement de mécanismes de transparence „ Allocation de ressources suffisantes „ Attention explicite, cohérente et soutenue envers l ’égalité de „ genre Ciblage de secteurs prétendument « neutres pour le genre »: „ ‹infrastructures ‹politiques économiques ‹et pas seulement santé et éducation Engagement et volonté politique forts „
Historique de l’approche Genre (1)
Jusqu’au début des années 1970: approche dominante en terme de bienêtre (‘Femmes et Développement’FED/WAD) Les femmes sont des bénéficiaires passives de l’aide, non „ des actrices du développement Accent mis sur le rôle reproductif: épouses, mères, „ ménagères Allégement des tâches dans le cadre de leurs rôles sociaux „
Historique de l’approche Genre (2)
Conférence de Mexico en 1975: approche ‘Intégration des Femmes dans le Développement’ IFD/WID Les femmes sont vues comme des actrices de l ’économie et de la société, „ leur rôle productif est pris en compte Prise de conscience du fait que le développement peut avoir un impact „ négatif sur la situation des femmes Cette nouvelle approche se traduit par des stratégies innovantes: les femmes ont accès à des ressources telles que „ le microcrédit par exemple la protection des droits des femmes sur le plan législatif (CEDAF: „ Convention pour l’Elimination de toutes les formes de Discrimination A l’encontre des Femmes) des travaux de collecte et d ’analyse visant à rendre plus visible la „ contribution des femmes à l ’économie et au bien être (activités productives, activités domestiques, économie des soins (‘care economy’) mise en œuvre des analyses de genre „
Historique de l’approche Genre (2)
Limitations de l ’approche IFD les projets spécifiques aux femmes ou les composantes „ ‘femmes’ des projets plus larges n’ont pas en général amélioré la situation des femmes; ils les ont plutôt marginalisées l’approche s’est focalisée sur ce que les femmes pouvaient „ apporter au développement et non sur ce que le développement pouvait apporter aux femmes les fonctions de protection sociale ont été transférées de l’Etat „ aux ménages La promotion des microentreprises pour les femmes a négligé „ les déséquilibres des rôles dans les ménages et les communautés Finalement, l ’approche IFD négligeait les obstacles au „ changement liés aux questions de pouvoir, de conflit et de relations entre les sexes
Historique de l’approche Genre (3)
L ’approche‘Genre et Développement’ GED/GIDse met en place à partir des années 1990 pour répondre aux limitations de l ’approche IFD Puisque la pensée dominante du développement est aveugle „ aux différences de rôles, de contributions et de besoins, alors il faut intégrer horizontalement le genre dans toutes les „ décisions, politiques, actions et allocations des ressources afin d’atteindre et de peser sur la situation des groupes exclus „ et désavantagés, y compris cette moitié de l’humanité que sont les femmes
Historique de l’approche Genre (3) Le cadre théorique des rôles de genre met l’accent sur: le ménage en tant que système d’allocation des ressources entre ses membres plutôt „ qu ’en tant que groupe partageant un système de production et de consommation commun l’accès et le contrôle des femmes sur les ressources au sein du ménage „ la contribution productive des femmes aux ressources du ménage qui fournit la clé de „ répartition de ces mêmes ressources dans une perspective d’efficacité économique L’analyse en terme de relations sociales met l’accent sur: „ la question du pouvoir qui désavantage les femmes dans la société „ il ne s’agit pas tant de redistribuer les ressources „ mais de redistribuer le pouvoir  économique, politique et social „ et comme cette redistribution est un jeu à somme nulle, cette redistribution doit „ forcément se faire au détriment des hommes L’intégration horizontale du genre est la résultante de ces deux „ démarches mettant l ’accent sur l ’efficacité économique „ tout en retenant également des actions pour assurer une meilleure participation des „ femmes (‘ empowerment ’)