Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

LA CONSTITUTION REVISEE

De
30 pages

LA CONSTITUTION REVISEE

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 136
Signaler un abus
LA CONSTITUTION REVISEE Loi constitutionnelle n° 2007-001 du 27 avril 2007 
 PREAMBULE Le Peuple Malagasy souverain, Résolu à promouvoir et à développer son héritage de société pluraliste et respectueuse de la diversité, de la richesse et du dynamisme de ses valeurs éthicospirituelles et socioculturelles, notamment, le « fihavanana » et les croyances au Dieu Créateur ; Convaincu que le Fokonolona, organisé en Fokontany, constitue un cadre déchange et de concertation participative des citoyens ; Conscient de limportance exceptionnelle des richesses de la faune, de la flore et des ressources minières à fortes spécificités dont la nature a doté Madagascar et quil importe de préserver pour les générations futures ; Considérant sa situation géopolitique dans la région et sa participation engagée dans le concert des Nations et faisant siennes : - la Charte Internationale des droits de lhomme ; - la Charte africaine des droits de lhomme et des peuples ; - les Conventions relatives aux droits de la femme et de lenfant qui sont, toutes, considérées comme partie intégrante de son droit positif ; Considérant que lépanouissement de la personnalité et de lidentité de tout Malagasy, est le facteur essentiel du développement durable et intégré dont les conditions sont reconnues comme étant : - la préservation de la paix et la pratique de la solidarité en signes de devoir de conservation de lunité nationale, dans la mise en uvre dune politique de développement équilibré et harmonieux sur tous les plans ; - le respect et la protection des libertés et droits fondamentaux ; - linstauration dun Etat de droit en vertu duquel les gouvernants et les gouvernés sont soumis aux mêmes normes juridiques, sous le contrôle dune justice indépendante ;  - la lutte contre linjustice, la corruption, les inégalités et la discrimination sous toutes ses formes ;   - la gestion rationnelle et équitable des ressources naturelles pour les besoins du développement de lêtre humain ; - la bonne gouvernance et la transparence dans la conduite des affaires publiques ; - la séparation et léquilibre des pouvoirs exercés à travers des procédés démocratiques ; - lapplication effective de la décentralisation ; 
 
1
Déclare : 
TITRE PREMIER LES PRINCIPES FONDAMENTAUX
      Article premier - Le Peuple Malagasy constitue une Nation organisée en Etat souverain, unitaire et républicain. Cet Etat porte le nom de «République de Madagascar». La démocratie constitue le fondement de la République. Sa souveraineté sexerce dans les limites du territoire qui lui sont reconnues par le droit international. Nul ne peut porter atteinte à lintégrité territoriale de la République.  Art.2. La République de Madagascar est organisée en Collectivités territoriales décentralisées, dont lautonomie administrative et financière est garantie par la Constitution. Ces collectivités territoriales concourent avec lEtat au développement de la nation. Article 3- Le territoire national est inaliénable   Article 4- La République de Madagascar a pour devise :Tanindrazana - Fahafahana -« Fandrosoana». Son emblème national est le drapeau tricolore, blanc, rouge, vert, composé de trois bandes rectangulaires dégales dimensions, la première verticale de couleur blanche du côté de la hampe, les deux autres horizontales, la supérieure rouge et linférieure verte. Lhymne national est «Ry Tanindrazanay malala ô ! » Les sceaux de lEtat et les armoiries de la République sont définis par la loi. Le malagasy est la langue nationale. Le malagasy, le français et langlais sont les langues officielles. Article 5- La Capitale de la République de Madagascar est Antananarivo. Article 6souveraineté appartient au peuple, source de tout pouvoir, qui lexerce par ses- La représentants élus au suffrage universel direct ou indirect ou par la voie du référendum. Aucune fraction du peuple, ni aucun individu ne peut sattribuer lexercice de la souveraineté. Sont électeurs dans les conditions déterminées par la loi tous les nationaux des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques. La qualité délecteur ne peut se perdre que par une décision de justice devenue définitive 
 
2
Article 7volonté générale. Elle est la même pour tous, quelle- La loi est lexpression de la protège, quelle oblige ou quelle punisse. Article 8sont égaux en droit et jouissent des mêmes libertés fondamentales- Tous les individus protégées par la loi sans discrimination fondée sur le sexe, le degré dinstruction, la fortune, lorigine, la race, la croyance religieuse ou lopinion.   
 TITRE II DES LIBERTES, DES DROITS ET DES DEVOIRS DES CITOYENS   Sous-titre premier Des droits et des devoirs civils et politiques 
  Article 9la protection des droits individuels et des libertés fondamentales sont- Lexercice et organisés par la loi. Article 10libertés dopinion et dexpression, de communication, de presse, dassociation, de- Les réunion, de circulation, de conscience et de religion sont garanties à tous et ne peuvent être limitées que par le respect des libertés et droits dautrui et par limpératif de sauvegarder lordre public. Article 11- Tout individu a droit à linformation. Linformation sous toutes ses formes nest soumise à aucune contrainte préalable. La loi et la déontologie professionnelle déterminent les conditions de sa liberté et de sa responsabilité. Article 12le territoire national et dy rentrer dans- Tout ressortissant malagasy a le droit de quitter les conditions fixées par lo i. Tout individu a le droit de circuler et de sétablir librement sur tout le territoire de la République dans le respect des droits dautrui et des prescriptions de la loi. Article 13individu est assuré de linviolabilité de sa personne, de son domicile et du secret- Tout de sa correspondance. Nulle perquisition ne peut avoir lieu quen vertu de la loi et sur lordre écrit de lautorité judiciaire compétente, hormis le cas de flagrant délit. Nul ne peut être poursuivi, arrêté ou détenu que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes quelle a prescrites. 
 
3