//img.uscri.be/pth/ca598125bb35d2919166e7a4c08975c8af8a1328
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

LES MÉDIAS DANS LA RÉCENTE CRISE DE GAZA : RÉVÉLATEUR DES CLIVAGES ...

De
9 pages

LES MÉDIAS DANS LA RÉCENTE CRISE DE GAZA : RÉVÉLATEUR DES CLIVAGES ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 90
Signaler un abus
Revue Averroès, n°1 – Thème mineur : Quelques approches et dimensions du conflit israélo-palestinien
Revue Averroès, n°1 – Thème mineur : Quelques approches et dimensions du conflit israélo-palestinien
LES MÉDIAS DANS LA RÉCENTE CRISE DE GAZA : RÉVÉLATEUR DES
LES MÉDIAS DANS LA RÉCENTE CRISE DE GAZA : RÉVÉLATEUR DES
CLIVAGES POLITIQUES RÉGIONAUX
CLIVAGES POLITIQUES RÉGIONAUX
Perspectives comparées
Perspectives comparées
: Egypte, Arabie Saoudite, Qatar, Syrie
: Egypte, Arabie Saoudite, Qatar, Syrie
Clémence FLUSIN
*
Rédaction supervisée par Mohammed EL-OIFI
**
« La guerre serait-elle l'art de faire couler du sang ou l'art de faire couler de l'encre ? »
1
. Au
mépris du millier de victimes de la guerre de Gaza de décembre 2008 à janvier 2009, il serait tentant de
répondre que la guerre est bien l’art de faire couler de l’encre étant donné la très forte dimension
médiatique qu’a présenté le conflit. En effet, Israël a interdit l’accès à Gaza à ses propres médias et aux
médias étrangers, dans la volonté de ne pas reproduire le choc de 2006 causé par les images de la guerre
au Liban, et la couverture médiatique du conflit dans le monde s’est révélée l’objet de stratégies
communicatives. Pourtant, au mépris du mépris, au-delà de toutes les images, de tous les écrits et essais
qui nous la font oublier, il est une vérité immuable : la guerre est, avant tout et tristement, l’art de faire
couler du sang. Le grand malheur de notre siècle serait donc que l’encre qui découle de ce sang ne fait
que renforcer cette guerre, voire révéler toujours plus de clivages.
Le XXI
e
siècle devait être le siècle de l’émergence d’un quatrième pouvoir, à savoir le pouvoir
des médias, porteurs de la parole libre. Le XXI
e
siècle s’est bien révélé être le siècle des médias, mais ils
ne constituent malheureusement pas un quatrième pouvoir car leur parole s’avère généralement
contrainte dans la mesure où ils disposent de conditions de communication particulières. Contraints par
un temps limité (télévision, radio) ou un nombre de signes limité (journaux écrits), l’autonomie des
médias est bien relative, sans considérer les pressions politiques et économiques très présentes
respectivement dans le monde arabe et en Occident.
Dans le cas du conflit à Gaza, de grandes divergences de traitement ont été identifiables d’un
pays à l’autre, et ce, non seulement entre des pays aux opinions radicalement opposées tels que l’Iran et
les Etats-Unis, mais aussi, entre des médias de différents pays du monde arabe. Ainsi, entre l’Egypte,
l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Syrie, le traitement de l’événement s’est révélé différent, souvent
révélateur des positions occupées par le pays dans la région, des enjeux politiques du conflit pour ce
pays, de leurs aspirations et des clivages idéologiques qui sévissent dans la région.
*
Etudiante en master Affaires internationales, spécialité Sécurité internationale à l’Institut d'Etudes Politiques de Paris.
Rédactrice de feuillets informatifs sur le Québec pour le site
www.anaem.ca
.
clemence.flusin@sciences-po.org
**
Politologue spécialiste des médias arabes et collaborateur du
Monde diplomatique
, maître de conférence à l’IEP de Paris.
1
Citation Théma.
1