Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Alternative libertaire n°258 (février 2016)

De
20 pages

État d’urgence ; État policier ; déchéance de nationalité ; Notre-Dame-des-Landes ; Actes islamophobes ; Goodyear ; police et racialisation ; Mayotte ; Égypte ; community organizing ; Saint-Valentin et patriarcat ; Biodiversité ; José Ardillo ; 1906 : la catastrophe de Courrières

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2016
Lecture(s) : 22
Signaler un abus

MAQUETTE AL 258.qxp_Mensuel AL 23x32.qxd 17/01/2016 19:17 Page1
POLICE
La formation raciste décomplexée
des forces de répression p. 6-7
MAYOTTE
L’explosion sociale p. 8
QUARTIERS
À Grenoble, l’organisation MENSUEL N° 258M FÉVRIER 2016M 3 euros Dom 4  Québec 4 $ Polynésie 900 F pac. Kanaky 750 F pac.
de la solidarité concrète p. 10-11
ASSIGNÉS À
résistance
L 15980 - 258 - F: 3,00 € - RD
ALTERNATIVE LIBERTAIRE
Un ouvrier de Goodyear face aux CRS, le 12 février 2013 à Rueil-Malmaison. cc Marie-Au KrasnyiMAQUETTE AL 258.qxp_Mensuel AL 23x32.qxd 17/01/2016 19:17 Page2
P L E I N S F E U X
ÉDITO antiterrorisme
Le vent
mauvais
Quelle est cette odeur Résistons à fétide qui nous remonte
aux narines ? Les égouts
seraient-ils déjà en train
de déborder ? Un Parlement
L’État, une bande d’hommes en armes, disait déjà Engels. férentes lois qui renforcent lesqui s’apprête à voter
Certes, mais l’addition des lois nouvelles voulues par le gou- prérogatives policières depuisla déchéance de nationalité
vernement Hollande crée néanmoins une situation inédite et 1996. En particulier avec la loiaccompagnée d’un énième
sur le renseignement adoptée àgrave. L’état d’urgence sera dans la Constitution et l’état d’ex-paquet de mesures
l’été 2015, qui permet d’enquêterception dans notre quotidien. Résistance !liberticides. Une extrême
et d’espionner téléphones etdroite en progression
Hollande frappe les trois coups, ristes, y compris des demi-fous Internet, sans contrôle du juge,comme presque partout
et le rideau se lève sur une scène comme devant le commissariat pour toute personne soupçonnéeen Europe. Des journalistes
juridique profondément boule- de Barbès à Paris le 7 janvier. Il d’avoir l’intention de nuire auxaux ordres, des agressions
versée : ne s’agit en aucun cas de justi- intérêts de la nation. racistes, des syndicalistes
– En gravant l’état d’urgenceenvoyé-e-s en prison.
dans la Constitution, le gouver-L’inventaire pourrait
nement se protège de toute accu-continuer. Une inquiétude
sation de pratique abusive, degrandit : l’extrême droite
contestation a posteriori et ouvresera-t-elle en mesure de
la porte à la légalité incontestableprendre le pouvoir à moyen
de toute nouvelle loi répressive.terme ? Il n’est pas encore
Le FN ne s’y trompe pas, quil’heure mais ses chiens sont
approuve le procédé et claironnedéjà aux affaires et, après
qu’il lui suffira, une fois au pou-avoir aboyé, ils mordent.
voir, d’élargir les champs d’ap-Nous sommes assigné-e-s
plication de l’état d’urgence.à résistance. Le désespoir
– Avec la nouvelle loi élargis-n’est pourtant pas de mise
sant les pouvoirs de policecar nous percevons déjà,
(conditions de tir, écoutes, per-à travers le vent mauvais,
quisitions de nuit, fouilles deles senteurs éparses
bagages et de véhicules, assigna-de l’espoir. Les combats
tions à résidence...) le gouverne- fier les attaques commises au Pour rire un peu dans cen’ont pas cessé, loin de là.
ment crée une situation d’excep- nom de Daech, mais nous contexte assez terrifiant, signa-Derrière le flot de mauvaises
tion permanente. Même plus savons bien où nous conduit l lons à nos lecteurs et lectrices,nouvelles filtre l’écho
besoin de décréter l’état d’urgen- lâchage de bride sur le cou des que, sans doute faute de mos-des luttes : au Kurdistan
ce  ! Sarkozy avait tenté en vain policiers : encore plus de bavu- quée à surveiller sur le plateaucontre les gangsters
de supprimer le juge d’instruc- res dans les quartiers, des de Millevaches, l’hélicoptère dede Daech et les nervis
tion, théoriquement indépen- contrôles toujours plus musclés la gendarmerie survole quoti-de la police turque,
dant du ministère de la Justice. et humiliants pour les jeunes et diennement en rase-motte la fer-en Grèce dans le saccage
Hollande, plus malin, se conten- les immigré-e-s. me du Goutailloux, connue pourdes banques, en France
te de contourner le juge en être à Tarnac le lieu d’implanta-dans les entreprises où
confiant aux préfets et aux pro- BANALISATION ET AGGRAVATION tion d’un groupe dont il est diffi-des salarié-e-s se battent,
cureurs, fonctionnaires officiel- DES VIOLENCES POLICIÈRES cile d’imaginer qu’il puisse virerdans les ZAD, dans
lement aux ordres du gouverne- Nous ne pouvons pas accepter au djihad !les actes de solidarité avec
ment, la mise en œuvre de une telle banalisation et aggra- La COP21 aura été un test utileles migrants et migrantes
l’ensemble de ces nouvelles vation. Les affaires révélées à au gouvernement. Protégé par lapartout en Europe.
emesures. Pantin et dans le XII arrondis- peur des attentats et les lois liber-Là où se monte une grève,
– Enfin, la déchéance de natio- sement ne sont que la partie visi- ticides, Hollande a réussi uneune manif, une réunion, où
nalité, sans aucune efficacité pra- ble de l’iceberg, tout comme démonstration de force  : plu-s’organisent ceux et celles
tique, vient couronner politique- l’immonde meurtre, à Rennes, sieurs dizaines d’écologistes assi-qui refusent la fatalité.
ment l’édifice dans un clin d’œil de Babacar Gueye, tué de cinq gné-e-s à résidence et perquisi-Toutes ces luttes ne forment
appuyé aux électeurs et électrices balles dans le dos par la police, tionné-e-s, 400 gardes à vues lepas encore une force.
du FN. La stigmatisation des per- alors qu’il s’automutilait pendant 29 novembre place de la Répu-Mais viendra le moment
sonnes issues de l’immigration une crise d’angoisse. L’autorisa- blique après un rassemblementoù ce qui paraît insignifiant
et dotées de la double nationali- tion de porter son arme en somme toute tranquille... Et guè-aux yeux des capitalistes
té, qui sont déclarées moins fran- dehors du service et de s’en servir re de protestations !leur paraîtra soudainement
çaises que les autres et donc fait craindre l’explosion des Les militantes et militants syn-puissant et inquiétant.
suspectes de terrorisme. représailles individuelles et des dicaux sont de longue date habi-Ce moment, nous travaillons
Alors que les militaires qui gar- conduites criminelles, particu- tué-e-s à la répression patronaleà sa construction.
daient les abords de la mosquée lièrement à l’encontre des popu- et gouvernementale. Dans
l’acde Valence ont neutralisé leur lations étrangères. Sous l’influen- tualité, celles et ceux d’EDF, de
agresseur sans le tuer, nous pou- ce de l’alcool, par exemple... La Poste, d’Air France, des Conti
vons constater que les flics ont Les nouvelles mesures vou- ou des Goodyear peuvent en
liquidé la plupart des protago- lues par le gouvernement PS témoigner et nous en profitons
20 janvier 2016
nistes présumés des actes terro- doivent être reliées avec les dif- pour exiger l’arrêt des poursuites
Alternative libertaire n°258 février 20162 M
DRMAQUETTE AL 258.qxp_Mensuel AL 23x32.qxd 17/01/2016 19:17 Page3
P L E I N S F E U X
l’État policier !
à leur encontre, et appeler à une pas hésité à braver les interdic- ces initiatives pour déboucher
initiative unitaire d’ampleur pour tions de manifester. sur une grande journée d’action.
fédérer dans la durée les solida- Jusqu’au sein du PS les mesu- À l’heure où ces lignes sont
écrirités autour de ces exemples. res liberticides et discriminantes tes, une journée de manifestation
Mais les nouvelles lois vont per- provoquent un malaise impor- est censée avoir lieu le samedi
mettre d’aller très au-delà. Par tant. Ce basculement ultrasécu- 30 janvier ou le 6 février. Le cadre
1exemple, de placer sous sur- ritaire accompagne naturelle- unitaire Stop état d’urgence
rasveillance et écoute les militants ment la poursuite de l’offensive semble plusieurs dizaines de
et militantes qui envisagent d’or- ultralibérale. Il est urgent d’é- partis, associations, syndicats et
ganiser une grève qui pourrait touffer les explosions sociales de collectifs et il s’est fédéré avec les
nuire aux intérêts de la nation, masse qui finiront inévitable- associations des quartiers en
avant même qu’elle ne soit ment par surgir. Accompagnant intégrant la dimension de la lutte
déclenchée, avant même qu’elle le virage à droite du gouverne- contre les discriminations. Dans
ne soit officiellement convoquée ! ment, il vise aussi à pousser certaines villes (Orléans, Rennes,
dehors les derniers militants PS par exemple), on réussit à fédérer
Manifestation pourBASCULEMENT ancrés à gauche pour permettre toute les forces alors qu’à Tou- ble-t-il, appeler sur une même
les réfugié-e-s,ULTRASÉCURITAIRE une alliance au centre. Un espa- louse le mouvement social est date avec ses propres motiva-interdite par la
préfecture pourSi les élus Front de gauche ont ce s’ouvre pour la reconstitution divisé sur les mots d’ordres (refus tions. En ce qui concerne AL,
cause d’étatvalidé l’état d’urgence, si la LDH d’un front réformiste sur les rui- de l’état d’urgence permanent vs nous dénonçons l’état d’urgenced’urgence,
l’a accepté dans les huit pre- nes de l’union de la gauche. Mais refus de l’état d’urgence tout le 22 novembre dans son ensemble, tout en
n’ou2015 à Paris.miers jours, nombre d’organisa- sur des ruines il ne paraît pas évi- court, dénonciation du racisme bliant pas qu’une éventuelle
tions sociales et syndicales, dent de construire... vs son invisibilisation...). Au-delà abrogation ne réglera pas les
proissues de l’immigration et des Immédiatement investi-e-s des divergences d’appréciations blèmes de violences policière et
quartiers, et d’intellectuel-le-s dans la dénonciation de l’état et de tactiques, nous militons de mesures liberticides à l’égard
ont lancé des appels à la résis- d’urgence, les militants et mili- pour une action forte et la plus du mouvement social...
tance contre les projets du gou- tantes d’Alternative libertaire se rassembleuse possible, chacun Jean-Yves AL 93
vernement. Et certaines n’ont sont employé-e-s à fédérer toutes et chacune pouvant, nous sem- 1. www.stopetatdurgence.org
racisme d’état d’urgence
La déchéance qui cache la forêt
ceux de Franco-Algériens, Franco- Pendant que la déchéance de laRevendication phare du FN, reprise sans complexe par Hollande et
Marocains, etc. Les populations issues nationalité est au cœur de toutes lesValls, la déchéance de la nationalité est au cœur des débats politiques
de l’immigration nord-africaine sont polémiques, le gouvernement en pro-et médiatiques. Mais, en souhaitant appliquer cette idée inepte et
inefune nouvelle fois les premières cibles fite pour continuer à durcir sa poli-ficace, le gouvernement veut détourner l’attention pour, par ailleurs,
du pouvoir. Et pour les fils et filles d’im- tique sécuritaire et guerrière. La pro-appliquer des mesures bien plus concrètes.
migré-e-s ayant la seule nationalité longation de l’état d’urgence, en
Pour éviter, sans doute, d’être taxé rement violente depuis l’instauration française, le racisme d’État monte premier lieu, qui devrait être votée au
de raciste et d’appliquer le programme de l’état d’urgence. encore d’un cran et va légitimer d’au- courant du mois de février. Mais afin
du FN, Hollande et son gouvernement Mais, rapidement, le gouvernement tant plus les contrôles au faciès, les de ne pas étendre indéfiniment cet
ont envisagé à un moment d’étendre est revenu sur ses propositions et a violences policières et les discrimina- état d’urgence, le gouvernement
soula déchéance de la nationalité à toutes décidé de limiter aux binationaux la tions. haite accroître les droits pour la police
et tous les Français, faisant fi des déchéance de la nationalité après et les préfectures  : perquisitions et
accords internationaux interdisant de condamnation pour des actes terro- DÉTOURNER L’ATTENTION assignations à résidence « 
préventi« créer » des apatrides. Il est clair qu’en ristes. Cette mesure crée, de fait, diffé- Dans les milieux judiciaires, politiques ves », assouplissement des règles
d’enélargissant cette déchéance de la rentes catégories dans la citoyenneté et médiatiques, tout le monde semble gagement armé des policiers, etc. De
nationalité à toutes et tous les « Fran- française. Les bons Français et Fran- s’accorder sur le fait que ces mesures quoi s’accoutumer à des pratiques
çais  » on aurait pu se demander ce çaises, nés de parents français, et les ne seront d’aucune efficacité pour d’exception qui deviendront
rapidequ’il pouvait advenir des militants et mauvais Français et Françaises né-e-s empêcher de nouveaux attentats. Une ment communes.
militantes basques poursuivi-e-s avec de parents étrangers et ayant fait le partie de la gauche du PS, du PCF ou Les premières mobilisations contre
acharnement par la justice de l’État choix de conserver une double natio- du Front de gauche crie sa colère contre l’état d’urgence et les mesures
sécurifrançais et de l’État espagnol, aux sym- nalité. En ciblant cette partie de la cette mesure. Mais elle est définitive- taires qui en découlent doivent
s’ampathisants et sympathisantes du PKK, population, le gouvernement s’est clai- ment muette sur le reste des mesures plifier, sur tout le territoire, de manière
aux militants et militantes de Tarnac rement attaqué à une partie de cette prises depuis les attentats de novembre, unitaire et la plus large possible. Le
gouaccusé-e-s de terrorisme et plus lar- dernière. Jamais les cas de Franco- et va même jusqu’à les approuver com- vernement s’attaque à nos libertés et à
gement aux révolutionnaires en proie Allemands, de Franco-Anglais n’ont me lors du vote sur l’état d’urgence à nos droits, rendons lui coup pour coup.
à une répression policière particuliè- été évoqués dans les médias, mais bien l’Assemblée nationale et au Sénat. Jon (AL Angers)
Alternative libertaire n°258 février 2016M 3

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin