Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'AMENAGEMENT URBAIN EN FRANCE,

De
5 pages

L'AMENAGEMENT URBAIN EN FRANCE,

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 157
Signaler un abus
L’AMENAGEMENT URBAIN EN FRANCE
,
UNE APPROCHE SYSTEMIQUE POUR CONSTRUIRE DES STRATEGIES
D’AMENAGEMENT DURABLE
Thierry Vilmin
EXTRAITS DE LA NOUVELLE EDITION PARUE AU CERTU EN 2008
LES ATTITUDES COMMUNALES
Jusqu’à la décentralisation des années 1980, bien peu de communes régulaient de manière
consciente leur développement. La plupart se contentaient de l’accompagner, qu’il soit
d’origine endogène, impulsé par la croissance démographique, ou exogène, imposé et mis
en oeuvre de l’extérieur par l’Etat ou les industriels. La décentralisation a confié la
responsabilité de leur développement aux communes et surtout leur a transféré les outils du
Code de l’urbanisme pour y procéder. Depuis, les communes tendent à se donner
explicitement des objectifs de développement en horizon de population ou en rythme de
croissance. La commune française étant un sous système relativement autonome tend à
fixer ses objectifs de développement en fonction de ses critères propres avant de prendre en
compte les besoins de son environnement plus large (c’est-à-dire, de l’aire urbaine). Elle a
sa logique que l’on peut décomposer en cinq logiques particulières qui se renforcent ou
s’opposent les unes les autres pour composer une attitude résultante de la commune par
rapport à son développement. Ces cinq logiques, que nous avons identifiées de manière
empirique à travers une série d’études, sont les suivantes : le foncier, la démographie,
l’économie et les finances, l’équipement, et enfin la restructuration urbaine. Chacune peut
jouer dans un sens ou dans l’autre vis-à-vis de l’offre foncière pour l’habitat.
La logique foncière
La logique foncière a à la fois une dimension géographique et une dimension sociopolitique.
La dimension géographique est celle de l’espace disponible de la commune. Si celle-ci n’a
plus d’espace d’extension, elle est effectivement contrainte. Cependant, il convient de
rappeler que le foncier est en trois dimensions et que beaucoup de tissus urbains peuvent
encore être densifiés.
La dimension sociopolitique est liée localement au poids politique des propriétaires fonciers.
Ce poids est sensible, voire prépondérant, dans les communes rurales récemment touchées
par la périurbanisation. Leurs conseils municipaux représentent largement les agriculteurs et
la propriété foncière. Si une pression à l’urbanisation se manifeste, les municipalités y voient
non seulement le moyen d’inverser l’exode rural mais aussi de réaliser la rente foncière au
profit de leurs mandants. Elles autorisent alors un développement en diffus, le long des voies
existantes, qui renvoie les vrais coûts de l’urbanisation vers le contribuable futur et vers les
niveaux supérieurs de collectivités territoriales (dont les subventions sont attendues pour les
rattrapages d’équipements).
Lorsque cette logique foncière opère de manière exclusive, aucun objectif démographique
n’est fixé dans la plupart des cas. La démographie est simplement induite par le souci de
développer la commune et de réaliser la rente foncière.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin