//img.uscri.be/pth/cd312d1263ac7e599b3a869bbf1bbf888d5b6e9b
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

non négligeable et pour lequel "personne ne sait rien, ne voit ...

De
8 pages

non négligeable et pour lequel 'personne ne sait rien, ne voit ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 204
Signaler un abus
Téléchargement : débat autour des nouvelles dispositions du projet de loi
N9148AKZ
Le 30 mai dernier, l'Association pour le développement de l'informatique juridique (ADIJ) organisait une conférence consacrée aux nouvelles dispositions duprojet de loirelatif au droit d'auteur et aux droits voisins dans la société de l'information, en
matière de téléchargement. Rappelons-le, ce texte, adopté par le Sénat le 11 mai dernier, entend transposer en droit interne la Directive européenne sur les droits d'auteur et les droits voisins du 22 mai 2001 (Directive 2001/29 du Parlement
européen et du Conseil du 22 mai 2001, sur l'harmonisation de certains aspects du
droit d'auteur et des droits voisins dans la société de l'informationN° Lexbase),
Directive qui aurait dû être transposée avant le 22 décembre 2004. A cette occasion
sont intervenus successivement, Marie-Anne Gallot Le Lorier, avocate, Marc Hérubel, conseiller technique auprès du Gouvernement, Ambroise Soreau, de l'Agence pour la protection des programmes et Emmanuel Quainon, consultant. En préambule, et afin de mieux comprendre la complexité d'un tel sujet, il convient
de revenir sur la position d'Ambroise Soreau, agent assermenté de l'Agence pour la
protection des programmes, qui soulève les problèmes rencontrés en matière de
téléchargement illégal de fichiers. Selon lui, la répréhension du téléchargement
illégal est un sujet difficile car il touche à tous les domaines. A cet égard, il dresse une liste, non exhaustive, de cinq problèmes majeurs auxquels la législation, quelle qu'elle soit, aura du mal à apporter une réponse : lepeer to peerest un phénomène
de masse, qui accentue l'anonymat, sur un réseau extraterritorial, d'une technicité
non négligeable et pour lequel "personne ne sait rien, ne voit rien et n'entend rien"
("syndrome du tuyau", pour reprendre l'expression de M. Soreau).
L'objectif du présent compte-rendu est de revenir sur l'intervention de Marie-Anne
Gallot Le Lorier, avocate au Barreau de Paris, qui dresse une présentation de l'état
du droit, tant au niveau national qu'au niveau international, en matière depeer to
peer. Il conviendra, également, de revenir sur les grandes lignes du projet de loi sur