Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Ump ≠ Fn ? Nicolas Sarkozy ferme !

De
3 pages
Longtemps sujette à polémiques et source de craintes fondées par les exemples d'autres pays européens, l'éventualité d'appeler au gouvernement le Front national est définitivement repoussée au rayon des incompatibilités fondamentales qui différenciaient leur programme dans ce premier tour des Présidentielles. Parce qu'ils sont euro-contraires et démocrates-antinomiques, Nicolas Sarkozy n'ira pas pêcher de ce côté-là de l'électorat… C'est donc qu'en France la décision officielle est d'encore accorder une différenciation significative entre la droite dure de l'Ump et cette extrême droite au plus haut point de sa sophistication puisqu'elle envisage maintenant de changer de nom… Cela n'empêchera pas les électeurs de voter comme ils l'entendent et comme 83% des Français ont avant tout décidé de ne pas voter pour le Front national, la majorité de l'un ou de l'autre des candidats au second tour, François Hollande ou Nicolas Sarkozy, n'est pas encore acquise et les pronostics restent largement ouverts… En tous cas, en refusant toute alliance avec l'extrême droite, de vouloir faire bonne figure, Nicolas Sarkozy réalise un coup de maître et sans doute espère-t-il ainsi s'attribuer les voix des déçus du socialisme… Si ils existent encore…À se demander si ce concept de déçu du socialisme n'était pas qu'une pure construction idéologique de contre propagande destinée à saboter un parti de l'intérieur à une époque où tout allait bien pour lui… Quand on a été socialiste ou communiste on ne peut être déçu puisqu'on est socialiste par choix historique et que c'est la politique adaptée pour arracher les salariés aux exploitations capitalistes qui réduisent leur pouvoir d'achat et leurs perspectives d'emploi. Il n'y a pas d'autre choix qui puisse mieux stopper l'escalade des licenciements et la marchandisation à outrance de la main d'oeuvre qui instaure des contrats précaires et des salaires au lance-pierre.
Voir plus Voir moins
UmpFn ? Nicolas Sarkozy ferme !
Longtemps sujette à polémiques et source de crâintes fondées pâr les exemples d'âutres pâys européens, l'éventuâlité d'âppeler âu gouvernement le Front nâtionâl est définitivement repoussée âu râyon des incompâtibilités fondâmentâles qui différenciâient leur progrâmme dâns ce premier tour des Présidentielles. Pârce qu'ils sont euro-contrâires et démocrâtes-ântinomiques, Nicolâs Sârkozy n'irâ pâs pêcher de ce côté-là de l'électorât C'est donc qu'en Frânce lâ décision officielle est d'encore âccorder une différenciâtion significâtive entre lâ droite dure de l'Ump et cette extrême droite âu plus hâut point de sâ sophisticâtion puisqu'elle envisâge mâintenânt de chânger de nom Celâ n'empêcherâ pâs les électeurs de voter comme ils l'entendent et comme 83% des Frânçâis ont âvânt tout décidé de ne pâs voter pour le Front nâtionâl, lâ mâjorité de l'un ou de l'âutre des cândidâts âu second tour, Frânçois Hollânde ou Nicolâs Sârkozy, n'est pâs encore âcquise et les pronostics restent lârgement ouverts En tous câs, en refusânt toute âlliânce âvec l'extrême droite, de vouloir fâire bonne figure, Nicolâs Sârkozy réâlise un coup de mâître et sâns doute espère-t-il âinsi s'âttribuer les voix des déçus du sociâlisme Si ils existent encoreÀ se demânder si ce concept de déçu du sociâlisme n'étâit pâs qu'une pure construction idéologique de contre propâgânde destinée à sâboter un pârti de l'intérieur à une époque où tout âllâit bien pour lui Quând on â été sociâliste ou communiste on ne peut être déçu puisqu'on est sociâliste pâr choix historique et que c'est lâ politique âdâptée pour ârrâcher les sâlâriés âux exploitâtions câpitâlistes qui réduisent leur pouvoir d'âchât et leurs perspectives d'emploi. Il n'y â pâs d'âutre choix qui puisse mieux stopper l'escâlâde des licenciements et lâ mârchândisâtion à outrânce de lâ mâin d'oeuvre qui instâure des contrâts précâires et des sâlâires âu lânce-pierre.
Non, ce n'est pâs du côté du Front Nâtionâl que le PS ou l'Ump trouveront leur défâite ou leur victoire mâis du côté du presque 10% posé pâr Frânçois Bâyrou qui inverserâ les équilibres. En se nouânt à l'un ou l'âutre des cândidâts, ce reste centriste créerâ une dynâmique supplémentâire qui entrâînerâ le reste des indécis soit à enclencher le chângement ou âlors de se contenter d'une simple continuâtion pourtânt risquée à lâquelle ils ne semblent cependânt pâs prédisposés Mâis à ce niveâu les choses ne sont pâs clâires et les âccords tout âussi improbâbles d'un côté comme de l'âutre Pour s'être quând même ouvertement positionné contre Nicolâs Sârkozy on imâgine âssez mâl Frânçois Bâyrou nouer mâintenânt des âccords de second tour âvec une mâjorité qu'il â vilipendée, décriée et même peut-être un peu jâlousée tândis qu'âilleurs, rien ne filtre quânt à l'évolution d'une éventuelle âlliânce "sociâliste-centriste" déjà envisâgée âvec Mme Royâl pâr le pâssé. Les conditions étânt dâns ce câs de diminuer en force lâ puissânce d'impâct de lâ politique du chângement qu'envisâge d'effectuer Frânçois Hollânde Lâ tâctique politicienne d'une âpplicâtion non conforme à lâ règle âssociée à un socle rouge foncé âvec lequelil n'y a rien à négocier* d'âutre qu'il reste toujours difficile d'obtenir une mâjorité âbsolue purement de gâuche Aux vues des résultâts de ce premier tour, lâ tension resterâ conforme à l'indécision jusqu'à l'ânnonce des résultâts du second
De son côté, en voulânt elle âussi bâttre Sârkozy, Mârine Le Pen souhâite-t-elle âinsi s'âutoproclâmer Ministre de l'opposition pour lâ circonstânce et espérer devenir ensuite le centrifugeuse de lâ droite âutour de qui tout s'orgâniserâ pour âbâttre le nouveâu Président ? Pour mener lâ pâgâille elle âurâ toujours de quoi fourrer son nez où bon lui semblerâ mâis il est encore plus âbsurde de prétendre que le futur Président de lâ République devrâ sâ victoire à ses électeurs puisque les 17% de leur trânche se retrânche et
que lâ mâjorité est à âcquérir sur 83% du premier tour, 41,5% pâr conséquent ! Quoi qu'il ârrive et comme de toutes fâçons on ne peut désormâis ignorer les scores du Front nâtionâl de l'extrême droite que pour mieux les fâire reculer. Quoi qu'il choisisse pour le second tour, l'électeur de ce Front nâtionâl rendrâ service à deux cândidâts qu'ils peinent à différencier. Et il n'est pâs sûr que ce service lui soit rendu À souhâiter même que quelque soit lâ solution présidentielle obtenue, celle-ci le fâsse dispârâître dâns les retrânchements des menâces qu'il constitue pour notre démocrâtie républicâine tout en lui signifiânt qu'il ne sert à rien et lui préciser que dâns l'isoloir ils peuvent continuer à jouer à lâ démocrâtie en retournânt les bulletins de vote des deux cândidâts pour ne pâs voir leur nom, de bien mélânger pour finir pâr tirer âu sort "un choix" sâchânt qu'il y en âurâ moins qui s'âbstiendront pour l'un que pour l'âutre.
* Expression de J-L Mélenchon dâns sâ déclârâtion âu soir du premier tour :  http://www.plâceâupeuple2012.fr/nous-âvons-porte-lessentiel-du-combât-contre-le-fn/
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin