La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

DOCUMENT: la lettre de Frédéric Lefebvre

De
4 pages
Frédéric LE F E B V R E Ancien Ministre re Député de la 1circonscription Des Français établis hors de France Monsieur le Président, Pourquoi en sommes-nous en arrivés là ? R é p u b l i queF r a n ç a i s e Liberté- Egalité- Fraternité Les Républicains 238 rue de Vaugirard 75015 Paris Le Jeudi 8 juin 2017 J'ai adhéré au RPR à l'âge de 17 ans, devenu ensuite l'UMP puis enfin les Républicains. J'ai épousé la logique du rassemblement défendue inlassablement par le mouvement gaulliste. J'ai milité avec mon coeur, collé des affiches, distribué des tracts sur les marchés, porté cette parole d'addition. J'ai été élu maire-adjoint à 25 ans puis conseiller régional et député et j’ai fièrement défendu nos couleurs. J'ai commencé responsable de mon mouvement dans ma ville et finalement suis devenu son Porte Parole national, jouant collectif et prenant les coups dans une période difficile mais où l'ambition était de construire. En 2007 avec plus de 83% de participation, Nicolas Sarkozy levait un immense espoir dans le pays. Tous les voyants étaient au vert pour récréer de l’emploi et engager les réformes nécessaires. Sous mon impulsion, l'ouverture à gauche a été engagée et déjà notre Parti s'est cabré. "Faisons déjà l'ouverture jusqu'aux Sarkozystes !" Cette phrase du secrétaire général de l'époque sonna le glas de cette attitude que je défends depuis si longtemps. Quel gâchis.
Voir plus Voir moins
Frédéric L E F E B V R EAncien Ministrere Député de la 1 circonscription Des Français établis hors de France
Monsieur le Président,
Pourquoi en sommes-nous en arrivés là ?
R é p u b l i que F r a n ç a i s e Liberté- Egalité- Fraternité
Les Républicains 238 rue de Vaugirard 75015 Paris
Le Jeudi 8 juin2017
J'ai adhéré au RPR à l'âge de 17 ans, devenu ensuite l'UMP puis enfin les Républicains. J'ai épousé la logique du rassemblement défendue inlassablement par le mouvement gaulliste.
J'ai milité avec mon coeur, collé des affiches, distribué des tracts sur les marchés, porté cette parole d'addition.
J'ai été élu maire-adjoint à 25 ans puis conseiller régional et député et j’ai fièrement défendu nos couleurs.
J'ai commencé responsable de mon mouvement dans ma ville et finalement suis devenu son Porte Parole national, jouant collectif et prenant les coups dans une période difficile mais où l'ambition était de construire.
En 2007 avec plus de 83% de participation, Nicolas Sarkozy levait un immense espoir dans le pays.
Tous les voyants étaient au vert pour récréer de l’emploi et engager les réformes nécessaires.
Sous mon impulsion, l'ouverture à gauche a été engagée et déjà notre Parti s'est cabré.
"Faisons déjà l'ouverture jusqu'aux Sarkozystes !" Cette phrase du secrétaire général de l'époque sonna le glas de cette attitude que je défends depuis si longtemps.
Quel gâchis. Une ouverture avortée, des réformes vite entravées par la crise, les premières défaites aux élections intermédiaires, avant l'échec à la présidentielle de 2012, après une campagne d'unijambiste sur la jambe droite.
L'école "Buissonnière" fut mortifère !
Depuis 10 ans le chômage s’est accru, la pauvreté a augmenté, la fiscalité s’est alourdie, le pays piétine quand la situation de nos voisins connait l'embellie.
Monsieur le président des Républicains par intérim (1er vice Président)
Assemblée nationale 126, rue de l’Université 75355 Paris 07 SPFrance
(…/…)
Tél. : +33 1 40 63 60 34flefebvre@assemblee-nationale.fr www.frederic-lefebvre.org
Frédéric L E F E B V R EAncien Ministrere Député de la 1 circonscription Des Français établis hors de France
Quelles réponses apportons-nous aux Françaises et aux Français ?
R é p u b l i que F r a n ç a i s e Liberté- Egalité- Fraternité
De l’invective systématique, de l’opposition stérile, quitte à voter contre une loi qui reprend les mêmes idées que nous défendons nous mêmes !
Des combats d’arrière garde pour plaire à une frange minoritaire mais totalement réactionnaire. Mobiliser à tout prix, emboîter le pas du FN pour finir par le dépasser dans l'outrance.
Je ne compte plus les moments de honte que j'ai vécu depuis quelques années à entendre la paroles des uns ou des autres.
Qu'est devenu notre débat d’idées ?
Les échanges ont été remplacés par des diktats !
Les élections internes par des ratifications de listes uniques !
Qu'est devenue notre vision de la France ?
Celle qui fait avancer de concert un peuple vers son destin et non les catalogues de mesures technocratiques qui accompagnent les slogans extrémistes !
Qu'est devenu notre souci d'accompagner les mutations de notre société ?
Les évolutions sociologiques auxquelles les Français sont prêts et non les combats d’arrière-garde dont nous sommes devenus les Porte drapeaux.
Depuis 4 ans j'ai pris ma liberté de vote et d’action au service de l’intérêt de nos compatriotes, car c’est celle qui compte avant tout.
Vous me l'avez reproché !
Vous m'avez menacé !
Vous m'avez "molesté" !
Assemblée nationale 126, rue de l’Université 75355 Paris 07 SPFrance
(…/…)
Tél. : +33 1 40 63 60 34flefebvre@assemblee-nationale.fr www.frederic-lefebvre.org
Frédéric L E F E B V R EAncien Ministrere Député de la 1 circonscription Des Français établis hors de France
R é p u b l i que F r a n ç a i s e Liberté- Egalité- Fraternité
L'embrigadement dans un parti qui concentre pourtant tant de talents et d’énergies, mais dont le pouvoir a été capté par un quarteron de généraux sectaires, est devenu insupportable.
Continuez à regarder dans le rétroviseur alors que les Français regardent vers l’avenir, mais sans moi !
Je n’en peux plus de ces luttes stériles de pouvoir, allant jusqu’à mesurer la surface d’un bureau pour savoir s’il est plus grand que celui de son concurrent dans le parti.
Je condamne ces réactions immatures et dictatoriales quand du fait de ma participation à un colloque aux côtés du futur président, on me qualifie de traitre pour me refuser l'investiture sans même respecter nos règles internes.
Les Français nous transmettent, cruellement mais lucidement, en éliminant notre Parti dès le premier tour de la présidentielle, le message qu’il faut s’additionner.
Vous en tirez la conclusion que le nouveau Président est illégitime et qu'il faut l'empêcher de gouverner.
Quel aveuglement !
J'ai porté cette étiquette des Républicains durant cette campagne par loyauté. Elle est devenue au fil des jours un fardeau urticant dont je me libère aujourd'hui avec enthousiasme.
Nos militants, cadres et élus sur le terrain sont déboussolés. J'ai de l'amitié et surtout du respect pour leur abnégation.
Certains m'ont soutenu au nom du Parti, en réprouvant ma liberté. Les autres se sont engagés sincèrement partageant mes engagements. Je les aime tous pour leur tempérament et leur sincérité.
Je porte seul depuis 2013, une volonté d'addition des gens raisonnables de droite et de gauche en appelant les élus à s’unir pour réformer le pays au service de chacun de nos compatriotes. Les leaders des Républicains m'ont moqué, m'ont attaqué et ont tenté de me museler.
J’ai même décidé de ne pas rejoindre En Marche. Je n'aime pas l'embrigadement, je me méfie des mouvements de foule.
Avec Valls ou Bayrou l'attitude d'En Marche n'a fait que compliquer la tâche d'Emmanuel Macron. Assemblée nationaleTél. : +33 1 40 63 60 34126, rue de l’Université flefebvre@assemblee-nationale.fr 75355 Paris 07 SPwww.frederic-lefebvre.orgFrance
Frédéric L E F E B V R EAncien Ministrere Député de la 1 circonscription Des Français établis hors de France
La logique des partis est binaire alors que celle des présidents est multipolaire.
R é p u b l i que F r a n ç a i s e Liberté- Egalité- Fraternité
(…/…)
Je reste un homme de droite, libre, décidé à avancer avec le nouveau Président de la République avec qui nous partageons la certitude que le pays à besoin pour s'adapter aux défis du monde d'aujourd'hui, d'addition plutôt que de division.
Je veux l'aider à réussir ce pari.
Je quitte les Républicains.
Je vous quitte comme on quitte un amour dont la flamme s’est éteinte.
Je vous quitte comme on quitte une famille qui rejette votre différence.
Je vous quitte comme on quitte un ami avec qui on ne partage plus l'essentiel.
Je retrouve ma totale liberté pour agir aujourd’hui et demain au service des Français.
Je n’ai aucun regrets mais suis mû par une envie de participer à dessiner une page nouvelle pour la France.
Assemblée nationale 126, rue de l’Université 75355 Paris 07 SPFrance
Tél. : +33 1 40 63 60 34flefebvre@assemblee-nationale.fr www.frederic-lefebvre.org
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin