La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

12magazine décembre 2014

De
18 pages
numéro 4 MAGAZINE le magazine de toutes les cultures arts plastiques, arts graphiques, cinéma, théâtre, musique, littérature, mode, design 12vous souhaite de joyeuses fêtes Pôle Nord Le pôle média 12MAGAZIN le magazine d toutes les cultu TV12 la chaine culturelle et pédagogique STUDIO l’ atelier créatio graphiq Deux pôles d vous s une nné compétences uhaite elle 2015 Pôle Sud Le pôle formation Élaboration de supports pédagogiques Interventions en milieu scolaire Stages et formations douzefrance@gmail.com À travers un ensemble de lieux situés en France ou dans les pays francophones, LE CLUB12 organise des débats et des conférences sur le thème «Ensemble, inventons la télé de demain». Un think tank réunissant journalistes, acteurs, techniciens, élus, chefs d’entreprise, responsables associatifs... Nous vous proposons de nous rejoindre à titre personnel ou comme représentant de votre structure. LE CLUB 12 est avant tout un lieu de convivialité. Rejoignez-nous : douzefrance@gmail.com Sommaire Edito Cher Amis, Qu’évoque Noël pour vous? Pour moi c’est plutôt la nostalgie de mon enfance... les corons à Vimy, les cures à La Bourboule .... C’est sur le thème nostalgique que je vous propose la photo du mois ... mon premier projecteur ... que de souvenirs !!! Le numéro précédent de 12magazine a intéressé plus de 80.000 personnes. Je vous remercie vivement pour votreÞdélité.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

numéro 4 MAGAZINE le magazine de toutes les cultures
arts plastiques, arts graphiques, cinéma, théâtre, musique, littérature, mode, design
12vous souhaite de joyeuses fêtes
Pôle Nord
Le pôle média
12MAGAZIN le magazine d toutes les cultu
TV12 la chaine culturelle et pédagogique
STUDIO l’ atelier créatio graphiq
Deux pôles d
vous s une nné
compétences
uhaite elle2015
Pôle Sud
Le pôle formation
Élaboration de supports pédagogiques
Interventions en milieu scolaire
Stages et formations
douzefrance@gmail.com
À travers un ensemble de lieux situés en France ou dans les pays francophones, LE CLUB12 organise des débats et des conférences sur le thème «Ensemble, inventons la télé de demain».
Un think tank réunissant journalistes, acteurs, techniciens, élus, chefs d’entreprise, responsables associatifs... Nous vous proposons de nous rejoindre à titre personnel ou comme représentant de votre structure.
LE CLUB 12 est avant tout un lieu de convivialité.
Rejoignez-nous : douzefrance@gmail.com
Sommaire
Edito
Cher Amis, Qu’évoque Noël pour vous? Pour moi c’est plutôt la nostalgie de mon enfance... les corons à Vimy, les cures à La Bourboule .... C’est sur le thème nostalgique que je vous propose la photo du mois ... mon premier projecteur ... que de souvenirs !!! Le numéro précédent de 12magazine a intéressé plus de 80.000 personnes. Je vous remercie vivement pour votreÞdélité. En janvier, je vous expliquerai comment il nous sera possible de vous remercier. Aujourd’hui, ceux qui montreront le chemin, ce sont les innovateurs radicaux, les entrepreneurs qui s’emparent des nouvelles possibilités scientiÞques et techniques pour en faire quelque chose d’inédit. Parce qu’ils viennent de l’extérieur, parce qu’ils ne se soucient pas des conventions habituelles, parce qu’il sont plus humains et que la vraie recette réside dans le mieux vivre ensemble et dans le partage des connaissances. En cette veille de Noël, je vous invite à vous libérer des contraintes et à faire un pas un avant en considérant que l’optimisme est de rigueur et que l’avenir se construit sur les vraies valeurs humaines. Mes amis, que 2015 vous apporte tout le bonheur du monde. Je suis bien avec vous,TV12, mon projet, ma passion, emmènera tous ceux qui le souhaitent vers plus d’humanité. Passez de bonnes fêtes. Je vous aime.
l’image du mois
Philippe Dupayage
C’est bien plus qu’un magazine ce que vous avez sous les yeux, c’est un média interactif ! Au cours de vos lectures, cliquez sur ces liens (comme ci-desous), vous découvrirez nos complé-ments audiovisuels (musique, vidéo, mail...).
12 sur facebook
Directeur de la rédaction : Philippe Dupayage Ont participé à ce numéro: Rédacteurs : Bernadette Salvador, Nelly Marais, Rabah Bekda, Isabelle Chopin, Patricia Lété. Correspondants: Edith Lafont, Cyril Dorise, Christophe Dorise. 12MAGAZINE est une publication de l’association La Douzième Vague. contact: douzefrance@gmail.com Le numéro précédent de ce magazine a interéssé plus de 80.000 personnes. Merci à nos lecteurs pour cette conÞance. Merci à vous !!!
5
Musées
Amphoralis Bernadette Salvador
Nous sommes aux premiers jours de l’an zéro.... Narbo Martius, l’actuelle Nar-bonne, est à cette époque la capitale politique et écono-mique. Le port de commerce de la Province de Narbon-naise, s’étend du Roussillon aux Alpes. De nombreuse en-treprise artisanales font vivre la campagne. On y cultive la vigne et l’olivier un peu plus loin un atelier de potiers prospère depuis une trentaine d’années. Nous sommes sur le terri-toire de l’actuelle commune de Salleles- d’Aude.
6
L’argile, l’eau et le bois abondent en ce lieu, ils sont nécessaires à la fabrication des poteries. L’atelier produit des amphores pour transpor-ter le vin mais aussi des ma-tériaux de construction, des briques, des tuiles et de la vaisselle. La Via Domitia, qui relie l’Espagne à l’Italie, est toute proche. Les conditions de travail et d’écoulement des marchandises sont excel-lentes, et des générations de potiers vont fabriquer là, pen-dant près de trois siècles des tuiles, des briques, des tuyaux, de la vaisselle, des lampes à huile et surtout des amphores qui servent à transporter le vin du Midi jusqu’aux conÞns de l’Empire Romain.
À Sallèles-d’Aude, le site Am-phoralis, à la fois chantier de fouilles et musée, regorge de richesses archéologiques qui nous en apprennent un peu plus sur l’histoire gallo-ro-maine de la Région. Amphoralis est un concentré d’histoire du Languedoc-Rous-sillon: le site archéologique qui a permis la création du musée doit son existence à la culture de la vigne et des oliviers par les Romains.
Retrouvez bientôt le TV12, la chaine de tout
Musées
La fabrication: Les potiers utilisaient princi-palement deux méthodes de production : le tournage pour les amphores et la vaisselle du quotidien ; le moulage pour les briques, tuiles, etc...
Le quotidien: Au côté du quartier artisa-nal, une zone d’habitat a été fouillée par les archéologues. Des indices du quotidien nous aident à imaginer la vie des potiers : céramiques d’ori-gines diverses, pièces de mon-naie, éléments de mobilier et de parures, etc...
Les échanges: Les «Gauloises 4», amphores produites à Sallèles-d’Aude, ont été retrouvées tout au-tour de la Méditerranée et au-delà. Le vin qu’elles trans-portaient était donc effective-ment commercialisé dans tout l’empire romain.
Pour mettre en valeur les dix sept fours de potiers et la mul-titude d’objet de la vie quo-tidienne trouvés sur le site, l’équipe d’Amphoralis a aussi réalisé des ateliers et un bâ-timent d’habitation selon les techniques d’époque : char-pentes, murs de terre, toitures de tuiles pour les fours et de chaume pour l’habitat. Les matériaux ont été fabri-qués à la main avec de l’argile et la construction s’est effec-tuée selon les techniques ob-servées sur l’original.
Amphoralis
musée Amphoralis sur s les cultures.(à suivre...)
Amphoralis propose égale-ment de mettre la main à la pâte en proposant des activi-tés de fabrication de briques et de murs en terre, de lampes à huile et de confection de paniers en osier. De quoi re-produire pour une journée les gestes qui ont façonné l’his-toire de la région Le Jardin des Potiers à Ampho-ralis s’intègre au Village des Potiers dans le parc du musée. Il s’ajoute aux reconstitutions d’un four et d’un habitat, dont les vestiges ont été fouillés sur le site archéologique. Respec-tant les unités de mesure ro-maine, le jardin est une créa-tion qui présente des plantes connues à l’époque gallo-ro-maine. Il est divisé en cinq zones affectées à l’alimentaire, le condimentaire, le médicinal, l’ornemental et l’artisanal.
Le jardin est entièrement géré de manière écologique, comme l’ensemble du parc de six hectares du musée. Joux-tant l’habitat, le jardin des potiers présents plus de 160 espèces ayant pu exister dans l’Antiquité. EnÞn, une balade dans l’arboretum permet de découvrir des essences de bois utilisées à l’époque pour les cuissons et de comprendre la régénération d’une forêt. Centre d’expérimentation ar-chéologique autant que lieu de découverte et d’animations pour le public, Amphoralis est un musée de site unique en Europe, entre patrimoine et environnement naturel pré-servé.
Amphoralis.Allée des potiers 11590 Sallèles-d’Aude Tél.: 04 68 46 89 48 amphoralis@legrandnarbonne.com
7
Programme 12moi
2015
Philippe Dupayage
C’est tout un éventail de pres-tations et services qui vous sera proposé cette année 2015.
Un atelier de créations graphiques
Le studio de créations pro-posera dès le 2 janvier un ensemble de prestations rela-tives à la communication digi-tale: concevoir et réaliser une annonce commerciale, réali-ser un espace presse, propo-ser une vidéo d’entreprises, concevoir et réaliser votre stand, pour mettre en valeur votre présence sur les foires et salons, élaborer votre site web.... tous ces services sont désormais à votre disposition.
TV12
Après le lancement de «12ma-gazine» en 2014, c’est TV12 qui sera mise en ligne. Une chaine résolument tournée vers le culturel et le pédago-gique. LA CULTURE avec ses émis-sions spécÞroute deques: La la musique, Reg’arts, Bibliobus, le Brigadier (qui traite de l’ac-tualité théâtrales), Culture et Cuisine (valorisant un ter-
8
ritoire en présentant ses as-pects culturels et humains), sans oublier des émissions re-latives à la mode, à la culture scientiÞques, au design.... LA PÉDAGOGIE avec la dif-fusion de cours gratuits et ouverts à tous. Le volet péda-gogique prendra dès lors plu-sieurs aspects grâce au sup-port vidéo. C’est ainsi que des malettes pédagogiques seront créées sur différents thèmes. Ces outils seront élaborés en liaison avec nos partenaires:municipalités, associations, en-treprises du secteur social et culturel, Éducation Nationale.
Les productions
«La Croix du Plessier»qui a été tourné dans le Tardenois en 2014 réunira je l’espère les fonds nécécaires à sa sortie en salle en 2015.
nergie
«La vie de Joan». Après un an d’immersion au sein du Ly-cée EREA de Perpignan, cette web série sera mise en ligne dès janvier 2015. CeÞlm re-late le quotidien du lycée vu par les élèves. Je remercie à ce titre toute l’équipe du ly-cée qui a rendu possible cette réalisation et en particulier Jean-Pierre Guillaumond, son directeur et mon ami David Peytavi sans qui rien n’aurait été possible.
«Paradis Show», unÞlm qui traite du harcèlement dans l’entreprise. Premier tour de manivelle à Marseillan (34) et à Paris au printemps 2015.
D’autres productions verront le jour lors de cette année 2015. Nous vous informerons de ces actualités dans nos co-lonnes.
Programme
...et de cinéma
L’association «La Douzième Vague» complète l’activité de «12» en proposant une série d’animations autour du thème du cinéma. C’est ainsi qu’une conférence sur le thème «de Doisneau à Bergman,esthétique de l’image et philosophie de l’émotion» peut être programmée dans votre association dans votre ville, dans votre cinéma ...
Des stages destinés aux en-fants sont également proposés(atelier d’écriture, écriture de scénario, création d’une af-Þche deÞlm, présentation des métiers du cinéma, concep-tion d’un court-métrage ou d’un clip musical...).
Des animations autour du thème du cinéma: une expo-sition thématique, une soirée spectacle (récital de musiques deÞlm ou animation théâ-trale), des rencontres avec des acteurs, une conférence débat sur le thème «ensemble in-ventions la tlé de demain, une conférence pédagogique sur le thème de l’histoire du ciné-ma (de la gare de La Ciotat à la rue Méliès)
demande d’infos
une série d’animations au-tour du thème du cinéma
9
Conte
Un conte de Noël
Rabah Bekda
Il était une fois… Bien que cela ne soit pas le début d’une his-toire belge, c’est en tout cas un beau début pour un conte. Les contes restent un lien qui garde son importance entre les hommes. Ils ont servi à véhicu-ler bien des savoirs à travers les âges. C’était d’ailleurs la seule manière de transmettre avant l’écriture. On peut ai-sément conÞrmer que c’est une pratique qui est restée, et que les conteurs sont tou-jours appréciés aujourd’hui. Toutes les civilisations ont eu recours aux contes et c’est bien souvent les anciens qui se chargeaient de cette tâche, avec beaucoup de bienveil-lance et de tolérance. Ils ont pour eux les cheveux blancs qui leur confèrent la sagesse et une voix érayée qui appelle au respect. Un proverbe afri-cain dit : « Un vieil homme qui meurt, c’est une bibliothèque qui disparaît ! » Comme cela est sage ! Comme cela est vrai ! On imagine très bien la scène. L’image du vieil homme, au pied d’un arbre, très vieux lui aussi, en train de raconter à un petit groupe d’enfants as-sis face à lui, en demi-cercle, buvant ses paroles, les yeux brillants d’émerveillement, et dont les cœurs battent au rythme syncopé du conteur. Cette image est universelle.
10
les conteurs
Que l’on appelle cela une classe, un amphi ou une confé-rence, c’est la même symbo-lique transposée à d’autres pratiques et d’autres lieux. Les conteurs ont toute leur place aujourd’hui, même si les contes ont évolués pour certains, ils restent cet atta-chement qu’ont les hommes entre eux. Les histoires trans-mettent aux hommes des faits que d’autres ont vécu. Pour que ces derniers reçoivent cela comme une expérience par personne interposée. En écrivant cela,j’ouvre une porte à des pratiques du conte qui se sont adaptées à leur temps. À présent les conteurs se retrouvent partout, et sur-tout dans des lieux que l’on ne soupçonnait pas il y a quelques années. Il existe des formateurs, des conférenciers, des professeurs, bref, des conteurs peu communs, qui transmettent des savoirs en habillant la connaissance d’une histoire bien taillée, avec des
formes et des dénouements qui forcent le respect et qui s’inscrivent dans la grande li-gnée des conteurs. Ils sont tous unis par la passion. Il en faut pour conter un savoir en y ajoutant les émotions qui marqueront les mémoires. Car ce sont les émotions qui véhiculent le tout. Nous réagissons tous aux émo-tions, et c’est d’ailleurs ce qui nous caractérise. Nous sommes des êtres émotion-nellement intelligents. Alors laissons nos émotions vivre et plongeons-nous dans des histoires qui développeront notre imaginaire et replon-ger en enfance. Transmettons aux enfants cette belle réalité et lisons-leur des contes de toutes origines pour décou-vrir dans leurs yeux cette my-riade d’étoiles qui nous rap-pellent combien les émotions sont dignes de l’humain. Joyeux contes de Noël à toutes et tous !
Brèves d’art
Comme chaque lundi dans ce bar de l’est parisien, une qua-rantaine de jeunes adultes ont pris place. Poètes et specta-teurs, ils sont majoritairement anglo-saxons,expatriés ou étu-diants, un verre de bière ou de vin à la main. Ils se connaissent et se reconnaissent d’un clin d’oeil, habitués des soirées «Spoken words». David, lui-même Anglais ins-tallé à Paris, joue les maîtres de cérémonie. Il signale aux participants leur ordre de passage. Puis il prend sa clo-chette et pénètre sur la petite scène. L’occasion de rappeler les règles: Chacun est invité à réciter un poème de son choix, qu’il l’ait écrit ou non. Le temps imparti est de cinq minutes.«Je son-nerai la clochette lorsqu’il sera écoulé.» À quand votre prochain café poésie en province ?
Brèves de d’opéra
A l’Opéra, les fêtes deÞn d’an-née sont l’occasion rituelle de présenter de très beaux et populaires ballets classiques, tel « Casse-Noisette », un conte de Noël d’Ernst Theo-dor Amadeus Hoffmann, écri-vain romantique allemand du XIXème siècle,mis en musique quelques années plus tard par le compositeur russe Piotr Ilitch Tchaïkovski. Un voyage au pays de l’enfance avec son enchantement et ses peurs, donné jusqu’au 31 décembre à l’Opéra Bastille à Paris.
Brèves de télévision
Le 8 janvier 2005 disparaissait Jacqueline Joubert. Actrice de théâtre, elle entre sur concours à la télévision publique (Radiodiffusion-télé-vision française) en 1949. Elle y présente les programmes pour la première fois le 25 mai 19491. En tant que spea-kerine, elle doit annoncer les programmes à venir et faire patienter les téléspectateurs en cas de panne technique, jusqu’aux années 1960. Sortant rapidement de ce rôle exclusif de speakerine, elle présente Rendez-vous avec..., dont la première diffusion a lieu le 18 janvier 1956, qui ac-cueille des chanteurs connus et également de jeunes talents de la chanson française. En 1966, elle devient productrice et réalisatrice principalement d’émissions de variétés.
Jacqueline Joubert
Brèves de cinéma
J’ai vu pour vous ... Turner, le ÞTimo-lm de Mike Leigh avec thy Spall, Paul Jesson. Il relate les dernières années de l’existence du peintre britannique, J.M.W Turner (1775-1851). Artiste recon-nu, membre apprécié quoique dissipé de la Royal Academy of Arts, il vit entouré de son père qui est aussi son assistant, et de sa dévouée gouvernante. Il fréquente l’aristocratie, vi-site les bordels et nourrit son inspiration par ses nombreux voyages. La renommée dont il jouit ne lui épargne pas tou-tefois les éventuelles railleries du public ou les sarcasmes de l’establishment. A la mort de son père, profondément affec-té,Turner s’isole. Sa vie change cependant quand il rencontre Mrs Booth, propriétaire d’une pension de famille en bord de mer. Si, à mon goût ceÞlm manque de fougue qui aurait pu entrer en symbiose avec les oeuvres du grand Turner, il n’en reste pas moins que la photo est magniÞque et que je le recom-mande vivement aux adaptes des biographies.
Philippe Dupayage
11
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin