Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

2 session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes ...

12 pages

2 session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
ère 2 session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations ? 2.4 – Nouveaux comportements / Nouvelles stratégies Isabelle WALLARD (Directrice de la stratégie – Aéroport de Paris) « Trois thèmes dominent cet exposé : le trafic de passager d’ADP, appréhendé à travers son évolution sur plusieurs années, mais aussi à travers les prévisions indispensables pour comprendre le futur ; le modèle économique d’Aéroports de Paris et enfin les mutations de l’univers économique des aéroports. Les caractéristiques du trafic de passagers dans les aéroports d’ADP Le transport aérien est une industrie en croissance régulière depuis les années cinquante, mais sensible à la conjoncture économique et aux évènements tels que les pandémies, les guerres, les attentats terroristes. De 1976 à nos jours, le taux de croissance moyen du nombre de passagers transportés est de 4,5% par an, selon les chiffres de IATA (2008). La crise de 2008/2009 a introduit une rupture dans cette continuité et un infléchissement momentané de la croissance du trafic de passagers. L’évolution du trafic d’ADP au regard du PIB français confirme l’existence d’une excellente corrélation entre ces deux grandeurs : le trafic passager à Paris croît ou décroît 2,28 fois plus vite que le PIB français et les périodes de crise confirment ce lien. La crise de 2008/2009 a malgré tout un caractère unique. La comparaison des croissances trimestrielles du trafic et du PIB montre que, pour la première fois, une baisse du PIB entraîne une baisse du trafic. L’ampleur et la durée de la baisse du PIB sont également uniques. Les aéroports européens ont également tous connu une décroissance à peu près similaire. Pour ADP, la baisse du nombre de passager a été en 2009 de 4,7% ; pour Londres : 4,2%, Francfort : 4,7%, Madrid 5,1% et Amsterdam : 8,1%. Le déclin du nombre de mouvements est du même ordre de grandeur, alors que le fret chutait plus lourdement (11,9% en moyenne européenne). Malgré cette crise, Paris reste un marché en expansion pour le transport aérien. Les dernières statistiques de croissance d’ADP en termes de passagers (février 2010), montrent que le trafic repart à la hausse, malgré une perte de quatre années de croissance due à la crise. Toutefois une grande incertitude pèse sur le rythme de la croissance à venir. Plusieurs conclusions peuvent être tirées de l’expérience de la crise. D’une part, le seuil de saturation de la capacité des Aéroports de Paris s’éloigne. D’autre part, les experts sont unanimes concernant le retour de la croissance du trafic aérien, sans pour autant connaître le rythme de celleci. Il est possible enfin qu’une corrélation différente du passé s’établisse entre la croissance du PIB français et celle du trafic d’ADP. 91
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin