Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

3ème partie : 1789 – Les cahiers de doléances des Manchois ...

4 pages

3ème partie : 1789 – Les cahiers de doléances des Manchois ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 161
Signaler un abus
Chp 3 – la remise en cause de l'absolutisme
ème 3 partie: 1789 – Les cahiers de doléances des Manchois témoignent de la crise de la société
1 / 4
En 1789, dans tout le royaume de France, le peuple est invité à faire part au roi Louis XVI de ses doléances, c'est-à-dire à exposer ses plaintes et ses attentes pour le royaume. Que les Français puissent ainsi s'exprimer c'est presque déjà une révolution ! Mais pourquoi donc le roi de France, modèle du monarque absolu, en vient-il à demander leur avis aux Français ?En réalité, la France va mal, elle connaît une série de crises... Activité 1 : La situation du royaume de France dans les années 1780 Consigne générale : cherche dans ton livre ou dans un dictionnaire le sens des mots en gras, italique et soulignés et écris leur définition dans le lexique (page 4) 1- Observe et lis les documents. Replace dans la case les explications ci-dessous en fonction des informations fournies par le document. Le peuple refuse les augmentations d'impôtsIl faut faire payer des impôts à la noblesse et au clergé Louis XVI cède devant le mécontentement du peuple.Le royaume de France est endetté. Il faut réduire les dépenses de la cour.Les privilégiés refusent de payer des impôts. Les artisans sont victimes de la crise car leurs ventes s'effondrentLes prix du blé augmentent. Le peuple manifeste son mécontentement.Louis XVI cède devant le mécontentement de la noblesse. Les ministres de Louis XVI proposent des réformes pour sortir de la crise. 2- puis dans les cases, tu qualifies cette crise (politique / budgétaire / économique / sociale). Crise
Crise
Crise
Le 12 mai 1776, le roi Louis XVILe 7 juin 1788, la journée des Tuiles à Grenoble renvoie son ministre des finances,Grenoble vit dans une agitation extrême qui a pour origine une nne Robert Turgot.récolte qui s'annonce mauvaise en raison de la pluie et qui À son entrée au gouvernement, deuxprovoque une hausse du prix du pain. Plusieurs familles protestent ans plus tôt, quelques semaines après etchargent les membres duparlement duDauphiné de faire l'avènement du roi Louis XVI, Turgot, remonterleurs revendications auprès du roi de France Louis XVI. économiste brillant, généreux et ami desMais les parlementaires qui avaient acceptés de faire remonter les philosophes des Lumières, a découvert doléancesdu peuple sontforcés de quitter la ville de Grenoble sur la situation catastrophique des financesordre d'un représentant royal. Crise publiques. L'agitationdu peuple grenoblois ne fait qu'augmenter Pour éviter la banqueroute, solution parprogressivement jusqu'à finir en émeute le 7 juin 1788. Montéssur laquelle l'État se reconnaît incapable deles toits, ils jettent des tuiles et divers objets sur les soldats. Vers la rembourser ses dettes, il sermonne même le roi en ces termes :«Ilfin de l'après-midi, les émeutiers, maîtres de la ville, font revenir les faut, Sire, vous armer contre votre bonté, de votre bonté même,parlementaires dans le palais de justice. Le 21 juillet, ceux-ci considérer d'où vous vient cet argent que vous pouvez distribuer àappellent à refuser le paiement de l'impôt et demandent aux autres vos courtisans»provinciales d'en faire autant. C'est la première. assemblées Mais comme cela est loin de suffire, Turgot engage aussi desmanifestation de révolte contre l'autorité royale. réformes audacieuses pour faire rentrer les impôts et développer Louis XVI se résout donc le 8 août 1788 à convoquerles états l'économie. Par exemple, des édits abolissent lescorvées qui généraux. pèsent sur les paysans. Turgot veut les remplacer par un impôtSource : Herodote.net payé par tous les propriétaires. C'est un tollé chez lesprivilégiés (noblesseetclergé) qui obtiennent le renvoi du ministre. Celui-ci, visionnaire, écrit au roi :«N'oubliez jamais, Sire, queCrise c'est la faiblesse qui a mis la tête de Charles 1er [d'Angleterre] sur un billot»... Source : Herodote.net
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin