Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : ZIP - PDF

sans DRM

Nicolas Petit, designer Dessiner, Dessiner, c'est pas gagné

11 pages
Nicolas Petit, designer Dessiner, Dessiner, c'est pas gagné Le design moto fait rêver mais, une fois réveillé, comment y accéder, en vivre et perdurer ? Si les stars du milieu ont oublié la réponse, les jeunes qui débutent connaissent, eux, très bien la question, contraints de se la poser tous les jours pour percer, voire subsister. Exemple avec Nicolas Petit, designer diplômé, bricoleur inspiré et, pour l'instant, stakhanoviste pour équipementier. Loin de Tamburini et Galluzzi, bienvenue dans un monde où la débrouille et la sueur comptent autant que le crayon et la planche à dessiner. « BON BEN LÀ, je suis parti pour fairedes protections de mains, des trousses à outils et peut-être des sacoches latérales souples. Si ça se goupille bien, je peux me faire une session de boulot de 20 heures d'affilée. Je bosse mieux une fois que je suis bien chaud... » Non, le gars qui nous tient ce discours n'est ni un ouvrier chinois, ni un candide continuant à prendre au sérieux la plaisanterie sarkozyste de 2007 : « Travailler plus pour gagner plus. » Nicolas Petit, 28 ans au garrot, est designer moto. Ou disons plutôt qu'il cherche à l'être. Ou disons plutôt qu'il y arrive, mais pas complètement. Bref, le talent est là mais la reconnaissance et les appointements qui l'accompagnent un poil moins. Situation banale dans une France à 3 millions de chômeurs et 5 millions de stagiaires où l'embauche au seuil des 30 ans est devenu la triste norme, voire un privilège.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Nicolas Petit, designer Dessiner, Dessiner, c'est pas gagné

Le design moto fait rêver mais, une fois réveillé, comment y accéder, en vivre et perdurer ? Si les stars du milieu ont oublié la réponse, les jeunes qui débutent connaissent, eux, très bien la question, contraints de se la poser tous les jours pour percer, voire subsister. Exemple avec Nicolas Petit, designer diplômé, bricoleur inspiré et, pour l'instant, stakhanoviste pour équipementier. Loin de Tamburini et Galluzzi, bienvenue dans un monde où la débrouille et la sueur comptent autant que le crayon et la planche à dessiner.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin