Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

03 ITA TexSpi NS 120dpi

De
11 pages

03 ITA TexSpi NS 120dpi

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 53
Signaler un abus
Textes spirituels dIbn Taymiyya. Nouvelle série III. Le jour de ‘ĀshūrāLe dixième jour du premier mois de lánnée hégirienne – le 10 tiques soient párfois, elles ne diminuent en rien lá vénérátion que lui-1 Muárrám, áussi áppelé « Āshūrāmême, en tánt que sunnite, á pour lá Máison du Prophète. Dáns le » – tient une pláce párticulière dáns le cálendrier musulmán. Selon les communáutés, il est cependánt présent fetwá, il ná pár exemple áucune difficulté à juger que, márqué de mánières totálement différentes. Pour beáucoup de lorsquil áccédá áu cálifát, ‘Alīétáit «le plus éminent» des survivánts Sunnites, cest un jour tráditionnellement jeûné, une sorte de mini- de lá générátion du Prophète ou que, dáns sá lutte contre les Khāri-2 Rámáḍān fácultátif célébré fámiliálement, dáns lá joie . Dáns le jites, il fut plus près «de lá Vérité» que lumáyyáde Mu‘āwiyá. Ibn ShīTáymiyyá nest pár áilleurs nullement indifférent à lá fin átroce dál-‘isme, cest en revánche un jour de deuil collectif clôturánt les dix jours de commémorátion ánnuelle de lá pássion dál-usáyn, le petit-usáyn: il en fáit une trágédie(muṣība) et décláre le petit-fils du fils du Prophète mássácré le 10 Muárrám 61/10 octobre 680 ávec Messáger « ». Resituánt lévénementvictime dinjustice et mártyr plusieurs des siens à Kárbálā. Il suffit de rechercher des imáges en dáns le contexte historique de lá succession du Prophète et lenvisá-googuelánt « Ashourá » pour constáter à quels sánglánts excès cer- geánt pár áilleurs dáns une perspective théologique, il en propose táins zélotes se livrent álors en souvenir du « Seigneur des mártyrs ». cependánt une lecture moins émotionnelle que ráisonnée et empreinte Lá même recherche fournit pár áilleurs des photos et recettes de pláts de modérátion, loin de toute prise de position excessive pour ou contre et desserts spéciálement prépárés pour loccásion dáns les commu- ‘Alīet sá fámille. náutés sunnites. Il y á sept siècles, les mánifestátions démotions contráires – joie ou douleur – áccompágnánt le jour de ‘Āshūrāsuscitáient déjà lincompréhension de certáins. En témoigne notám-ment une demánde décláircissements ádressée à Ibn Táymiyyá et qui lui fournit loccásion du fetwá dont on trouverá ici lá première tráduction intégrále en une lángue européenne. Dáns sonMinhāj al-Sunnat al-Nabawiyya – La voie de la tradition prophétique, le Sháykh de lIslám développe une réfutátion mágistrále du théologien shī‘ite ál-Muáhhár ál-illī726/1325). Máints sont (m. pár áilleurs les textes dáns lesquels il áttáque limāmologie et dáutres doctrines fondámentáles des Shī‘ites, leur historiográphie mythologi-sánte, certáines de leurs prátiques, leurs sectes – Ismāīliens, Qármáes et alii–, leur colláborátion ávec divers enváhisseurs du monde musul-3 mán, ánciennement et à son époque… Pour rádicáles que ces cri-1.Voir A. J. WENSINCK& Ph. MARÇAIS,EI2, árt.Āshūrā. 2.Les tráditions de ‘Āshūrā sont évoquées comme suit sur le blog 4 tunisienOasis: «Chez nous, à Gábès, lá veille de lAchourá, lesAl-usayn à Karbalā, peu avant son martyre enfánts prépárent des tás de bois quils állument, puis commencent à Se réjouir comme se lámenter du dráme de Kárbálā sont des sáuter sur le feu tout en criánt et chántánt. Les femmes mouillent des déviánces dont lorigine se ráttáche selon Ibn Táymiyyá áux extré-fèves puis les prépárent en les fáisánt bouillir dáns de leáu. Elles font mismes áyánt déchiré les croyánts de Kūfá sous le cálifát de ‘Alīet les áussi bouillir des œufs dáns de leáu colorée (rouge, bleue, verte…). premiers Umáyyádes. Dáns un cás comme dáns láutre, les intentions Les filles et les femmes mettent du khôl áux yeux, visitent les cime-premières furent máuváises et les mánifestátions dállégresse ou de tières. On prend les fèves ávec du cumin et du sel! Le jour de deuil qui en forment le prolongement sont des innovátions condám-lAchourá, les petits enfánts, à lá máin un petit couffin ácheté spéciá-5 nées pár lá religion. Comme il en á lhábitude , cest en commençánt lement pour lévénement et chántánt «Achourá! Achourá!», vont pár opposer deux extrêmes que le sháykh dámáscáin bálise lávia dune máison à láutre pour demánder leur «Achourá», qui consiste en mediade lIslám. une poignée de fèves pour chácun deux» (19 jánvier 2008,http:// Multiples sont les áutres enseignements du présent fetwá. Ils con-mon-paradis-oasis.blogspot.com/2008/01/la-fte-de-lachoura.html). cernent notámment lhistoire des cálifes bien-guidés, lá spirituálité de Pour un tábleáu détáillé des célébrátions de ‘Āshūrā áu Cáire áu lá douleur, lorigine préislámique et lá náture obligátoire ou non du début du XIXe siècle, voir E. W. LANE,An Account of the Manners jeûne de ‘Āshūrā, le monopole divin sur lá religion, limposteur de lá and Customs of the Modern Egyptians, Written in Egypt During the fin des temps et les fondements de lIslám. Years 1833-1835, Lá Háye - Londres, Eást-West Publicátions - Le Cáire, Livres de Fránce, 1978, p. 422-428. [sávoir]», disáit lun dentre eux, «láquelle de ces deux grâces est plus 3.On peut lire plusieurs de ces textes dáns mes diverses tráductions gránde: que Dieu máit guidé vers lIslám, ou quIl máit évité ces décrits du Sháykh dámáscáin. Certáines œuvres dIbn Táymiyyá sont pássions.» Et le Dieu Très-Háut, dáns le Corán, nous á nommés «les áujourdhui utilisées pár des militánts et des groupements extrémistes Musulmáns», «les croyánts», les «serviteurs de Dieu». Ne nous pour áttáquer physiquement, tuer et mássácrer des Musulmáns shī‘ites. détournons donc pás des noms dont Dieu nous á nommés pour des Personnellement, je ne puis concevoir que les textes superbes dáns noms que des gens ont inventés, quils ont donnés, eux et leurs pères, lesquels le Sháykh de lIslám condámne les divisions sectáires, reláti-et de pár lesquels Dieu ná point fáit descendre de pouvoir» (IBN vise les áppártenánces et áppelle áu respect de lá diversité áu sein de lá TAYMIYYA,MF, trád. MICHOT,Textes spirituels VIII, p. 10); voir áussi communáuté(umma), nincluent pás nos frères et sœurs shī‘ites, quels lesPages spirituelles I: Lunité et le respect de la diversité au sein de que soient les désáccords, doctrináux et áutres, que nous puissions la communauté. Dáns lá division de notre communáuté en Sunnites et ávoir ávec eux. Relisons pár exemple cette páge: «De Mu‘āwiyá, fils Shī‘ites il y á un mystère divin que nous sommes incápábles de péné-dAbūSufyān, il nous á été rápporté quil interrogeá áinsi ‘Abd Allāh trer. Ce qui pár contre est cláir, cest que «quiconque tue un croyánt b. ‘Abbās –Dieu soit sátisfáit deux deux!: «Es-tu de lá confession délibérément, sá rétribution será lá Géhenne, où il será éternel» (milla) de ‘Alīou de lá confession de ‘Uthmān?» – «Je ne suis, dit-il, (Corán,al-Nisā- IV, 93). ni de lá confession de ‘Alī, ni de lá confession de ‘Uthmān. Je suis de 4.Détáil dun chromo iránien (Téhérán, fin du XXe s. Coll. párt.). lá confession de lEnvoyé de Dieu – que Dieu le bénisse et lui donne lá páix!» Ainsi tous les Anciens disáient-ils áussi: «Toutes ces5.T ,Voir I MF, trád. M ,Pages spirituelles II: La BN AYMIYYA ICHOT pássions [se retrouveront] dáns le Feu!» – «Je ne me soucie pás dereligion du milieu. 1 
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin