Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Brochure révisée veille

32 pages

Brochure révisée veille

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 81
Signaler un abus
INTELLIGENCE STRATGIQUEETVEILLE ¥clairer la ralit, gagner en libert dÕaction intelligence stratgique(notion plus vaste que celle dÕintelligence conomique) recouvre toutes les activits organises qui visent  acqurir une information de valeur stratgique,  lÕinterprter pour la rendre utilisable en vue de lÕaction, et  la faire parvenir aux dcideurs au bon moment. Cette valeur stratgique se mesure notamment  la capacit que confre lÕinformation (ici entendue comme Ç les nouvelles È) de rduire lÕincertitude  laquelle est confront tout dcideur, de lui fournir des lments de choix voire dÕanticipation et de faire gagner du temps et de la libert dÕaction (notamment par rapport  un rival ou  un adversaire). QuÕest-ce que sÕinformer(et information stratgique)? ¥Des informations pertinentes et vraies, un but stratgique et juste  temps La recherche dÕinformation (terme qui peut recouvrir aussi bien des donnes stockes quelque part que des messages circulant, des ÇnouvellesÈ ou des connaissances relies  un ensemble d'autres connaissance) est indispensable pour tout organisation. LÕinformation qui nous concerne ici doit rpondre  des critres de : - pertinence (en quoi elle concerne notre projet stratgique et se traduit, par exemple, en termes de dangers et opportunits) - authenticit (bien maner de la source dsire) et vracit (bien dcrire la ralit) - ÇfracheurÈ (parvenir  temps pour lÕaction) - exhaustivit (bien couvrir lÕensemble du sujet) - etc.. Desqualitsparfois difficiles  concilier avec la dtection des signaux faibles ¥L'information et sesennemis:dsinformation,surinformationAcqurir lÕinformation, cÕest aussi se prserver de plusieurs dangers : ¥ ladsinformationdlibre (La dsinformation consiste  propager dlibrment des informations fausses pour influencer une opinion et affaiblir un adversaire.) ¥ lasurinformationaccrue par la surabondance de texte et images disponibles sur le Web. La surinformation avec ses inconvnients (impossibilit dÕtre exhaustif, problmes de temps, difficult de remonter  la source primaire, confrontation  la circulation circulante de lÕinformation..) prsente un autre danger : lÕabondance cre la redondance. En dÕautres termes, on sÕaperoit souvent que le trs grand nombre documents disponibles recouvre une norme part de rptition et traite souvent des mmes sujets. Lasurinformationrenvoie donc  la msinformation (la situation de celui qui, finalement, en dpit des sources disponibles, nÕarrive pas  savoir lÕessentiel) et  la question de lÕagenda (qui dcide de quoi on parle et ce qui fait dbat ?). Du coup, le vrai pouvoir devient celui de faire l'agendaou d'attirer l'attention. ¥ lesecret prolifrant notre poque
1
Paradoxede notre socit dite de lÕinformation et qui se rclame tant des valeurs de transparence : le nombre dÕinformation secrtes (cÕest  dire dlibrment conserves confidentielles par desstratgies, des procdures lgales ou techniques, est en augmentation exponentielle : secret dÕtat, secret technique ou dÕentreprise, informations dites sensiblesÉ ¥ chacun doit aussi tenir compte de ses propresbiais cognitifs(mode de perception, dÕinterprtation ou de raisonnement erron et rcurrent) et ses propres catgories idologiques ¥ Letrajetde lÕinformation : des faits au savoirSÕinformer ne consiste pas  accumuler des donns, mais  les traduire en connaissances oprantes, et surtout  poser les bonnesquestions.La propagation des informations et des ides obit  desrglespropres. ¥Les sources et le sensQualifier les sources, comprendre la nature desmdias: qui mÕinforme, dans quel but, comment a t traite lÕinformation quel sens acquiert-elle pour moi ? etc ¥ SÕinformer dans le monde de lÕimprim: logiques du classementDans la graphoshre (pour employer le vocabulaire de lamdiologie) ou systme de transmission domin par lÕimprim, lÕinformation est fixe sur un support matriel, range quelque part, fixe  une date de publication (livre ou article), dont le contenu est accompagn de tout un appareil dit mta-textuel et son classement obit  un nomenclature fixe. Nous parvenons au texte qui nous intresse par un systme de recommandation (valuation des pairs, citations, opinion de professionnels de la lecture, rputation..) et en fonction de sa place sur "l'arbre de la connaissance". Nombre de connaissances informelles nous aider  valuer a priori la valeur d'un texte.
¥ LÕinformation et lÕimage: les piges de lÕinterprtationLes pouvoirs de lÕimage (gnratrice dÕmotions, toujours construite, particularisante, difficile  mettre en perspective, utilise par des stratgies,manipulable..) on t largementcritiqusRaison de plus pour rechercher un Çbon usage des mdiasÈ
¥ La sphrenumrique: une cartographie de lÕattention Quand lÕinformation est  la fois numrise et en rseaux, nous devons dlguer la tche de recherche (tche qui consiste dsormais non pas  trouver physiquement un livre ou une revue, mais  se dplacer dans des flux dÕinformation) : nous dpendons de Çprothses smantiquesÈ, des machines qui interprtent notre dsir de savoir (comme des moteurs de recherche) mais aussi de lÕopinion dÕautres internautes qui en crant ou recommandant des liens, en participant des classifications collaboratives (folksonomies) etc. dirigent notre navigation. Sur Internet, nous nÕavons pas besoin de cartes (qui indiquent o est quoi) mais dÕquivalents lectroniques des portulans (une carte nautique qui indique surtout des routes  suivre). Dans le Web 2.0 s'ajoute un problme supplmentaire : la prolifration des sources (blog, forums, parfois simples commentaires sur les rseaux sociaux type Twitter ou Facebook...) dont l'opinion peut avoir un impact sur votre activit, mais dont le reprage peut se rvler plus dlicat que celui
2
de sites institutionnels.
Veille: buts et techniquesLa veille suppose la surveillance organise de lÕenvironnement, pour y dceler des menaces ou des opportunits. Mme si le terme sÕemploie hors du domaine conomique (Çveille sanitaireÈÉ), il se rencontre surtout dans le contexte de lÕentreprise : la veille sert  dtecter, analyser, faire savoir au sein de sa propre organisation quels facteurs nouveaux peuvent affecter son fonctionnement et ses rsultats. La veille sÕinscrit dans une perspective dÕanticipation au service de la dcision stratgique : d'o l'importance du "nouveau" et du facteur temps. CÕest un lment dcisif de lÕintelligence conomique, mais un lment seulement (avec la protection du patrimoine informationnel -l'aspect scuritaire - et avec l'influence dont il sera question plus loin). En effet, contrairement  la documentation qui est la recherche, le classement et la description de lÕinformation en soi, la veille est centre sur la dtection Ç juste  temps È des signaux dÕactualit ; elle est donc oriente vers le changement.
¥ Brve histoire politique, conomique et culturelle de la veille
Si laveille(comme en gnral le processus cognitif de lÕintelligence conomique) est pratique depuis quelques sicles, elle sÕest dveloppe et systmatise au cours des dernires dcennies en mme temps que les Technologies de lÕInformation et de la Communication (p.e. : la rvolution des sources ouvertes sur Internet) et dans le cadre de lÕconomie de lÕimmatriel. Elle est caractristique de notre socit que lÕon nomme Çde lÕinformationÈ, ÇdurisqueÈ, ÇenrseauxÈ.
Retenons :
- Que cÕest une dmarche volontaire et organise. Il sÕagit de rechercher lÕinformation formelle (le plus souvent fixe dans un document) ou informelle (recueillie  lÕoccasion de contacts ou dplacements) non pour sa valeur culturelle, distractive, esthtique, morale ou autre mais en tant quÕelle rpond  une question explicite ou implicite (elle peut porter sur une tendance lourde, sur la dcision, lÕintention ou la simple prdisposition dÕun acteur, sur de simples opinions que partagent diverses parties prenantes, sur une formule scientifique. La question est spcifique   chaque organisation en veille.
- Que cette question porte sur une valeur, favorable ou dfavorable, danger ou opportunit, en fonction du dessein stratgique - QuÕil nÕest jamais question que du temps. LÕinformation pertinente nÕa de sens que si 1) elle parvient  temps pour prendre la dcision ncessaire 2) si son acquisition prend un temps raisonnable 3) si cette acquisition est conciliable avec la protection de la scurit de ses propres informations. 4) si cÕest aussi est aussi un moyen de gagner du temps. Savoir quelle loi sera adopte, quel type de crise vous menace, comment voluera le march ou la recherche scientifique, ce que fera la concurrence, etc., cÕest conomiser des investissements, des efforts et de lÕintelligence inutiles.
3
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin