Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

politique étrangère l 3:2010
Européenne,lA l emagne? Retour sur un long procès par Hans Stark Hans Stark  est secrétaire général du Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa) de l’Ifri. Il est maître de conférences à l’université de la Sorbonne-Nouvelle (Paris III) et enseigne à Sciences Po Paris.
La question allemande est-elle de retour ? On peut le croire à l’écoute des critiques prononcées contre les choix d’Angela Merkel : politique égoïste, éloignement de Berlin des options européennes... Ces reproches sont récurrents depuis des décennies. Et si l’Allemagne est décomplexée dans l’affirmation de ses intérêts, elle les exprime comme les autres membres de l’Union. C’est dans le défaut d’intégration européenne qu’il faut rechercher la cause des difficultés présentes de l’UE et de l’euro. politique étrangère
Depuis sa création, la République fédérale poursuit un double objectif stratégique : assurer sa stabilité monétaire et participer à la construction de l’Europe. Il s’agit là des fondements d’un pays dont le glissement vers la catastrophe, à partir de 1933, fut une conséquence directe du double choc financier de 1919-1929 et de l’affrontement séculaire avec ses voisins européens. Or les critiques auxquelles le gouvernement d’Angela Merkel est confronté depuis 2008 soupçonnent l’Allemagne d’avoir abandonné l’un de ces deux objectifs, tout en expliquant que les deux sont en réalité devenus antinomiques. Une défense (trop rigoureuse) de la stabilité monétaire serait donc à l’origine de la crise européenne. Les hésitations des Allemands à l’égard du programme d’aide à la Grèce, aux premiers mois de l’année 2010, auraient transformé la « crise grecque » en « crise de l’euro », avec pour principal responsable du drame le gouvernement Merkel dont la politique « égoïste et non coopérative » aurait pénalisé tous ses partenaires. La « crise de l’euro » serait-elle en réalité une « crise allemande » ? Le retour de la question allemande Alors qu’on la croyait définitivement réglée avec une unification mettant en phase une population et son territoire, la question allemande est de retour, avec une République fédérale dont 90 % des habitants et une large
523
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin