Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La crise Consommation Le marché français Les mesures phares et le ...

De
4 pages

La crise Consommation Le marché français Les mesures phares et le ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 59
Signaler un abus
Lettre n°3 – Janvier 2005
La crise La campagne 2004 avec 58,5 millions d’hls a été importante en France, en hausse très sensible en Europe par rapport à 2003 ainsi que dans le reste du monde, à de rares exceptions près. La crise structurelle met en difficulté plus particulièrement les pays européens traditionnellement producteurs, vraisemblablement à cause d’une inadéquation entre leur offre et la demande, les vins des pays du « Nouveau Monde » gagnant des parts de marché sur les pays étrangers plus sensibles à des vins de qualité constante, parfaitement positionnés et marquetés. Ainsi en France, l'analyse de la conjoncture sur les 5 premiers mois de la campagne 2004/2005, montre que le retard de commercialisation constaté pour tous les vins français ne se résorbe pas, malgré une activité soutenue depuis la fin décembre. Au niveau du commerce extérieur, selon la FEVS, le recul global de tous les vins se confirme en 2004 tant en volume (-7 %) qu'en valeur (-9 %). Loin de se résorber, la crise se confirme et s’étend aux grandes régions AOC (appellation d’origine contrôlée).
Consommation
Au niveau mondial, la tendance est à une stabilisation depuis 1998, la baisse de consommation dans les pays traditionnellement consommateurs étant jusqu'ici compensée par l’augmentation dans les pays nouveaux consommateurs. Qu’en sera-t-il à l’avenir ?
Une hausse de la consommation est prévue dans les pays de tradition anglo saxonne (Grande Bretagne, Etats-Unis) ou en Scandinavie. La France semble bien mal positionnée sur ces marchés que cela soit en terme de qualité, de prix et de marketing. Les marchés asiatiques seront également porteurs, avec comme souhait de développer eux-mêmes les productions qui satisferont cette demande.
Le marché français
De 32,6 millions d’hls en 2004, soit une baisse de 3% due principalement aux vins de pays et vins de table qui tombent à 16,4 millions d’hls de vins consommés, les VQPRD sont stables à 16,3 millions d’hls.
La consommation par tête diminue: les achats de vins tranquilles par les ménages à fin juin 2004 sont en retrait de 4 %, la baisse des ventes en grande distribution (hors hard discount) est de 2,6 % - tendance de trois campagnes successives - mais elles restent stables en valeur.
Parallèlement, il faut constater que les vins se démarquant (effervescents, rosés) plus simples à reconnaître et souvent marquetés différemment se portent bien.
Les excédents : le «sur stock» français pour cette campagne est estimé de façon provisoire entre 2,5 et 4 millions d’hls, dont environ 50 % en AOC Bordeaux, 25 % dans les autres AOC (Bourgogne, Côtes du Rhône et Pays Nantais) et le reste dans les autres vins.
Les mesures phares et le début d’une gestion par bassin de production
La RQD (reconversion qualitative différée), mesure d’aide à la reconversion du vignoble en Languedoc Roussillon permettant d’arracher sous condition de replantation dans les 5 ans, a été reconduite en 2003/2004 pour des engagements sur 3 500 ha (lors de la campagne 2002/2003, ce dispositif avait concerné 10 000 ha).
La région Bordelaise a déjà adopté d’autres dispositifs plus drastiques dont l’accord pour l’arrachage définitif assorti d’une prime européenne abondée localement. Les besoins estimés portent sur10 000 ha, mais les demandes déposées ne portent à l’heure actuelle que sur 200 ha.
Le Plan Bussereauactuellement en négociation laisse les professionnels très sceptiques tant sur le montant que la forme des aides. Les mesures conjoncturelles sont en effet constituées d’aides exceptionnelles à la trésorerie (8,5 M€ promis) et de prêts à la consolidation (annoncés : 40 M€ pour les viticulteurs et 15 M€ pour les caves coopératives). 500 aides au départ en pré-retraite seront financées dès 2005. De plus, 3,5 millions d’euros supplémentaires seront versés les aides à l’exportation. La profession et le gouvernement souhaitant conjointement une gestion de la production par bassin, le gouvernement conditionne déjà le régime européen d’arrachage définitif à la présentation d’une demande collective par bassin.
Karine Vignal - Cer Languedoc Roussillon
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin