Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

L
e
c
t
u
r
e
s
AMINATA TRAORÉ
Lettre au Président des Français
à propos de la Côte d’Ivoire
et de l’Afrique en général
Paris, Fayard, 2005,
185 pages.
par Mamoudou Gazibo
l
e petit livre d’Aminata Traoré n’est
pas un ouvrage scientifique, mais un
ouvrage engagé, qui véhicule ouverte-
ment des positions militantes pro-africaines et met en accusation, sans appel,
les acteurs que l’auteure tient pour responsables des maux qui affligent le
continent africain. Tout en prenant comme point de départ la crise actuelle
de la Côte d’Ivoire et la mainmise de la France sur les affaires de ce pays,
Aminata Traoré aborde le rôle de la mondialisation dans la marginalisation
du continent, les dérives de la coopération internationale, la spoliation des
biens culturels ou encore la responsabilité des élites africaines complices de
leur propre condition de dominées.
Du fait de ce parti pris, le livre ne peut être présenté, même brièvement et par
thèmes, qu’au prix d’une grande simplification de son argumentaire. Néan-
moins, il est possible de distinguer quatre parties dans sa démonstration.
Dans les trois premiers chapitres, A. Traoré expose les fondements du dis-
cours altermondialiste qui porte tout son livre. Partant du constat que le
continent africain aspire à « vivre debout » et se porterait mieux sans les ingé-
rences extérieures, elle s’interroge sur les véritables desseins de la France et
de l’Europe en Afrique (p. 9). À l’instar des théoriciens dépendantistes des
années 1970
1
, elle dénonce la duperie politique et intellectuelle dont elle
estime que l’Afrique est victime, et rappelle que « (…) la prospérité, la stabi-
lité politique et la paix sociale dans l’Hexagone ainsi que dans les autres
anciennes puissances coloniales se nourrissent de la pauvreté, de l’instabilité
politique et de la guerre au Sud » (p. 15).
1. Parmi les ouvrages les plus représentatifs de cette école, figurent ceux de Samir Amin, de Fernando Enrique Car-
doso, de Enzo Faletto ou de André Gunder Frank. Voir, entre autres, A. Gunder Frank,
Le développement du sous-
développement : l’Amérique latine
, Paris, François Maspéro, 1970 et S. Amin,
La déconnexion : pour sortir du système mon-
dial
, Paris, La Découverte, 1986.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin