Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Study of the network of sewerage of Villers l'Evque

De
5 pages

Study of the network of sewerage of Villers l'Evque

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 48
Signaler un abus
Etude du réseau d’égouttage de Villers l’Evêque
Chapitre V: CONCLUSIONS
Comme on vient de voir, les problèmes sont causés surtout par les pluies d’été, beaucoup
plus intenses que celle d’hiver, et donc donnant des débits pointes beaucoup plus
importants.
Les canalisations les plus critiques seraient celles de la rue Gustave Lemeer et Rond du roi
Albert (C1.E11), Rue du Roua et petit Roua (C1, C1.E2) et la rue Joseph Valleye (C1.E4).
Pour assurer un bon fonctionnement à moyen terme, il faudrait aussi agir sur les
canalisations de la rue Nicolas Lenoir (C1.E10), rue de la Chapelle (C1.E2) et rue Général
Leman (C2). Pour le futur, il faudrait aussi envisager des aménagements sur les
canalisations de la rue de la traversée (C1.E2) et les rues Joseph Leburton et Joseph Leduc
(C2).
Comme on a déjà vu, les problèmes sont surtout provoqués par l’eau tombée sur le Sous
Bassin 7. Ceci nous donne une première idée de ce qu’il ne faut pas faire ; construire des
ouvrages en amont de Villers (comme par exemple un autre Bassin d’orage) pour minimiser
l’impact des eaux arrivant par ruissellement. Les canalisations qui seraient sous
dimensionnés pour une pluie d’été avec T=5 se situent plutôt au centre de Villers, et
proches à l’exutoire. Ces deux canalisations reprennent de l’eau uniquement provenant du
Sous Bassin nº7, c'est-à-dire de l’eau tombé sur Villers l’Evêque ; elles ne transportent pas
des débits provenant du Bassin versant. On doit rappeler que la construction du réseau
d’égouttage de Villers l’Evêque date du début des années 80. On suppose donc que les
canalisations ont été dimensionnées pour les caractéristiques de l’époque. Or, on voit
qu’aujourd’hui elles ne sont plus valables. Ceci pourrait s’expliquer à cause du caractère
changeant du territoire ; les villages on tendance à s’accroître de
plus en plus, ce qui
provoque l’urbanisation de nouveaux espaces, et donc l’imperméabilisation d’une plus
grande surface de terrain. Ceci provoque qu’une plus grande quantité d’eau doit être évacué
par le réseau d’égouttage lors d’une pluie.
Donc une première conclusion qu’on
pourrait extraire, c’est que une partie des problèmes d’inondations à Villers l’Evêque
sont dues à ne pas avoir réalisé des travaux d’aménagement du réseau d’égouttage,
complémentaires aux nouveaux espaces imperméabilisés.
Pour pouvoir agir sur les débits circulants par les canalisations de Villers on a deux
possibilités ; l’une serait celle d’augmenter la capacité des conduites, en augmentant la
section de la canalisation. Une autre possibilité serait celle de construire des bassins d’orage
dans Villers l’Evêque, comme par exemple sous une zone verte. Pour pouvoir se décider
pour une des deux, il faudrait réaliser une étude économique et de viabilité pour chaque
possibilité, ou même utiliser les deux solutions.
D’autre part il est prévu à Villers l’Evêque, la construction d’une station de pompage à
l’exutoire du réseau pour pomper l’eau vers la canalisation C2.E2. À présent l’eau continue
par une canalisation avec une pente faible qui va verser dans un grand collecteur.
Page 91/95
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin