La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Publications similaires

LE TABLEAU DE BORD DE L’ÉCONOMIE FRANÇAISE
Le baromètre d’opinion économique Viavoice – ACFCI –Les Echos
Mars 2009
Études VteI AcoVnOseIilCe E npoinion
178 rue de Courcelles 75017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.com
s
LEVÉE D’EMBARGO : MERCREDI 25 MARS A 19 HEURES
Les intentions d’achat Les Français s’estimant touchés par la crise Les registres vécus de la crise
Volet « Dirigeants d’entreprise » Les grandes références économiques Les grandes références économiques (présentation graphique) Les confiances pour l’avenir Les confiances pour l’avenir (présentation graphique) Les entreprises s’estimant touchées par la crise Les registres vécus de la crise Les intentions face à la crise L’échéance de sortie de crise
Cartographie de la crise
15
24
2
Représentativité assurée par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession du chef de famille, catégorie d’agglomération et région de résidence.
Un échantillon de 509 dirigeants d’entreprises, représentatif des entreprises de cinq salariés et plus. Représentativité assurée par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : secteur d’activité de l’entreprise, taille de l’entreprise, région.
3
, -Tous se disent très critiques à l’égard des fondements de notre système économique.
Une crise d’« activité », éprouvée par une large majorité de dirigeants d’entreprise
Le constat est sans appel : 61 % des dirigeants estiment que leur entreprise « est directement touchée par la crise économique et financière ». Et concrètement, ce score ne masque pas véritablement de clivage, parfois évoqué, lequel opposerait une France du dynamisme à une France de la récession : toutes les régions françaises sont touchées (69 % des dirigeants d’entreprise en Ile-de-France), tous les secteurs d’activité (57 % des entreprises du commerce), et toutes les tailles d’entreprises (56 % des TPE de 6 à 9 salariés). Pour ces dirigeants d’entreprise qui s’estiment victimes de la crise, les difficultés rencontrées sont essentiellement celles d’un assèchement du carnet de commandes : 92 % d’entre eux déclarent avoir « moins de commandes », et 92 % également moins de « perspectives de commandes » ; en deuxième lieu, les trois quarts évoquent des tensions sur les prix : 76 % estiment que « les clients négocient davantage les prix ». Pour leur part les contraintes de financement bancaire, qui étaient à l’origine de la crise, sont citées par moins du tiers (31 %) des dirigeants d’entreprise interrogés : cette difficulté est donc réelle, mais n’est pas considérée comme le registre le plus prégnant.
En revanche, l’intensité du ralentissement conduit les dirigeants d’entreprise à élaborer des scénarios particulièrement longs de « sortie de crise » : seulement 11 % estiment que « la France sortira vraiment de la crise économique et financière actuelle » au « second semestre 2009 » ; 52 % citent « 2010 », et 29 % une date ultérieure.
4
Une crise des « références économiques »
Plus profondément encore, ce sont les fondements de notre modèle économique qui sont décriés, de la part du grand public mais également des dirigeants d’entreprise : -déclarent avoir une « mauvaise opinion » de « l’économie de marché », 69 % du « capitalisme », 66 % desConcrètement, 71 % des Français « banques » et 61 % des grandes entreprises ; -De manière inattendue dans ces proportions, les dirigeants d’entreprise eux-mêmes apparaissent très critiques : 71 % affichent une « opinion négative » des « banques », 57 % de « l’économie de marché », 56 % des « grandes entreprises » et 53 % du « capitalisme ».
Un « système » de crises
Les crises distinguées et quantifiées par cette étude font système : elles s’alimentent réciproquement, et, surtout, inscrivent dans la durée les pathologies économiques actuellement perçues : à elle seule, la question du pouvoir d’achat n’est pas née au mois de septembre dernier, après la faillite de Lehman Brothers et la crise du système financier ; elle constituait déjà, au printemps 2007, la principale préoccupation des Français en vue de l’élection présidentielle. Mais les plans de licenciements actuels en amplifient le sentiment d’acuité, et ces tensions évoquées sur le pouvoir d’achat alimentent le constat d’imperfection de notre modèle économique. Au total cette première livraison du Tableau de bord de l’économie française révèle des publics certes inégalement touchés par la crise, mais globalement engagés dans un « système » de crises, dont ils parviennent mal à démêler l’écheveau et à discerner le terme.
François Miquet-Marty,Directeur associé,Viavoice
5
6
Très positive Assez positive
Sous-total « Positive »
Assez négative Très négative
Sous-total « Négative »
Ne se prononce pas Total
15 54
69
19
19 7
26
5 100
9 36
45
31
31 18
49
6 100
4 31
35
38
38 23
61
4 100
4 29
33
38
38 28
66
1 100
3 22
25
36
36 33
69
6 100
4 20
24
44
44 27
71
5 100
2 7
9
39
39 41
80
11 100
7
8
Tout à fait confiant Plutôt confiant
Sous-total « Confiant »
Pas vraiment confiant Pas du tout confiant
Sous-total « Pas confiant »
Ne se prononce pas
Total
6 19
25
36 36
72
3 100
3 18
39 39
1 100
21
78
4 13
38 44
1 100
17
82
4 12
33 48
3 100
16
81
9
10
Sous-Total «
S’améliore
» :
3 %
11