La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Le mouvement du pop art

13 pages

L’après-guerre est marqué par la domination américaine. Les etats-unis vivent une période de prospérité économique, c’est la naissance de la société de consommation et l’expansion de la publicité.

Publié par :
Ajouté le : 09 mai 2014
Lecture(s) : 64
Signaler un abus
12 Pop art
Contexte Définition CaraCtéristiques aNdy WâRhOl rOy LIchTENSTEIN tOm WESSElmâNN GLossaire
POp âRT
Contexte L’âpRèS-gUERRE EST mâRQUÉ pâR lâ dOmINâTION âmÉRIcâINE. LES eTâTS-uNIS vIvENT UNE pÉRIOdE dE pROSpÉRITÉ ÉcONOmIQUE, c’EST lâ NâISSâNcE dE lâ SOcIÉTÉ dE cONSOmmâTION ET l’EXpâNSION dE lâ pUblIcITÉ. LE dÉbUT dES âNNÉES 50 EST EmpREINT dES dIFFÉRENTS cOURâNTS dE l’abSTRâcTION: lES âRTISTES S’OppOSENT âUX cONvENTIONS, EXpRImENT lEUR lIbERTÉ, ET âTTENdENT dU SpEcTâTEUR QU’Il pORTE UN REgâRd lIbÉRÉ SUR lEUR âRT. tOUTEFOIS, À lâ fiN dES âNNÉES 50 ET âU dÉbUT dES âNNÉES 60, lES NOUvEllES pRâTIQUES âRTISTIQUES SONT INflUENcÉES pâR lE dÉvElOppEmENT dES lOISIRS, dES pRâTIQUES cUlTUREllES ET dES TRâNSpORTS. à cETTE ÉpOQUE lES âRTISTES cIRcUlENT bEâUcOUp, lES ÉchâNgES SE mUlTIplIENT NOTâmmENT gRAcE âUX gâlERIES d’âRT. LE POp âRT EST UN mOUvEmENT âRTISTIQUE QUI SURgIT âU mIlIEU dES âNNÉES 50 EN GRâNdE BRETâgNE EN RÉâcTION À l’âbSTRâcTION. L’œUvRE dU bRITâNNIQUE rIchâRd HâmIlTONAU faIt, QU’Est-cE QUI dIfféREncIE Et REnd lEs fOyERs d’aUJOURd’hUI sI attIRants?dONNE À vOIR dE NOmbREUX SymbOlES dE lâ SOcIÉTÉ dE cONSOmmâ-TION ET dE lâ cUlTURE pOpUlâIRE INdUSTRIEllE. ellE EST cONSIdÉRÉE pâR lES cRITIQUES ET lES hISTORIENS dE l’âRT cOmmE lâ pREmIèRE œUvRE POp âRT. C’EST LâwRENcE allOwây, cRITIQUE d’âRT ET cONSERvâTEUR âU salomon R. Guggenheim Museum dE nEw YORk, QUI âURâIT INvENTÉ lE TERmE POp âRT pOUR dÉSIgNER lES pROdUITS dEmass media ET NON lES œUvRES d’âRT QUI S’INSpIRENT dE lâ cUlTURE pOpUlâIRE. LE TERmE EST UTIlISÉ EN 1955 pOUR dÉSIgNER lES REchERchES ET lES dÉbâTS dE l’Independent Group, ORgâNISâTION OFficIEUSE À LONdRES, cONSTITUÉE pOUR RâppROchER l’âRT ET lâ vIE cONTEmpORâINE. tOUTEFOIS, lE mOUvEmENT NÉ EN GRâNdE-BRETâgNE dâNS lES âNNÉES 50 EST RâpIdEmENT SUpplâNTÉ pâR lE POp âRT âmÉRIcâIN QUI ÉmERgE À lâ fiN dES âNNÉES 50. LE POp âRT cONTESTE lES TRâdITIONS ET mET EN ÉvIdENcE l’INflUENcE QUE pEUvENT âvOIR lâ pUblIcITÉ, lES mâgâzINES, lâ TÉlÉvISION… SUR lES chOIX dES cONSOmmâTEURS. 1 Lâ pRâTIQUE dUReady-madeET dUhappening, pROlONgEmENT dES SpEcTâclES dâdâïSTES, plâcE lE POp âRT dâNS lâ lIgNÉE dE Dâdâ. LE POp âRT EST UN dES mOUvEmENTS mâjEURS dU xxE SIèclE.
Définition LE POp âRT, âbRÉvIâTION dEpopular art, QUâlIfiE UNE pROdUcTION âRTISTIQUE bRITâNNIQUE ET âmÉ-RIcâINE dÉvElOppÉE ENTRE 1955 ET 1970 ET INSpIRÉE dE lâ cUlTURE pOpUlâIRE. il EST câRâcTÉRISÉ pâR dES ThèmES ET dES TEchNIQUES ISSUS dE lâ cUlTURE dE mâSSE, TElS QUE lâ pUblIcITÉ, lES bâNdES dESSINÉES, lES STâRS ET lES ObjETS cUlTURElS mONdâINS. LE POp âRT vISE À UTIlISER dES ImâgES pOpUlâIRES pâR OppOSITION À lâ cUlTURE ÉlITISTE dâNS l’âRT. il SOUlIgNE IRONIQUEmENT lES ÉlÉmENTS bâNâUX OU « kITSch » dE N’ImpORTE QUEllE cUlTURE dONNÉE. LE POp âRT ISOlE dES SUjETS EXTRâITS dE lEUR cONTEXTE, ET lES âSSOcIE À d’âUTRES SUjETS pOUR lâ cONTEmplâTION. LE mOUvEmENT EST ÉgâlEmENT dÉfiNI pâR l’UTIlISâTION dE mOyENS mÉcâNIQUES ET dE TEchNIQUES dE REpROdUcTION pâR lES âRTISTES. BIEN QUE lES âRTISTES âIENT pâRTâgÉ dES cOmpORTEmENTS SImIlâIRES QUI ONT pERmIS dE lES Râp-pROchER mâlgRÉ lEURS dIFFÉRENcES, Il EST dIFficIlE dE pâRlER d’UNE ESThÉTIQUE cOmmUNE.
CaraCtéristiques LES câRâcTÉRISTIQUES dU POp âRT SONT âbORdÉES cI-âpRèS dE mâNIèRE gÉNÉRâlE pUIS À TRâvERS TROIS âRTISTES mâjEURS: aNdy WâRhOl, rOy LIchTENSTEIN, tOm WESSElmâNN. tOUS TROIS ONT TENU dES pROpOS cONvERgENTS TOUT EN SUIvâNT dES dÉmâRchES plâSTIQUES dIFFÉ-RENTES, cE QUI EST UNE dES câRâcTÉRISTIQUES dU POp âRT.
171
POp âRT
Sujet Lâ SOcIÉTÉ dE cONSOmmâTION SOUS SES dIFFÉRENTES FORmES: - PUblIcITÉ - tÉlÉvISION - MâgâzINE - BâNdE dESSINÉE - aRchITEcTURE - MOdE - objETS dE lâ vIE cOURâNTE - sTâRS, IcôNES (dE MIckEy MOUSE À MâRylIN MONROE) - uTIlISâTION d’ÉlÉmENTS vISUElS dE lâ cUlTURE pOpUlâIRE pROdUITS EN SÉRIE: âFfichES pUblIcITâIRES, 2 bâNdE dESSINÉE, SÉRIgRâphIES , phOTOgRâphIES, ObjETS cUlTURElS mâNUFâcTURÉS
Fonction de l’image VU lE pRIX QUE lE mâRchÉ dE l’âRT â RâpIdEmENT âccORdÉ âUX œUvRES ORIgINâlES, lâ dÉSâcRâlISâ-TION dE l’œUvRE d’âRT, UN INSTâNT SOUhâITÉE, N’â pâS dURÉ lONgTEmpS, pâS plUS QUE lâ vOlONTÉ dE pRÉSENTER l’âRT cOmmE UN SImplE pROdUIT À cONSOmmER. L’âRT REmplIT IcI Sâ FONcTION dE mIROIR. eN REpRENâNT lES «IcôNES dE lâ TRIbU mOdERNE», lES âRTISTES RENvOIENT À lâ SOcIÉTÉ lES IdOlES QU’EllE âdORE SâNS EN êTRE TROp cONScIENTE. uN pEU cOmmE lES dIvINITÉS pRÉSENTES SUR lES TOTEmS dES TRIbUS QUI NOUS ONT RâppEllENT QUElS SONT NOS dIEUX d’âUjOURd’hUI ET dE QUOI NOS myThES SONT cONSTITUÉS. POUR N’EN cITER QUE QUElQUES-UNS, EN FORçâNT lE TRâIT ET EN vRâc : elvIS PRESlEy, MâRylIN MONROE, l’âUTOmObIlE, lE hâmbURgER, lâ châISE ÉlEcTRIQUE, lE dOllâR, COcâ-COlâ, lE SEXE dâNS lâ pUblI-cITÉ, JOhN KENNEdy, lâ JOcONdE, lES cÉlÉbRITÉS, MIckEy MOUSE, lE ROmâN-phOTO, lâ vâISSEllE EN plâSTIQUE… Lâ plUS EmblÉmâTIQUE dES ImâgES EST SâNS dOUTE cEllE dE lâ dISpâRITION pROgRESSIvE dE MâRylIN pâR aNdy WâRhOl âU mOyEN dE pâSSâgES SÉRIgRâphIQUES: TOUT N’y EST QUE SURFâcE, pâpIER, pEllIcUlâIRE, À l’INfiNI, SâNS âUcUNE vâlEUR INTRINSèQUE, NI INTÉRIORITÉ, jUSQU’À dISpâRâîTRE...
Composition rÉpÉTITIONS, âccUmUlâTIONS, jUXTâpOSITIONS, ImbRIcâTIONS, À l’ImâgE dES pERcEpTIONS SImUlTâ-NÉES dE NOTRE ENvIRONNEmENT mÉdIâTIQUE ET URbâIN.
Dessin et formes Lâ plUpâRT dES âRTISTES pOp, dâNS lEUR vOlONTÉ dE mISE EN ÉvIdENcE, ÉlImINENT l’âNEcdOTE, STylISENT lE mOdèlE dE bâSE ET TIRENT lE mOTIF vERS UNE âbSTRâcTION mONUmENTâlE, cE QUI lUI cONFèRE pUISSâNcE ET UNIvERSâlITÉ.
Technique LES âRTISTES EXpÉRImENTENT lES pROcÉdÉS TEchNIQUES lES plUS RÉcENTS dE l’INdUSTRIE ET dU cOm-mERcE, dâNS UNE vOlONTÉ d’âNâlOgIE mÉcâNIQUE ET INdUSTRIEllE, FROIdE ET SySTÉmâTIQUE: - PEINTURE âcRylIQUE - sÉRIgRâphIE - COllâgE SUR TOIlE dE mâTÉRIâUX ÉTRâNgERS À lâ pEINTURE ET À lâ SÉRIgRâphIE - tEchNIQUE dE pEINTURES INdUSTRIEllES - PhOTOgRâphIE
anDy Warhol (amériCain, 1928- 1987) il EST cONvâINcU QUE châcUN pEUT RÉâlISER UNE œUvRE d’âRT. Lâ SÉRIgRâphIE ET l’INTÉgRâTION dE lâ phOTOgRâphIE À SES œUvRES pEINTES SONT pOUR lUI dES mOyENS d’âTTEINdRE cE QU’Il REchERchE: UN âRT âNONymE. WâRhOl S’IdENTIfiE âUX âppâREIlS dE REpROdUcTION: âppâREIl phOTO, ENREgISTREUR, câmÉRâ… jUSQU’À dEvENIR lUI mêmE UN ObjET câR SElON lUI, lES ObjETS cIRcUlENT plUS vITE QUE lES hOmmES, ET EN dEvENâNT lUI-mêmE ObjET OU âppâREIl dE REpROdUcTION, Il pEUT cIRcUlER plUS FâcIlEmENT.
172
POp âRT
il dONNE âINSI lE SENTImENT QUE cES œUvRES SONT FâITES pâR UNE mâchINE. CETTE IdENTIficâTION âUX âppâREIlS dE REpROdUcTION RENvOIE À SON INTÉRêT pOUR lâ RÉpÉTITION, lE bâNâl, l’âNONymE plUTôT QUE pOUR l’INvENTION. sâ dÉmâRchE EST lE REflET dU SySTèmE dE pRO-dUcTION EN SÉRIE câRâcTÉRISTIQUE dE lâ SOcIÉTÉ dE cONSOmmâTION. sON pOSITIONNEmENT pâR RâppORT À l’INvENTION, lâ cRÉâTIvITÉ, mONTRE QUE WâRhOl REFUSE dE cONSIdÉRER l’âRT cOmmE lE SEUl lâNgâgE «ÉlEvÉ ».il INTROdUIT dâNS lE châmp dE l’âRT d’âUTRES lâNgâgES (mOdE, cINÉmâ, pUblIcITÉ, ÉdITION…) âfiN dE pERTURbER l’IdENTITÉ dE cE châmp ET lE dÉclOISONNER. C’EST cE mêmE pOINT dE vUE QU’Il vÉhIcUlE EN mETTâNT l’âRTISTE SUR lE mêmE pIEd d’ÉgâlITÉ QUE l’hOmmE d’âFFâIRES, lâ STâR, lE STylISTE, lE mâNNEQUIN, lE bOXEUR, lE pRÉSIdENT, lE clOchâRd... il NIvEllE ÉgâlEmENT TOUTES lES câTÉgORIES d’ImâgES EN lES ÉlEvâNT TOUTES âU RâNg d’âRT SâNS TENIR cOmpTE dE lEURS QUâlITÉS FORmEllES OU IdÉâlES.
Sujet L’ImâgE LE pOUvOIR âU SEIN dE lâ SOcIÉTÉ dE cONSOmmâTION LES ObjETS dE lâ vIE cOURâNTE : bOîTE dE cONSERvE dE SOUpE CâmpbEll, COcâ-COlâ, dOllâR, TImbRE-pOSTE… PUblIcITÉ icONOgRâphIE hOllywOOdIENNE, vISâgES dE STâRS: MâRylIN MONROE, LIz tâylOR, elvIS PRESlEy, MâRlON BRâNdO, MIck JâggER, ET d’hOmmES pOlITIQUES: JOhN KENNEdy, MâO tSÉ-TOUNg Lâ mORT accIdENT dE vOITURE emEUTE RâcIâlE CâTâSTROphE âÉRIENNE eXplOSION âTOmIQUE ChâISE ÉlEcTRIQUE ….
Fonctions de l’image LES ImâgES dE WâRhOl EXâlTENT lES TEchNIQUES dE vENTE ET dE pROmOTION dES SOcIÉTÉS dE cONSOmmâTION ET lâISSENT dE côTÉ lâ SIgNIficâTION dU «pROdUIT »REpRÉSENTÉ. ellES NE chERchENT pâS À TÉmOIgNER d’UNE QUElcONQUE RÉâlITÉ ObjEcTIvE, pâS plUS QU’EllES NE SONT lE RÉSUlTâT d’UNE câmpâgNE pUblIcITâIRE. ellES SE SITUENT ENTRE lES dEUX. CES ImâgES ENREgISTRENT ET âccEpTENT lE RÉEl SâNS lE SUblImER NI l’âFFâIblIR pOUR âUTâNT. ellES dÉmONTRENT cE QUE WâRhOl â EN cOmmUN âvEc lâ SOcIÉTÉ dE cONSOmmâTION: Il cROIT À l’INSIgNIfiâNcE dE l’ObjET plUS QU’EN Sâ SIgNIficâTION.
Couleur COUlEURS vIvES ET SOUvENT EN dÉcâlâgE vOlONTâIRE âvEc lE dESSIN, À l’INSTâR dES mâUvâISES ImpRESSIONS dES pUblIcâTIONS bON mâRchÉ (mâgâzINESpulp). DâNS lES pORTRâITS, TONS TRèS âRbITRâIRES ET NON RÉâlISTES, pâRFOIS cONSIdÉRÉS cOmmE «cRIâRdS », «vUlgâIRES » OU « SâTURÉS » ET QUI pâRTIcIpENT À UNE gâmmE dE cOUlEURS « pOp » QUI SE pRÉcISE pEU À pEU âUTOUR dE TONS dITS «âcIdES » :jâUNE cITRON , vERT pOmmE, vIOlET, ORâNgE, ROSE FUchSIâ...
Technique - sÉRIgRâphIE SâNS NUmÉROTâTION dES TIRâgES - rÉpÉTITION 3 -Ready-made - PhOTOgRâphIE - PEINTURE - PEINTURE À l’OXydâTION
173
POp âRT
roy liChtenstein (amériCain, 1923– 1997) VERS 1960, rOy LIchTENSTEIN cOmmENcE À S’INTÉRESSER À lâ bâNdE dESSINÉE. à lâ dIFFÉRENcE dES NOUvEâUX RÉâlISTES ET dE lEURS pROcESSUS d’âppROpRIâTION dE lâ RÉâlITÉ, Il l’UTIlISE pâRcE QU’EllE FâIT pâRTIE INTÉgRâNTE dU vOcâbUlâIRE cOllEcTIF ET pOpUlâIRE dE l’ÉpOQUE, ET QU’EllE cONSTITUE UNE RÉpONSE ObjEcTIvE âU ROmâNTISmE dE l’EXpRESSIONISmE âbSTRâIT. Lâ pEINTURE EN 1961 dE l’âgRâNdISSEmENT d’UNE ImâgE dE bâNdE dESSINÉE (comics) chOISIE dâNS UN mâgâzINE mâRQUE lE dÉbUT dE SES pEINTURES pOp. LES bâNdES dESSINÉES SONT lâ RÉFÉRENcE pRINcIpâlE dE LIchTENSTEIN, QUI pRENd SOIN dE chOISIR cEllES QUI pEUvENT êTRE cONSIdÉRÉES cOmmE bâNâlES EN TERmES dE gRâphISmE ET dE dIScOURS. il EN SImplIfiE lE gRâphISmE ORIgINâl ET lEUR ImpOSE UN TRâITEmENT gRâphIQUE dE SON STylE. il REcOmpOSE lâ TRâmE âgRâNdIE dE l’ImâgE ET âjOUTE EN pEINTURE dES bUllES ET dES EXclâmâTIONS. il ISOlE UN SUjET cONNU OU dE l’ORdRE dU QUOTIdIEN âfiN dE FâIRE âppRENdRE À lE vOIR. il NE chERchE pâS cORRIgER lâ RÉâlITÉ mâIS bIEN À lUI SUbSTITUER dES ImâgES QU’Il REcRÉE âvEc Sâ pROpRE SENSIbIlITÉ. LIchTENSTEIN âdhèRE pEU À pEU À lâ NOUvEllE pEINTURE INdUSTRIEllE ET ÉTâblIT QUE «l’art procède avant tout d’un regard objectif porté sur le monde». POSTUlâT QUI l’âmèNE À SE dÉclâRER «anti-contemplatif, anti-nuance, anti-échapper-à-la-tyrannie-du-rectangle, anti-mystère, anti-qualité picturale, anti-zen, et anti-toutes ces idées brillantes des précédents mouvements que tout le monde aujourd’hui comprend si bien». il TÉmOIgNE IcI dE Sâ mOTIvâTION âNTI-EXpÉRImENTâlE. sElON lUI, lE POp âRT N’EST pâS UNE pEINTURE âmÉRIcâINE, mâIS bIEN UNE pEINTURE INdUSTRIEllE.
Sujet aU dÉpâRT, pEINTURE âgRâNdIE dE vIgNETTES dE bâNdES dESSINÉES dE gUERRE ET dE ROmâNcES SENTImENTâlES eNSUITE, cITâTIONS dE pEINTRES mOdERNES SUIvâNT lES cOdES dE lâ bâNdE dESSINÉE rEpORTS dE cES cOdES SUR lES TêTES dE mâNNEQUINS d’ÉTâlâgE ET SUR dES ScUlpTURES REpRÉSENTâNT dES ObjETS QUOTIdIENS EN mÉTâl dE dImENSIONS mONUmENTâlES. eXEmplES :M-MaybE...,Whaam
Fonctions de l’image LES ImâgES dE LIchTENSTEIN SONT âU dÉpâRT UN REgâRd IRONIQUE pOSÉ SUR lâ lITTÉRâTURE pOpU-lâIRE SpÉcIfiQUE QU’EST lâ bâNdE dESSINÉE: hISTOIRES dE gUERRE pOUR lES hOmmES, ROmâNcES SENTImENTâlES pOUR lES FEmmES Lâ mONUmENTâlISâTION dE pETITES vIgNETTES mET EN ÉvIdENcE lES TRâITS câRIcâTURâUX dU gENRE.
Dessin et Couleur Lâ vIgNETTE EST REpRISE, REcâdRÉE, REdESSINÉE, âfiN dE «TENIR »dâNS lE câdRE dE cE QUI EST UNE pEINTURE. rEpRISE dES cOdES dE lâ bâNdE dESSINÉE SUR UN mOdE «gROSSISSâNT »,âfiN dE lES TRâNSFORmER EN mOTIFS pIcTURâUX LE cERNE EST SOUvENT ÉpâISSI ET STRUcTURE jUSQU’À l’âbSTRâcTION lES pOINTS dE TRâmE REpRIS UN À UN pâR lE pINcEâU, âINSI QUE lES hâchURES. à pâRTIR dU pRINcIpE dE TRâNSFERT dES cOdES, SON œUvRE SE dÉvElOppE dE cITâTIONS EN cITâTIONS ET dÉbORdE dU câdRE dE lâ bâNdE dESSINÉE.
Technique tEchNIQUES INSpIRÉES dE l’âSpEcT dES pUblIcITÉS cOmmERcIâlES PEINTURE âcRylIQUE PEINTURE À l’hUIlE pOUR lES TRâmES
tom Wesselmann (amériCain, 1931- 2004) L’œUvRE dE WESSElmâNN âppORTE UN ÉclâIRâgE À dEUX âSpEcTS dE l’ESThÉTIQUE dU POp âRT, lâ RElâTION âvEc lE cOllâgE ET lâ SImplIficâTION dE l’ImâgE. WESSElmâNN â pRâTIQUÉ INTENSÉmENT lE cOllâgE âvâNT dE pâRvENIR À Sâ pEINTURE pOp dES dER-NIèRES âNNÉES.
174
POp âRT
CONTRâIREmENT âUX âRTISTES cITÉS pRÉcÉdEmmENT, Il N’âvâIT pâS ENvIE dE pEINdRE lES pROdUITS dE lâ SOcIÉTÉ dE cONSOmmâTION, lEUR pRÉFÉRâNT dES FEmmES NUES OU dES FRâgmENTS dE FEmmES NUS :pIEdS, SEINS, bOUchES. eNTRE 1965 ET 1967, Il pâRvIENT «à établir l’identité absolue entre la réalité esthétique (la pein-ture) et la réalité érotique (la femme)». il lUI EST âlORS pOSSIblE dE cONSIdÉRER TOUT cE QUI ENTOURE lâ FEmmE; TÉlÉphONE,TÉlÉvISION, RâdIâTEUR, RÉFRIgÉRâTEUR, bâIgNOIRE… NON plUS cOmmE dES pRÉSENcES ENNEmIES mâIS cOmmE UN dÉcOR cOmplIcE. WESSElmâNN cONTRIbUE À âNcRER l’ImâgINâIRE dU POp âRT âmÉRIcâIN dâNS lâ pUlSION ET l’ÉQUI-vOQUE ENTRE INTImE ET pUblIc, ENTRE âFFEcT ET INdIFFÉRENcE, mETTâNT âINSI EN âvâNT UNE ImâgE clâIRE dU SUjET QUE cONSTITUE lâ SOcIÉTÉ dE cETTE ÉpOQUE.
Sujet nâTURES mORTES cONSTITUÉES dE cOllâgES d’ObjETS dE cONSOmmâTION TIRÉS dE l’ImâgERIE pUblIcITâIRE. « GRâNdS NUS » cOUchÉS, d’âbORd ISSUS dE l’ESThÉTIQUE dE MâTISSE ET plâcÉS pâRmI dES EmblèmES âmÉRIcâINS TElS lE dRâpEâU, IlS dEvIENNENT ENSUITE UNGREat AmERIcan nUdE(SÉRIE dE gRâNdS NUS FÉmININS) MêmE SI l’âUTEUR NIE TOUT SOUcI dE lâ cONSOmmâTION, lES NUS QU’Il pROpOSE cONcENTRENT lES « pOINTSd’âccROchE »ÉROTIQUES :lèvRES, SEINS, pUbIS, chEvEUX... UTIlISÉS pâR lâ pUblIcITÉ pOUR vâNTER cIgâRETTES, mOUchOIRS, TRâNSISTOR, dOUchE… MâIS cE NU SâNS REgâRd N’EST plUS QUE pUR SymbOlE, dÉpERSONNâlISÉ, UNIvERSâlISÉ: UN lEXIQUE dE l’ObjET dÉSIR pOUR UNE gâmmE OUvERTE dE pROdUITS À cONSOmmER.
Fonctions de l’image COmpOSER UNE ImâgE pEINTE, mIROIR gROSSISSâNT dES pOINTS d’âccROchE vISUElS SUR lE cORpS FÉmININ pOUR âRTIcUlER NOTRE dÉSIR dâNS UNE STRâTÉgIE dE dIScOURS pUblIcITâIRE. COmpOSER UNE pEINTURE QUI cOmpTE pOUR EllE mêmE, EN TâNT QU’œUvRE d’âRT, dâNS lâ pRâTIQUE pIcTURâlE cONTEmpORâINE.
Technique PEINTURE À l’hUIlE ET âcRylIQUE MÉlâNgE dE cOllâgES ET pEINTURE, INcORpORâTION d’ObjETS RÉElS âUX cOmpOSITIONS. MONTâgES SUR chASSIS dE pâNNEâUX pEINTS À l’hUIlE dÉcOUpâNT lâ FORmE dE SES NUS, ET âUTRES pâNNEâUX EN dÉcOUpE d’ObjETS pOSÉS EN âvâNT-plâN. eXEmplE :GREat AmERIcan nUdE
Glossaire 1Happening: À lâ fiN dES âNNÉES 50 UN hâppENINg ÉTâIT UNE pERFORmâNcE, UN ÉvÉNEmENT OU UNE SITUâTION QUI pOUvâIENT êTRE cONSIdÉRÉS cOmmE UN âRT. uNE TRâdUcTION FRâNçâISE pOSSIblE SERâIT INTERvENTION âRTISTIQUE
2SéRIgRaphIE: PROcÉdÉ d’ImpRESSION À l’âIdE d’UN ÉcRâN cONSTITUÉ pâR UN câdRE SUR lEQUEl EST TENdU UN TISSU À mâIllES, pERmETTâNT l’ImpRESSION SUR dE mUlTIplES SURFâcES.
3Ready-made: ObjET mâNUFâcTURÉ pROmU âU RâNg d’ObjET d’âRT pâR lE SEUl chOIX dE l’âRTISTE
175
POp âRT
a. WâRhOlCampbEll's sOUp
a. WâRhOlFlOwERs
J. JOhNSThREE flags
t. WESSElmâN séRIE GREat AmERIcan NUdE
G. KlImTLE baIsER (Image piège)
a. WâRhOlMaRIlyn MOnROE
C. oldENbURgGIant BLT (BacOn, LEttUcE and TOmatO SandwIch)
r. LIchTENSTEINDROwnIng gIRl
t. WESSElmâN séRIE GREat AmERIcan NUdE
K. HâRINg(Image piège)
a. WâRhOlSElf pORtRaIt
C. oldENbURgSOft TOIlEt
r. LIchTENSTEINM-MaybE
a. WâRhOlGUn
M. KIppENbEgER(Image piège)
a. WâRhOlGREEn caR cRash
C. oldENbURg WhItE shIRt wIth blUE tIE
r. LIchTENSTEINWhaam !
C. shERmâNAUtOpORtRaIt (Image piège)
BâNkSyFlOwERs MOlOtOV (Image piège)
176