//img.uscri.be/pth/8d52c78dcccadb7ed27fd16278af0b48452c78eb
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La mer de glace rétrécit

De
10 pages

La mer de glace rétrécit

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 75
Signaler un abus
On a tous besoin d’eau pour survivre. Humains, animaux, oiseaux, poissons et plantes, tous ont besoin d’eau. Certains vivent dans l’eau, sur l’eau ou près de l’eau. L’eau nous garde en vie d’une façon ou de l’autre.
Nous utilisons également l’eau pour nous déplacer, quelquefois sur les eaux ouvertes, quelquefois, sur les eaux gelées. Les ours polaires chassent sur la glace. Les phoques et les morses élèvent leurs petits sur la glace; ils se reposent sur la glace. Les gens des communautés du nord vont à leur camp, leur territoire de piégeage et les autres communautés en se déplaçant sur les rivières et lacs gelés. Les compagnies qui exploitent le pétrole et le gaz utilisent des routes d’hiver qui traversent des lacs, des chenaux et des terres gelés.
Cette fiche d’information examine comment les changements climatiques affectent le monde de l’eau et de la glace.
La mer de glace rétrécit Quand vous pensez à l’Arctique, qu’estce qui vous vient à l’esprit? La glace est probablement l’une des premières choses : la glace solide, la glace flottante, les icebergs, les ours, les phoques et les morses sur la glace. Voilà des images de l’Arctique. Une grande partie de l’année, l’eau de l’océan Arctique est recouverte de glace. Même en été, bon nombre de régions de l’océan Arctique sont recouvertes de glace. Pourtant, de récentes études démontrent que la glace de mer dans l’Arctique rétrécit et devient de plus en plus mince vers la fin de l’été, par rapport à ce qu’elle était auparavant. C’est comme un être humain qui maigrit et qui devient en même temps de plus en plus petit. La glace de l’Arctique rétrécit, car les températures du nord augmentent.
La glace de mer dans l’Arctique a une superficie de 10 à 15 % de moins au printemps et en été qu’elle ne l’était dans les années 1950. De nos jours, on estime que la glace est