La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

LAT. N°15

De
1 page

LAT. N°15

Publié par :
Ajouté le : 11 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
MÚSICA/MUSIQUE
CD musical “La chanson de Victor Hugo” de Frédéric Pagès
Pagès était tombé, en feuilletant arrangeur Mauro Rodrigues et le gui-Pourquoi venir auprès de moi ? les poésies de Victor Hugo, sur les tariste Juarez Mor eira. Dans cePourquoi me faire ce sourire vers suivants : poème, tiré du recueilChansons des tournerait la tête au roi ? Qui Rues et des Bois, qui révèle un VictorSi vous n’avez rien à me dire Elle est joyeuse et céleste !Hugo canaille et complice, le grandPourquoi venir auprès de moi ? Elle vient de ce Brésilpoète évoque la beauté de Rosa, sa Si doré qu’il fait du restepassion brésilienne. Le poème (la En cette année où nous commé-De l’univers un exil.chanson) commence par le vers : morons le bi-centenaire de la nais-On a peur tant elle est belle sance, puis suit de Victor Hugo, Frédéric Mais, en lisant et relisant “ces la description enchanteresse d’une Pagès a su merveilleusement bien poèmes si bien rythmés, dit-il, ils se très jeune femme (elle a 15 ans) aux trouver l’équilibre musical et poé-sont mis à chanter en moi. Alors j’ai pouvoirs de séduction redoutables. tique qu’il fallait pour r endre hom-fait une chose que Victor Hugo me La deuxième chanson s’intituleLamage au grand écrivain, à travers pardonnera : j’ai mis en musiquechanson de Victor Hugo cette, tirée du “samba-bossa”et cette chanson l’un de ses textes”, qui a donné une poèmeChanson, inLesd’amour.Saravá ! des deux chansons de ce CD :Elle Contemplations. Il s’agit d’une his-La chanson de Victor Hugo, de FrédDé.r iSc. vient de ce Brésil d’amour contrarié, dont voici toire- avec le sous-titrePagès, Le Grand Babyl - Sens et sons - Samba Victor Hugo- enregistrée à le début :Site : www.grand-babyl.com
Le quatuor de concertinas “Danças Ocultas” à La Maroquinerie Accordez-vous à laccordéon ! Cesut teoots enitloxpesli ,reuoj ed raisie plet llle tueumutescnse ,otl sen au maror :ée,ne tiellauutelq esngraétcuacui qs sed tn selffuo tempête ? ou tout simplement, la plus les utilisations possibles de la sourde et concrète profondeur desconcertina: du classique, au tango, concertinas jusqu’à l’inspiration folklorique, en, superbes accordéons diatoniques aux couleurs nacrées, passant par l’improvisation... on croit qui trônent déjà sur la scène, dans reconnaître au vol une gymnopédie l’attente des mains de leurs maîtres. de Satie, ou une chanson de José Les garçons d’Agueda arrivent ; Afonso, sans jamais êtr e sûr, tant la sans manières, chacun s’assoit et liberté de la composition et de l’in-revêt son instrument. La musique terprétation nous gagne. On avait commence, intensément visuelle et oublié la poésie, la chaleur de ces communicative. Les sons s’étirent, se instruments à soufflet... répondent, se défient, d’uneconcer-Leur dernier album s’appelle tina da espera” ; on “attend”à l’autre. Tandis que les instru- “Travessa ments conversent, les musiciens eux aussi pour eux, une plus grande ne cessent de se regarder, leurs sour- reconnaissance encore. A la cils dansent, leurs épaules virevol- Maroquinerie, l’enthousiasme était tent, se gonflent, leurs pieds battent grand le lundi 15 avril ; la salle n’était le tempo avec insistance et grâce, pas comble, mais unanime pour rap-leurs cous s’étirent pour accompa- peler trois fois sur scène ces jeunes gner l’amplitude d’une note. musiciens plein de talent ! Entièrement guidés par l’écoute Agnès Pellerin
80
LATITUDES
n° 15 - septembre 2002
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin