Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

LE CHATEAU DE COMPIEGNE DANS L'HISTOIRE Un château royal : une ...

De
4 pages

LE CHATEAU DE COMPIEGNE DANS L'HISTOIRE Un château royal : une ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
préparation à la visite FICHE 1DOCUMENTATION GENERALE LE CHATEAU DE COMPIEGNE DANS L’HISTOIRE L’origine du château de Compiègneest indissociable de celle de la monarchie française. Ce château occupe une place essentielle dès l’Ancien Régime et la conserve aux temps de Napoléon Ier et de Napoléon III. Il accède au rang de musée national en 1927. Tel qu’on le découvre aujourd’hui, ce château est le résultat d’une reconstruction lancée par le roi Louis XV et achevée sous les règnes de ses successeurs. Un château royal : une reconstruction ambitieuse Le domaine de Compiègne est attesté depuis le règne de Clovis (482511) et les rois mérovingiens y font construire une résidence (Compendium Palatium). C’est probablement une construction assez simple. L’emplacement de cette première résidence n’est pas connu mais la demeure est mentionnée par Grégoire de Tours. La fréquence des séjours royaux de 627 à 721 prouve l’intérêt que la monarchie lui porte. Après le traité de Verdun de 843, Charles le Chauve fait de Compiègne un lieu de pouvoir et baptise la ville Carlopolis. A partir de 848, il y fait édifier un nouveau palais sur les bords de l’Oise, vraisemblablement sur le modèle du palais impérial de Charlemagne à AixlaChapelle. Compiègne devient centre politique et intellectuel: on y trouve atelier monétaire et école palatine. La chapelle de Notre Dame de Compiègne –plus tard abbaye de Saint Corneille devient le lieu de sacre et d’inhumation de plusieurs souverains. Le palais continue de servir de séjour royal et de base de chasse sous les premiers Capétiens cependant son rôle politique diminue. Néanmoins, par souci de filiation avec la dynastie carolingienne, ces derniers conservent un lien étroit avec Compiègne. Au XIIème s., la ville connaît un développement exceptionnel, qui s’inscrit dans le mouvement de croissanceurbaine qui touche alors l’Europe occidentale. Elle attire les pèlerins autour des reliques de SaintCorneille et profite de sa situation de villeétape sur les routes des grandes foires. Compiègne se voit octroyer une charte communale en 1153. Les séjours royaux contribuent à la prospérité économique de la cité même si les rois en villégiature doivent, en raison de l’altération du domaine royal, se contenter d’une petite demeure construite extra muros à la lisière de la forêt, au lieu dit Royallieu. Saint Louis se défait par ailleurs de la vieille résidence carolingienne des bords de l’Oise, qu’il juge peu confortable. Au XIVème siècle, la résidence royale trouve enfin sa localisation définitive. En 1374, Charles V fait bâtir un nouveau château sur un terrain proche des remparts qu’il rachète aux religieux de Saint Corneille, à l’emplacement précis du château actuel. C’est un logis simple, qui connaîtra des agrandissements successifs. Construit intra muros, il est donc plus sûr. Compiègne entretient des relations privilégiées avec la monarchie française. A l’instar de Versailles et de Fontainebleau, c’est un des lieux d’exercice du pouvoir royal puisque le roi peut y siéger «en son conseil». C’est donc un lieu de gouvernement: nombres d’actes royaux sont datés de Compiègne. Henri IV y prépare le traité de Vervins, Louis XIII y signe un traité d’alliance entre la France et les ProvincesUnies (désigné comme traité de Compiègne), Louis XV y signe deux traités préliminaires au rattachement de la Corse au royaume… Ce domaine reste aussi un lieu de divertissement apprécié, grâce à la présence de la forêt giboyeuse.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin