Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le premier bilan de la saison touristique estivale 2009 montre la ...

De
8 pages

Le premier bilan de la saison touristique estivale 2009 montre la ...

Publié par :
Ajouté le : 11 juillet 2011
Lecture(s) : 63
Signaler un abus
1
1
LE TOURISME ET LA CRISE
HERVÉ NOVELLI,
SECRÉTAIRE D’ETAT CHARGÉ DU COMMERCE, DE L’ARTISANAT, DES PETITES ET MOYENNES
ENTREPRISES, DU TOURISME, DES SERVICES ET DE LA CONSOMMATION
* * *
INTERVENTION PREMIÈRES RENCONTRES NATIONALES DU TOURISME
PARIS – PALAIS DES CONGRÈS – LUNDI 12 OCTOBRE 2009
* * *
Seul le prononcé fait foi
L’année dernière, à l’occasion des assises nationales du tourisme, je promettais une année 2008-2009
riche pour le tourisme français. Elle l’a été, avec d’importants mouvements de réforme, mais aussi
avec un événement beaucoup moins attendu, une crise qui a frappé l’économie mondiale avec une
soudaineté et une violence rare.
Pourtant, à la faveur de la crise, le tourisme français a pu démontrer toute la solidité de son
modèle. Un modèle auto-régulé et qui bénéficie d’amortisseurs automatiques.
En période de crise, les touristes ont tendance à partir « moins cher » et donc à partir moins loin. Ce
qui veut dire que si les touristes étrangers font défaut, les vacanciers nationaux restent davantage
dans leur pays. Comme la France est le pays en Europe avec le plus fort taux de tourisme intérieur,
elle profite très naturellement, et plus que d’autres, de ce phénomène. Les Français sont restés en
France et ont compensé la désaffection des clientèles étrangères. C’est ainsi que, malgré les discours
quasi-apocalyptiques qu’on entendait avant la saison, nous avons enregistré cet été des résultats de
fréquentation remarquable, avec non seulement une stabilité mais même une légère hausse de 1 %
des nuitées, qui ont permis d’amortir largement la baisse des dépenses.
A cet amortisseur structurel de crise, il convient d’ajouter un amortisseur conjoncturel, avec la baisse
de la TVA dans la restauration. Pour certains établissements en difficulté, elle a agi cet été comme une
véritable bouffée d’oxygène.
Premier enseignement donc de cette crise : nous avons un modèle autorégulé et sain.
Deuxième enseignement : la crise n’a pas remis en cause les tendances comportementales lourdes
observées ces dernières années, elle les a plutôt conforté et précisé.
D’abord, pour qui en douterait, la crise nous a appris que les Français sont très attachés à leurs
vacances. C’est une variable qui explique également la solidité de notre modèle touristique. Le
désir de partir demeure fort, malgré les contraintes budgétaires. Nous sommes entrés dans une
ère où, pour beaucoup de nos concitoyens, les vacances ne sont plus un bien superflu mais un
bien considéré comme essentiel.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin