Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Versailles les jardins par Fabrice Conan

De
3 pages

Versailles les jardins par Fabrice Conan

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 134
Signaler un abus
Versailles les jardins par Fabrice Conan
En 1661, Louis XIV charge André Le Nôtre de la création et de l’aménagement des jardins de Versailles qui, à ses yeux, sont a
ussi importants
que le Château. Les travaux
durent une quarantaine d’années.
Colbert, Surintendant des bâtiments du Roi, de 1664 à 1683, dirige le chantier ; Le Brun, Premier
Peintre du Roi donne les dessins de statues et fontaines
; un peu plus tard, l’architecte
J Hardouin-Mansart ordonne des décors de plus en plus sobres et
construit l’Orangerie. Enfin, le Roi lui
-même se fait soumettre tous les projets et veut le « détail de tout ». La création des jardins demande un travail
gigantesque. D’énormes charrois de terre sont nécessaires pour aménager les parterres, l’Orangerie, les bassins, le Canal, là où n’existaient que des bois, des
prairies et des marécages. La terre est transportée dans les brouettes, les arbres sont acheminés des chariots de toutes les provinces de France ; des milliers
d’hommes, quelquefois des régiments entiers, participent à cette vaste entreprise.
Le Roi fera appel aux plus grands sculpteurs et mobilisera les ingénieurs les
plus inventifs. Il aura fallu amener à Versailles l'eau en grande quantité et pour cela construire 820 ha d'étangs artificiels, 170 km de rigoles et 40 km
d'aqueducs souterrains pour acheminer les 8.5 millions de m3 d'eau retenue. Le réseau actuel compte 30 km de canalisations, dont 90% remontent au temps
de Louis XIV. Le Parc renferme 34 bassins, 50 fontaines et 700 jets. Avec
Louis XIV, le jardin subit diverses campagnes…
Un 1
er
jardin a pour axe le bassin de
Neptune. Il est bâti sur le thème de l'origin
e du monde, peuplé de monstres et de géants, de combats de démiurges… Plus on monte vers le château, plus ce
jardin se peuple. On passe ainsi de la fontaine des nymphes, vers la pyramide d'eau, emblème solaire, puis l'orangerie, paradis éternel, pour arriver à la pièce
des Suisses. C'est une progression vers la félicité!!!
À partir 1665 à 1668, il y eut une fureur d’activité dans les jardins
dont
la symbolique d’Apollon et du
so
leil s’exploitèrent
comme métaphores du roi.
Les bosquets
Un des plus remarquables aspects des jardins était le foisonnement des bosquets. Lieux de tous les divertissements, fontaines, vases et statues agrémentent
ces espaces verts qui accueillent régulièrement Louis XIV et sa Cour. Cabinets de verdure aménagés dans les espaces boisées qui délimitent les allées, les
bosquets forment des petits jardins clos par des treillages ou des palissades de verdure auxquels on accède par des allées discrètes ; des grilles en ferment
l’entrée. Sous
Louis XIV, on en comptait 15. Contrepoint à la stricte régularité du tracé général des jardins, leur décor et leur forme différaient et ils avaient pour
effet de surprendre le visiteur par leur diversité. En raison de leur entretien coûteux, certains bosquets se détériorèrent et furent fermés dès le XVIIIe siècle.
Les Deux bosquets 1663 Situé
au nord et au sud de l’axe est
-ouest, ces 2
bosquets furent à l’origine conçus comme un réseau de chemins autour de quatre
« salles de verdure » qui convergeait sur une salle centrale avec une fontaine. 1682 Le bosquet au sud devint le bosquet de la Girandole, en raison de la fontaine
centrale avec des jets d'eau qui jaillissaient en rayonnant et en 1696 le bosquet au nord, le bosquet du Dauphin en raison de la fontaine
centrale en forme d’un
dauphin. 1775 Les deux bosquets furent détruits et replantés avec des tilleuls et rebaptisés le quinconce du Nord et le quinconce du Midi.
Bosquet des Dômes 1675 Bosquet de Renommée (ou des Dômes) Créé par Le Nôtre en 1675, il fut en 1677-1678, orné d'une statue de la Renommée posée
alors au centre du bassin et qui lançait un jet d’eau de sa trompette. Entre 1684 et 1704, les groupes des Bains d’Apollon y
furent pl
acés d’où son nom à cette
période : le Bosquet des Bains d’Apollon. Mais en 1677,
J Hardouin-Mansart construit 2 pavillons de marbre blanc surmontés de dômes (détruits en 1820).
Labyrinthe 1665
Le Nôtre conçut, au sud du parterre de Latone et près de l’orangerie, un labyrinthe composé d’un réseau de chemins simple
s; 1672-1677 Ch.
Perrault, conseilla à Louis XIV de remanier le Labyrinthe comme support
à l’éducation du dauphin
. Il comprenait 39 fontaines avec 333 sculptures animalières
en plomb peintes en polychrome. En 1778, Louis XVI commanda sa destruction
. Sur l’e
ndroit, un arboretum avec des exemplaires exotiques fut installé dans un
jardin à l'anglaise. Rebaptisé « bosquet de la Reine
», ce serait dans cette partie des jardins qu’en 1785, un épisode de l’affaire du Collier eut lieu.
Bosquet de l’Étoile
1666, Le Nôtre conçut une salle de verdure avec un chemin qui entourait un espace octogonal au milieu du bosquet. 1671, un chemin plus
complexe mit en valeur la nouvelle fontaine du milieu et devint le
bosquet de la Montagne d’Eau.
1704, remanié, il fut
rebaptisé bosquet de l’Étoile.
Bosquet du Marais 1670, le bosquet comprenait un bassin rectangulaire avec une bordure en gazon. Au bord du bassin, des roseaux en métal cachaient bon
nombre
de jets d’eau ; un cygne avec un jet d’eau jaillissant de son bec se trouvait à chaque coin. Au milieu du bassin se trouvait un arbre en fe
r avec des feuilles
en étain peintes en vert. À cause de cet arbre, le bosquet était également connu sous le nom du bosquet du Chêne-Vert. 1705 La fontaine fut détruite et le
bosquet remanié en
bosquet des Bains d’Apollon.
1774
Hubert Robert remania le bosquet, qui fut rebaptisé La grotte des Bains d’Apollon.
(cf. grotte de Thétis)
Île du Roi -
Miroir d’Eau
1671, conçu comme 2 éléments du jardin, le grand, L'île du Roi, comprenait une île,
point de convergence d’un système complexe de
fontaines. L’île du Roi était isolée du Miroir d’Eau par une chaussée qui comprenait 24 jets d’eau.
1684
L’île fut supprimée et le nombre de jets d’eau
réduit.
1704 La chaussée fut remaniée. 1817 Les deux
– l’île du Roi et le Miroir d’Eau –
furent complètement remaniés comme un jardin à l'anglaise
Salle des Festins (salle du Conseil)
– bosquet de l’Obélisque
1671 Le Nôtre conçut une île à 4 lobes entourée d'un canal avec
50 jets d’eau. Une simple
fontaine occupait chaque lobe de l’île ; l’accès à l’
île était obtenu par deux petits ponts tournants. Aux 4 points cardinaux il y avait 4 autres fontaines. 1706
Sous la direction de J Hardouin-Mansart, le bosquet fut remanié et l'île centrale remplacée par un grand bassin élevé sur une base à cinq gradins entourée d'un
canal. La fontaine centrale se composait de 230 jets d’eau qui, lors du jeu de la fontaine, formait un obélisque qui donna so
n nouveau nom au bosquet.
Bosquet du Théâtre d’Eau
1671-1674
L’aspect central de ce bosquet était un théâtre en forme d’amphithéâtre avec des rangs de bancs à trois gradins en gazon
pour les spectateurs. La scène était décorée de trois fontaines alternant avec trois cascades.
En 1709, le bosquet fut remanié avec l’installation de la fontaine
de l’Île aux Enfants.
Les 4 fontaines sont ornées de groupes d'enfants en métal: Amours à la lyre, au cygne, au griffon, à l'écrevisse. D'autres groupes d'enfants
représentent : La Valeur, la Puissance, la Richesse 1774-1775 Lors de la replantation des jardins
, le bosquet du Théâtre d’Eau fut détruit
et devint le Rond-Vert.
Bosquet des Trois-
Fontaines (Berceau d’Eau)
1671, situé à
l’ouest de l’allée des Marmousets
,
le Berceau d’Eau était un bosquet long et étroit qui comprenait
bon nombre de jets d’eau formant une charmille d’eau
. 1677-1678, Le Nôtre conçut un bosquet à trois salles: 3 terrasses dont chacune présente un bassin
différent
: au bassin inférieur, les jets forment une fleur de lys, au centre, des lances verticales et une voûte d’eau, en haut enfin, une colonne d’eau formée de
cent quarante jets ; c’est
cette colonne imposante qui alimente les bassins inférieurs.
Bosquet de l’Arc de Triomphe
- bosquet de la France triomphante. 1672
, le bosquet était conçu comme un simple pavillon d’eau
, et fut remanié avec un décor
qui faisait allusion aux victoires militaires sur l’Espagne et l’Empire. À cette époque, l’arc de triomphe fut installé, donn
ant son nom du bosquet. Achevé entre
1679 et 1683, ce bosquet n’abrite aujourd’hui qu’une seule fontaine, La France triomphante, œuvre du sculpteur J
B Tuby. Les fontaines de la Gloire et la
Victoire qui se tenaient non loin de la première, n’ont pas traversé les époques, probablement fondues au XIXe siècle
Bosquet d'Encelade 1675 La fontaine du bosquet représentait Encelade (dû au sculpteur, Gaspard Marsy en 1675), un Titan tombé, condamné à vivre sous le
volcan de l’Etna, consumé par la lave.
Le sujet appartient
à l’histoire de la chute des Titans ensevelis sous les rochers du Mont Olympe qu’ils voulurent escalader
au mépris de l’interdiction de Jupiter
. 1678, un anneau octogonal en gazon et 8 fontaines en rocaille furent installées autour de la fontaine centrale, additions
supprimées en 1708. La fontaine, avec le jet d’eau le plus haut de toutes les fontaines à Versailles (25 m),
faisait allusion à la victoire de Louis XIV sur la Fronde.
Bosquet des Sources - La Colonnade 1678, conçu comme une simple salle de verdure, Le Nôtre rehaussa et incorpora un ruisseau existant afin de créer un
bosquet aux ruisselets serpentant parmi 9 petites îles. 1684 J Hardouin-Mansart modifié l'ensemble. Un péristyle accompagne les 32 colonnes de marbre
ioniques. Les tympans triangulaires entre les arcades sont décorés de bas-
reliefs représentant des enfants. Les claveaux des arcs s’ornent de têtes de nymphes
et de naïades. Au centre, un soubassement circulaire de marbre sert de socle au groupe exécuté entre 1678 et 1699 par Girardon :
L’Enlèvement de Proserpine
.
Galerie des Antiques 1680 Occ
upant l’emplacement du bosquet de la Galerie d’Eau (1678), le bosquet de la Galerie des Antiques fut conçu pour héberger la
collection des statues antiques et des copies acquises par l’Académie de France à Rome. Un petit canal, qui encerclait l’espa
ce central pavé avec des cailloux
polychromes, était décoré de 20 statues sur socles, chacune séparée par trois jets d’eau.
L'allée centrale était
bordée d’orangers, d’ifs taillés, de bassins et de
jets d’eau.
1704 La galerie fut complètement remaniée lorsque les statues furent transférées à Marly. Le bosquet subit une replantation avec des marronniers.
Bosquet de la Salle de Bal ou Bosquet des Rocailles 1681-1683
Situé à l’ouest du parterre du Midi et au sud du parterre de Latone, ce bosquet présentait une
cascade en hémicycle qui formait le décor de cette salle de verdure en raison des pierres de meulière et des coquillages rapportés des côtes africaines et
malgaches sur lesquels l’eau ruisselle en cascade. Au centre, une « île » en marbre,
servait à la danse.
La grotte de Thétys, qui se trouvait au nord du château, constituait une partie intégrale du symbolisme du château et des jardins qui alignait le Roi Soleil avec la
métaphore solaire. Commencée en 1664 et achevée en 1670, la grotte forma un élément principal des jardins. Symboliquement, la grotte de Thétys faisait
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin