Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Approche régionale de la substitution aux opiacés - 1999-2002 : pratiques et disparités à travers 13 sites français

De
62 pages
Le rapport fait le point sur l'évolution des traitements de substitution à l'utilisation de produits opiacés, de 1999 à 2002. 13 Caisses d'assurance maladie ont comparé les données recueillies dans le cadre de cette étude : Bobigny, Bordeaux, Dijon, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Montpellier, Nice, Paris, Rennes et Toulouse. Après avoir donné une description (âge, sexe, catégorie sociale) de la population étudiée, le rapport présente le cadre des prescriptions, les modalités pratiques du traitement (buprénorphine haut dosage et méthadone, polyprescriptions...). Il fait enfin des comparaisons entre les différents sites étudiés et dresse un profil des différentes agglomérations concernées. Pour plus d'informations consultez le site http://www.ofdt.fr
Voir plus Voir moins
Poursuivant et enrichissant une collaboration qui avait donné lieu en 2002 à la publication du rapport « Substitution aux opiacés dans cinq sites en 1999 et 2000 », l'OFDT et la CNAMTS proposent cette fois un travail sur des données recueillies lors de la déli-vrance en officine de buprénorphine haut dosage et de méthadone, issues de 13 CPAM réparties sur le terri-toire français : Bobigny, Bordeaux, Dijon, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Montpellier, Nice, Paris, Rennes et Toulouse.
L'exploitation de ces résultats sur la période 2001-2002, joints à ceux collectés depuis 1999, permet de faire le point sur l'évolution du nombre de patients traités et la diffusion des pratiques de prescription des deux traitements parmi les médecins (spécialités, nombre de patients reçus, concentration de l'activité). Elle renseigne sur les patients traités et les modalités des traitements qu'ils reçoivent (doses, associations de médicaments psychotropes). Enfin, elle explore les pratiques de polyprescription mises en uvre par certains patients.
En parallèle, cette analyse autorise des comparai-sons entre les différents sites étudiés et permet de dres-ser un profil des différentes agglomérations concernées.
www.ofdt.fr
APPROCHE RÉGIONALEDE LA SUBSTITUTION AUXOPIACÉS
1999-2002
Juin 2004
APPROCHE RÉGIONALEDE LA SUBSTITUTION
1999-2002
Pratiques et disparités à travers 13 sites français
Agnès CADET-TAÏROU Dominique CHOLLEY
Approche régionale de la substitution aux opiacés 1999-
AVANT-PROPOS
Les traitements de substitution constituent une des options thérapeutiques et de soutien offerte aux personnes dépendantes aux opiacés. Ils visent à l’obten-tion et au maintien d’une abstinence d’héroïne durable. Ils consistent à prescrire des médicaments à base de dérivés morphiniques pour compenser les effets du manque lors de l’arrêt de la consommation des produits illicites. Bien que pratiqué dans certains pays occidentaux depuis la fin des années 1960, ce type de prise en charge médicale est relativement récent en France où la politique de lutte contre la drogue, définie par la loi de 1970, n’a longtemps envisagé d’autre objectif thérapeutique que le sevrage sans recours à la substi-tution. Le milieu des années 1990 est marqué par un revirement des stratégies de prise en charge sanitaire motivé par la nécessité de faire face à l’épidémie de contamination par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) chez les usa-gers de drogues par voie injectable [1].
Les objectifs des traitements de substitution sont définis par la circulaire minis-térielle du 31 mars 1995 [2] en trois axes : un axe thérapeutique à visée « curative », les objectifs étant « de favoriser l’insertion dans un processus thérapeutique et de faciliter le suivi médical d’éventuelles pathologies associées à la toxicomanie, d’ordre psychiatrique et/ou somatique » ; un axe concernant la prévention et la réduction des risques, le traitement de substitution devant « aider à la réduction de la consommation de drogues issues du marché illicites et favoriser un moindre recours à la voie injectable [3] » ; en contribuant à « l’insertion sociale » des usagers dépen-et un axe social, dants. L’objectif ultime étant de permettre à chaque patient d’élaborer une vie sans dépendance y compris à l’égard des médicaments de substitution. Le cadre, mis en place en 1995, est établi autour de deux médicaments, la méthadone et la buprénorphine haut dosage (BHD), et s’appuie à la fois sur les centres spécialisés de soins aux toxicomanes et sur les médecins généralistes libéraux. En 1995, les traitements par méthadone sortent de leur statut expéri-mental et peuvent être initialisés dans les centres spécialisés de soins aux toxi-comanes (CSST), puis prescrits en relais par les médecins de ville [2]. En 2002, la possibilité d’initier la prescription de cette molécule est étendue aux médecins exerçant dans les établissements de santé [4]. En début de traitement, la déli-
1. Arrêté du 8 février 2000, relatif au fractionnement de la délivrance des médicaments à base de méthadone. 2. Arrêté du 20 septembre 1999, relatif au fractionnem de buprénorphine. 3. Estimations établies à partir des quantités vendues. sur les doses moyennes consommées par les patients.
Approche régionale de la substitution aux opiacés
4. Observation des produits psychotropes illicites ou détournés de leur utilisation médicamenteuse. C’est un dispositif du réseau des CEIPs (Centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance) qui permet une description annuelle des consommateurs de produits psychotropes vus par les structures sani-taires et sociales.
Les données nationales sont évidemment primordiales pour évaluer la situa-tion globale. Cependant, les comparaisons entre données locales sont indispen-sables pour apprécier plus finement les évolutions et approcher plus précisément les phénomènes : il existe en effet de grandes variations géographiques dans les pratiques, à la fois des patients, mais aussi des prescripteurs. Elles se traduisent tant dans les doses prescrites et reçues que dans l’observation indirecte que l’on peut avoir des phénomènes de détournements ou dans la distribution et l’orga-
Approche régionale de la substitution aux opiacés 1999-
CONTRIBUTIONS AU PROJET
DONNÉES ET MÉTHODE 1. POPULATION ÉTUDIÉE 2. DONNÉES 3. TRAITEMENT DES DONNÉES Correction par les taux de codages moyens Analyse 4. LES LIMITES DES DONNÉES Liées à la source Liées au champ géographique
RÉSULTATS ET DISCUSSIONS 1. POPULATION SUBSTITUÉE:ASPECT QUANTITATIF Effectifs et prévalences en 2002 Évolution Parts relatives de la BHD et de la méthadone délivrées en ville Discussion 2. DESCRIPTION DE LA POPULATION Âge et sexe des patients sous traitement de substitution Les facteurs liés au mode de traitement Bénéficiaires de la Couverture maladie universelle Discussion 3. CCRESPRDEONTIIPERDA Les prescripteurs Les patients Discussion 4. MODALITÉS PRATIQUES DU TRAITEMENT Les doses quotidiennes Les durées de traitement
9
11
11 12 15 15 16
16 16 17
19
19 19
20 23 24
28 28 30 34 36 39 39 44 48 50 50 57
Associations médicamenteuses Discussion
SYNTHÈSE
1. ÉVOLUTION DU NOMBREDEPATIENTS TRAITÉS Vers une stagnation du nombre de patients sous buprénorphine haut dosage... ...Et une utilisation inégale de la méthadone en ville 2. LA DIFFUSION DES PRATIQUES DE PRESCRIPTION PARMI LES MÉDECINS 3. LES PATIENTS TRAITÉS 4. LES MODALITÉS DE TRAITEMENTS Les doses Les médicaments psychotropes associés 5. LE DÉTOURNEMENT DE BUPRÉNORPHINE Les indicateurs disponibles Un phénomène inégalement présent sur les sites Un phénomène en augmentation 6. POSITIONNEMENT DES SITES 7. LA PORTÉEDES RÉSULTATS 8. PERSPECTIVES
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES
59 64
71
71
71 71 72 73 74 74 76 77 77 78 78 78 80 81 83 87
Approche régionale de la substitution aux opiacés 1999-
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin