Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Approvisionnement électrique. L'Europe sous tension - Rapport d'information sur la sécurité d'approvisionnement énergétique de la France et les moyens de la préserver. : 1

De
246 pages
Le rapport présente dans sa première partie la production d’électricité nécessaire à la France et à l’Europe. Il s’interroge sur une possible pénurie en Europe en 2020, propose de diversifier le bouquet énergétique de la France et pose la question de l’établissement des prix de l’électricité.
Il étudie dans sa seconde partie la fiabilité de l’acheminement de l’électricité aux consommateurs (fragilité des réseaux de transport et de distribution d’électricité), il décrit le maillage électrique en France et en Europe et présente de nouveaux équilibres pour harmoniser les règles de sûreté concernant le transport d’électricité au niveau européen.
Il expose dans sa troisième partie les moyens envisagés pour maîtriser la consommation d’électricité : amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, renforcement de l’utilisation des équipements vertueux, aide à l’évolution des comportements des consommateurs.
Le second tome est consacré aux auditions et déplacements de la mission d'information.
Billout (M), Deneux (M), Pastor (Jm). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0061464
Voir plus Voir moins
RA
N° 357
S É N A T
SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007
Annexe au procès-verbal de la séance du 27 juin 2007
PPORT D’INFORMATION
FAIT
au nom de la mission commune d’information (1) sur lasécurité dapprovisionnement électriquede laFranceet lesmoyensde lapréserver,
Par MM. Michel BILLOUT, Marcel DENEUX et Jean-Marc PASTOR,
Sénateurs.
Tome I : Rapport
( 1 ) c s t e ’ i n f o r m a t i o n e dm p o s é e o  mC e t t e d o m m u n e c i s s i o n B r u n o S i d o , : M .p r é s i d e n t ; M M . G é r a r d L o n g u e t , P i e r r e L a f f i t t e ,v i c e - p r é s i d e n t s r i c q , i c o l e B me N s n e u , M i c h e l E . M ; Ms e c r é t a i r e s ; M M . J e a n - M a r c P a s t o r , M a r c e l D e n e u x , M i c h e l B i l l o u t ,r t e u r sr a p p o  ; . M e a n - P a u l J  Amo u d r y , M me M a r i e - F r a n c e B e a u f i l s , M M . R e n é B e a u mo n t , G é r a r d C é s a r , É r i c D o l i g é , C l a u d e D o me i z e l , P h i l i p p e D o mi n a t i , A mb r o i s e D u p o n t , S e r g e L a g a u c h e , M m e É l i s a b e t h L a mu r e , M M . D o mi n i q u e M o r t e mo u s q u e , J a c k i e P i e r r e , X a v i e r P i n t a t , D a n i e l R a o u l , T h i e r r y R e p e n t i n , H e n r i R e v o l , M i c h e l S e r g e n t , J a c q u e s V a l a d e , A n d r é V a l l e t , M me D o mi n i q u e V o y n e t .
É n e r g i e.
- 3 -
S O M M A I R E
Pages
PRÉAMBULE,par Bruno Sido, Président..................................................................................... 7
PREMIÈRE PARTIE - PRODUIRE L’ÉLECTRICITÉ DONT LA FRANCE ET L’EUROPE ONT BESOIN,présentée par Jean-Marc Pastor....................................................... 23
I. VERS UNE PÉNURIE D’ÉLECTRICITÉ EN EUROPE EN 2020 ?...................................... 26
A. LE PARC FRANÇAIS : LA BASE ASSURÉE, LA POINTE À SURVEILLER......................... 26 1. Analyse des dernières statis tiques électriques nationales........................................................ 26 2. Des risques de déséquilibre identifiés..................................................................................... 29 3. La sécurité d’approvi sionnement régionale............................................................................. 37 4. Bilan provisoire et perspectives.............................................................................................. 42
B. LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE EUROPÉENNE EN QUESTION .............................................. 43 1. Une production insuffisante en Europe ?................................................................................ 43 2. Les lacunes des outils communautaires................................................................................... 47
C. PLAIDOYER POUR UNE REFONTE DE LA POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE COMMUNAUTAIRE................................................................................................................ 49 1. Anticiper les besoins0...............................................................................5 ................................ 2. Prévenir les déséquilibres....................................................................................................... 50 3. Imposer des normes minimales de production......................................................................... 51
II. DIVERSIFIER LE BOUQUET ÉLECTRIQUE DE LA FRANCE........................................ 53
A. LE NUCLÉAIRE FRANÇAIS : ENJEUX DE SOCIÉTÉ ET SÉCURITÉ DAPPROVISIONNEMENT..................................................................................................... 54 1. Un combustible primaire abondant......................................................................................... 54 2. Atouts et inconvénients du nucléaire....................................................................................... 56 3. Assurer la pérennité de l’option nucléaire.............................................................................. 60
B. L’ÉLECTRICITÉ THERMIQUE FACE AU DÉFI DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE..................................................................................................................... ...... 63 1. Sécurité d’approvisionnement électri que, sécurité d’approvisionnement gazier...................... 64 2. A la recherche du charbon propre........................................................................................... 67
C. DÉVELOPPER L’ÉLECTRICITÉ VERTE................................................................................. 70 1. Conforter l’atout hydraulique................................................................................................. 70 2. Quelle place pour l’éolien en 2015 ?...................................................................................... 76 3. Les autres sources d’énergies renouvelables........................................................................... 79
III. UNE ÉLECTRICITÉ DURABLEMENT PLUS CHÈRE ?.................................................. 84
A. FAUT-IL UN PRIX UNIQUE DE L’ÉLECTRICITÉ EN EUROPE ?......................................... 86 1. Les positions initiales de la Commission européenne.............................................................. 86 2. Des évolutions qui contredisent les effets supposés positifs de la concurrence........................ 86 3. L’inflexibilité des analyses communautaires........................................................................... 88 4. L’électricité ne se prête pas à une unification des prix............................................................ 89 5. La mise en place d’un marché des permis d’émissions de CO2................................................ 90 6. Les dysfonctionnements du marché......................................................................................... 91
- 4 -
B. UN DISPOSITIF TARIFAIRE CONFORME AUX DIRECTIVES............................................. 93 1. Un mécanisme complexe..................................................................................... 93.................... 2. La contestation communautaire.............................................................................................. 95 3. Pourquoi maintenir le tarif ?.................................................................................................. 96 4. Des fondements juridiques nationaux fragilisés...................................................................... 97
C. RÉPONDRE AUX BESOINS SPÉCIFIQUES DES PROFESSIONNELS ..................................100
D. QUELLE PLACE POUR LES BOURSES DE L’ÉLECTRICITÉ ? ............................................105 1. L’émergence de marchés de gros de l’électricité........501............................................................. 2. Un mouvement de regroupement des bourses en Europe.........................................................107 3. Des places de marchés qui ne peuvent répondre à tous les besoins.................................108........
DEUXIÈME PARTIE - ACHEMINER L’ÉLECTRICITÉ AUX CONSOMMATEURS DE FAÇON FIABLE,présentée par Michel Billout......................................................111................
I. LES RÉSEAUX DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION D’ÉLECTRICITÉ, DES ARTÈRES FRAGILES...............................11.1....................................................................
A. DES RÈGLES PHYSIQUES INCONTOURNABLES ................................................................112 1. La loi des noeuds............................................112........................................................................ 2. La loi des mailles......112.............................................................................................................. 3. La circulation de l’élect ricité dans un réseau maillé................311...............................................
B. LES RÈGLES DE BASE DE LA SÛRETÉ DES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES ...........................114 1. Les surcharges en cascade......................................................................................................115 2. L’écroulement de tension........................................................................................................116 3. L’écroulement de fréquence....................................1...81............................................................. 4. La rupture de synchronisme..........................................................................1..19........................
II. LE MAILLAGE ÉLECTRIQUE EN FRANCE ET EN EUROPE.........................................121
A. UNE FRANCE INTERCONNECTÉE… ....................................................................................121 1. Bref rappel historique1.12............................................................................................................ 2. Le réseau français à très haute tension...............................................................122....................
B. …DANS UNE EUROPE DE PLUS EN PLUS INTERCONNECTÉE.........................................122 1. Un peu d’histoire........................................................................................................21............2 2. Les zones synchrones européennes4......................................................................................12....
C. LES GESTIONNAIRES DE RÉSEAUX ET LEUR ENVIRONNEMENT RÉGLEMENTAIRE .................................................................................................................. 125 1. La diversité des gestionnaires de réseaux de transports.125......................................................... 2. Les réseaux de distributi on d’électricité en France..1.....92..........................................................
III. À LA RECHERCHE DE NOUVEAUX ÉQUILIBRES.131........................................................
A. CONTRE LE MODÈLE UNIQUE DE LA SÉPARATION PATRIMONIALE ...........................132 1. Les GRT, des arbitres dont l’impar tialité ne doit pas être contestée.......................132................ 2. Le dispositif français fonctionne à la satisfaction de l’ensemble de ses acteurs......................133
B. LA NÉCESSITÉ ABSOLUE D’UNE HARMONISATION DES RÈGLES DE SÛRETÉ CONCERNANT LE TRANSPORT AU NIVEAU EUROPÉEN ................................................136 1. Des règles communes déjà largement définies…................1.63.................................................... 2. …qu’il s’agit de rendre contraignantes................138................................................................... 3. Vers un centre européen de coordination des réseaux de transport ?....................................13..9 4. Pour une régulation plus forte dans le s pays et au niveau transfrontalier141...............................
- 5 -
C. POURSUIVRE LES INVESTISSEMENTS DANS LES RÉSEAUX ..........................................144 1. Compléter le maillage du réseau de transport français.......................................................441.... 2. Des interconnexions à renforcer dans certains cas....................................................641............. 3. Les investissements dans les réseaux de distribution....................................................50.1..........
D. AGIR FACE AUX NOUVEAUX RISQUES ..............................................................................153 1. Le développement des capacités de production décentralisées........415........................................ 2. Le risque de chantage et de terrorisme................95..1.................................................................
TROISIÈME PARTIE - MAITRISER LA CONSOMMATION D’ÉLECTRICITÉ, présentée par Marcel Deneux..........................................................................................163................
I. AMÉLIORER L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS..................167................
A. PROMOUVOIR LA FORMATION ET L’INNOVATION .........................................................168 1. Renforcer la performance énergétique des bâtiments : l’importance des professionnels........861................................................................................................................. 2. A la recherche de l’énergie perdue017.........................................................................................
B. INCITER ET CONVAINCRE ....................................................................................................171 1. Consommer moins pour gagner plus : l’intérêt des incitations fisca les et financières.............171 2. Instaurer la confiance : les labe ls énergétiques et les certifications environnementales................................................................................................................617.. 3. Faire du neuf avec du vieux : la nécessaire amélioration de la performance énergétique des bâtiments existants............................................71............7................................
C. IMPOSER ET MONTRER L’EXEMPLE ...................................................................................179 1. Une réglementation thermi que de plus en plus stricte...................................9..17........................ 2. La démonstration par l’exemple : le cas des bâtiments publics...........................................180....
II. RENFORCER L’UTILISATION DES ÉQUIPEMENTS VERTUEUX.............................28..1.
A. ENCOURAGER L’UTILISATION DES APPAREILS MÉNAGERS ÉCONOMES...................182 1. Des normes plus strictes p our les appareils électroménagers.................................................182 2. Un carton jaune pour les produits bruns.................................................................................581
B. DES IDÉES LUMINEUSES POUR CONSOMMER MOINS EN ÉCLAIRAGE ........................186
C. SOUTENIR L’INDUSTRIE DANS SES EFFORTS DE MAÎTRISE DE LA CONSOMMATION DÉNERGIE..............................................................................................188
III. FAVORISER L’ÉVOLUTION DES COMPORTEMENTS DES CONSOMMATEURS..............................................................................................................190
A. TENIR LA POPULATION « AU COURANT » .........................................................................190 1. Un citoyen averti en vaut deux..................................................................................0........91...... 2. Économiser, oui ! Mais comment ?................................................................93.1........................
B. CONSOMMER MIEUX POUR DÉPENSER MOINS ................................................................194 1. Écrêter les pointes avec les compteurs intelligents................................................94.1................. 2. Les stratégies d’effacement en pointe................................................91..7....................................
C. RÉDUIRE LA CONSOMMATION ............................................................................................197 1. Les certificats d’économie d’énergie...................................................197.................................... 2. Changer d’heure pour dépenser moins ?.........................................991........................................
- 6 -   
CONCLUSION......................................................................................................................201........
ANNEXES........................................07.2.............................................................................................
1. LES 40 PROPOSITIONS DE LA MISSION........................029....................................................
2. CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME ÉLECTRIQUE DES SIX ÉTATS VISITÉS PAR LA MISSION....................................................................................................312....................
3. TEXTES STRUCTURANT LE SECTEUR ÉLECTRIQUE.................................................21..9
4. GLOSSAIRE.................................................................2..21...........................................................
5. BIBLIOGRAPHIE..................................................................................................................9..32
6. SOMMAIRE DU TOME II................................................................................5..24.....................
7 - -
PAR BRUNO SIDO, PRÉSIDENT Transit umbra, sed lux permanet
Mesdames, Messieurs,
Dans la soirée du samedi 4 novem bre 2006, en quelques secondes, quinze millions de foyers européens, dont plus de 5,6 millions dans notre pays, ont soudainement été privés d’électricité après une défaillance survenue sur le réseau allemand. Sans être aussi grave que les gigantesques pannes qu’ont connues la Californie en janvier 2001, le nord-est des Etats-Unis et une partie du Canada en août 2003, ou encore l’Italie en septem bre de la même année, cet incident a cependant démontré la vulnérabilité du système électrique tant européen que national. Son origine est désormais connue : notre collègue Ladislas Poniatowski en a excellemment expliqué les causes en décembre dernier1et divers rapports officiels en ont ultérieurement démonté le mécanisme et précisé les responsabilités2. Celles-ci incombent principalement à l’un des gestionnaires du réseau de transport (GRT) électrique allemand qui n’a ni modifié ses prévisions de charges, ni prévenu ses correspondants des autres réseaux de transport, de l’anticipation de quelques heures, par rapport aux prévisions initiales, de la mise hors service d’une double ligne à haute tension traversant la rivière Ems, dans le nord du pays, pour laisser à un navire le passage vers la Mer du Nord. Faute de coordination entre les GRT, faute également du respect d’un certain nombre de règles de sécurité3, les autres lignes de transport, tout d’un coup surchargées par l’afflux massif de l’électricité transitant habituellement pa r la ligne interromp ue, se sont alors déconnectées. Un enchaînement de procédures de sauvegarde, pour beaucoup automatiques, a ensuite brutalement conduit le réseau électrique européen, d’habitude interconnecté, à se séparer en troi s zones indépendantes. En Europe de l’Ouest, des délestages ont été nécessaires pour éviter un écroulement total du réseau, d’autant que le déficit instantané de production a été aggravé pa r le décrochage automatique de moyens de production décentralisés, tels que les centrales éoliennes. En une vingtaine de minutes, toutefois, l’appel à diverses sources productives a permis de restaurer la fréquence et de reconnecter progressivement l’ensemble des consommateurs, l’incident n’ayant ainsi duré au tota l que cinquante minutes.
1Rapport n° 104 (2006-2007) du 6 décembre 2006 sur la proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête sur les causes de la panne d’électricité du 4 novembre 2006. 2Rapport du 20 décembre 2006 du Groupe des régulateurs européens dans le domaine de l’électricité et du gaz (ERGEG) sur les enseignements à tirer de la panne d’électricité du 4 novembre 2006 en Europe - Rapport final du 30 janvier 2007 de l’Union pour la coordination du transport d’électricité (UCTE) sur la panne d’électri cité du 4 novembre 2006 - Rapport d’enquête du 7 février 2007 de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) sur la panne d’électricité du samedi 4 novembre 2006. 3En particulier la règle dite du N-1, qui consiste à s’assurer que le système est en mesure de continuer à fonctionner malgré la perte d’un ouvrage (unité de production ou ligne de transport).
- 8 -
Sans être dramatique, cet évén ement a révélé que l’déerndpentiecna des systèmes électriques européens, si ellefavorise leur solidaritéen cas de difficulté, introduit aussi en leur cœur unélément de fragilité d’autant plus redoutable que la coordination, l’harmonis ation et la régulation s’avèrent insuffisantes. Aussi est-ce tout naturellement qu’à la suite d’une initiative de nos collègues du groupe communi ste républicain et citoyen1, le Sénat a créé le 10 janvier dernier une mission commune d’information chargée d’examiner les conditions dans lesquelles est assurée la sécurité d’approvisionnement électrique de la Franc e et de proposer les moyens de la préserver.
Une réflexion que rend nécessaire le contexte communautaire… Cette initiative s’inscrit au demeurant dans uncontexte propice à une telle réflexion, au plan tanttuiaumancmoer qu’taoietnrninal ou national. A  oblématiqueces trois échelons, en effet, la pr de l’électricité s’est posée de manière importante ces derniers mois, la plaçant au centre des préoccupations politiques et justifiant une analyse approfondie. Ainsi, depuis une dizaine d’années, les politiques énergétiques ne dépendent plus seulement d’orientations et de décisions prises au niveau strictement national mais sont contraintes par uncadre fixé à l’échelon européen. Alors que le secteur énergé tique ne figurait pas parmi les piliers originels de la construction communautaire , l’importance grandissante des problèmes en la matière, qu’il s’ agisse de la sécurité d’approvisionnement, du développement des échanges ou de la prégnance des enjeux environnementaux, a progressivement donné une actualité permanente à la question de l’énergie. Mais en l’absence d’un fondement juridique spécifique aut orisant la mise en œuvre d’une politique commune de l’énergie, l’action communautaire s’est cantonnée à une approche fragmentée, fondée sur le « marché intérieur » du gaz et de l’électricité et sur quelques textes relatifs soit à la sécurité d’approvisionnement, soit à la pr otection de l’environnement. S’agissant plus particulièrement de l’ électricité, la première étape a été l’adoption de la directive du 19 décembre 19962assignant aux États membres l’ouverture progressive des marchés élec triques par l’accès libre des fournisseurs co ncurrents aux réseaux, la séparation comptable et managériale des activités de production et de transport dans le cas des entreprises intégrées et la création de gestionnaires de réseaux de transport chargés d’ass urer, en toute indépendance vis à vis des producteurs, le bon fonctionnement du système électrique et l’acheminement de l’énergie dans des conditions non discriminatoires.
1Proposition de résolution n° 63 (2006-2007) du 9 novembre 2006 tendant à la création d'une commission d'enquête sur les causes de la panne d'él ectricité du 4 novembre 2006 et sur l'état de la sécurité d'approvisionnement de l'électricité en France dans le cadre des politiques européennes d'ouverture à la concurrence du secteur énergétique, présentée par Mme Nicole Borvo et les membres du groupe communiste, républicain et citoyen. 2Directive 96/92/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 décembre 1996 concernant des règles communes pour le marché intéri eur de l'électricité.
- 9 -
La directive du 26 juin 20031 poursuivi la libéralisation des marchés de a l’électricité en prévoyant le libre choix du fournisseur pour les clients professionnels, entreprises et collectivités à partir du 1erjuillet 2004, et pour tous les consommateurs domestiques à partir du 1er Elle imposait également la séparation juridiquejuillet 2007. des gestionnaires de réseaux de transport et de distribution des autres activités des entreprises intégrées. Mais depuis le Conseil informel d’Hampton Court, en octobre 2005, la réflexion communautaire a pr is une nouvelle dimension. Pour gérer efficacement la production, le transport et la distribution d’électricité dans l’Union européenne (UE), et pour éviter d’éventuels problèmes entre les États membres résultant de leurs spécifi cités et choix nationaux, est-il nécessaire d’élaborer une politique commune ou suffit-il d’assurer la coordination des politiques nationales? C’est tout le sens des débats actuels sur la pertinence d’une politique énergétique pour l’Europe, dont les bases ont été posées en mars 2006 par le Livre ver t de la Commission européenne2et qui se trouvent au cœur de l’agenda communautaire actuel. Ainsi, le 10 janvier 2007, la Commission a publié un « paquet énergie » d’une dizaine de documents stratégiques et leurs annexes faisant le constat qu’unepolitique énergétique plus ambitieuse devait avoir pour triple objectifdegarantir la sécurité d’approvisionnement, dedévelopper la compétitivité de etpréserver l’environnement. C’est pour rendre compatibles ces trois objectifs - aux quels s’ajoute la nécessité d’une meilleure coordination pour que européenne s’exprime d’une seule voix« l’Union » et montre une meilleure cohésion vis à vis de ses partenaires étrangers - que le  Conseil européen des 8 et 9 mars suivant a arrêté un plan d’action3 faveur en d’ » politique énergétique pour l’Europe« une. Les mesures prioritaires à arrêter selon ce plan sont déployées autour de cinq axes : le marché intérieur du gaz et de l’électricité,la sécurité d’approvisionnement,la politique énergétique internationale,l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables et, enfin, les technologies de l’énergie.
…ainsi que les pr éoccupations géopolitiques… L’actualité internationale récente a également conféré à la question énergétique uneimportance stratégiqueessentielle pour les Européens. Tout d’abord, la très forte dépendance d’un nombre significatif d’Etats membres de l’UE à l’égard des hydrocarbures russes ne peut manquer de susciter des interrogations quant à leur sécurité d’approvisionnement, d’autant que Moscou entend faire de sa puissance énergétique un usage diplomatique.
1 et du Conseil du 26 juin 2003 concernant des européenDirective 2003/54/ CE du Parlement règles communes pour le marché intérieu r de l'électricité et abrogea nt la directive 96/92/CE. 2 stratégie européenne pour une énergie sûre, compétitive et durable« Une » [2006]105 - COM final du 8 mars 2006. 3Plan d’action du Conseil européen (2007-2009) -« Une politique énergétique pour l’Europe ».
- 10 -
Deux importants différends successifs entre la Russie et deux républiques de l’ex-URSS1 ontprovoqué l’inquiétude au premier trimestre de l’année ainsi brièvement dans la mesure où ils ont eu des conséquences directes sur l’alimentation en gaz et en pétrole de nombreux Etats de l’Union européenne. Car ce n’est pas seulement la Pologne, la Hongrie, la République tchèque ou la Slovaquie, pays dont les liens économiques avec la Russie dans le domaine de l’énergie sont encore essentiels pour des raisons historiques, qui ont été touchés, mais aussi par exemple l’Allemagne, dont plus du tiers de l’approvisionnement en gaz et en pétrol e est assuré par la Russie. Au-delà de ces deux incidents temporaires, les relations conflictuelles que cette dernière entretient en matière énergétique avec certains Etats-m embres de l’Union, comme la Lituanie ou la Pologne, n’est pas sans créer des difficultés diplomatiques plus générales : ainsi, la Pologne s’oppose toujours à l’ouverture de négociations destinées à renouveler le partenariat politique et économique avec la Russie, exigeant notamment, pour lever son veto, des garanties sur ses approvisionnements énergétiques. Enfin, alors que l’Europe importe globalement un quart de son gaz de Ru ssie, l’idée entretenu e par celle-ci de coordonner ses activités avec d’autres pays producteurs, évoquant même un« cartel du gaz » à celui de l’OPEP pour le pétrole,  similairene serait pas sans conséquences sur l’approvisionnement de l’UE en électricité. En effet, les marchés électriques sont organisés de façon telle que le prix du gaz, comme celui du pétrole, ont une influence directe sur le coût de l’électricité. Ainsi, l’Union européenne peut certes exiger «un comportement fiable et transparent»2 la part de son partenaire russe, dela sécurité de son approvisionnement éner gétique pose nécessairement la question du degré de son indépendance énergétique, c'est-à-dire, s’agissant plus particulièrement de la fournit ure en électricité, celle de la composition de son « bouquet » de production, de son« mix électrique ». Cette problématique est essentielle pour les nombreux Etats membres qui, tels la Belgique, l’Espagne ou le Royaume-Uni, ont décidé d’un moratoire sur la production nucléaire, et davantage encore pour ceux qui, comme l’Italie ou l’Allemagne3, ont même engagé un processus de sortie du nucléaire. Elle l’est aussi, plus généralement, en raison tant de la raréfaction, et donc du renchérissement, des hydrocarbures que du durcissement souhaitable des exigences environnementales pour lutter contre le réchauffement climatique. Ainsi, l’important accroi ssement du prix du pétrole, en 2005-2006, a très largement pesé sur le coût de l’électricité, que ce soit directement – beaucoup de centrales thermiques fonctionnent au fioul – ou indirectement, l’évolution des prix mondiaux du gaz étant étroitement corrélée à celle des prix du pétrole en raison notamment de la facile substitution de ces deux hydrocarbures dans les procédés de production énergétique. Par ailleurs, le développement des énergies renouvelables (ENR) autres que l’hydraulique
1 dant quelques heures ses livraisons de gaz àEn janvier 2006, la Russie a interrompu pen l’Ukraine, qui refusait le quadruplement des prix exigés par Gazprom. Un an plus tard, en janvier 2007, elle a brièvement fermé l’oléoduc de Droujba, qui traverse le Bélarus, pour contraindre ce pays à renoncer à la taxe qu’il entendait imposer sur le transit du pétrole vers l’Europe. 2Andris Piebalgs, commissaire européen à l’énergie, le 11 janvier 2007. 3Le traité de coalition conclu en novembre 2005 pa r la CDU-CSU et le SPD confirme la décision prise par le gouvernement SPD-Grünen en 2000 de fermer progressivement toutes les centrales nucléaires allemandes, la de rnière devant l’être en 2021.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin