Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Arbitrages intertemporels, risque et actualisation.

De
28 pages
La première partie de cette note rappelle en quoi consiste la méthode de la valeur actualisée nette (VAN) telle qu'elle est traditionnellement utilisée. La seconde s'interroge sur la détermination empirique du taux d'actualisation par observation directe des décisions prises par les agents économiques et montre l'incapacité de la VAN à rendre compte des comportements constatés. La troisième partie revient sur les fondements théoriques de la VAN et sur la définition même du taux d'actualisation. La quatrième partie expose les substituts disponibles à la détermination directe du taux d'actualisation de la collectivité. La dernière partie introduit le risque et traite le cas de l'incertitude sur les flux futurs.
Gallon (S), Masse (E). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0063103
Voir plus Voir moins
DIRECTION DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LEVALUATION ENVIRONNEMENTALE
DOCUMENT DE TRAVAIL
Arbitrages intertemporels, risque et actualisation
Stéphane GALLON et Emmanuel MASSE
Série Méthodes N° 04-M02
Site internet :ivnennornemeog.ttth//p:w.wwuv.fr20 avenue de Ségur  75302 Paris 07 SP
1
Arbitrages Intertemporels, Risque et Actualisation
Stéphane GALLON, Emmanuel MASSE
En 1985, le Commissariat Général du Plan a fixé à 8 % le taux dactualisation pour les investissements publics1. Ce taux permet de comparer les flux de coûts et de recettes liés à un projet d'investissement ou à une décision publique, flux qui sont perçus à des dates différentes et qui nont donc pas la même valeur économique. Avec un taux de 8 %, on estime ainsi équivalent de recevoir 100  une année ou 108  lannée suivante. A laide de lactualisation, on peut ramener tous les flux futurs à des flux équivalents perçus à la période présente, et sommer ces derniers pour trouver la valeur (diteactualisée nette) du projet considéré. Si cette valeur est positive, le projet est jugé rentable.
Lutilisation du taux de 8 % fait lobjet de débats : les conditions économiques sous lesquelles il a été fondé ont beaucoup évolué depuis 1985. En particulier, le niveau des taux dintérêt est dans son ensemble aujourdhui beaucoup plus faible quà lépoque. Par ailleurs, au motif de prendre en compte le risque inhérent à quelques projets publics dont les flux futurs sont très incertains, daucuns modifient parfois le taux dactualisation (généralement dans le sens dun accroissement du taux avec le risque). Au total, les choix publics se retrouvent valorisés de manière hétérogène. On trouve ainsi des estimations économiques fondées sur des taux différents (10 % ; 6 % ; 4 % ; 1 % voire 0 % à très long terme) sans que lutilisation de lune ou de lautre valeur soit clairement justifiée. Outre lincohérence des choix effectués sur la base de taux différents, cette pratique est dautant plus gênante que lon constate généralement que le choix de la méthode d'actualisation, et du taux parmi lensemble des valeurs jugées possibles, conditionne la conclusion du calcul (réaliser ou non linvestissement), le résultat y étant très sensible.
Il apparaît donc important de redéfinir la méthode dactualisation à appliquer aux projets publics, ce qui nécessite de répondre à plusieurs questions : comment fixer le taux ? peut-on utiliser un taux dactualisation unique ? comment prendre en compte le risque ? Pour répondre à ces interrogations, il faut revenir aux bases théoriques qui justifient lutilisation dun taux dactualisation, et sur les observations empiriques qui donnent des indications sur les arbitrages intertemporels qui sont réalisés au sein de léconomie et donc sur la valeur numérique de ce taux.
On commencera cette note en se plaçant sous lhypothèse simplificatrice que tous les flux futurs sont connus avec certitude, hypothèse qui sera levée ensuite. Cette note comprend cinq sections. La première rappelle brièvement en quoi consiste la méthode de la valeur actualisée nette telle quelle est traditionnellement utilisée. La seconde sinterroge sur la détermination empirique du taux dactualisation par observation directe des décisions prises par les agents économiques, et montre lincapacité de la VAN à rendre compte des comportements constatés. La troisième partie revient sur les fondements théoriques de la VAN, et sur la définition même du taux dactualisation, en rappelant les hypothèses, fortes, sous lesquelles elle est valide. La quatrième partie expose les substituts disponibles à la détermination directe du taux dactualisation de la collectivité. La dernière partie introduit le risque et traite le cas de lincertitude sur les flux futurs.
1sagit dun taux réel, net de linflation.Il
2
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin