Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Bas-Rhin et Haut-Rhin : départements frères ?

De
4 pages
Les départements alsaciens présentent de nombreux points communs, les différenciant souvent de leurs voisins les plus proches. Ils bénéficient d'une population relativement jeune et, surtout, qui continue de croître. Le niveau de chômage y reste relativement faible. Une part encore importante de la population active est employée dans l'industrie, souvent dans de grands établissements.
Voir plus Voir moins

Profil couleur : Generic CMYK printer profile - None
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95TERRITOIRE
75 75
25 25
5 5
0 0
La part des plus de 60 ans, relative-
ment faible en Alsace, place leBas-Rhin et Haut-Rhin :
eBas-Rhin et le Haut-Rhin aux 85 et
e
77 rangs nationaux.
e
Bas-Rhin et Haut-Rhin arrivent aux 83
edépartements frères ? et 96 rangs nationaux pour le taux de
scolarisation des 15-24 ans.
Bas-Rhin et Haut-Rhin comptabilisent
conséquent, présence plus impor-Les départements alsaciens 4,9 % d’indépendants, ce qui les place
etante de cadres.Néanmoins, malgré au 88 rang national.présentent de nombreux
ces disparités qui les distinguent,
points communs, les différen-
Bas-Rhin et Haut-Rhin apparais-
ciant souvent de leurs voisins sent très proches. Dans bien des
les plus proches. Ils bénéfi- cas, les écarts constatés expriment
La part des personnes de plus dedavantage une différence de gra-cient d’une population relati-
60 ans est relativement faible dansdation d’un même phénomènevement jeune et, surtout, qui
les deux départements alsaciens.qu’une opposition de tendance.
continue de croître. Le niveau Leur relative jeunesse est, pour
de chômage y reste relative- partie, liée à l’apport migratoire auUne population
cours des années 90. Tous deuxment faible. Une part encore plutôt urbaine,
ont attiré une population jeuneet relativement jeuneimportante de la population
venue étudier ou à la recherche
active est employée dans l’in-
d’un emploi dans une région qui,Dans les deux départements alsa-
dustrie, souvent dans de plus qu’ailleurs, en offrait l’oppor-ciens, plus de 9 habitants sur 10
grands établissements. tunité. Quatre arrivants sur 10 sontrésident dans une commune ap-
originaires des départements voi-partenant à l’espace à dominante
sins et les échanges entre lesurbaine. C’est là une caractéris-
deux départements prédominent :tique partagée avec le Territoire deProches géographiquement, mais
15 % des arrivants dans leBelfort, la Moselle et laaussi par leur histoire, Bas-Rhin et
Bas-Rhin sont des Haut-Rhinois,Meurthe-et-Moselle. De ce fait,Haut-Rhin présentent également
tandis que les Bas-Rhinois repré-conjugué à la forte densité de po-de nombreuses similitudes au
sentent 19 % des arrivées dans lepulation, l’habitat est plus fré-plan socio-économique. Certes,
Haut-Rhin.quemment en collectif qu’en mai-cette proximité des deux départe-
Pour les deux départements, leson individuelle, et la proportionments n’exclut pas les disparités.
solde migratoire est positif et con-de résidences secondaires estLa première tient à la prépondé-
tribue significativement à la crois-moindre que dans les territoiresrance du Bas-Rhin, qui représente
sance de la population. En cela, ilsplus ruraux.près de 60 % de la superficie
comme de la population régionale.
D’autres sont imputables à l’effet
Mesurer la "proximité" entre départements
"capitale régionale" de Strasbourg
Une méthode a été développée par l’Insee de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Pour
qui imprime sa marque à tout le
chaque département, elle consiste à identifier les départements les plus ressemblants
département : sur-représentation sur le plan socio-économique. Le critère de proximité utilisé est celui de la distance eu-
clidienne calculée sur 33 variables structurelles concernant la population, l’activité, lesdes jeunes de 20 à 24 ans liée à
100 catégories socioprofessionnelles, le tissu économique, la richesse, la santé et l’éduca- 100
l’afflux d’étudiants, forte concen- tion. Ces variables sont normalisées de façon à avoir la même pondération dans la
comparaison d’ensemble.
95 tration d’administrations et de siè- 95
Cette méthode révèle la similitude des départements alsaciens, qui forment l’une desges sociaux d’entreprises, et par
75 75régions les plus homogènes avec la Corse et l’Île-de-France. Les profils socio-écono-
miques apparaissent beaucoup plus contrastés en Lorraine et Franche-Comté, où au-
cun département ne trouve un profil d’ensemble analogue au sien dans son voisinage
immédiat.
25 25
5 5
0 0
3Chiffres pour l'Alsace · revue n° 13 · février 2003
R:\Publications\REVUE\CPA n 13\CPA revue13-Page3-4-5-6.vp
lundi 17 fØvrier 2003 14:43:27Profil couleur : Generic CMYK printer profile - None
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95TERRITOIRE
75 75
25 25
5 5
0 0
se différencient très nettement de Une croissance de la population
l’ensemble des départements du active supérieure à celle des postes de travail
grand Est, qui enregistrent tous un
BAS-RHIN HAUT-RHINsolde migratoire négatif. Mais les
Population active et emplois Effectif Évolution Effectif Évolutiondépartements alsaciens se distin-
1999 1990-1999 1999 1990-1999
guent également par l’importance
Population active résidante (1+2+3) 489 707 10,6 % 334 646 8,5 %
du solde naturel, qui, conjugué au
Hommes 269 373 5,7 % 186 972 3,4 %
solde migratoire, porte le rythme
Femmes 220 334 17,1 % 147 674 16,1 %
de croissance annuelle de la po- Actifs résidants ayant un emploi (1) 446 317 9,9 % 304 806 7,5 %
pulation à 0,82 % dans le Militaires du contingent (2) 1 229 -71,3 % 870 -71,4 %
Bas-Rhin et à 0,60 % dans le Chômeurs au sens du recensement (3) 42 161 29,5 % 28 970 33,6 %
Haut-Rhin, pour 0,37 % en Actifs résidants ayant un emploi (4+5) 446 317 9,9 % 304 806 7,5 %
moyenne nationale. Résident et travaillent dans le département (4) 400 404 7,5 % 255 471 4,5 %
Travaillent en dehors du (5) 45 913 37,2 % 49 335 26,3 %
dont travailleurs frontaliers 30 127 39,2 % 40 102 21,8 %Une population active
vers l’Allemagne 29 331 40,6 % 7 275 84,8 %en forte croissance
vers la Suisse 496 -23,2 % 32 728 12,8 %
La population active a, elle aussi, Actifs non résidants venant travailler dans le 15 603 34,6 % 13 882 38,6 %
département (6)
fortement augmenté durant la dé-
Total des emplois dans le département (4+6) 416 007 8,3 % 269 353 5,8 %
cennie 90, de 10,6 % dans le
Nombre d’emplois pour 100 actifs résidant dans le 0,85 -0,24 0,81 -0,27
Bas-Rhin et de 8,5 % dans le département
Haut-Rhin, pour 4,7 % en France Nombre d’emplois pour 100 actifs occupés 0,93 -0,14 0,88 -0,14
entière. Ici encore, les départe-
ments alsaciens se singularisent
par une progression nettement su- Bas-Rhin, plus proche de la gré une dégradation de la situation
périeure, à la fois à la moyenne moyenne nationale avec 35 % beaucoup plus forte que dans le
nationale et à celle observée dans d’actifs, tient à l’afflux de jeunes reste de la France depuis deux
les départements voisins, excep- venus poursuivre leurs études à ans. Sa situation reste notamment
tion faite de la Moselle, qui a Strasbourg. Cette précocité de plus favorable que celle des dé-
connu une évolution comparable. l’entrée dans la vie active est le re- partements voisins, et en particu-
L’arrivée de nouveaux actifs, mais flet des parcours scolaires suivis lier que celle des Vosges (9,3 %).
surtout le changement de compor- par les jeunes Alsaciens qui
tement de la population féminine, s’orientent plus souvent vers les fi- Le travail frontalier
de plus en plus présente sur le lières professionnelles courtes, compense le déficit
marché du travail, ont fortement notamment par la voie de l’ap- d’emploi
contribué à cette évolution. prentissage ou du contrat de quali-
Bien que très sensible, le recul de La faiblesse relative du chômagefication.
l’activité parmi les moins de 25 alsacien, alors que la population
ans est moins prononcé en Alsace active s’est fortement accrue,L’Alsace demeure la région la
que dans le reste du pays. Ainsi, le s’explique pour partie par le dyna-moins touchée par le chômage
Haut-Rhin compte encore 38 % misme de l’économie alsacienne,(6,8 % dans le Bas-Rhin, 6,4 %
100 100
d’actifs parmi les jeunes de 15 à qui a permis la création d’un vo-dans le Haut-Rhin et 9,0 % au ni-
95 9524 ans, contre à peine 30 % en lume significatif d’emplois (+8,3 %veau national à la fin septembre
France entière. La situation du dans le Bas-Rhin, +5,8 % dans le2002, au sens du BIT) , et ce, mal-
75 75
25 25
5 5
0 0
4 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 13 · février 2003
R:\Publications\REVUE\CPA n 13\CPA revue13-Page3-4-5-6.vp
lundi 17 fØvrier 2003 14:43:27
Source : Insee, recensement de la population de 1999BAS-RHIN HAUT-RHIN
Profil couleur : Generic CMYK printer profile - None
Composite Trame par dØfaut
100 100
Dans chaque département,
95 95TERRITOIREdes sorties trois fois plus nombreuses que les entrées
Les déplacements domicile-travail
75 75
488 500 actifs 416 000 emplois
résidant dans le département offerts dans
25 25
(hors militaires du contingent) le département
5 42 200 Chômeurs 5
0 0
400 400 400 400
8 900 travaillent hors région, dont : tertiaire concentre les deux tiersont un emploi emplois occupés
4 100 en Moselle, dans le par des habitants des postes de travail et constitue1 400 en Île-de-France. département du Bas-Rhin
désormais le principal moteur de
la création d’emplois.15 600 entrants, dont :
4 700 venant du Haut-Rhin,
6 300 de Moselle,30 100 travailleurs frontaliers, dont :
1 000 des Vosges,29 300 en Allemagne, 4 salariés sur 10
45 900 sortants 600 de Meurthe-et-Moselle.500 en Suisse.
4 700 travaillent dans un
établissement de
40 100 travailleurs frontaliers, dont : 13 900 entrants, dont :6 900 plus de 100 salariés32 700 en Suisse, 49 300 sortants 6 900 venant du Bas-Rhin,
7 300 en Allemagne. 2 900 du territoire de Belfort,
1 200 des Vosges, En 2000, l’appareil productif était
255 500 255 500 emplois 600 du Doubs,
ont un emploi occupés par des composé de 39 300 établisse-450 de Haute-Saône.
dans le habitants du
ments dans le Bas-Rhin et dedépartement Haut-Rhin4 500 travaillent hors région, dont :
1 150 en Territoire de Belfort, 25 000 dans le Haut-Rhin. Le
550 en Île-de-France, poids des établissements de plus
500 dans le Doubs. 29 000 Chômeurs
de 100 salariés est important : 4
salariés sur 10 y travaillent. Cette333 800 actifs 269 400 emplois
résidant dans le département offerts dans proportion, nettement supérieure
(hors militaires du contingent) le département
à la moyenne nationale, se re-
trouve dans les départements voi-
sins, Vosges et Haute-Saône ex-
ceptés. Dans le Bas-Rhin, les trois
quarts des salariés sont employés
Haut-Rhin, pour +2,7 % au niveau de la région, tout comme dans l’en-
dans des entreprises ayant leur
national entre 1990 et 1999). semble des départements voisins,
siège dans le département. La
Néanmoins, ces créations restent Meurthe-et-Moselle exceptée.
proportion est sensiblement infé-
insuffisantes pour absorber les ac- Si le travail frontalier participe au
rieure dans le Haut-Rhin (71 %).
tifs supplémentaires. En effet, en maintien de l’emploi ouvrier dans
Cependant, dans le secteur indus-
1999, le nombre d’emplois pour la région, le poids du secteur se-
triel, nombre de ces entreprises
100 actifs résidants était de 85 condaire dans l’économie alsa-
appartiennent à des groupes
dans le Bas-Rhin et de 81 dans le cienne y contribue également.
étrangers et ont, de ce fait, une au-
Haut-Rhin. Ce déséquilibre est Plus diversifiée qu’ailleurs, l’in-
tonomie décisionnelle limitée. Ain-
compensé, pour partie, par des dustrie a dans l’ensemble mieux
si, en 2001, les investissements
emplois à l’extérieur du départe- résisté dans la région. Mais il est
étrangers représentent 56 % de
ment de résidence, et en premier vrai que les secteurs traditionnels
l’investissement industriel régio-
lieu par le travail frontalier. - textile, habillement, équipements
nal, et 43 % des effectifs salariés
Contrairement au reste du pays, la mécaniques - qui ont marqué l’his-
du secteur relèvent d’une entre-
forte progression des effectifs de toire de l’Alsace ont perdu, et
prise à capitaux étrangers.
cadres et, plus encore, de profes- continuent de perdre, des effectifs.
sions intermédiaires ne s’est pas Hors intérim, l’industrie totalisait le
accompagnée d’une réduction si- quart des emplois dans la région Mayette GREMILLET
100 100gnificative du nombre d’ouvriers. en 2000 (24 % dans le Bas-Rhin et
Leur effectif est resté stable et re- 28 % dans le Haut-Rhin, contre
95 95
présente encore le tiers des actifs 18 % en moyenne nationale). Le
75 75
25 25
5 5
0 0
5Chiffres pour l'Alsace · revue n° 13 · février 2003
R:\Publications\REVUE\CPA n 13\CPA revue13-Page3-4-5-6.vp
lundi 17 fØvrier 2003 14:43:29
Source : Insee, recensement de la population de 1999Profil couleur : Generic CMYK printer profile - None
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95
75 75
25 25
5 5
0 0
100 100
95 95
75 75
25 25
5 5
0 0
6 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 13 · février 2003
R:\Publications\REVUE\CPA n 13\CPA revue13-Page3-4-5-6.vp
lundi 17 fØvrier 2003 14:43:58
²²²
Proximité entre départements au regard de 33 indicateurs socio-économiques
Valeur des indicateurs et rang des départements de l’Est de la France
Bas-Rhin Haut-Rhin Moselle Vosges Territoire de Belfort
INDICATEURS (unité) Moyenne*
Valeur Rang Valeur Rang Valeur Rang Valeur Rang Valeur Rang
POPULATION ET ESPACE
Population 609 591 1 026 023 18 707 709 29 1 023 199 19 381 008 57 137 384 91
Densité (habitants par km ) 519,3 215,8 14 200,8 16 164,6 20 64,9 54 225,4 12
Part de la population dans les communes de l’espace urbain (%) 70,5 92,9 19 93,4 16 93,9 15 48,1 84 100,0 1
1
Part de la superficie des communes de montagne (%) 16,8 1,6 43 7,3 35 0,0 46 13,3 28 6,7 36
Part des moins de 20 ans dans la population (%) 23,9 24,6 41 25,3 24 25,2 29 25,1 33 25,3 24
Part des plus de 60 ans dans la (%) 23,4 18,7 85 19,6 77 19,9 72 23,2 50 19,7 75
Part des maisons individuelles dans les résidences principales (%) 64,0 46,7 87 51,9 76 55,2 70 67,0 49 47,2 85
ACTIVITE ET CATEGORIES SOCIALES
Taux d’activité des hommes de 20 à 59 ans (%) 87,8 88,3 45 90,6 6 86,9 71 90,2 10 87,3 59
Taux d’activité des femmesde20 à 59 ans (%) 74,7 73,8 67 74,5 56 67,5 93 76,0 41 72,9 72
Taux de chômage au recensement de 1999 (%) 12,5 8,6 91 8,7 88 11,6 57 12,4 41 11,7 53
Nombre d’emplois pour 100 actifs occupés 97,3 93,4 79 88,8 84 88,9 82 98,3 45 96,0 66
Part des agriculteurs exploitants dans la population active (%) 3,9 1,0 83 1,3 78 0,9 85 2,6 60 0,8 86
Part des indépendants dans la population active (%) 6,9 4,9 88 4,9 88 4,7 95 6,2 60 4,8 93
Part des cadres dans la population active (%) 9,6 11,7 15 9,0 42 8,6 47 6,7 82 10,9 21
Part des professions intermédiaires dans la population active (%) 20,8 21,9 28 21,8 30 21,5 37 18,8 76 23,3 12
Part des employés dans la population active (%) 29,9 27,4 83 27,4 83 29,9 45 26,8 92 27,5 82
Part des ouvriers dans la active (%) 28,8 33,0 25 35,6 12 34,4 17 39,0 1 32,6 26
ÉCONOMIE ET ENTREPRISES
Taux de créations d’entreprises, champ ICS (%) 10,7 10,4 43 10,2 47 11,3 29 9,8 62 10,0 56
Part des emplois salariés des établissements de plus de 100 salariés(%) 31,6 39,0 16 41,0 9 41,0 9 37,0 27 43,0 4
Part des emplois salariés des établiss. ayant siège social dans le dép. (%) 71,3 76,2 22 71,1 48 72,0 42 73,5 34 55,9 96
Partdel’industrie et de la construction dans l’emploi au lieu de travail (%) 25,0 28,8 26 33,8 5 29,5 24 36,3 1 27,9 35
Part du tertiaire marchand dans l’emploi au lieu de travail (%) 37,2 41,3 21 36,7 44 36,5 47 30,6 86 38,5 32
Part du tertiaire non marchand dans l’emploi au lieu de travail (%) 31,3 28,0 86 27,0 91 32,3 27 28,8 78 32,3 27
Part des résidences secondaires dans les logements (%) 11,5 2,1 85 2,4 82 1,9 86 8,7 44 1,3 91
RICHESSE
PIB par habitant (moyenne France = 100) 87,4 108,3 5 95,5 17 81,8 54 83,7 45 84,4 40
Revenu imposable net par foyer fiscal (moyenne France = 100) 92,8 106,0 10 105,9 11 88,3 53 86,6 61 93,5 31
Nombre de personnes couvertes par le RMI (pour 100 hab.) 2,9 2,1 67 1,7 83 2,1 67 2,2 64 2,4 55
SANTÉ
Espérancedevie à la naissance des hommes (ans) 75,0 75,0 52 75,1 47 74,5 67 73,5 86 74,7 58
Espérancedevie à la des femmes (ans) 82,5 81,9 76 81,1 91 81,1 91 81,9 76 82,1 69
Densité de médecins libéraux (nombre pour 100 000 hab.) 182,7 209,3 20 175,2 47 155,7 72 159,8 68 179,8 44
ÉDUCATION
Part des non diplômés dans la population des 15 ans ou plus (%) 18,6 17,5 59 20,1 33 22,2 10 21,2 23 17,5 59
Part des scolaires et étudiants dans la population des 15 à 24 ans (%) 65,7 62,4 83 58,6 96 64,1 58 62,0 84 67,6 31
Taux de réussite au BAC en 1999 (%) 80,6 83,8 18 83,0 25 79,0 66 82,1 35 78,2 75
Distance entre départements /// BR : 0,0 HR : 3,5 BR : 3,5 HR : 0,0 BR : 5,3 HR : 4,7 BR : 6,4 HR : 5,2 BR : 5,5 HR : 5,7
* Moyenne arithmétique simple calculéesurles96départements - 1 : altitude supérieure à 500 mètres - 2 : champ Industrie-Commerce-Services
Déciles : 1 à34 à78 à 10
Source
:
I
nsee

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin