Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Ethique et recherche biomédicale : rapport 2002

De
252 pages
Le rapport 2002 du Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé est composé de deux parties : la première partie présente les travaux du comité, notamment les avis rendus au cours de l'année : pratique de la neurochirurgie fonctionnelle (psychochirurgie) pour des affections psychiatriques sévères, conservation de sang de cordon (ombilical ou placentaire) autologue (c'est-à-dire à finalité thérapeutique essentiellement personnelle ou dans le cadre de recherches sur les cellules souches)... La deuxième partie propose un compte-rendu de la journée annuelle d'éthique, organisée le 27 novembre 2002 par le CCNE dans le cadre de sa mission d'information et de sensibilisation.
Voir plus Voir moins
« En application de la loi du 11 mars 1957 (art. 41) et du Code de la propriété intel-lectuelle du 1erjuillet 1992, complétés par la loi du 3 janvier 1995, toute reproduc-tion partielle ou totale à usage collectif de la présente publication est strictement interdite sans autorisation expresse de l’éditeur. Il est rappelé à cet égard que l’usage abusif et collectif de la photocopie met en danger l’équilibre économique des circuits du livre. »
© La Documentation française, Paris, 2005. ISBN : 2-11-005744-0
Ouvrage réalisé avec le soutien financier apporté par l’INSERM au Comité, conformément aux termes du décret n° 97-555 du 29 mai 1997.
Sommaire
Avant-propos
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Décret notaérnoitropctna1-23d  u38er 1983 23 févri dun Comité consultatif national déthique pour les sciences de la vie et de la santé  (JOdu 25 février 1983). . . . . . . . . . . . .9 Loi no496-iuj 92 ud 45lionisattuli àlen t uod avetilare4 99 1te des éléments et produits du corps humain, à lassistance médicale à la procréation et au diagnostic prénatal (JOdu 30 juil. . . . . . . .  . . . . . . . .. . . . . . . . 21. . . . . . . .1 te)499 Décret no9-755 5ud2  9mai 1997 relatif ua imoCocétlusntitaf national déthique pour les sciences de la vie et de la santé (JOdu 30 mai 1997). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13
Membres du comité consultatif national déthique pour les sciences de la vie et de la santé pour lannée 2002. .17
Première partie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21. . . . Les travaux du Comité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21. . .
Liste des avis du Comité consultatif national déthique pour les sciences de la vie et de la santé. . . . . . . . . . . . . . . . .23 Avis, recommandations et rapports 2002. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29.
– Avis sur la neurochirurgie fonctionnelle d’affections psychiatriques sévères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
– Réflexions sur l’extension du diagnostic préimplantatoire . . . . . . . . . 55
Avis sur les essais de phase I en cancérologie . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
– Avis sur les banques de sang de cordon ombilical en vue d’une utilisation autologue ou en recherche . . . . . . . . . . . . . . . . 93
– Avis sur les questions éthiques soulevées par le développement de l’ICSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
Rapport d’activité de la section technique 2002. . . . . . . . . . . . . . . 127 Activité de la section technique du Comité consultatif national déthique en 2002. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .129 Le Centre de documentation en éthique des sciences de la vie et de la santé de l’Inserm. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133. . . Le Centre de documentation en éthique des sciences de la vie et de la santé de lInserm. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135
3
Deuxième partie Compte rendu de la Journée annuelle du 27 novembre 2002. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139. .
Programme de la Journée annuelle d’éthique 2002. . . . . . . . . . . . 141 – Mercredi 27 novembre 2002 Matin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
Introduction par Didier Sicard, président du Comité consultatif national déthique. . . . . . . . .147
Discours de Jean-François Mattei, ministre de la Santé, de la Famile te 814 .. . . . . . . . apéendic . .s. .ePsred s sahnoen
– Neurochirurgie fonctionnelle d’affections psychiatriques sévères. . . 153
4
Didier Sicard, président du Comité consultatif national déthique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155
Denys Pelbmer,nemoCimd  uonsuté cif nltatoitalanrie déthique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156
Sadek Béloucif,membre du Comité consultatif national déthique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158
Alim-Louis Benabid,directeur de lunité Inserm 318, neurosciences précliniques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163
Professeur Yves Agid,Centre dinvestigation clinique, IFR 70, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière. . . . . . . . . . . . . .167
Christophe Demonfaucon,président de lAssociation française des personnes souffrant de TOC. . . . . . . . . . . . . .170
Pour le docteur Christian Vasseur,président de lAssociation française de psychiatrie Jean-Michel Havet, secrétaire général de lAssociation française de psychiatrie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173
Discussion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177 Essais de phase I en cancérologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
Nicole Questiaux,vice-présidente du Comité consultatif national déthique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185
Maxime Seligmann, membre du Comité consultatif national déthique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .186
Laurent Degos, directeur de lInstitut universitaire dhématologie, hôpital Saint-Louis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Michel Marty,directeur de la recherche clinique de lInstitut Gustave Roussy. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Claude Huriet,président de lInstitut Curie. . . . . . . . . . . . . . .
Claire Compagnon,directrice du Développement des actions de lutte, Ligue nationale contre le cancer. . . . . . . . . . . . . . . .
190
193
197
201
– Mercredi 27 novembre 2002 Après-midi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
– Essais de phase I en cancérologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205 Discussion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207 – Extension du diagnostic préimplantatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
Monique Canto-Sperber,membre du Comité consultatif national déthique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .217 Gérard Bréart,membre du Comité consultatif national déthique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .219
Éliane Gluckman,chef du service de greffe de moele, hôpital Saint-Louis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .223
René Frydman,chef du service de gynécologie-obstétrique, hôpital Antoine Béclère. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .228 Monique Canto-Sperber,membre du Comité consultatif national déthique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .232
Jacques Milconégilo dcegye s udivrec,ze fehi,eiruqtsté-ebo hôpital Saint-Antoine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .233 Monette Vaquin,psychanalyste. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237 Discussion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .242 Discours de clôture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .248
Discours de clôture. . .  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
252
5
Avant-propos
DaprèsledictionnairePetitRobert,lamoralechercheun « ensembledesrèglesdeconduiteconsidéréescommebonnesdefaçon absolue»,alorsquelebutdeléthiquepourraitêtre« détablir,parune méthodesûre,lesfondementsdunagiretdunevie(encommun)justes,rai-sonnablesetremplisdesens ».Bienquecettedernièresoitainsirangéedu côtédesrèglespratiques,sonoppositionàunedémarchemoraleplusuni-verselEeetabstraitesemblenueprudécurtci.elpeneeenreêtuteégasiv simplementcommeuneespècede« forme »parrapportàun« fond » idéal...Larecherchedunesolutionéthiqueenmédecineestclassiquement déclinéeenfonctiondesprincipescardinauxdebienfaisance,non-malfai-sance,respectdelautonomie,etjustice(équité).Labienfaisance,ouobli-gationdefairelebien,sétendàlobligationdejugerdesbénéficesetdes risquesduneattitudeouduntraitementenvuedefairelebien.Lanon-mal-faisancereprésentelobligationdenepasintentionneleuscantme.lamedre Lerespectdelautonomiedupatientsinscritdanslecadredesonautodé-termination.Lemédecindoitrespecteretgarantirlacapacitédupatient dêtreindépendantdinfluencesextérieures,depouvoircomprendrelester-mesetlesimplicationsdeschoixquiluisontproposés,etenfindegarderla capacitédagirparlui-même(compétence).Lajustice,dernierdecesquatre grandsprincipes,imposeuneattitudejuste,honnête,etéquitableenversle patient ou les différents acteurs du possible conflit éthique.
LerapportactueldestravauxduComitéconsultatifnationaldéthique iluertsfficultébienladiiuesédagocmmnuqepaapesinissadegetnemmer trèsdiverses.Quilsagissedesconsidérationspersonnelilsesaéetruxs-an fertsdinformations,délémentsnationauxparticuliers(commelaformationà léthiquemédicale,oulesconséquencesderecherchesdeperformance),ou encoredesimplicationséthiquesdenouveauxcadresinternationauxbous-culantnoscertitudesfrançaises(exempledescolionsdematérielbi-oloetc gique,desinégalitésdaccèsauxsoinsetderechercheàléchelelaidemon ouencoredelatranspositionendroitfrançaisdeladirectiveeuropéennerela-tiveauxessaiscliniques),larechercheattentivedelameilonpos-resolutiue sibleémergecommedénominateurcommun.
7
Faceauxnombreuxdilemmeséthiques,ladifficultévientdufaitque plusquunchoixdordrebinaireentre«lebien»et«lemal»,ilsagitle plussouventdechoisirentreplusieurs«biens»,quipeuvent,quiplusest, apparaîtreouêtrecontradictoires.Lesdifficultéssonttoujoursprésentes, etledilemmedautantplusdouloureuxquesetélescopentdesconsidéra-tionshumainesparticulièresetdesimpératifscatégoriquesmorauxplus généraux.Mêmesilonpeuttenterdesappuyer,enthéorie,pourprendre nosdécisionsnonseulementsurlactelui-mêmemaisaussisurses conséquences,sesmotifs,etlasituation(cest-à-direlecontexteoules circonstances),lorsquilsagitdetenterdedistinguerles«bonnes»des «mauvaises»actions,latensiondemeure. Vivrecestchoisir.Noussommestousappelésquotidiennementà effectuerdeschoixpourlebien,oupournotrereprésentationdubien.En pratique,ententantdedéterminerlesmeilleurschoixàeffectuer,lanalyse desdonnéesobjectives(science,expérience,textesspécifiqueslégislatifs oudéontologiques)estnécessaire,maisdansbonnombredecascepen-dant,laquêtedubiensouhaité,dubienattendu,interrogenoslimiteset nosdevoirsfondamentaux.Maiscestaussijustementparcequecertaines questionssontdifficilesquenousdevonstenterdyrépondre,avechumi-litéetengardantchevilléeaucorpsune«inquiétudemorale»(Monique Canto-Sperber).ÀlasuitedAxelKahn,reconnaissonsqueléthiquecest letragique,ausensdelatragédiegrecque.CommeRodrigue«percéjus-ques au fond du cœur d’une atteinte imprévue aussi bien que mortelle, misérable vengeur d’une juste querelle, malheureux objet d’une injuste rigueur»,nousdevronsnéanmoinschoisir... Entrenosconvictionsetnotreraison,commentmaintenirladéfense delapersonneensauvegardantlesargumentsmorauxetéthiques?Sila démocratiereprésentela«sublimationduconflitendébat»,notreres-ponsabiliténousconduitàmettrenospréoccupationshumanistesetnotre exigencedémocratiqueaucentredenosdécisionspolitiques.Faceaux difficilesquestionséthiques,cetteresponsabilitéestàlafoislaconditionet lecorollairedelaliberté,quifondeégalementnotredignité,objetet«rai-son»descombatsàmener.Entreéthiquedeconvictionetéthiquederes-ponsabilité,ouentreéthiquedumoindremaletéthiquedeconviction,la questiondelaresponsabilitéindividuelledemeure.Cetteresponsabilité estàlafoislaconditionetlecorollairedelaliberté.Ilsagitlàdetouteladif-ficulté,ettoutelabeauté,denosinterrogationshumaines.
8
SadekBéloucif
Décret no83-132 du 23 février 1983 portant création d’un Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé1 (JO du 25 février 1983)
Article 1erIl est créé auprès du ministre chargé de la Recherche et du ministre chargé de la Santé un Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé.
Le Comité a pour mission de donner son avis sur les problèmes moraux qui sont soulevés par la recherche dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé, que ces problèmes concer -nent l’homme, des groupes sociaux ou la société toute entière. Art. 2.Le Comité peut être saisi par le président de l’Assemblée nationale, le pré -sident du Sénat, un membre du Gouverne -ment, un établissement public ou une fondation reconnue d’utilité publique ayant pour activité principale la recherche ou le développement technologique, un établis -sement d’enseignement supérieur. Il peut également se saisir de questions posées par des personnes ou groupe -ments autres que ceux qui sont visés à l’alinéa ci-dessus. Art. 3.– Le président du Comité est nommé par décret du Président de la République pour une durée de deux ans. Ce mandat est renouvelable.
(L.no2-9juu91d50a,2991ni1.trre) Le président du Comité peut, à l’expiration de son mandat, être nommé président d’honneur par décret du Président de la République.
Art. 4.– Le Comité comprend, outre son président :
1) (D.no«)8icqn»3-740du9août1983 personnalités désignées par le Président de la République et appartenant aux principales familles philosophiques et spirituelles.
2) (D. no;9168erriév6fdu74-183 D.no;I-05d19-2rt.292,ain19u9ju D.no31-31ud49er.t199r1ar3,féievrer-)I « dix-neuf » personnalités qualifiées choisies en raison de leur compétence et de leur intérêt pour les problèmes d’éthi -que, soit : – un membre de l’Assemblée nationale et un membre du Sénat, désignés par les présidents de ces assemblées ; – un membre du Conseil d’État, désigné par son vice-président ; – un magistrat de la Cour de cassation, désigné par son premier président ; – (D.no2-II)1niuj9ud.tra,29901-592 une personnalité désignée par le Premier ministre ;
1. NDLR : modifié par les décrets nos92-501 du 9 juin 1992 et 93-134 du 1erfévrier 1993.
9
– une personnalité désignée par le garde des Sceaux, ministre de la Justice ; (D.no1ud431-39er.reirvéftra,3991 1er personnalité désignées par le-II) deux ministre chargé de la recherche ; – une personnalité désignée par le ministre chargé de l’Industrie ; – une personnalité du secteur social désignée par le ministre chargé des Affai -res sociales et de la Solidarité nationale ; – une personnalité du secteur éducatif désignée par le ministre de l’Éducation nationale ; – une personnalité désignée par le ministre chargé du Travail ; – (D. no;D.1983août0du98743-noni919uuj05d19-2)II-I.2rt,a92 « quatre » personnalités appartenant aux professions de santé désignées par le ministre chargé de la Santé ; – une personnalité désignée par le ministre chargé de la Communication ; – une personnalité désignée par le ministre chargé de la Famille ; (D.no91re«)68enu8674-16fduriév personnalité désignée par le ministre des Droits de la femme ». 3 ) (D. no89ud047-31983août) « quinze » personnalités appartenant au secteur de la recherche, soit : – un membre de l’Académie des scien-ces désigné par son président ; – (D. notûoa9ud047-38un)«8319 membre de l’Académie nationale de médecine désigné par son président » ; – un représentant du Collège de France désigné par son administrateur ; – un représentant de l’institut Pasteur désigné par son directeur ; – quatre chercheurs appar tenant au corps des chercheurs titulaires de l’Insti -tut national de la santé et de la recherche médicale ou du Centre national de la recherche scientifique et deux ingénieurs, techniciens ou administratifs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale ou du Centre national de la recherche scientifique, relevant des sta -tuts de personnels de ces établisse -m e n t s, d é s i g n é s p a r m o i t i é p a r l e directeur général de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale et par moitié par le directeur général du Centre national de la recherche scientifique ; – deux universitaires ou hospitalo-uni -versitaires figurant sur les listes électora -les de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale et désignés par le directeur général de cet institut ;
10
– deux universitaires ou hospitalo-uni -versitaires désignés par la conférence des présidents d’université ; – un chercheur appartenant aux corps des chercheurs titulaires de l’Institut national de la recherche agronomique désigné par le président directeur général de cet établissement. Art. 5.– La liste des membres du Comité, désignés dans les conditions prévues à l’article 4, est publiée par arrêté conjoint du ministre chargé de la Recherche et du ministre chargé de la Santé. Art. 6.– Le Comité est renouvelé par moi -tié tous les deux ans. La désignation des nouveaux membres intervient dans les conditions fixées à l’article 4 ci-dessus. Il sera procédé, à l’issue de la première période de deux ans suivant l’installation dudit Comité, au tirage au sort de la moitié des membres de chacune des trois caté -gories définies à l’article 4 du présent décret en vue de leur renouvellement. Art. 7.– Dans le cadre de sa mission, définie à l’article 1erdu présent décret, le Comité est chargé d’organiser une confé-rence annuelle sur les problèmes d’éthi-que dans le domaine des sciences de la vie et de la santé, au cours de laquelle les questions importantes qui s’y rapportent sont abordées publiquement. Art. 8.Il est créé au sein du Comitéconsultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé une sec -tion technique appelée à instruire les dos -siers inscrits à l’ordre du jour du Comité par son président. La section technique a compétence pour traiter les autres demandes d’avis reçues par le Comité. Art. 9.– La section technique est com -posée de huit membres choisis parmi les personnalités appartenant aux catégo -ries définies par l’alinéa 3 de l’article 4 et de quatre membres choisis parmi les per -sonnalités appartenant aux catégories définies par l’alinéa 2 de l’article 4. Ils sont désignés par le Comité sur proposition de son président. La section technique élit sont président parmi les huit premières personnalités. En cas de vote avec partage des voix, le président a voix prépondérante. Art. 10.– L’Institut national de la santé et de la recherche médicale apporte son soutien technique et administratif au
Comité et à sa section technique, notam -ment en créant au sein de l’Institut un centre de documentation et d’information sur les problèmes d’éthique dans le domaine des sciences de la vie et de la santé, dont les conditions de fonctionne -ment sont arrêtées par le directeur géné -ral de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale.
Art. 11.– Les séances du Comité et de sa section technique ne sont pas publiques. Le vote au scrutin secret est de droit sur décision du président ou sur demande d’un des membres présents.
Le Comité et sa section technique ne peu -vent délibérer que si la moitié au moins de leurs membres est présente.
Art. 12. -– le Comité et sa section tech nique peuvent entendre les personnalités qualifiées appelées à fournir un avis ou une expertise relatifs à tout point inscrit à l’ordre du jour.
Art. 13.– L’ensemble des activités du Comité et de sa section technique font l’objet d’un rappor t annuel remis au ministre chargé de la Recherche et au ministre chargé de la Santé.
Art. 14.– Le Comité se dote d’un règle -ment intérieur qui est approuvé par le ministre chargé de la Recherche et le ministre chargé de la Santé et qui définit les modalités de fonctionnement du Comité et de sa section technique.
11
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin