Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Gerland, Vaise, la Part-Dieu : la renaissance lyonnaise

De
4 pages
Les anciens quartiers industriels de Gerland et Vaise accueillent de nouvelles activités souvent prestigieuses ou en pointe, tandis que la Part-Dieu renforce ses fonctions décisionnelles et poursuit son essor vers Villeurbanne. NB: la version téléchargeable contient des cartes "allégées" moins lisibles que celles de la version papier disponible sur commande.
Voir plus Voir moins

L A L E T T R E
I N S E E
RHÔNE
ALPES
Les anciens quartiers in-
Aménagement du territoiredustriels de Gerland et
Vaise accueillent de nou-
velles activités Gerland, Vaise, la Part-Dieu
souvent prestigieuses
ou en pointe, la renaissance lyonnaisetandis que la Part-Dieu
renforce ses fonctions timulé par l'implantation de nouvelles vel essor avec la multiplication de bureauxS activités économiques, le paysage urbain abritant souvent des sièges de très grandesdécisionnelles et de Lyon et Villeurbanne est en pleine muta- entreprises. Situés hors de l'hypercentre
poursuit son essor tion depuis dix ans. Gerland, dans le sep- lyonnais ou à sa frontière, ces exemples
tième arrondissement, est devenu une symbolisent le renouveau des quartiers in-vers Villeurbanne. dustriels et l'extension enfin concrétisée destechnopôle internationale de la santé et du
Michel Lacroix vivant. Vaise, dans le neuvième, renaît de ses centres de décision vers l'est. Cette exten-
cendres, avec l'implantation massive d'acti- sion brise le carcan que la ville s'était cons-
vités liées aux nouvelles technologies dans truit au fil de son histoire, d'abord avec les
des bâtiments dessinés par des architectes de fortifications au XIXème siècle, puis avec le
renom. La Part-Dieu surtout, prend un nou- réseau des voies ferrées.
Plus d'établissement anciens au centre ville
Proportion d'établissements créés :
avant 1982 après 1995
30 30
25 25
20 20
15 15
1010
5 5
0 0
ème er ème ème ème ème ème èmeLyon 2 Lyon 1 Villeurbanne Lyon 6 Lyon 7 Villeurbanne Lyon 6 Lyon 7 Lyon 8 Lyon 2
ème ème ème ème ème ème ème ème er èmeLyon 4 Lyon 8 Lyon 5 Lyon 3 Lyon 9 Lyon 9 Lyon 3 Lyon 5 Lyon 1 Lyon 4
Source : INSEE, Sirène au 1/1/1999
Numéro 71
Décembre 200018 % des locaux d'entreprises récemment volonté de faire de cet espace un pôle
construits à Lyon (de 1999 à la mi-2000) l'ont international de la pharmacie, de la bio-
été dans le septième arrondissement alors logie et du vivant à partir d'entreprises
que cet arrondissement ne rassemble déjà présentes sur le site de longue date
que 12 % des établissements de la ville. C'est et de l'implantation de nouveaux labora-
aussi l'un des arrondissements de Lyon où latoires de réputation
proportion d'établissements récents est la plus internationale. Le caract ère
élevée. Pourtant, apparemment, rien ne pré- technopolitain du quartier est renforcé
disposait à ce renouveau. Certes, le quartier par l'implantation de grandes écoles et
de la Guillotière au nord de l'arrondissement d'un lycée international, le tout dans un
constitue un pôle d'attraction commerciale cadre architectural particulièrement
actif, mais ce n'est pas un phénomène nou- soigné.
veau et le dynamisme de ce quartier ne s'est
pas accentué. Bien que moins spectaculaire, le renou-L A L E T T R E
C'est le quartier de Gerland, situé au sud de veau du quartier de Vaise est tout aussi
l'arrondissement au delà de la barrière ferro- marqué. Il est situé hors du périmètre de
viaire, qui est à l'origine de ce renouveau. l'hypercentre et est très industriel. PlusINSEE Pourtant, les activités commerciales et les ser- encore qu'à Gerland, les friches indus-
Rhône vices de proximité y sont peu développés et trielles témoignent de l'évolution du
Alpes n'engendrent pas d'afflux de consommateurs. quartier. Pourtant le renouveau est là.
Le renouveau du quartier est fondé sur la Vaise est moins concerné par des grands
projets d'urbanisme, les nouvelles im-
plantations sont de moins grande tailleDes activités variées selon les arrondissements
qu'à Gerland. Mais elles sont également
assez nombreuses. Alors qu'il ne rassem-
Part du commerce de gros et des services aux entreprises ble que 6,5 % des établissements de la
dans les effectifs salariés du secteur privé ville, le neuvième arrondissement a ac-50
cueilli 11 % des locaux d'activité récem-Moyenne
ment construits.Lyon40 Les secteurs d'activité sont différents de
ceux de Gerland. Vaise attire particuliè-
30 rement les entreprises liées aux nouvel-
les technologies. Ainsi, deux des plus
grosses entreprises de services informa-20
tiques de la région, Infogramme et la
Cégid, sont en train de quitter leurs an-
10
ciennes implantations à Villeurbanne et
dans le cinquième pour des locaux flam-
0 bants neufs dans le quartier de l'indus-er ème ème ème èmeLyon 1 Lyon 3 Lyon 5 Lyon 7 Lyon 9
ème ème ème èmeLyon 2 Lyon 4 Lyon 6 Lyon 8 Villeurbanne trie à Vaise.
A Gerland et à Vaise toutefois, un desPart de l'industrie et de la construction
facteurs du renouveau semble bien être
dans les effectifs salariés du secteur privé
50 la présence, à côté du secteur industriel,
d'un important secteur de services aux
entreprises. C'est ce qui distingue ces40
deux quartiers, par exemple, du huitiè-
me arrondissement, très industriel lui
30
Moyenne aussi, mais plus orienté vers les com-
Lyon merces et services aux particuliers que
20 vers les services aux entreprises.
10 La poussée expansive de la ville se me-
sure encore mieux le long d'un long ru-
0 ban s'étalant de part et d'autre de la voie
er ème ème ème èmeLyon 1 Lyon 3 Lyon 5 Lyon 7 Lyon 9
ème ème ème èmeLyon 4 Lyon 6 Lyon 8 VilleurbanneLyon 2 ferrée allant du parc de la Tête d'Or, au
nord de Lyon, jusqu'au quartier de
Part du commerce de détail et des services aux particuliers Gerland, au sud. De 1999 à la mi-2000,
dans les effectifs salariés du secteur privé 36 % des locaux d'activité construits à
60
Lyon l'ont été dans le troisième arrondis-
sement.50
Aux abords de la gare de la Part-Dieu, le
boulevard Vivier-Merle à l'ouest et le40
quartier de la rue de la Villette à l'est, ont
Moyenne été complètement restructurés et bordés30 Lyon
d'immeubles de bureaux construits au
plus près de la voie ferrée, créant une20
homogénéité et un rapprochement
10 physique entre les deux rives de l'axe
ferroviaire et limitant ainsi son ef-
0 fet d'enclavement. La bande d'un kilo-er ème ème èmeèmeLyon 1 Lyon 3 Lyon 5 Lyon 7 Lyon 9
ème ème èmeème Lyon 4 Lyon 6 Lyon 8 VilleurbanneLyon 2 mètre englobant la voie ferrée est
aujourd'hui devenue le territoire de Lyon
Source : INSEE, Sirène au 1/1/1999 où la proportion de nouveaux établisse-ments est la plus importante.
Plus de la moitié des
établissements de cette zone
sont des services aux
entreprises, notamment de
conseil, avec une forte
implication dans les nouvelles
technologies.
Le renouveau du quartier de
la Part-Dieu et l'extension des
activités au delà de la voie
ferrée est le signe que le
verrou Brotteaux-Part- Dieu-
Gerland a sauté. Mais le
mouvement est récent. Au
milieu du XIXème siècle, après
avoir définitivement vaincu le
Rhône qui entravait son
développement à l'est, Lyon s'est
construit une barrière artificielle
matérialisée par une ligne de
fortifications allant en arc de
cercle du parc de la Tête d'Or au
quartier de la Mouche à
Gerland. Les fortifications ont
aujourd'hui disparu, mais elles
ont engendré la création de deux
espaces bien distincts,
physiquement et socialement.
Leur limite est aujourd'hui
encore matérialisée par la ligne
de chemin de fer et ses emprises
ainsi que par un ensemble
d'équipements lourds implantés
tout au long de cette ligne,
notamment du nord au sud : le
parc de la Tête d'Or, l'exgare des
Brotteaux, la gare de la Part-
Dieu, le fort Montluc, l'ex-
manufacture des tabacs, la
caserne Sergent Blandan et le
cimetière de la Guillotière.
Aujourd'hui, la frontière qui
matérialisait la rupture entre ces
deux espaces devient
progressivement le ciment qui
les réunit.
Jusqu'au début des années
1970, la zone dense de la rive
gauche du Rhône ne dépasse
guère la rue Vendôme, sauf au
nord, le long du cours Vitton.
Toute la zone située entre la rue
Garibaldi et le boulevard Vivier
Merle, occupée par une caserne
de cavalerie quasiment
désaffectée et des constructions
de mauvaise qualité, souvent des
hangars ou des entrepôts de
stockage, était peu active. Dans
les années 7080, c'est la partie
ouestdu ruban autour de la voie ferrée qui se Le développement des nouveaux services
développe. La création de la ZAC de la très technologiques complète une palette
Entre la Part-Dieu Part-Dieu dans le troisième arrondisse- d’activités déjà bien fournie avec le ter-
ment et le remplacement des immeubles tiaire haut-de gamme au centre-ville et leset Villeurbanne,
vétustes de l'est du quartier des Brotteaux activités industrielles à la périphérie.
les anciennes entraînent une densification de tout l'es- Gerland et Vaise fondent leur renouveau
pace jusqu'aux limites de la ligne de che- sur des activités modernes sans renier leurfortifications,
min de fer. Les services publics, les servi- tradition industrielle. La Part-Dieu déborde
puis la voie ferrée, ces administratifs des grandes entreprises de ses limites et devient un pôle décisionnel
et surtout les services aux entreprises en reliant le centre traditionnel et la banlieue etont constitué
forte croissance dès cette époque trouvent faisant le lien entre Lyon, Paris et l’étranger.
une barrière dans ces quartiers un lieu privilégié Les autres quartiers de Lyon et la périphérie
d'implantation. Mais ces activités restent restent cependant peu touchés directementjusqu'au début cantonnées à l'ouest de la voie ferrée. par ces mouvements.
des années 90. La partie est du ruban continue à voir dis- Au niveau de l’agglomération, les contras-
paraître ses implantations industrielles tes entre l’est et l’ouest restent très marqués.
sans voir arriver de nouvelles activités, ce De l’est de Villeurbanne à Vénissieux en
qui induit une intensification de l'effet de passant par l’est du troisième arrondisse-
barrière constitué par un ensemble de fri- ment et par le huitième, les implantations
ches industrielles, d'emprises de chemin d’activités liées aux nouvelles technologies
de fer et de casernes. ou de services aux entreprises restent fai-
bles.
Il faut attendre les années 1990 pour voir
sauter la barrière des voies ferrées. Pour
l'essentiel, le dynamisme de la zone est
impulsé par l'implantation spontanée d'ac-
tivités nouvelles au delà de la barrière.
Désertée par l'industrie, boudée par les
commerces et les services traditionnels,
mais particulièrement bien desservie par
les transports collectifs urbains et ferro-
viaire, cette zone constitue un espace pri-
vilégié de développement à mi-chemin en-
Note aux lecteurs
tre les parties ouest et est de la rive gau-
che. L'étude dont nous présentons les résultats dans
L A L E T T R E Au nord de ce ruban, à Villeurbanne dans ce numéro aborde pour la première fois le
le quartier du Tonkin, plus de 1 000 sala- thème du développement économique ana-
riés, souvent des cadres à fort pouvoir dé- lysé par la localisation précise des
établissements à l'intérieur du territoirecisionnel, travaillent boulevard de Stalin-INSEE communal. Cette approche permet une visiongrad et rue Guérin dans des établissements
Rhône plus fine et donc plus pertinente desou des sièges d'entreprises de conseil mon-
Alpes dynamiques urbaines et sectorielles. Le rôledialement connues. Pour la plupart ces
des services aux entreprises dans leétablissements se sont implantés depuis
développement des activités a été privilégié.
le début des années 1990. On trouve no- Trois quartiers, Gerland, Vaise et la Part-Dieu
tamment les implantations principales de sont ainsi identifiés. L'implantation d'autres
Ernst and Young (conseil), Deloitte et Tou- activités comme le commerce ou les services
che (conseil), le siège mondial de Adecco aux particuliers n'a pas été analysée, ce qui
(travail temporaire), Orfis (activités comp- explique que la dynamique des autres quar-
tiers de Lyon a été moins développée.tables)... Un peu plus au sud, Cap-Gémini,
la Semaly et Cégétel sont implantés place
Charles Hernu et cours Emile Zola dans le
INSEE Rhône-Alpes - 165 rue Garibaldiquartier des Charpennes.
Face à la gare de la Part-Dieu, les implan- 69401 Lyon cedex 03
tations sont encore plus récentes, dans les Tel : 04.78.63.28.15 - Fax : 04.78.63.25.25
bureaux construits rue de la Villette, rue Directeur de la publication : Etienne Traynard
Maurice Flandin et avenue Pompidou, Rédacteur en chef : Yvon Rendu
avec notamment Mapi SA (études de mar- Tarifs :
ché et sondages), Oda (support de publi- - 15 F le numéro (2,29 €)
cité)... Un quatrième pôle est implanté plus - Abonnement 10 numéros par an minimum
au sud, boulevard des Tchécoslovaques et (plus le bilan de l’année économique) :
cours Albert Thomas entre l'ex-manufac- France : 140 F (21,34 €)
ture des tabacs et le musée des frères Lu- Europe : 175 F (26,79 €)
mières avec notamment Soleri....
Reste du monde : 189 F (28,81 €)
Plus au sud encore, vers le huitième ar-
- Abonnement incluant INSEE Rhône-Alpes
rondissement et l'avenue Berthelot, l'es-
Résultats :
pace reste enclavé par la présence de la
France : 210 F (32,01 €)
caserne Sergent Blandan et le cimetière de
Europe : 262 F (39,94 €)la Guillotière. L'éloignement de la gare se
Reste du monde : 283 F (43,14 €) F.).fait sentir et les implantations de nouvel-
Dépôt légal n°1004, mai 1993les activités sont encore rares malgré la
© INSEE 2000 - ISSN 1165-5534présence de nombreux espaces
Imprimerie Auguste Cretindisponibles.