Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'année économique et sociale 2005 - Industrie-BTP

2 pages
Le chiffre d'affaires des entreprises industrielles franciliennes augmente de 6 % en 2005. Mais cette performance cache des situations contrastées. L'industrie des biens de consommation est dynamique, alors que l'activité dans les biens intermédiaires est en repli (- 2,4 %). Le chiffre d'affaires ne progresse que faiblement dans l'industrie automobile (+ 1,1 %) et se stabilise dans celle des biens d'équipement. Pour la 8e année consécutive l'emploi industriel est en recul en Ile-de-France. Aucun secteur industriel n'échappe à cette nouvelle dégradation. Après deux années d'évolution incertaine, le chiffre d'affaires dans le secteur du bâtiment et des travaux publics augmente de 2 %. Cette hausse s'explique en partie par le dynamisme du secteur des logements neufs. L'emploi salarié dans la construction progresse de 2 % alors qu'il est resté stable en 2004. En 2003, plus de 40 % des effectifs des chercheurs du secteur public et privé sont concentrés en Ile-de-France. Plus des deux tiers des dépenses de recherche sont assurées par les entreprises.
Voir plus Voir moins

26 Industrie, BTP
Evolution contrastée dans l’industrie,
croissance dans le BTP
ans le prolongement de 2004, Les pôles de compétitivitéCroissance de l’activité dans le
le chiffre d’affaires des entre- Face aux mutations économiques interna-bâtiment et les travaux publicsD prises industrielles francilien- tionales et nationales, la France a initié une
nes a progressé de plus de 6 % en 2005. politique industrielle destinée à accroître saEn 2005, le chiffre d’affaires du secteur
Cette bonne performance cache des capacité d’innovation et de compétitivitéde la construction a augmenté de 2 %
par la mise en place de pôles de compétiti-situations contrastées. L’industrie des en volume après deux années d’évolu-
vité. Ceux-ci regroupent des entreprises,biens de consommation, dopée par la tion incertaine. Cette hausse s’explique
des unités de recherche et des centres deconsommation des ménages, est dyna- en grande partie par le dynamisme du
formation engagés dans une synergie au-mique (+ 10,6 %) alors que l’activité dans secteur des logements neufs (+ 7,2 %),
tour de projets communs ou innovants.les biens intermédiaires se replie (- 2,4 %) l’activité est restée stable pour les bâti-
En juillet 2005, la Délégation interministé-face à la concurrence extérieure et à la ments non résidentiels.
rielle à l’aménagement et à la compétitivitéhausse des prix des matières premières et
des territoires (DIACT) a labellisé 67 pôlesL’activité a progressé de 1,3 % dans lede l’énergie. Le chiffre d’affaires ne
de compétitivité. L’Ile-de-France en ac-domaine des travaux publics grâce auxprogresse que faiblement dans l’industrie
cueille 4, dont 3 mondiaux (Systematic Pa-moyens engagés par l’Etat au titre duautomobile (+ 1,1 %), fortement concur-
ris Région, Meditech-Santé, Cap Digital) etcontrat de plan, en particulier pour lesrencée par les marques étrangères, et se
1 national (Ville et Mobilité Durables). La ré-
investissements routiers.stabilise dans l’industrie des biens d’équi-
gion francilienne contribue également à
pement (+ 0,1 %), malgré la bonne perfor- trois pôles interrégionaux : Cosmetic Val-L’emploi salarié dans la construction a
mance de l’aéronautique. ley, Mov’éo et Viandes et produits carnés.augmenté de 2 % en 2005, alors qu’il
Les acteurs des pôles bénéficient de sub-En 2005, le nombre de créations d’entreprises était resté stable en 2004.
ventions publiques pour les projets collabo-industrielles (hors IAA) diminue de 6,6 % en
ratifs entre grands industriels, PME etIle-de-France, alors qu’il ne régresse que de Les entreprises assurent
organismes de formation, ainsi que d’exo-
1,1 % tous secteurs confondus. les deux tiers des dépenses
nérations fiscales et charges sociales.
franciliennes de R&D Fin 2005, les premiers projets de R&DL’emploi industriel en baisse
collaboratifs des pôles franciliens ont fait
depuis 8 ans En 2003, plus de 40 % des effectifs des l’objet d’un financement à hauteur de 33,2
chercheurs du secteur public et privée millions d’euros des collectivités locales etL’année 2005 est la 8 année consécutive
sont concentrés en Ile-de-France (78 000 du Fonds de Compétitivité des Entreprisesde recul de l’emploi industriel en
chercheurs). 44 % des dépenses nationa- géré par la Direction Générale desIle-de-France. Dans un contexte économique
les de recherche y sont effectuées (14 Entreprises du ministère de l’Économie,
peu dynamique, le niveau des réductions
milliards d’euros). Plus des deux tiers de des Finances et de l’Industrie.
d’emplois est encore élevé (- 2,9 %), après
ces dépenses sont assurées par les
une diminution de 2,7 % en 2004, qui était Pour en savoir plusentreprises ; ce taux est légèrement
pourtant une année de reprise dans l’in- « Rapport CPCI 2005 : la faiblesse du dollarsupérieur à la moyenne observée en
dustrie. Aucun secteur industriel n’échappe à et la percée chinoise ont freiné la reprise »,France métropolitaine.
cette nouvelle dégradation de l’emploi. Parti- Sessi, ministère de l’Economie, des Finan-
culièrement concurrencés par les produits Le poids de la dépense intérieure de ces et de l’Industrie, Le 4 pages des statisti-
d’importation, les biens de consommation ques industrielles, n° 213, janvier 2006.recherche et développement (DIRD)
sont les plus touchés (- 6,8 %). Dans une « Les configurations régionales des activi-rapporté au PIB (3,2 %), la spécialisa-
moindre mesure, la baisse de l’emploi affecte tés de recherche et développement ention sectorielle de la recherche dans
également les biens intermédiaires (- 4,8 %) 2003 », Direction de l’évaluation et de lades secteurs de haute technologie, le
prospective DEP B3, ministère délégué àet les biens d’équipement (- 3,2 %), dont poids prééminent de la recherche des
l’Enseignement supérieur et à la recherche,l’activité est toutefois tirée par l’aéronau- administrations classent l’Ile-de-France
Note recherche 06.01-janvier.tique, les équipements pour l’internet haut parmi les régions à fort potentiel de re-
e www.competitivite.gouv.fr/débit et le téléphone mobile 3 génération. cherche avec Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes
« Les pôles de compétitivité au coeur deL’industrie automobile enregistre une di- et Provence-Alpes-Côte d’Azur.
l'industrie » :minution d’effectifs de 0,7 %, en rupture,
www.industrie.gouv.fr/portail/politiques/avec l’année 2004 où elle était le seul sec- ■■■■ Anne-Marie POINSOT
index_sompol_compet.htmlteur industriel à créer des emplois. Drire d’Ile-de-France
Insee Ile-de-France 2006 Regards sur... l’année économique et sociale 2005Evolution contrastée dans l'industrie, croissance dans le BTP
27
Le secteur du BTP en Ile-de-France Bilan économique des entreprises industrielles franciliennes
chiffre d'affaires en milliards d'euros évolution en %
2005/2004 2004 2005
2004 2005 (%)
Chiffre d'affaires 5,3 6,3
Total construction neuve 8,1 8,4 3,6'affaires à l'export 3,9 1,7
Locaux non résidentiels 4,0 4,0 0,0
Effectifs* -1,1 -3,9
Logements 4,1 4,4 7,2
Taux de marge brute d'exploitation** 7,9 7,9
Travaux sur bâtiments existants 13,3 13,4 1,0
*y compris intérimaires.Total bâtiments 21,4 26,2 2,0
**excédent brut d'exploitation/chiffre d'affaires.
Travaux publics 5,5 5,6 1,3
Source : Banque de France
Total B.T.P. 26,9 31,8 1,8
Production et demande* passées en Ile-de-FranceSource : Cellule économique pour la construction,
les travaux publics et les matériaux en Région Ile-de-France 60
40
Les tendances du marché régional des travaux publics
en millions d'euros courants
20
2005/20042004 2005
(%)
0
Voirie nationale Etat-Région 160 193 20,6
Autoroute concédée 100 90 -10,0
-20
Transport en commun 240 230 -4,2
Autres entreprises publiques 684 655 -4,2
-40Infrastructures des communes
1 924 2 015 4,7
et départements
Assainissement 597 570 -4,5
-60
Eau potable, traitement des déchets 590 585 -0,9 2003 2004 2005
Voirie et réseaux divers et autres 1 450 1 600 10,3
Production Demande
Autres entreprises privées (dt France
60 60 0,0 *carnet de commande.
Telecom) et publiques
Source : Insee, enquête mensuelle dans l'industrie
Total 5 805 5 998 3,3
Source : Cellule économique pour la construction,
Evolution des effectifs bruts industriels 2004-2005les travaux publics et les matériaux en Région Ile-de-France
variation (%) de chaque trimestre par rapport au même trimestre de
l'année précédente
%La R&D dans les entreprises sur la période 2001-2003
4
(moyenne sur 3 ans)
DIRDE en millions d'euros, effectifs en nombre de personnes
en équivalent temps plein recherche 2
Effectifs de R&D dont
Département DIRDE (milliers) chercheurs
0
Paris 421 4 547 3 051
Hauts-de-Seine 3 066 24 928 15 733
-2Seine-Saint-Denis 495 4 341 1 839
Val-de-Marne 659 5 017 2 451
Seine-et-Marne 513 3 711 1 705
-4
Yvelines 3 217 25 612 12 589
Essonne 1 197 9 745 4 874
Val-d'Oise 330 3 497 1 855 -6
Ile-de-France 9 896 81 397 44 098
France métropolitaine 21 422 189 980 94 806
-8
*y compris personnel de soutien à la recherche (administratif, technicien et ouvrier).
IAA Biens de Automobile Biens Biens Industrie*R&D : Recherche et Développement
consommation d'équipement intermédiairesDIRDE : Dépenses intérieures en recherche et dévelopement des entreprises
*hors énergie.
Source : ministère délégué à l'Enseignement supérieur et à la recherche,
enquête sur les moyens consacrés à la R&D dans les entreprises Source : Unedic
Insee Ile-de-France 2006 Regards sur... l’année économique et sociale 2005

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin