Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'approvisionnement en gaz naturel.

De
4 pages

Paquel (V), Tognola (J). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0064953

Ajouté le : 10 janvier 2009
Lecture(s) : 15
Signaler un abus
COMMSST GééL  DéVELOPPEMET DLE
26 Octobre 2009
Lapprovisionnement en gaz naturel
La consommation de gaz naturel s’est fortement développée ces vingt dernières années. Le gaz représente aujourd’hui le quart de l’énergie primaire consommée en Union européenne (UE) et 15 % en France. Il est principalement utilisé pour le chauffage, la production d’électricité et l’activité industrielle. Le déclin de ses réserves propres a conduit l’UE à accroître les importations de gaz, qui représentent 61 % de sa consommation. L’approvisionnement en gaz de la France est à ce jour diversifié. La Russie est notre quatrième fournisseur avec 15 % de nos importations derrière la Norvège, les Pays-Bas et l’Algérie. À l’échelle de l’UE, le gaz russe représente 45 % des importations et 30 % de la consommation : 80 % de ce gaz transite par l’Ukraine. La diversification des sources et des voies d’approvisionnement, qui passe par la construction de nouveaux gazoducs et le développement du gaz naturel liquéfié est un enjeu majeur, complémentaire des mesures d’efficacité énergétique qui devraient permettre de stabiliser la consommation de gaz à l’horizon 2020.
e nte aujourd’hui le quart de Lpl énrp eigrec eriamicéheamrm sLoeo n ls baonn ,dzagat nelurep rseréel etép ehc uq rdec prs lerove a s àlmixim yonen en Fraportatiod5 1s rtuee i%r éUf(n ie ee c)nE- pr o%n5n0éee  ioduUsnpeluen  q auêmemnnaue dedu o  erg.i eL.aé ndeermén  dF'rannticteaz nLe glee taruiosntsm gaz naturel a connu une expansion rapide dans les vingt qui était à peu près au même prix que le gaz entre 1987 dernières années pour la France comme pour l’UE : elle a et 1999, coûte aujourd’hui 40 % à 50 % moins cher. augmenté de 52 % en France (49 % en UE) entre 1990 et Le développement rapide de la consommation de gaz 2006, tandis que la consommation totale d’énergie primaire dans les années récentes tient aussi à ses qualités ne progressait que de 10 % en Europe et 20 % en France. physiques : il n’émet pas de particules, ni de dioxyde de Sa croissance a été très forte entre 1990 et 2004, mais elle soufre (SO2). Et surtout, argument devenu très important, semble se stabiliser depuis. il émet moins de carbone que les autres énergies fossiles : Le gaz a tendance à se substituer au charbon : en moyenne 0,65 tonne de carbone par tonne équivalent entre 1990 et 2006, la part du charbon (tourbe incluse) pétrole (tep) consommée, contre 0,83 tonne pour le dans le bouquet énergétique européen est passée de pétrole et 1,12 tonne pour le charbon. 27 % à 18 %, celle du gaz naturel de 18 % à 24 %, tandis Depuis 2008, en raison notamment du renchérissement que celles du pétrole et de l’électricité primaire restaient du prix du gaz (les prix des contrats long terme évoluent pour quasi stables. Ces évolutions sont observables dans tous l’essentiel comme les cours du pétrole avec un décalage de les pays. six mois), la demande européenne et française a tendance à
évolution de la demande nergtique totale dans certains pays europens
En Mtep 400
300
200
100
0
1990 2006 France
Gaz naturel
1990 2006 Allemagne
Charbon
1990 2006 Royaume-Uni
Pétrole
1990 2006 Italie
1990 2006 Espagne
1990 2006 Pologne
Électricité primaire Énergies renouvelables
Source : SOeS, d’après l’Agence internationale de l’énergie (AIE).
Service de l'observation et des statistiques
www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin