Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'emploi touristique dans le Nord-Pas-de-Calais

De
4 pages
Nous voici de nouveau en automne. Adieu coquillages et crustacés, la plage est abandonnée. Les saisonniers du tourisme s'en vont vers d'autres occupations, mais certains de leurs collègues de l'été continuent leur activité. Car le tourisme du Nord-Pas-de-Calais emploie quelque 26 000 salariés en hiver auxquels s'ajoutent plus 9 000 personnes au cœur de l'été. C'est à Lille et sur le littoral que travaillent principalement les professionnels du tourisme.
Voir plus Voir moins

NORD-P AS-DE-CALAIS
ROFILS
OCTOBRE 1998Prix : 15 francs N°11P
Nous voici de nouveau en automne. Estimation haute, estimationL’emploi salarié Adieu coquillages et crustacés, la basse
plage est abandonnée. Les saisonniers
Le tourisme étant un concept difficile
du tourisme s’en vont vers d’autres
à cerner avec netteté, cette estimation
occupations, mais certains de leurstouristique du est une vision maximale de l’emploi
collègues de l’été continuent leur touristique. Il s’agit d’une estimation
activité. (2)“haute” qui, pêchant par excès,
Car le tourisme du Nord-Pas-de- considère que la totalité des personnesNord- Calais emploie au maximum quelque pour qui ces salariés travaillent sont
26 000 salariés en hiver auxquels des touristes.
s’ajoutent plus de 9 000 personnes Il est également possible d’évaluer
au cœur de l’été. C’est à Lille et sur l’emploi touristique par une autre esti-Pas-de-Calais le littoral que travaillent principale- mation, dite “basse”. Elle correspond
ment les professionnels du tourisme. aux salariés qui travaillent essentiellement
pour des touristes, sans qu’aucune
Dans son acception la plus large, équivoque ne soit permise. Ainsi,
l’emploi dans le secteur touristique du quelque 8 900 salariés en moyenne
Nord-Pas-de-Calais peut être évalué vivent de façon absolue des atouts
à 29 700 salariés en moyenne sur touristiques du Nord-Pas-de-Calais. Ils
l’année 1996, ce qui représente 2,9% représentent 30% de l’estimation haute
Didier Castille
(1) et 0,9% de l’emploi total de la région.de l’emploi salarié total de la région .
La réalité de l’emploi touristique se situeDivision Synthèses économiques
donc entre ces deux limites, l’estimation
Une fourchette plutôt large pour l‘estimation “basse” qui est à coup sûr restrictive, et
erL’emploi touristique entre le 1 janvier l’estimation “haute” qui est probablement
et le 31 décembre 1996
abusive.
40 000 L’été, le tourisme génère
entre 6 700 et 9 400 emplois
35 000
supplémentaires
30 000
Cela va sans dire, l’activité touristique est
25 000 soumise à une forte saisonnalité estivale
ainsi que, par voie de conséquence sonEstimation haute
20 000
niveau d’emploi. Mais elle n’est pas la
15 000 seule activité salariée dans ce cas, loin
de là. Il apparaît en effet que, tous10 000
secteurs confondus, l’été est la période
5 000
Estimation basse de l’année qui rassemble le plus de
0 salariés : le niveau d’emploi en juillet et
Janv. Févr. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
La méthode conduisant aux estimations d’emploi août est supérieur de 8,4% à celui de
utilisées dans cette étude a été élaborée par
Source : Insee, CRT - Estimation de l’emploi salarié touristique janvier et décembre.l’Insee et le Comité régional de Tourisme du
direct - DADS 1996
Nord-Pas-de-Calais.
(1) Le niveau de l’emploi salarié total de la région est restreint au champ de l’exploitation des DADS. Il ne correspond pas
à celui des estimations d’emploi que publie annuellement la direction régionale de l’Insee et qui est calculé notamment à
l’aide de la source Unedic.
(2) Pour mieux comprendre les concepts d’estimations “haute” et “basse”, se référer aux notes méthodologiques.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00Mais il est clair que la saisonnalité de Grande-Synthe et Coquelles”, qui ras- Les espaces touristiques
l’emploi touristique est plus forte que semble en moyenne 36% de l’emploi Part du tourisme dans l’emploi salarié total des commune
et localisation des huit communes principales pcelle constatée sur l’ensemble de l’emploi touristique de la région, ne fait appel
salarié régional. Si l’on s’en réfère au qu’à 2 200 salariés supplémentaires,
champ de l’estimation “haute”, on soit 23% de l’accroissement global
Grande-Synthecompte au 31 juillet, 9 400 salariés de généré par le tourisme. Dunkerque
erplus qu’au 1 janvier (soit 37% de
Coquelles CalaisPar contre, au Touquet-Paris-Plage, dontplus). Ceux-ci représentent un peu
l’emploi vit du tourisme à hauteur de Boulogne-sur-Mermoins de 10% de l’afflux de main-
45% en moyenne annuelle, on fait appeld’œuvre saisonnier dans l’ensemble
à un contingent d’emplois saisonniersdes activités salariées régionales alors
plus imposant que ne le laisserait sup-que le tourisme ne contribue que pour
poser le poids de l’emploi touristique.3% à l’emploi salarié total au 31 juillet.
C’est également le cas, dans une
moindre mesure, de l’emploi touristique
Par définition, les emplois saisonniers
de Berck.
du tourisme constituent une partie
importante des emplois du champ de
Le tourisme en espace rural estl’estimation basse. C’est l’afflux estival
marginaldes vacanciers qui est à l’origine de Berck
Le Touquet-Paris-Plageleur embauche et leur activité est direc-
tement en relation avec les touristes. Plus encore que l’emploi dans son
ensemble, l’emploi touristique seAinsi, pour le seul champ de l’estimation
concentre dans les agglomérationsbasse, au 31 juillet, 6 700 emplois
s’ajoutent aux 6 600 comptabilisés au (97% contre 94%). Le tourisme ne Source : Insee, CRT - Estimation de l’emploi salarié touristique direct - D
er1 janvier. génère donc que très peu d’emplois
salariés dans les communes rurales.
Parmi celles-ci, en hiver, les quelqueEn résumé, et selon l’optique adoptée,
600 salariés en activité dans le tourismele tourisme en été, représente entre
ne représentent guère que 1% du1,2% (l’estimation “basse”) et 3,2% de
nombre total de salariés.l’emploi salarié total (l’estimation Faut-il baguer
“haute”).
Cela dit, l’expansion de l’emploi touris-
Bien avant de pouvoir évaluer et mieux connaître ceu
tique en été est relativement plus forte fondamentales qui s’imposent, même si la réponse semL’emploi touristique est concentré
dans les communes rurales (+62%) que et, par voie de conséquence, qu’est-ce qu’un “empl
à Lille et dans les grandes Rendons nous à Calais, ville côtière bien connue podans les agglomérations (+35%). Elle a
densité de sa population. Josette est employée dansagglomérations littorales cependant une incidence moins grande
salariée du tourisme ? Pour cela, il faudrait avoir un
sur l’emploi en zone rurale : les autres
de consommateurs locaux, de chauffeurs routiers de pa
activités y générant un afflux saisonnierSur le champ de l’estimation haute, faisant leur shopping sur une journée ou d’estivants
relativement plus important qu’en que le bermuda ou l’épuisette à crevettes, permette338 communes du Nord-Pas-de-Calais
aucune enquête statistique sérieuse ne recense les aagglomération, le tourisme ne contribuesont, en 1996, concernées de près ou
est une ville touristique et un restaurant est un dlà qu’à 5% de l’augmentation du volumede loin par l’emploi touristique. Parmi
En conséquence, Josette sera considérée, sans équiv
d’emploi total en été contre 10% encelles-ci, 8 en concentrent les trois Roger, le mari de Josette, quant à lui, travaille à
agglomération. quarts. La commune de Lille, à elle embauché pour les mois de juillet et août dans un
Roger est, sans équivoque, un salarié du tourisme.seule, emploie un tiers de la main-
d’œuvre touristique. Le tourisme profite à l’emploi
Jean, travaille lui aussi à Calais et de façon continue
local activité attire nettement moins de touristes qu’un re
L’emploi touristique de ces 8 communes penser que sa clientèle est composée majoritaireme
large point de vue, comme salarié du tourisme. importantes présente une saisonnalité Alors qu’en moyenne dans la région un
À Coquelles, Martine travaille elle aussi dans moins forte que la moyenne. En effet, salarié sur quatre réside sur la commune
Coquelles n’a pas de réelle vocation touristique ma
elles ne participent qu’à hauteur des de son lieu de travail, pour ce qui est Si Martine a pu trouver ce travail, c’est probablem
trois cinquièmes à l’accroissement des des emplois du tourisme, c’est le cas de d’œuvre ponctuel et saisonnier. Elle peut égale
effectifs touristiques entre l’hiver et l’été. comme salariée du tourisme. quatre salariés sur dix. On vient peu
Lille, en particulier, ne représente qu’un d’une autre zone d’emploi (moins d’un
En conséquence, le niveau d’emploi touristique de cquart de cet accroissement avec 2 300 cas sur cinq). Les saisonniers ne se
encadré par deux limites : l’une basse se réduisant à d
salariés supplémentaires. L’ensemble recrutent pas significativement plus en quatre salariés, Josette, Roger, Jean et Martine.
“Calais, Dunkerque, Boulogne-sur-Mer, dehors de la zone d’emploi.
130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAISdu Nord-Pas-de-Calais
L’Insee et le Comité régional de Tourisme s’associent dans une méthodees du Nord-Pas-de-Calais en moyenne annuelle en 1996
pour le nombre d’emplois salariés touristiques
L’Insee a mis au point une méthode pour évaluer l’emploi touristique et pour le décrire. Celle-ci
met en œuvre diverses sources d’informations statistiques dont la principale est l’exploitation
exhaustive des déclarations annuelles de données sociales (DADS). Celle-ci permet, notamment,
Part des salariés touristiques en %
(1)d’appréhender le niveau d’emploi au jour le jour, et ce pour divers secteurs d’activité et divers
communes sans emplois touristiques échelons géographiques.
moins de 20 L’idée de base est d’observer chaque établissement d’une zone géographique donnée selon trois
de 20 à moins de 40
axes : l’établissement est-il localisé dans une commune touristique, son activité principale est-elle
de 40 à moins de 75
liée au tourisme et enfin, l’évolution de son niveau d’emploi au cours d’une année est-elle soumisede 75 à 100
à une saisonnalité proche de celle de la fréquentation touristique ?
Dans le Nord-Pas-de-Calais, la direction régionale de l’Insee et le Comité régional de Tourisme
se sont associés pour, dans un premier temps, définir ensemble l’intensité touristique des communes
et l’intensité touristique des secteurs d’activité. L’un a apporté sa connaissance des sources
Lille statistiques et sa technicité, l’autre sa connaissance du milieu touristique. Dans un second temps,
conjuguant ces deux critères avec une éventuelle saisonnalité de l’emploi des établissements, des
règles de décision ont été appliquées pour évaluer les limites basse et haute de l’estimation.
Des outils pour une méthode d’estimation
L’intensité touristique des communes
Les communes de la région Nord-Pas-de-Calais ont été réparties selon quatre modalités d’inten-
sité touristique. Ainsi, elles peuvent être “très touristiques”, “moyennement touristiques”, “faible-
ment touristiques” ou “non touristiques”. Pour évaluer cette intensité, il a été tenu compte, pour
chaque commune :
• de sa capacité d’accueil en hébergements touristiques en 1996 rapportée à sa population au
DADS 1996
recensement de 1990 ;
• du nombre moyen d’emplois salariés des mois de juillet et août dans les hôtels implantés sur
son territoire (hôtels avec restaurant, hôtels de tourisme sans restaurant, hôtels de préfecture)
rapporté au nombre moyen du mois de novembre ;
• du nombre moyen d’emplois salariés de l’année dans la restauration (restauration de type
traditionnel, restauration de type rapide) rapporté à sa population au recensement de 1990 ;
• du nombre de ses chambres d’hôtel rapporté au nombre de ses résidences secondaires.
L’intensité touristique de certaines communes a parfois été affinée après arbitrage du CRT.les touristes ?
L’intensité touristique des secteurs d’activitéux qui travaillent dans le tourisme, il est des questions
mble tomber sous le sens. Qu’entend-on par “tourisme” Une liste d’activités représentatives du tourisme a été élaborée par l’Insee à l’échelon national. Pour
oi touristique” ? ce faire, les courbes d’évolution des rémunérations hebdomadaires versées par les employeurs ont
our son trafic transmanche, sa station balnéaire et la été observées par secteur d’activité (nomenclature en 700 postes). Ces évolutions ont été régressées
s un restaurant. Peut-elle être considérée comme une sur celle de la fréquentation touristique, elle-même approchée par les courbes d’évolution des rému-
ne idée précise de la nature de sa clientèle. S’agit-il nérations dans les hébergements collectifs les plus représentatifs (hôtels avec restaurant, exploitation
assage, de cadres en séminaire, de sujets britanniques de terrains de camping, autres hébergements touristiques). Les activités dont le lien statistique s’est
s amateurs de plage ? Certes quelques attributs, tels avéré important et significatif ont ensuite été classées selon quatre types d’intensité en fonction de
ent d’en avoir une idée mais, à notre connaissance, la valeur du lien. Elles peuvent ainsi être “totalement touristiques”, “fortement touristiques”, “moyen-
accessoires d’identification du touriste. Mais Calais nement touristiques” ou “faiblement touristiques”.
des lieux de consommation privilégiés du touriste. De plus, un groupe particulier d’activités a été constitué du fait de l’importance de leur lien, bien
voque, comme salariée du tourisme. qu’a priori leur rapport avec le tourisme soit assez lointain. Ces activités sont “généralement non
Coquelles, commune limitrophe de Calais. Il a été touristiques” mais certains de leurs emplois peuvent être générés par le tourisme (administrations
restaurant. Cette activité étant très liée au tourisme, publiques générales, activités hospitalières). Le Comité régional de Tourisme et les deux Comités
départementaux de Tourisme, en particulier, sont classés dans les “administrations publiques
générales”.
e, mais dans une station-service. Il est vrai que cette La liste des activité retenues au plan national a été affinée dans le Nord-Pas-de-Calais par un choix
estaurant mais, pêchant par excès, il est permis de “à dire d’experts”.
ent de touristes. Jean peut ainsi être considéré, d’un
Le caractère saisonnier d’un établissement
une station-service, mais seulement pour l’été.
Un établissement a un caractère saisonnier si son emploi journalier moyen au cours d’un des moisais bénéficie tant soit peu de l’attraction de Calais.
de juillet, août ou septembre est supérieur strictement à son emploi journalier moyen au cours dement que le tourisme a généré un besoin de main-
chacun des neuf autres mois.ement être considérée, d’un large point de vue,
ces quatre établissements au cours de l’été peut être (1) Le champ de l’exploitation des DADS couvre l’ensemble des employeurs et de leurs salariés, sauf les salariés de
deux salariés, Josette et Roger, l’autre haute atteignant l’agriculture et de la sylviculture, des services domestiques, des activités extra-territoriales et les agents des organismes
de l’État. D’autres sources ont été utilisées telles que le recensement de population de 1990 et les enquêtes de
fréquentation des hébergements touristiques homologués.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00Comment sont établies les estimations ?
Chaque établissement ayant été repéré par l’intensité touristique de sa commune d’implantation,
l’intensité touristique de son activité principale et son caractère saisonnier, les emplois pris en
compte dans les estimations se répartissent comme suit :
L’estimation basse : les salariés essentiellement concernés par le tourisme
Josette + Rogerintensité touristique de intensité touristique de
l’activité la commune Emplois l’activité la commune
(1)“saisonniers”
totalement fortement et moyennement
ou ou!` et etfortement trèset fortement ou faiblement
ou
moyennement trèset
ou
faiblement trèset
ou
généralement non trèset
L’estimation haute : les salariés potentiellement concernés par le tourisme
Josette + Roger
!`
+ Martine+ Jean
intensité touristique de intensité touristique de
Emplois l’activité la commune l’activité la commune
(1)“saisonniers”
fortement et moyennement moyennement moyennementet
ou! `
fortement et faiblement
ou
Rectificatif de l’encadré
moyennement très “Pour comprendre ces résultats” et
de Profils n°10, septembre 1998
L’extension de l’échantillon de l’enquête 1996
(1) Un emploi saisonnier est un emploi temporaire créé dans un établissement à caractère saisonnier durant une a été financée par la direction régionale de
période correspondant à un surplus d’embauches. Celle-ci est plus ou moins large selon l’activité économique et l’Équipement et le Conseil régional du Nord-
le site d’implantation de l’établissement. Pas-de-Calais, à la demande de l’Observatoire
régional de l’habitat et de l’aménagement
(Orha). La mention exacte des sources des illus-
trations est “Insee, Orha - Enquête logement”
sauf pour la carte de définition des bassins de
Pour en savoir plus source Orha.
• Les salariés du tourisme dans le Nord-Pas-de-Calais - Insee - Profils Nord-Pas-de-Calais, à paraître.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Daniel HUART - Service Études Diffusion : François HOUSSIN
Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE
Vente : Bureau de vente, 130 avenue J.F. Kennedy - BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00
CPPAD en cours - ISSN 1269-0260 - Dépôt légal novembre 1998 - © Insee 1998 - Code Sage PR0981120 - UNIVERS LILLE Tél : 03 20 63 10 07
130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS