La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

LE FLASH
Octant
Numéro 75 - Septembre 2002Territoires
La Communauté d’agglomération de Vannes
La Communauté d'agglomération vannetaise comprend 20 communes et
regroupe 107 800 habitants en 1999. Son développement économique et sonLes IRIS 2000
attrait résidentiel expliquent son dynamisme démographique entre 1990 et
1999.
Zone rurale Nord-Est
Zone d'activité
de Kerniol Comme ailleurs, la taille des ménages a diminué, le nombre de personnes
Saint Guen
Bilaire
Ménimur
Nord seules s'est accru et l'âge moyen des habitants aMénimur
Sud
Zone d'activité Kérquer / Nord Gare augmenté.
de KerLann Le Bondon
Caserne
Zone rurale Nord- estGrande muraille Des spécificités sociales, fortement liées au type
Rohan
VANNES Beaupré / La landeIntra d'habitat se dégagent selon les quartiers malgré un
muros
Le Pargo / La Mare Péricentre- ZI du Prat
Péricentre-EstOuest
Bernus / Kergypt certain brassage sur l'ensemble du territoire. En
Kercado Ouest
Rive
gauche Tohannic
Kercado particulier dans les quartiers à habitat social dense, lesdu Port
Est
Trussac
actifs sont moins diplômés, ils occupent moins souvent un
Parc des
Cliscouët expositions
emploi stable, et le taux de chômage est important. Ces constats sont en
Conleau
Estuaire
du Vincin fait l'illustration du rôle joué par le parc social : fournir un logement auxPointe
de Rosvellec
personnes les plus démunies, notamment celles qui ont des difficultés
d'insertion sur le marché du travail.
Évolution de la population (indice 100 en 1901)a Communauté d’ag-L glomération vannetaise est 250
composée de 20 communes avec
Vannes pour ville-centre. Elle fait
200figure de locomotive pour le
département tant pour la crois- Communauté d’agglomération de VANNES
sance démographique que pour le
150développement économique.
Un pôle dynamique
100
MorbihanLa Communauté d'agglomération
regroupe 107 800 habitants en
50
mars 1999, soit 13 900 de plus
qu'en 1990. Son dynamisme
démographique a contribué pour 0
58 % à l'augmentation du nombre 1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000
d'habitants du Morbihan.
Source : INSEE - Recensements de la population
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH7564 - PRIX : 2,20€La croissance démographique est Une population relativement Les zonages infracommunaux à l’Insee
due à la fois à un excédent naturel jeune mais qui vieillit
- L’ÎLOT est la cellule élémentaire de collecte de l’information duet à l'attrait migratoire. Entre 1990
recensement de la population et d’agrégation des données statistiques. IlLa population de la Communautéet 1999, ilyaeu plus de naissances
est constitué d’un pâté de maisons, dont les contours sont clairementd'agglomération est plus jeune queque de décès (11 900 naissances,
identifiés par des voies, sa taille peut varier de quelques logements àet 6 900 décès) apportant 5 000 la moyenne départementale : 38
plusieurs centaines de logements.personnes supplémentaires à la ans, contre presque 40 dans le
- L’IRIS2000 est un regroupement d’îlots entiers, effectué principalementCommunauté d'agglomération. Morbihan. En tant que pôle urbain
suivant les caractéristiques de l’habitat (collectif ou individuel, ancien ouet pôle d'emploi, la CommunautéDans le même temps, le solde
récent, par exemple) et de l’utilisation du bâti (résidentiel ou profession-d'agglomération abrite plutôt desmigratoire s'est élevé à 8 900
nel). Il constitue la “ brique de base ” de la diffusion des données dufamilles d'actifs soucieux d'habiterpersonnes, prolongeant ainsi une
recensement, pour tous les publics utilisateurs (privés ou publics).tendance longue de plus de 40 ans. à proximité de leur lieu de travail :
Cet excédent est constitué de parmi les 107 800 habitants de la
familles d'actifs et de retraités, Communauté d'agglomération,
Taille des ménages dans la Communauté d’agglomération de VANNEStraduction d'une vitalité écono- 47 % ont entre 25 et 60 ans (2
points de plus que dans le 40mique et d'un attrait résidentiel.
1990 1999Morbihan) et 33 % ont moins de 25
35Ce dynamisme démographique est ans (3 points de plus). En contre-
donc en partie lié au développe- partie, les personnes âgées de plus 30
ment économique du territoire. Sur de 60 ans sont proportionnelle-
la décennie, plus de 6 100 emplois ment moins nombreuses (20 % 25
ont été créés, portant le nombre contre 25 %). Le nombre de jeunes
% 20d'emplois dans la Communauté est renforcé par la présence
d'agglomération à 48 400 en mars d'écoles supérieures et de pôles
151999 : c'est plus de 41 % de la universitaires : parmi les 5 000
création nette d'emplois du étudiants qui résident dans la 10
département. Ce résultat est Communauté d'agglomération,
d'autant plus notable que le 54 000 y font aussi leurs études
Morbihan a créé beaucoup (3 600 à Vannes et 400 à Arradon).
0d'emplois au cours des années 90 : Pôle de dynamisme et relativement 12 34 5 et +eil se classe au 23 rang des jeune au regard de la situation du
départements français. La place de Source : INSEE - Recensements de la populationMorbihan, la Communauté
la Communauté d'agglomération d'agglomération vannetaise a
Type de logement dominant selon le territoire (cf tableau page 6)dans le département a progressé toutefois connu, au cours de la
sur la décennie. Elle représente, en Zone artisanaledécennie 90, des évolutions Type de logement ou industrielleMonterblanc1999, 20 % de l'emploi du démographiques conformes à Saint-NolffHabitat individuel ElvenMorbihan (contre 19 % en 1990). celles relevées dans le département Saint-AvéHabitat social dense Meucon
et plus généralement au niveau Collectif privé
Habitat mixte VannesL'emploi se tertiarise national : la population a vieilli. La
moyenne d'âge a augmenté de 2,5 PlescopPlescopet reste concentré à Vannes
ans, soit un peu moins que dans le
TTreffléanreffléanPloerenPloerenEntre 1990 et 1999, dans la Morbihan. Le nombre de person-
Communauté d'agglomération, nes de plus de 60 ans a augmenté
l'emploi a baissé dans la construction de 5 400 pour atteindre 21 200. Baden
et l'agriculture, s'est maintenu dans Dans le même temps, le nombre
l'industrie et a fortement progressé des jeunes de moins de 25 ans est Sulniac
dans le tertiaire (+ 7 000 emplois sur resté stable autour de 35 500 TheixArradon
la décennie). Comme ailleurs la personnes. Toutes les communes La Trinité-SurzurSéné
tertiarisation de l'emploi s'est ont été confrontées à ce vieillisse- NoyaloNoyalo
Ile-d'ArIle-d'Arzz
poursuivie. En 1999, plus de 80 % ment. Il est plus accentué dans
Larmor-Baden
Surzurdes emplois de la Communauté celles qui ont perdu des habitants
Le Hézod'agglomération sont concentrés sur la décennie comme Saint-Nolff,
Source : INSEE-Recensementsdans les services ou le commerce, l'Ile d'Arz, La Trinité Surzur.
avec notamment 24 % dans
l'éducation, santé, action sociale.
L'emploi a augmenté dans 14
communes sur les 20, avec Population des ménages selon le mode de cohabitation dans la Communauté
notamment 4 400 créations nettes de l’agglomération de VANNES
à Vannes, 550 à Theix, 380 à Séné,
Variationet 320 à Ploeren. Pour cette 1990 1999 1990/1999 (%)
dernière commune, la croissance
Ménages d'une personne 16,312 671 14 736du nombre d'emplois atteint 45 %.
A l'inverse, l'emploi a légèrement 3 244 5 485 69,1dont : homme seul
diminué dans 6 communes :
53,9femme seule 6 011 9 251Meucon a connu la plus forte
78 482 87 351 11,3baisse, avec une cinquantaine Familles
d'emplois en moins en 1999 par 28,2dont : familles monoparentales 6 832 8 761
rapport à 1990.
homme seul et enfant(s) 2 653 3 337 25,8
Vannes concentre 72 % des
29,8femme seule et enfant(s) 4 179 5 424emplois de la Communauté
d'agglomération, pourcentage Couples avec enfants 55 784 56 732 1,7
stable par rapport à 1990. A titre de Couples sans enfant 15 828 21 858 38,1
comparaison, Saint-Brieuc
Hors famille, ménage de plus d'une personne 12,42 403 2 701regroupe 57 % des emplois de la
Ensemble des personnes vivant dans un logement ordinairecommunauté d'agglomération 90 101 104 788 16,3
briochine. Source : Insee, recensements de la population
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 75 - Septembre 20022décohabitation dans les ménagesUne taille des ménages
Cet article reprend les éléments d'une étude des quartierset la baisse de la fécondité.qui diminue
de la Communauté d'agglomération de Vannes,
Au total, 63 % des résidences Quartiers réalisée par l'Insee en partenariat avec la Mairie de Vannes.
principales sont habitées par des à habitat individuel :
ménages de petite taille (une ou accession à la propriété et
deux personnes). Comme ailleurs,
peu de précarité au travail
leur proportion a nettement
progressé au cours de la décennie Les maisons individuelles prédomi- Population de la Communauté d’agglomération de VANNES
au détriment des ménages plus nent dans toutes les communes de la qui réside en 1999 dans le même logement qu’en 1990
grands. Les ménages d'une Communauté d'agglomération sauf
Part de la population
personne sont nettement les plus à Vannes qui compte seulement Monterblancdans le même logement Saint-Nolff Elvennombreux : 33 % des logements quatre quartiers pavillonnaires sur Saint-Avé55 à 65 Meuconsont occupés par des personnes les 29. Dans ces territoires vivent
45 à 55
seules, c'est 6 points de plus qu'en près de 67 000 personnes, soit 62 % Vannes35 à 45
1990. Il s'agit d'abord d'une des habitants de la Communauté
Plescop10 à 35conséquence de l’augmentation de d'agglomération. Les signes de
la proportion des personnes âgées difficultés d'accès au marché du Treffléan
mais aussi d'une augmentation du travail y sont moins forts. Les actifs
nombre de personnes qui vivent résidants occupent moins souvent
Baden
seules à tout âge pour des raisons un emploi précaire (contrat à durée
diverses : évolution des comporte- déterminée, intérim ou emploi Sulniac
ments, divorces, allongement de la aidé). Dans toutes ces communes TheixArradon
durée des études.... ou quartiers, la proportion de La Trinité-SurzurSéné
Les ménages de deux personnes chômeurs dans la population active Noyalo
Ile-d'Arzsont aussi plus présents : 30 % est inférieure à 10,5 %, à l'exception
Larmor-Badencontre 27 % en 1990. Le nombre de Kerquer/Nord-Gare à Vannes Surzur
Le Hézode personnes vivant en couple sans (16,5 %) et l'Ile d'Arz (22,4 %). Ces
enfant a augmenté de 38 % (27 % deux taux de chômage élevés sont Source : INSEE-Recensements
au niveau du département), cette liés, pour le premier à la présence de
situation concerne en 1999 plus logements HLM (21 % des
d'un habitant de la Communauté du quartier), et pour l'Ile
d'agglomération sur cinq. La Proportion de chômeurs parmi les actifs (en emploi et au chômage)d'Arz, à ses simples caractéristiques
dans la Communauté d’agglomération de VANNES en 1999diminution de la taille des ménages géographiques. Sur l'ensemble de la
est aussi la conséquence du recul Communauté d'agglomération, la
% de chômeurs dans
Monterblancdes familles nombreuses, surtout de proportion de chômeurs est de la population active
Saint-Nolff Elven
celles de cinq personnes et plus qui 10,8 %. Saint-Avé
Meucon20 à 27se raréfient (8 % des ménages en De façon liée à ces signes de
15 à 201999 contre près de 12 % en 1990). stabilité professionnelle, les Vannes
10 à 15Dans le même temps, la hausse du Plescopménages ont souvent accédé à la
0 à 10nombre de personnes vivant en propriété : 73 % des ménages sont
Treffléanfamilles monoparentales a été plus propriétaires de leur logement,
vive (28 %). contre 57 % en moyenne dans la
Enfin, la progression du nombre des Communauté d'agglomération. La Baden
personnes vivant en couple avec proportion dépasse 80 % dans 6
enfants a été de près de 2 %, cette communes et notamment à Sulniac
hausse contraste avec la forte Meucon (85 %). Le renouvelle- TheixArradon
baisse observée dans l’ensemble du ment de la population a aussi été La Trinité-SurzurSéné
Morbihan (-8 %). La forte plus limité : 50 % des habitants ont Noyalo
Ile-d'Arz
croissance démographique de la emménagé dans leur logement au
Larmor-BadenCommunauté d'agglomération, et cours de la décennie, Surzur
Le Hézoson attractivité pour les familles contre 64 % ou plus dans les autres
Source : INSEE-Recensementsd'actifs, a permis de compenser la espaces.
Nombre d’habitants et population active selon le type d’habitat - Communauté d’agglomération de VANNES 1999 -
Nombre Actifs Taux
Chômeurs de chômaged’habitants en emploi
Habitat individuel dominant 66 945 27 627 2 662 8,8
Habitat social dense 10 403 3 828 916 19,3
Habitat collectif privé dominant 13,113 606 5 851 880
12,3Habitat mixte 14 002 5 151 723
VANNES 107 841 43 762 5 277 10,8
Source : Insee, recensement de la population 1999
%Conditions d’emploi des actifs ayant un emploi selon le type d’habitat - Communauté d’agglomération de VANNES 1999 -
Fonction CDI ActifsEmplois NonApprentis Stagiaires Intérim CDD publique privés salariés en emploiaidés
1,3 0,5 1,2 1,6 7,1 22,6 52,4 13,4 100Habitat individuel dominant
Habitat social dense 1,5 1,2 2,9 3,7 10,9 21,3 54,5 4,2 100
2,1 2,0 1,5 2,7 10,8 18,4 50,6 11,9 100Habitat collectif privé dominant
1,2 1,0 1,2 1,8 8,2 24,6 49,4 12,6 100Habitat mixte
VANNES 1,4 0,8 1,4 1,9 8,1 22,9 51,3 12,2 100
Source : Insee, recensement de la population 1999
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 75 - Septembre 20023Les actifs sont plus souvent nombreux et représentent 55 % immobilier dans ces quartiers àQuartiers à habitat
qu'ailleurs en situation de précarité des nouveaux arrivants, c'est 10 habitat mixte : plus de 34 % dessocial dense :
pour l'accès au marché du travail. points de plus que dans les autres logements du parc 1999 ont étéune population jeune
La proportion de chômeurs types de quartiers. Ce sont achevés au cours de la décennie
et moins d'emplois stables dépasse 19 %, contre 11 % en généralement des jeunes actifs à la 90. Par suite, le renouvellement de
Les quartiers où l'habitat social est moyenne dans la communauté recherche de leur première la population a été important :
dense, recoupent assez nettement d'agglomération. Les contrats expérience professionnelle, ou 66 % des habitants ont emménagé
les territoires définis prioritaires courts sont aussi plus fréquents, plutôt en début de vie active. Ils entre 1990 et 1999. L'ensemble est
dans le contrat de ville de Vannes notamment les emplois aidés. Au sont peu ou pas accompagnés, cependant très hétérogène, entre
epour le XI plan. Les cinq quartiers final, 33 % des actifs de ces n'ayant pas encore constitué de Tohannic où cette proportion est de
sont situés au Nord et au Sud de la quartiers sont au chômage ou en famille. Les étudiants sont aussi 87 % (ce quartier est quasiment né
commune. 10 400 personnes y emploi précaire. Cette proportion plus présents qu'ailleurs ; 1 300 entre 1990 et 1999), et Le Pargo/La
atteint 41 % à Kercado Est et 39 % sont arrivés au cours de la décennie Mare, Rohan et Bernus/Kergypt oùrésident en mars 1999, soit 10 %
à Ménimur Nord. Le fait de trouverdes habitants de l'ensemble de la (13 % des nouveaux arrivants). environ 60 % de la population sont
Communauté d'agglomération. une proportion plus élevée de des nouveaux arrivants.
La situation sur le marché du travailDans ces espaces, la population est chômage et d'emplois aidés dans En moyenne, 46 % des nouveaux
des actifs qui vivent dans cesplus jeune que dans la les quartiers à habitat social dense arrivants dans les quartiers à
Communauté La est en fait la traduction que le parc quartiers à habitat collectif privé est habitat mixte sont des actifs. Ils sont
HLM joue son rôle : fournir un intermédiaire entre celle des accompagnés par leur famillemoyenne d'âge est souvent proche
logement aux personnes les plus quartiers pavillonnaires et celle des (conjoint et enfants). De sorte quede 32 ans, elle s'abaisse même à 29 à habitat social dense. Laans à Kercado Est et Ménimur Nord, démunies, donc entre autres celles ces mobilités professionnelles
proportion de chômeurs atteintoù près de 30 % des habitants ont qui ont des difficultés d'accès à un expliquent 84 % des migrations,
13 %, et 15 % des actifs ré-moins de 15 ans. Ce sont des emploi stable. Les actifs de soit un pourcentage voisin des
quartiers familiaux, avec propor- Cliscouët - quartier à habitat sidents qui travaillent ont un quartiers pavillonnaires.
récent, constitué à 58 % de emploi de courte durée. Ces Bernus/Kergypt se démarque avectionnellement peu de couples sans
logements HLM - se démarquent emplois précaires sont plus une proportion de moins de 66 %,enfant (25 % contre 42 % en
souvent qu'ailleurs des contrats àmoyenne dans la Communauté nettement, avec un taux de du fait de l'arrivée d'étudiants
durée déterminée, occupés par ded'agglomération) et à l'inverse, plus chômage plus faible (11 %) et 14 % (23 % des nouveaux arrivants).
jeunes diplômés du supérieur lorsde couples avec enfants et de de contrats précaires parmi les La situation des actifs sur le marché
familles monoparentales. Ces actifs résidents en emploi. des premiers emplois (63 % des du travail est proche de la moyenne
dernières, prioritaires pour actifs en CDD ont moins de 30 ans, de la Communauté
Quartiers à habitat contre 49 % en moyenne dans la d'agglomération tant pour le tauxl'attribution de logements sociaux,
Communauté d'agglomération).représentent en moyenne 30 % des collectif privé : davantage de chômage (12 % de la popula-
familles (12 % dans la tion active en mars 1999), que pourde personnes seules
Communauté d'agglomération). le taux d'emplois précaires (11 %Quartiers à habitat mixte :et un fort renouvellement
Ce sont des quartiers essentielle- des actifs en emploi ont un contratdes quartiers en essorde la population
ment locatifs, par nature même du à durée déterminée, un poste
d'intérim ou un emploi aidé).parc HLM. Ils se caractérisent par Dans cinq quartiers vannetais, Six quartiers vannetais ont un parc
un fort renouvellement de la l'habitat collectif privé est immobilier mixte, avec quasiment
population : 64 % des habitants dominant. Ils abritent 13 600 autant de maisons individuelles Chômage : de 1990 à 1999
sont arrivés au cours de la personnes soit près de 13 % des que de logements en collectif privé. l'écart s'accroît
décennie. Or, ilyaeupeu de habitants de la communauté 14 000 personnes y vivent, soit entre les territoires
constructions nouvelles : 8 % des d'agglomération. Dans ces 13 % de la Communauté
logements ont été achevés au cours espaces, 57 % des résidences d'agglomération. Le profil des Dans la Communauté
des années 90, contre 23 % dans la principales sont occupées par des habitants se situe dans une position d'agglomération, la proportion de
communauté d'agglomération ; personnes seules (contre 33 % intermédiaire entre celui des chômeurs dans la population active
ces logements récents sont dans la communauté en 1999 est de 10,8 %, en légèrequartiers à dominante collectif
quasiment tous situés dans le d'agglomération). Moins privé et celui des territoires progression depuis 1990.
quartier Cliscouët. Le renouvelle- présentes, les familles sont surtout pavillonnaires. L'évolution est légèrement moins
ment des habitants est la traduction des couples sans enfant (55 % des 48 % des ménages sont propriétai- favorable que dans l'ensemble du
d'une vive rotation dans des familles soit 14 points de plus que res de leur logement. De nombreux département, où la proportion de
logements existants, alors que dans la moyenne de la communauté programmes ont étoffé le parc chômeurs a baissé de 0,5 point pour
les autres espaces les nouveaux d'agglomération). L'Intra-Muros se
arrivants ont en partie emménagé démarque, avec une proportion un
dans des logements construits au peu plus faible (44 % de couples
Évolution du chômage dans la Communauté d’agglomérationcours de la décennie 90. Par sans enfant), et en contrepartie,
de Vannes entre 1990 et 1999
ailleurs, 42 % des nouveaux plus de familles monoparentales
Variationarrivants habitaient déjà à Vannes (21 % contre 14 % en moyenne
Monterblancdu taux de chômageen 1990, ils ont donc simplement dans ce groupe). Dans ces espaces, Saint-Nolff Elvenentre1990 et 1999
Saint-Avéchangé de logement dans la ce sont plus de 83 % des logements Meucon
commune. Cette proportion est qui sont occupés par des ménages + 4 points
Vannesnettement plus forte que dans les de petite taille (une ou deux + 1 point Plescop
autres territoires de la personnes).
- 1 point
Communauté d'agglomération Moins de 34 % des ménages sont
Treffléan
(elle est par exemple de 25 % dans propriétaires de leur logement. Ce
les quartiers à habitat collectif privé sont des quartiers où la population
Badendominant). Les familles d'actifs se renouvelle très vite et n'accède
représentent près de 90 % des donc pas à la propriété lors de son
Sulniacnouveaux arrivants, c'est 5 à 10 installation (72 % des habitants ont
TheixArradonpoints de plus que dans les autres emménagé dans leur logement
La Trinité-SurzurSénétypes de quartiers. Cette proportion entre 1990 et 1999).
Noyaloatteint même 97 % à Kercado Est et Contrairement aux quartiers à Ile-d'Arz
Ménimur Nord. De plus, ces actifs habitat social dense, les nouveaux Larmor-Baden
Surzursont jeunes avec plutôt de très arrivants habitaient en 1990
Le Hézo
jeunes enfants et relativement peu essentiellement hors de la
Source : INSEE-Recensements
d'adolescents. commune. Les actifs sont
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 75 - Septembre 20024se fixer à 11,3 % en 1999. A dans les deux quartiers de dense est une nouvelle fois HLM, ils sont alors remplacés par
l'intérieur de la communauté Kerquer/Nord Gare, Le Pargo/La l'illustration du rôle du parc HLM. des ménages en situation difficile,
d'agglomération, les variations du Mare aux profils très différents. En Dans ces quartiers, certains avec notamment des chômeurs ou
chômage ont été très différentes, et revanche, le chômage est resté habitants qui ont trouvé un emploi, des actifs en emploi précaire,
les écarts entre les territoires se sont stable dans les territoires pavillon- ou qui ont amélioré sensiblement faiblement rémunérés. Le recense-
accrus. La proportion de chômeurs a naires, où seule l'Ile d'Arz se leur situation professionnelle, ment de la population ne permet
globalement augmenté dans les singularise très nettement avec une quittent leur logement pour un pas de mesurer ces phénomènes,
quartiers où elle était déjà élevée, forte progression du taux de autre, situé dans un quartier mais le maintien d'un taux de
avec notamment plus 4 points à chômage sur la décennie. correspondant un peu plus à leurs chômage élevé ne doit pas être
Kercado Est et Ménimur Nord. La L’augmentation du chômage dans souhaits. Compte tenu du rôle social interprété comme une situation
hausse a été supérieure à 3 points les quartiers où l'habitat social est conféré aux logements du parc figée des habitants de ces quartiers.
Le paysage social de la Communauté d’agglomération de VANNES
Sur la dernière décennie, le paysage social de la communauté
Évolution des catégories socioprofessionnelles des habitants de plusd'agglomération s'est modifié dans le même sens que celui du
de 15 ans de la Communauté d’agglomération de VANNES nombredépartement et de la Région. La tertiarisation de l'emploi se poursuit
20 000avec une progression importante du nombre des cadres et des
1990professions intermédiaires non techniques. Par exemple, 4 800 cadres 18 000
ou intellectuelles supérieures habitent dans la 199916 000
Communauté d'agglomération en 1999, en hausse de plus de 22 % 14 000
(26 % au niveau de la Bretagne). Ils représentent désormais 7 % des
12 000
habitants de plus de 15 ans, contre 5 % pour la région. La progression
10 000des effectifs a été aussi vive pour les employés résidents : + 2 900
8 000personnes en neuf ans, soit + 21 %. A l'image de la Bretagne, la
progression a été forte pour les employés de commerce, les employés 6 000
civils et surtout les personnels de services aux particuliers. 4 000
En 1999, la Communauté d'agglomération compte près de 18 700 2 000
retraités, nombre en hausse de 39 % par rapport à 1990. C'est la
0
catégorie sociale la plus représentée. Près de 36 % des retraités sont des
anciens employés, et 18 % des anciens ouvriers. Dans cette catégorie
les femmes sont majoritaires (53 %), reflet de la montée de l'activité
féminine depuis de nombreuses années et de leur longévité.
Source : INSEE - Recensements de la population
Un certain brassage social dans les quartiers
Typologie des quartiers selon les catégories socioprofessionnelles
et le taux de chômage
Note méthodologique : les quartiers et communes de la CommunautéMonterblanc
Saint-Nolff Elven d'agglomération de Vannes ont été regroupés selon une classification
Saint-Avé
Meucon ascendante hiérarchique à partir des catégories sociales des personnes
de référence des ménages. Chaque classe est représentée par une
Vannes
couleur différente .Plescop
Treffléan
Baden
Sulniac
TheixArradon
Séné La Trinité-Surzur Guide de lecture : dans les territoires représentés en orange sur la
Noyalo
Ile-d'Arz carte, 38,4 % des personnes de référence des ménages sont retraités,
contre en moyenne 28,6 % dans la Communauté d'agglomération.Larmor-Baden
Surzur
Le Hézo
Source : INSEE-Recensements
en %
Part très Retraités, Sans Ouvriers, Cadres et Employés et CommunautéOuvriers Non salariés,forte cadres et activité employés et professions professions d’agglomé-Retraités et chômage ouvriers,de chômage profession- chômage intermé- intermé- ration defaible retraitésretraités très bas nelle élevé diaires diaires Vannes
Artisans, commerçants, agriculteurs 12,5 3,6 7,3 4,0 2,2 8,0 12,4 6,2 1,9 6,2
Cadres et professions intellectuelles supérieures 0,0 7,1 13,3 10,9 2,6 8,9 4,1 25,5 5,3 9,7
6,3 12,7 15,6 17,0 10,7 18,6 12,6 28,0 22,9 16,2Professions intermédiaires
Employés 0,0 17,4 9,3 15,7 26,6 13,1 8,9 8,7 30,7 14,3
Ouvriers 6,3 12,2 10,0 10,3 27,6 21,3 23,4 6,8 18,8 15,2
Retraités 53,1 38,4 36,3 24,6 20,0 26,3 33,2 16,1 15,3 28,6
21,9 8,6 8,2 17,5 10,3 3,9 5,3 8,7 5,1 9,8Sans activité
Taux de chômage 12,9 10,5 5,0 10,1 17,3 4,3 6,2 6,3 6,7 7,7
Nombre de personnes 232 7 465 23 909 23 738 8 625 29 522 8 196 1 491 1 778 107 841
Les zones industrielles ou artisanales de Vannes ne sont pas prises en compte, du fait de leur faible nombre d'habitants.
Source : Insee, recensement de la population 1999
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 75 - Septembre 20025
Agriculteurs,
artisans,
commerçants
Cadres
Professions
intermédiaires
Employés
Ouvriers
RetraitésL’activité des habitants des quartiers de la Communauté d’agglomération de VANNES en 1999 (cf légende carte page 2)
*Actifs Taux deAutres inactifsÉlèves,Chômeurs Retraités Ensembleen emploi chômageétudiants et -15 ans
ARRADON 1 706 144 1 111 627 1 131 4 719 7,8
BADEN 1 322 128 727 301 892 3 370 8,8
ELVEN 1 440 131 752 289 944 3 556 8,3
HÉZO (LE ) 223 19 100 39 170 551 7,9
ILE-D’ARZ 52 15 99 4 62 232 22,4
347 33 263 68 955 8,7LARMOR-BADEN 244
MEUCON 557 44 154 146 367 1 268 7,3
MONTERBLANC 925 79 245 193 509 1 951 7,9
NOYALO 302 20 138 57 149 666 6,2
PLESCOP 1 650 146 495 380 1 014 3 685 8,1
PLOEREN 1 784 151 525 364 1 160 3 984 7,8
SAINT-AVE 3 582 314 1 255 762 2 385 8 298 8,1
SAINT-NOLFF 1 494 129 443 366 864 3 296 7,9
3 206 317 1 347 809 2 192 7 871 9,0SÉNÉ
SULNIAC 920 93 305 247 644 2 209 9,2
SURZUR 941 110 462 203 715 2 431 10,5
THEIX 2 240 190 743 514 1 337 5 024 7,8
8,4TREFFLEAN 674 62 169 115 425 1 445
TRINITE-SURZUR (LA) 258 26 88 64 135 571 9,2
VANNES Ménimur Nord 701 256 133 216 925 2 231 26,8
VANNES Saint Guen / Bilaire 1 100 115 669 317 679 2 880 9,5
VANNES 744 134 188 113 501 1 680 15,3Ménimur Sud
VANNES La Pargo / La Mare 1 349 225 613 377 834 3 398 14,3
375 287 494 2 480 11,6VANNES Le Bondon 1 171 153
VANNES Rohan 767 122 642 182 666 2 379 13,7
Kérquer / Nord Gare 819 160 511 238 478 2 206 16,3VANNES
VANNES Grande muraille 1 170 178 520 338 543 2 749 13,2
Beaupré / La landeVANNES 893 86 405 207 685 2 276 8,8
VANNES Bernus / Kergypt 1 145 130 718 763 683 3 439 10,2
VANNES Péricentre-Ouest 1 023 135 595 404 497 2 654 11,7
16,1VANNES Intra muros 662 127 220 239 277 1 525
VANNES Péricentre-Est 1 057 183 567 240 440 2 487 14,8
588 198 169 697 1 776 25,2VANNES Kercado Est 124
VANNES Kercado Ouest 934 223 409 549 823 2 938 19,3
VANNES 861 105 161 153 498 1 778 10,9Cliscouët
VANNES Conleau 1 209 177 537 527 845 3 295 12,8
VANNES Trussac 1 192 150 1 010 428 721 3 501 11,2
Rive gauche du PortVANNES 768 104 327 233 279 1 711 11,9
VANNES Tohannic 681 69 181 147 413 1 491 9,2
VANNES Zone rurale Nord 252 26 89 72 129 568 9,4
VANNES Zone d'activité de Kerniol 19 0 4 5 16 44 0,0
VANNES Zone d'activité de KerLann 172 21 93 42 97 425 10,9
VANNES Caserne 551 32 165 13 370 1 131 5,5
VANNES Zone rurale Nord-Est 96 5 35 17 73 226 5,0
VANNES ZI du Prat 84 7 40 12 57 200 7,7
VA Estuaire du Vincin 27 3 15 5 19 69 10,0
Parc des expositionsVANNES 76 114 660 157 1,3
VANNES Pointe de Rosvellec 28 1 15 10 11 65 3,4
VANNES ENSEMBLE 20 139 3 126 9 375 6 309 12 810 51 759 13,4
Communauté d’agglomération de VANNES 43 762 5 277 18 796 11 857 28 149 107 841 10,8
* y compris les militaires du contingent
Source : INSEE - Recensements de la population
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Jean-Jacques MALPOT
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Micheline TESSIER
Pour tout renseignement :
Composition : Gérard LECOMTEBureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Cette note a été rédigée par :e
© INSEE 2002 Dépôt légal : 3 trimestre 2002
Laurent DI CARLOImprimerie : Média Graphic - Rennes
6 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 75 - Septembre 2002