Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La relance des légumineuses dans le cadre d'un plan protéine : quels bénéfices environnementaux ?

De
44 pages

Cavailles (E). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0065814

Ajouté le : 01 janvier 2009
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE      15   Décemb re  2009  DEVELOPPEMEN T  
tudesdocuments 
La relance des légumineuses dans le cadre d’un plan protéine : quels bénéfices environnementaux
Service de l’économie, de l’évaluation et de l’intégration du développement durable
www.developpement-durable.gouv.fr
Études & documents|n°15|Décembre 2009 
  Avant-Propos  Ce document est le fruit d’un travail d’une année, effectué dans le cadre d’une mission par alternance, prolongée par une mission d’expertise au sein du sein du Bureau « agriculture – industrie - infrastructures énergétiques » du CGDD. Ces deux missions, au caractère professionnalisant, font partie intégrante de la formation de 2èmeannée des ingénieurs élèves de l’Ecole Nationale du Génie Rural des Eaux et Forêts (ENGREF) suivant la voie d’approfondissement «Economie & Politiques Agricoles », pilotée par l’établissement AgroSup Dijon.                
 
Collection« Étudesetdocument » du Servicede l’Économie,del’ÉvaluationetdelIntégration du Développement Durable(SEEIDD) du Commissariat Général au Développement Durable (CGDD)   Titre du document : La relance des légumineuses dans le cadre d’un plan protéine : quels bénéfices environnementaux ?  Emilie Cavaillès, ingénieur élève de l’ENGREF - AgroParisTech  Martin Bortzmeyer, chef du Bureau Agriculture et Infrastructures Energétiques (CGDD), Laure Lamy, Ingénieur AgroSup Dijon, Stéphane Blancard, Maître de Conférence AgroSup Dijon, Jean-Christophe Kroll, Professeur AgroSup Dijon, André Pflimlin, expert de l’Institut de l’Elevage  Décembre 2009
 Auteur :  Sous la relecture de :
 Date de publication :    
Ce document, n’engage que son auteur et non les institutions auxquelles il appartient. L’objet de cette diffusion est de stimuler le débat et d’appeler des commentaires et des critiques.
2 | Service de l’économie, de l’évaluation Commissariat général au développement durableet de l’intégration du développement durable
 
 
Sommaire 
Études & documents|n°15|Décembre 2009
Sommaire.3 Introduction.4 I xuei d tal seEt edlaprodcutiondel égumienuse senFarnce.5 1 Lesgumineuses fourragères : un déclin continuinitiésledébut desanes 60......................................5 2 Lesgumineuses à graines : d’une logiqued’alimentation humaine à une utilisation en alimentation animale......................................................................................................................................................................7 2.1 Des cultures historiquement dédiées à l’alimentation humaine ............................................................................7 2.2 Le développement des « protéagineux » au cours des années 80 : le fruit d’une forte volonté politique..........8 2.3 Des cultures qui manquent aujourd’hui d’attractivité économique........................................................................9 3 La disparitiondes légumineuses : les conquencesde choix politiquesdéfavorables.................................11 I eQulrtnoc e noitubilégudes usesmine nlpà u anporét iquefarnçais ?.14 1 Les sourcesde protéinesvégétalesutilisées en alimentationanimale..........................................................14 2 Evaluation des potentiels déconomie du tourteaudesoja par filière délevage ...........................................16 2.1  16 ......................................................................................................................................................La filière avicole 2.2 La filière porcine ..................................................................................................................................................... 18 2.3 La filière bovine ...................................................................................................................................................... 19 2.4 Bilan des différentes alternatives au tourteau de soja et impact sur l’évolution de l’assolement français 21 ...... I  nEoitaulavdsemi pacs tevinronnementauxd elar leaumin lég desnceeuses dans le card eedl  aimese n œuvre dun plan protéine.25 1 La réduction de la fertilisation azotée et de ses impacts environnementaux :inrêt majeur de lintroduction des légumineuses dans les rotations................................................................................................25 1.1 rotations sur les pratiques de fertilisation azotésEffets attendus de l’introduction des légumineuses dans les en France............................................................................................................................................................................. 25 1.2 La culture de légumineuses : un risque supplémentaire de lixiviation des nitrates ? ........................................ 28 1.3 Evaluation de la réduction des pressions exercées sur l’environnement liées à une moindre utilisation des engrais azotés ..................................................................................................................................................................... 29 2 Des bénéfices environnementauxsupplémentaires sous condition d’une diversification des rotations........33 2.1 Réduction de la pression phytosanitaire ............................................................................................................... 33 2.2 sol et de la fertilité du sol..................................................................................... 33Amélioration de la qualité du  2.3 Maintien de la biodiversité .................................................................................................................................... 34 3 Bilan des bénéficesenvironnementaux au regard des ctsmacroéconomiques induits par la relance des légumineusesdansle cadre  .d’un plan protéine....................................................................................................34 Conclusion.36 Liste des abréviations.37 Bibliographie.39 Résumé.44 
 
 
Commissariat général au développement durable Service de l’économie, de l’évaluation et de l’intégration du développement durable | 3
 
Études & documents|n°15|Décembre 2009 
      
 
Introduction 
  Les propriétés agronomiques et alimentaires des légumineuses sont connues depuis plus de 2000 ans. Selon Caton l’Ancien (De re rustica)»s ai, servent dengr aèfev ,alv seec «e  lpilu ln,]82[Les légumineuses, caractérisées par leur capacité à fixer l’azote. atmosphérique présentent un double intérêt. D’un point de vue agro-environnemental, elles ne nécessitent aucune fertilisation azotée et contribuent naturellement à enrichir le sol en azote. En se substituant aux engrais de synthèse, elles évitent ainsi les pollutions liées à leur fabrication, leur transport et leur épandage. D’un point de vue alimentaire, elles constituent des sources importantes de protéines à la fois pour les hommes et les animaux d’élevage.  Malgré ce double avantage, les surfaces cultivées en légumineuses n’ont jamais été aussi faibles en France. En 2007, elles ne dépassaient pas 632 000 ha, soit à peine 3% des terres arables. Face à ce constat, la situation de l’agriculture française apparaît paradoxale en termes de bilan azoté et d’approvisionnement en protéines végétales. Chaque année, trop d’engrais azotés sont apportés aux sols et majoritairement sous forme minérale. Sur la période 2001-2006, le solde CORPEN (Comité d’ORientation pour des Pratiques agricoles respectueuses de l’Environnement) a oscillé entre 500 000 et plus d’un millier de tonnes, soit 8 à 19% des apports totaux de fertilisants azotés[52]. En parallèle, la France importe chaque année, la quasi-totalité du tourteau de soja consommé par son alimentation animale, soit en moyenne 4,7 millions de tonnes sur 2000-2007. Cette situation résulte en grande partie de choix politiques français et européens visant à protéger et à soutenir la production céréalière, qui constitue encore un avantage comparatif révélé[5], au détriment des cultures source de protéines végétales. Le bilan à mi-parcours de la Politique Agricole Commune (PAC), qui a eu lieu courant 2008 sur fond de crise alimentaire, a été l’occasion d’inscrire à nouveau ce débat vieux de plus de 30 ans à l’agenda politique, et de s’interroger sur la pertinence d’un « second plan protéine ». Plus particulièrement, ce « bilan de santé » a été l’occasion de lancer un questionnement de fond sur la légitimité des soutiens jusqu’ici accordés à l’agriculture, et sur le choix des critères à utiliser pour mieux cibler ces aides.  Dans ce contexte, ce travail s’est tout d’abord intéressé aux aspects historiques de la culture de légumineuses en France, dans le but de mieux comprendre les facteurs qui ont conduit à la situation actuelle. Cette étude s’est ensuite attachée à évaluer dans quelle mesure les lumineuses pourraient aujourd’hui se substituer au tourteau de soja en alimentation animale. Selon les filières, différentes alternatives à cette matière première ont donc été envisagées puis intégrées dans un unique scénario. Dans un dernier temps, les coûts et les bénéfices macro-économiques engendrés par l’adoption de ce scénario ont été estimés, afin d’analyser si la réduction des avantages comparatifs révélés de la production céréalière, pourrait-être justifiée par des gains environnementaux liés à la culture de légumineuses.  D’autres aspects ne sont pas traités, ce rapport n’ayant pas vocation à être exhaustif mais bien à cibler les objectifs indiqués ci-dessus. Les trois principaux éléments que le lecteur ne trouvera pas portent sur les conditions économiques d’émergence d’une demande française en cohérence avec la relance protéique : l’accent a été mis ici sur les aspects techniques de la demande potentielle. Les rapports internationaux de prix, les règles du marché international, ne sont évoquées que partiellement, la focale étant mise sur les soutiens de l’Union Européenne (UE) et de la France (ce qui répond d’ailleurs au moins pour partie aux interrogations sur la compétitivité). Enfin, les aspects territoriaux et industriels n’ont pu être abordés dans le temps de cette étude.    
 
4 |et de l’intégration du développement durableCommissariat général au développement durable Service de l’économie, de l’évaluation
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin