La lecture en ligne est gratuite
Lire Télécharger

Partagez cette publication

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 331 - Avril 2010
Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour
à leurs déplacements
Avec 3,4 déplacements par jour, les Franciliens se déplacent moins que les provinciaux.
Cependant, ils y consacrent plus de temps. Ainsi, les Franciliens mettent-ils plus d’une
demi-heure pour aller travailler, contre 17 minutes en province. Comme en province,
les habitants de la grande couronne utilisent principalement la voiture. A l’inverse,
les Parisiens, moins équipés en automobile, privilégient les transports en commun ainsi
que la marche et renforcent leur usage des deux-roues motorisés et du vélo.
Yann Caenen, Insee Ile-de-France
Christine Couderc, DREIF
Jérémy Courel, IAU îdF
Christelle Paulo et Thierry Siméon, STIF
vec 3,4 déplacements par jour ronne et 44 % par des habitants de la En semaine, les Franciliens
et par personne, les Franciliens grande couronne, ce qui est conforme
consacrent plus de tempsA qui se déplacent durant la se- à la répartition de la population au
à leurs déplacementsmaine sont moins mobiles que les ha- sein de l’Ile-de- France.
bitants de province (3,9 déplacements que les provinciaux
Près des trois quarts des flux de déplace-en moyenne)✎❶ (➩■ Définitions). Ce
ments des Franciliens sont réalisés de Durant la semaine, les Franciliens qui senombre de déplacements est le même
banlieue à banlieue. Les liaisons entre- déplacent passent beaucoup plus depour les Parisiens, les habitants de pe
Paris et la périphérie, ne concernent -tite ou de grande couronne. temps dans les transports que les provin
qu’un peu plus d’un déplacement sur ciaux, quelque soit le mode utilisé
Sur l’ensemble des déplacements effec- dix. La moitié des déplacements entre (marche, voiture, transports en com-
tués quotidiennement par les Franciliens, Paris et la périphérie est motivée par le mun). Qu’ils habitent à Paris ou en
19 % le sont par des Parisiens, 37 % travail ou les affaires professionnelles et banlieue, ces Franciliens consacrent en
par des habitants de la petite cou- seulement 20 % par les loisirs. moyenne 82 minutes par jour à se déplacer
En semaine, les Franciliens consacrent en moyenne 82 minutes par jour à se déplacer
FranceDu lundi au vendredi Paris Petite couronne Grande couronne Province Ile-de-France
métropolitaine
Part de personnes ne se déplaçant pas (en %) 11,8 10,9 14,4 18,1 12,6 17,1
Nombre de déplacements par personne mobile du lundi au vendredi 3,4 3,3 3,5 3,9 3,4 3,8
Temps moyen (en min) par personne mobile et par jour 85 82 80 64 82 68
Champ : personnes de 6 ans ou plus ; déplacements effectués du lundi au vendredi à l'occasion d'activités situées dans un rayon de 80 km autour du domicile.
Source : Insee-SOeS, ENTD 2008
PopulationLes ménages franciliens sont moins équipés en automobile que les provinciaux
Paris Petite couronne Grande couronne Province Ile-de-France France métropolitaine
Nombre moyen de véhicule motorisé* par ménage 0,6 1,0 1,4 1,5 1,1 1,4
Part des ménages non équipés en voiture (en %) 58,2 31,7 15,7 16,7 31,6 19,5
*voiture, moto, cyclomoteur, etc.
Champ : personnes de 6 ans ou plus ; déplacements effectués du lundi au vendredi à l'occasion d'activités situées dans un rayon de 80 km autour du domicile.
Source : Insee-SOeS, ENTD 2008
contre 64 minutes pour le reste des mé-Définitions La possession et l’usage
tropolitains. La durée plus longue des
de la voiture s’intensifient
Un déplacement correspond au mouvement déplacements en Ile-de-France pourrait
loin de Parisd’une personne utilisant un ou plusieurs expliquer que les Franciliens se dépla-
moyens de transports (marche à pied in- cent moins.
En Ile-de-France, l’automobile est moinscluse) pour se rendre d’un point de départ à
présente qu’au niveau national. En 2008,La majorité des provinciaux (53 %),un point d’arrivée avec pour objectif une acti-
32 % des ménages franciliens ne dispo-et seulement 41 % des habitants de lavité, un motif précis : se rendre à son domi-
sent pas de voiture, contre seulement 17cile, se rendre à son travail, etc. Tout région capitale, consacrent moins
% des provinciaux ✎❷. Dans Paris in-changement de motif entraîne un change- d’une heure par jour à leur déplace-
tra-muros, les ménages ne disposant pasment de déplacement. Le champ de l’étude ment. A l’inverse, y passer plus de deux
de voiture sont majoritaires (58 %) maisest restreint aux déplacements effectués heures n’est pas une situation exception-
dans un rayon de 80 kilomètres du domicile à ce n’est déjà plus le cas en petite cou-nelle en Ile-de-France. C’est une réalité
vol d’oiseau, sur le territoire métropolitain. ronne où la part des ménages sans voi-quotidienne pour plus de 22 % des Fran-
ture, bien que très supérieure à laciliens, soit près de deux fois plus qu’en
Pour mesurer les déplacements locaux, une moyenne nationale hors Ile-de- France,province (12 %). En effet, en Ile-
personne de chaque ménage enquêté est in- s’élève à 32 %. En grande couronne, lesde-France, le lieu de travail est souvent
terrogée sur l’ensemble de ses déplace-
ménages non équipés deviennent pluséloigné du lieu de résidence, du moins en
ments le jour de semaine le plus proche de la rares et leur proportion se rapproche determes de temps de transport. De plus, la
visite de l’enquêteur : la veille si c’est un jour
la moyenne de province, aux alentoursdensité importante de la régionde semaine ou le vendredi précédent si c’est
de 16 %.Ile-de-France et la moindre fluidité duun jour de week-end ou un lundi.
trafic routier limitent la vitesse
Durant la semaine, 43 % des déplace-
moyenne de déplacement.Les « non-mobiles » : la part des personnes
ments des Franciliens sont effectués en
qui ne sont pas déplacées un jour de se-
voiture, contre 65 % des déplacementsA Paris, seules 12 % des personnes
maine est plus faible en Ile-de-France (13 %)
au niveau national✎❸. L’usage de l’au-consacrent moins d’une demi-heure àque dans le reste de l’Hexagone (18 %).
tomobile s’intensifie dès lors que l’on vitse déplacer. C’est la part la plus faibleL’activité professionnelle et la scolarisation
loin de Paris. En semaine, alors que lesde la région. Mais c’est en grande cou-sont deux facteurs importants de mobilité.
ronne que les situations extrêmes sont Parisiens l’utilisent pour seulement 12 %Or, l’Ile-de-France se distingue par la part
de leurs déplacements quotidiens, la voi-les plus fréquentes. La proportion deélevée de résidents scolarisés, étudiants ou
ture assure 38 % des déplacements desceux qui consacrent quotidiennementexerçant un emploi (les trois quarts des
résidents de petite couronne et la grandeFranciliens de 6 ans ou plus, contre à peine moins d’une demi-heure à se déplacer
plus des deux tiers des nationaux). En majorité des déplacements des résidentsou plus de 2 h 30 y est la plus forte.
Ile-de-France, plus on s’éloigne de Paris,
plus la part des individus ayant déclaré ne
La voiture en grande couronne, les transports en commun à Pariss’être pas déplacés un jour de semaine est
En % des déplacements
importante (de 12 % à Paris à 14 % dans la
100
grande couronne).
22,9
35,1 32,080
2,147,1Le mode de transport principal est déterminé
1,5
2,2par convention comme le moyen de transport 1,9 2,1
1,860
utilisé le plus « lourd ». Par exemple, dans le
2,7
4,1cas où une personne aurait emprunté le bus, 60,7
38,4 43,212,240
le train de banlieue et le métro, le mode prin-
cipal est le train de banlieue.
20
33,9
22,8 20,5
12,8Les types de motifs considérés dans cette
0étude sont systématiquement les motifs au
Paris Petite couronne Grande couronne Ile-de-France
lieu de destination (travail, affaires profes-
Transports collectifs Voiture Deux-roues motorisés Vélo Marche à pied
sionnelles, études, etc.) lorsqu’il est différent
Champ : personnes de 6 ans ou plus ; déplacements effectués du lundi au vendredi à l'occasion d'activités situées dans un
du domicile. rayon de 80 km autour du domicile.
Source : Insee-SOeS, ENTD 2008Les transports en commun sont privilégiés pour les déplacements dispersion des emplois, des équipe-
entre Paris et la banlieue ments, des services ainsi que l’enchaîne-
En % des déplacements ment de petits déplacements courts
3,0 (accompagnement des enfants, petits3,2100 3,2 0,21,8
3,23,6 achats quotidiens) ont encouragé l’usage
26,7
25,620,4 40,980 de la voiture. Moins présente qu’en
50,6
3,2 grande couronne, la voiture reste cepen-0,9
60,460 2,2 dant utilisée pour réaliser 38 % des dépla-
1,7
3,5 cements internes à la petite couronne. A
2,7
40 59,16,1
71,0 71,2 contrario, elle ne représente que 6 % des38,0
déplacements dans Paris où la forte densi-
37,120
33,2 té urbaine et l’attractivité des autres modes
17,2
10,1 (transport en commun, vélo, marche) la
0
Paris- Paris- Paris- Petite couronne- Petite couronne- Grande couronne- rendent moins compétitive. Les habitants
Paris Petite couronne Grande couronne Petite couronne Grande couronne Grande couronne
de la périphérie rallient plutôt la capitale
Transports collectifs Voiture Deux-roues motorisés Vélo Marche à pied par les transports en commun et les Pari-
Champ : personnes de 6 ans ou plus ; déplacements effectués du lundi au vendredi à l'occasion d'activités situées dans un siens utilisent plus leur automobile pour
rayon de 80 km autour du domicile.
sortir de Paris que pour s’y déplacer.
Source : Insee-SOeS, ENTD 2008
Les Parisiens se déplacentde grande couronne (61 %). Un résident ports en commun, moins compétitifs
de sur deux se déplace dans les espaces peu denses, peinent à principalement à pied
d’ailleurs exclusivement en voiture s’imposer. Toutefois, ces flux d’échanges et en transports en commun…
(51 %), contre 32 % en petite couronne entre couronnes représentent seulement
et seulement 9 % des Parisiens. 6 % de l’ensemble des déplacements.
Les déplacements internes à Paris et aux
Les Parisiens se déplacent principale-
La voiture est plébiscitée pour les dépla- couronnes restent très largement majo-
ment à pied (47 %) et assez peu en voi-
cements s’effectuant d’une couronne à ritaires. En grande couronne, où les
ture (12 %). Ils sont même plus de 30 % à
l’autre : six déplacements sur dix partant liaisons internes sont nombreuses
se déplacer exclusivement à pied, contre
ou arrivant en grande couronne se font (36 % de l’ensemble des déplacements
seulement 26 % des habitants de petite
des Franciliens), 59 % des déplace-en voiture. Le maillage du réseau routier
couronne, et 16 % pour ceux de grande
facilite ces liaisons tandis que les trans- ments sont effectués en voiture✎❹.La
couronne. La distance moyenne par-
courue à pied reste inférieure à un kilo-
mètre : la marche est favorisée par une
urbanisation dense. Les transports enMéthodologie journée. Pour comprendre les comporte-
commun sont davantage utilisés pour lesments liés à la mobilité, elles s’intéressent
liaisons internes à Paris et sont domi-aussi aux possibilités d’accès aux transportsL’Enquête Nationale Transports et Déplace-
collectifs et aux moyens de transport indivi- nants sur celles entre Paris et sa banlieuements 2008, a été réalisée auprès d’un
duels dont disposent les ménages. grâce à un réseau de bus et de métroéchantillon de 20 200 ménages en France
métropolitaine, en partenariat entre le Service dense. Les échanges se font davantage
Pour l’édition de 2008, l’échantillon francilien a
de l’Observation et des Statistiques du ministère avec la petite couronne, plus proche
fait l’objet d’une extension, dont les financeurs
de l’Ecologie, de l’énergie, du développement géographiquement, qu’avec la grandesont mentionnés en encadré (➩■ Les parte-
durable et de la mer, l’Insee, l’Institut national de couronne. Ils sont favorisés par la struc-naires de l’enquête), destinée à permettre une
recherche sur les transports et leur sécurité ture du réseau ferré organisé en étoilereprésentativité au niveau de la région, en par-
(Inrets) et de nombreux organismes financeurs. autour de Paris. Plus des deux tiers desticulier de Paris, de la petite couronne et de la
Elle s’inscrit dans le prolongement des précéden- déplacements entre Paris et la petitegrande couronne. Au total, 5 900 ménages
tes « Enquêtes Transports » conduites par le mi- couronne sont réalisés en transport enfranciliens ont ainsi été interrogés.
nistère chargé des Transports, dont la dernière commun. L’usage des transports en com-
D’autres sources traitent également du thèmedate de 1994.
mun est également dominant entre Paris
des transports en Ile-de-France :
et la grande couronne. Les déplace-
L’objectif de ces enquêtes est la connais-
ments en transport en commun ne sont- des enquêtes comme l’Enquête Globale de
sance des déplacements des ménages rési-
Transport réalisée par le STIF et la DREIF qui s’in- donc pas réservés aux courtes distances
dant en France et de leur usage des moyens
téresse spécifiquement aux déplacements des puisque la distance moyenne parcouruede transport tant collectifs qu’individuels. Ces
Franciliens. La dernière édition date de 2001 ; s’élève à 12 km. Les modes individuelsenquêtes sont les seules sur la mobilité réali-
restent toutefois performants sur les liai-sées à cette échelle et qui décrivent tous les - des données de trafic (RATP, SNCF,
sons entre Paris et la grande couronnedéplacements, quels que soient le motif, la OPTILE), centralisées au STIF, et rendant
dès lors qu’une majeure partie du trajetlongueur, la durée, le mode de transport, la compte de l’évolution du trafic des transports
est située dans les zones périurbaines oùpériode de l’année ou le moment de la en commun dans la région.
le trafic est relativement fluide.Plus de déplacements consacrés aux loisirs à Paris qu’en banlieueLes partenaires de l’enquête
En % des déplacements
- La Compagnie Financière et Industrielle
100
des Autoroutes (COFIROUTE) ;
17,4
20,121,0- La Direction régionale de l’Équipement 24,2
d’Ile-de-France ; 80 11,3
11,7- La Direction régionale de l’Insee 12,7
10,6
23,4
60- L’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme 20,515,6 19,4
de la région d’Ile-de-France ;
- La Régie Autonome des Transports
40 18,5
19,019,6Parisiens (RATP) ; 18,6
5,4- La Région Ile-de-France ; 3,9 4,64,8
20- Réseau Ferré de France (RFF) ;
25,7
24,4 24,123,5- La Société des Autoroutes du Nord et de
l’Est de la France (SANEF) ;
0
- La Société Nationale des Chemins de Fer Paris Petite couronne Grande couronne Ile-de-France
Français (SNCF) ;
Travail Affaires professionnelles Achats Affaires personnelles Etudes Loisirs
- Le Syndicat des Transports d’Ile-de-France Champ : personnes de 6 ans ou plus ; déplacements effectués du lundi au vendredi à l'occasion d'activités situées dans un
rayon de 80 km autour du domicile.(STIF) ;
Source : Insee-SOeS, ENTD 2008- La Ville de Paris.
Il s’agit là d’une pratique de mobilité qui de vélo en libre service l’a rendu plus at-… mais l’utilisation
tend à se développer. Alliant une grande tractif, le vélo représente près de 3 % des
des deux-roues
maniabilité dans les embouteillages et déplacements. Il se substitue le plus sou-
tend à se développer des facilités de stationnement, ils consti- vent aux transports en commun mais
tuent une alternative à la voiture. Les également à la marche (Source : Enquête
deux-roues motorisés sont généralement d’opinion de 2007 sur la pratique duLes Parisiens utilisent les deux-roues
employés pour couvrir des distances as- vélo à Paris). Son utilisation pour les liai-motorisés pour 4,1 % de leurs déplace-
sez longues (9,2 km, en moyenne) de sons internes aux couronnes n’est pasments contre 1,8 % pour les habitants
même ordre de grandeur que l’automo- non plus négligeable. Les distancesde petite couronne et 1,5 % pour ceux
bile (10,5 km, en moyenne). moyennes parcourues en vélo (3,5 km)de grande couronne. Les deux-roues
sont presque quatre fois supérieures àmotorisés sont plus utilisés dans Paris
celles parcourues à pied.ou pour rejoindre Paris que sur les au- Dans Paris, où le développement des ré-
seaux de pistes cyclables et du systèmetres liaisons.
Il faut, en moyenne,
un peu plus d’une demi-heure
La voiture est le mode de transport dominant pour la majorité pour se rendre au travail
des déplacements professionnels et d’accompagnement
En % des déplacements Seuls 29 % des déplacements sont
100 consacrés au travail : 24 % pour se
10,8
16,3 0,6 rendre sur son lieu de travail habituel et4,6
32,82,2 41,2
41,680 3,1 39,4 5 % à des réunions extérieures ou à des
formations✎❺. Par ailleurs, il s’agit le1,4
1,2
60 1,9 2,6 plus fréquemment de déplacements plus2,3 1,144,9 2,12,3
62,4 longs, que ce soit en termes de durée ou
23,1 de distance, et plus contraignants en ter-40
37,2 54,5
45,3 mes de plage horaire que les autres. Ils
continuent ainsi à structurer la mobilité20
33,5
30,7 quotidienne des Franciliens.
21,6 18,7
10,5 10,1
0
Travail Etudes Achats LoisirsAffaires Affaires Les déplacements à destination du lieu
professionnelles personnelles de travail habituel sont ceux qui pren-
Transports collectifs Voiture Deux-roues motorisés Vélo Marche à pied nent le plus de temps avec une moyenne
de 32 minutes par déplacement, contreChamp : personnes de 6 ans ou plus ; déplacements effectués du lundi au vendredi à l'occasion d'activités situées dans un
rayon de 80 km autour du domicile. 17 minutes en province. Ce temps s’é-
lève même à 36 minutes pour les autresSource : Insee-SOeS, ENTD 2008L’été, l’usage de la voiture est plus important, et de fréquence. Parmi les autres motifs,
ce sont les loisirs qui prennent le plus decelui des transports en commun diminue
temps en déplacements, avec 22 % du
L’Enquête Nationale Transports et Déplace- voiture sont encore plus nombreux en
total.ments a une originalité par rapport aux autres mai-juin et en septembre-octobre. En été, l’u-
enquêtes sur ce sujet : sa période de collecte est sage relatif de la voiture s’accroît surtout du
annuelle. En effet, l’édition 2008 s’est déroulée fait de la baisse sensible de la marche et des 45 % des déplacements pour les achats
de fin avril 2007 à fin avril 2008, avec une col- transports en commun (- 30 % par rapport à la ou à destination du travail s’effectuent
lecte répartie en six périodes de deux mois. moyenne annuelle). Cette baisse provient de en voiture ✎❻. Les Franciliens prisent
Cette spécificité permet de mesurer la saisonna- la quasi-disparition des déplacements scolai-
particulièrement la voiture lors de dépla-
lité dans les comportements de mobilité. res au cours de cette période. Ces derniers
cements professionnels hors de leur lieu
s’effectuent majoritairement à pied (42 %) et
Le nombre de déplacements en deux-roues de travail habituel (62 % des dépla-
en transports en commun (31 %).
motorisés est deux à trois fois moins élevé en cements) et lors de déplacements pour
hiver que durant le reste de l’année et leur C’est durant les deux derniers mois de l’année affaires personnelles, c’est-à-dire les dé-
part dans l’ensemble des déplacements n’est qu’on se déplace le plus à pied (37 % des dépla- placements d’accompagnement ou les
plus que de 1%contre 2à3% habituel- cements contre 32 % en moyenne, soit 25 % de démarches administratives, les rendez-
lement. L’usage du vélo s’accroît durant les déplacements supplémentaires). vous chez le médecin, etc.
mois d’été (juillet-août) pour atteindre un maxi-
Enfin, les transports en commun sont davan-
mum en septembre-octobre ( 3 % des déplace-
tage utilisés en janvier-février, avec une part
Inversement, les transports en communments, soit un nombre de déplacements
dans les déplacements qui s’élève alors à
ne constituent jamais le mode de trans-supérieur de 50 % à la moyenne annuelle).
près de 24 % contre 20 % en moyenne. Néan-
port dominant pour une activité donnée.L’usage du vélo diminue ensuite progressive-
moins, si le volume de déplacements quoti-
ment jusqu’en mai-juin, où il ne représente plus Les Franciliens y ont plus recours qu’en
diens en transports en commun est important
que 1,2 % des déplacements. On peut suppo- moyenne pour les déplacements profes-en début d’année, c’est en mai-juin qu’ils sont
ser que l’utilisation de ces deux modes est prin- sionnels (33 % contre 20 % sur l’en-les plus nombreux. A l’exception de cette pé-
cipalement conditionnée par la météo. semble des déplacements) mais, enriode haute, distincte, et de la période creuse
général, ils privilégient quand même laLa voiture est particulièrement utilisée en été de l’été, le recours à la marche et aux trans-
voiture pour ce type de déplacement. Deavec près de la moitié des déplacements en ports en commun est relativement stable sur
même, moins d’un tiers des déplace-juillet-août. Cependant, les en l’ensemble de l’année.
ments scolaires sont effectués en trans-
port en commun alors que 42 % sont
Répartition des déplacements selon la période de l’année
effectués à pied.En % des déplacements
100
31,027,0 Plus de loisirs à Paris,31,7 31,033,2
37,180
plus d’accompagnements
2,7
1,2 2,0 1,83,1
2,1 3,0 1,0 2,0 en banlieue2,0 2,3
60 2,6
43,2 49,6 42,2 Les habitants de grande couronne consa-45,141,840
38,6
crent près d’un quart de leurs déplace-
ments aux affaires personnelles. Ces
20 -déplacements ne représentent qu’un cin
23,821,8 20,120,0 19,417,6 quième des déplacements pour les rési-
dents de petite couronne et moins d’un0
Mai-juin Juillet-août Septembre-octobre Novembre-décembre Janvier-février Mars-avril sixième pour les Parisiens. Les familles
2007 2007 2007 2007 2008 2008
sont, en effet, plus présentes en grande
couronne, où 46 % des ménages comptentTransports collectifs Voiture Deux-roues motorisés Vélo Marche à pied
au moins un enfant, contre 24 % à Paris.
Champ : personnes de 6 ans ou plus ; déplacements effectués du lundi au vendredi à l'occasion d'activités situées dans un
rayon de 80 km autour du domicile. Les déplacements pour accompagnement,
qui représentent la majorité de ces dépla-
Source : Insee-SOeS, ENTD 2008
cements, y sont donc plus nombreux.
A l’inverse, les déplacements de loisirs
déplacements de nature professionnelle. Les déplacements consacrés au travail diminuent avec l’éloignement du centre
Les pour les autres motifs représentent 40 % du temps que les de l’agglomération parisienne. La pro-
demandent moins de temps : de 16 mi- Franciliens passent à se déplacer. Cu- portion importante d’étudiants et de ca-
nutes pour les déplacements pour mulés avec les études (10 %), c’est envi- tégories sociales supérieures associée à
achats, les plus courts, à 25 minutes pour ron la moitié du temps de déplacement l’offre culturelle de la capitale explique,
les déplacements de loisirs, les plus quotidien qui est absorbé par des dépla- en partie, que les Parisiens consacrent
longs. cements contraints en termes d’horaire un quart de leurs déplacements aux loi-sirs contre un sixième pour les résidents Pour en savoir plus
de grande couronne. « Diagnostic et orientations pour le nouveau Plan de Déplacements Urbains d’Ile-de-France »,
STIF, août 2009.
La marche se distingue par ailleurs pour Hubert J.-P. : « Dans les grandes agglomérations, la mobilité quotidienne des habitants diminue,
les déplacements destinés aux achats où et elle augmente ailleurs », Insee première, n° 1252, juillet 2009.
elle fait quasiment jeu égal avec la voi-
Courel J. : « 170 millions de kilomètres par jour : les distances parcourues quotidiennement par les
ture (41 % contre 45 %) et, également, Franciliens », IAU îdF, novembre 2008.
pour les déplacements de loisirs où elle
Couderc C. : « La mobilité dans les départements d’Ile-de-France », Les cahiers de l’EGT,n°9,
est le mode dominant avec une part de
Direction régionale de l’Equipement d’Ile-de-France, mars 2007.
39 %, légèrement supérieure à celle de
« EGT 2001-2002 : la mobilité des Franciliens en quelques chiffres », Direction régionale dela voiture (37 %).
l’Equipement d’Ile-de-France , août 2004.
Directrice de la publication : Sylvie MarchandINSTITUT NATIONAL
Comité de rédaction : Patrick Pétour
DE LA STDE LA STAATISTIQUE Chef de projet : Olivier Jacod
Rédactrice en chef : Christel Collin Publication téléchargeable à partir du site Internet : www.insee.fr/ile-de-franceET DES ETUDES ECONOMIQUES
Secrétaire de rédaction : Françoise Beaufils
Direction régionale d’Ile-de-France Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France ISSN 0984-4724
Maquette : Nathalie Droux - Nicolas Renaud7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Commission paritaire n° 2133 AD
Impression :S.N.Rafal er© Insee 201078188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex Dépôt légal : 1 semestre 2010 Code Sage I1033152
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france