Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC) en Midi-Pyrénées.

De
6 pages
Fin 2000, les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) représentent près de 38 500 salariés dans la région. Leur dynamisme est à l'origine de 12 300 nouveaux emplois depuis 1989. En part des effectifs salariés marchands, Midi-Pyrénées se situe au second rang des régions françaises, après l'Ile-de-France.
Voir plus Voir moins

Numéro 46 : mars 2001
Les Nouvelles Technologies de l’Information
et de la Communication (NTIC) en Midi-Pyrénées
Plus de 12 000 emplois créés depuis 1989
Poids en 1998 des effectifs NTIC dans l'ensemble
des salariés (hors agriculture, administration, 2,8
éducation, santé et action sociale)
Niveau national : 5,1 % 2,43,4
3,7 2,82,08,6
4,0
4,8
4,3 4,4
3,03,1
2,7Poids (en %)
2,5
plus de 7 2,4 4,3
de 5 à 7
de 4 à 5
3,7
de 3 à 4
moins de 3 6,4 3,8 4,5
© Insee 2001 - IGN 1999 2,6
Source : Insee, DADS 1998
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
DIRECTION REGIONALE
DE MIDI-PYRENEESFin 2000, les nouvelles technologies de l'information
Téléphone : 05 61 36 61 36
Télécopie : 05 61 36 62 00et de la communication (NTIC) représentent
Adresse : 36, rue des Trente-Six-Ponts
31054 TOULOUSE CEDEX 4
près de 38 500 salariés dans la région.
Directeur de la publication :
Benjamin CamusLeur dynamisme est à l'origine de
Rédacteur en chef :
Bruno Mura
12 300 nouveaux emplois depuis 1989.
Maquettiste :
Isabelle Darles
En part des effectifs salariés marchands,
Imprimeur : Reprographie Moderne, 31770 Colomiers
Dépôt légal : mars 2001Midi-Pyrénées se situe au second rang ISSN : 1262-442X
CPPAP : 183AD
SAGE : SIPAG4676des régions françaises, après l'Ile-de-France.
Prix : 15 F - 2,29Les Nouvelles Technologies de l’Information
et de la Communication (NTIC) en Midi-Pyrénées
Plus de 12 000 emplois créés depuis 1989
epuis quelques années, en les exemples les plus marquants. Tous difficilement quantifiable. En revanche,
France comme dans de nom- les acteurs économiques sont concernés il est possible d’estimer le poids directD breux autres pays, les habi- et l’évolution de la production despar le développement de ces produits
tants utilisent de plus en plus souvent, et services NTIC, soit en tant que pro- produits et services NTIC dans le système
tant dans leur vie privée que professionnelle, ducteurs, soit en tant qu’utilisateurs. La productif.
les nouveaux outils de communication forte demande qui concerne ces
et de traitement de l’information géné- produits et services en est la preuve. Plus de 5 % de la valeur
ralement regroupés sous le vocable de L’effet d’entraînement sur l’ensemble ajoutée régionale
Nouvelles Technologies de l’Informa- du système productif qui en résulte est
tion et de la Communication (NTIC). souvent rapproché de celui joué par En 1998, les industries et les
Cette terminologie recouvre toute une l’électricité lors de son introduction services de l’électronique, de la télé-
panoplie de produits et de services dans les systèmes productifs de phonie et de l’informatique contribuent
nouveaux en fort développement pour l’époque. Il permet d’ailleurs de parler pour 4,8 % à la valeur ajoutée totale
la plupart d'entre eux. La croissance du aujourd’hui de « nouvelle économie ». de l’économie nationale, soit plus que
parc des micro-ordinateurs, des Cependant, l’impact de la diffusion de l’ensemble du secteur de la construc-
connexions au réseau Internet, ainsi que ces nouvelles technologies sur l’ensemble tion. En Midi-Pyrénées, cette part
celle des téléphones portables en sont de l’économie régionale reste encore atteint 5,3 %. Ainsi, les unités produc-
trices de NTIC de Midi-Pyrénées
Les NTIC produisent 5,3 % de la valeur ajoutée régionale génèrent déjà autant de richesse que
Poids des établissements NTIC dans la valeur ajoutée au 31.12.1998 l’agriculture ou près de sept fois plus
Valeur ajoutée Répartition Poids dans la valeur Poids dans la valeur que l’industrie textile régionale.
(en millions de francs) (%) ajoutée régionale (%) ajoutée nationale (%)

Electronique 2 412 18,2 1,0 0,8
En Midi-Pyrénées, la compositionTéléphonie 6 553 49,2 2,6 1,8
Informatique 4 334 32,6 1,7 2,2 des NTIC est un peu différente de celle
Ensemble 13 299 100,0 5,3 4,8 observée à l’échelon national. Le secteur
Source : Insee de la téléphonie occupe une grande
place en terme de création de richesse
alors qu’au niveau national l’infor-
Forte présence des grands établissements du secteur de la téléphonie
matique domine. Ainsi, les 200
Répartition par taille d'effectif des établissements NTIC de Midi-Pyrénées au 31.12.1998
établissements régionaux du secteur de
Electronique Téléphonie Informatique Ensemble des
la téléphonie engendrent près de la NTIC régionales
Nombre Part deNombre Nombre Part de Part deNombre Part de moitié de la richesse due aux NTIC
la VA* la VA* la VA* la VA*
de Midi-Pyrénées. Et parmi eux, les(en %) (en %) (en %) (en %)
32 ayant au moins 100 salariés en
moins de 10 salariés 120 0,9 98 1,1 821 5,7 1 039 7,7
réalisent 40 %. En plus du très fortde 10 à 49 salariés 61 2,7 53 4,2 202 9,3 316 16,2
développement des réseaux téléphoniquesde 50 à 99 salariés 14 1,5 21 4,7 32 6,1 67 12,3
100 salariés et plus 8 13,1 32 39,2 25 11,5 65 63,8 et de la téléphonie mobile qui touche
Ensemble 203 18,2 204 49,2 1 080 32,6 1 487 100,0 l’ensemble du territoire national, la
* VA : valeur ajoutée région bénéficie de la présence de deux
Source : Insee Midi-Pyrénées
importants fabricants de satellites de
2télécommunications dont l'activité s'est Les NTIC emploient 4,3 % de l'ensemble des salariés régionaux
Poids des établissements NTIC dans l'emploi salarié régionalnettement développée ces dernières
années. Effectifs Répartition Part de l'emploi NTIC dans
salariés* l'emploi salarié total régional (%)(%)
au 31.12.1999 31.12.1989 31.12.1999Fin 2000, le nombre de personnes
Electronique 7 610 21 1,0 0,9travaillant en Midi-Pyrénées dans le Téléphonie 13 830 38 1,61,4
domaine des NTIC est estimé à près Informatique 14 870 41 1,1 1,8
Ensemble 36 310 100 4,33,5de 38 500, dont 41 % dans l’infor-
* arrondis à la dizaine matique et 38 % dans la téléphonie.
Source : Insee Midi-Pyrénées
Fin 99, dernière période de référence
permettant de connaître l’emploi salarié professionnels ainsi qu’à de nombreux nettement accélérée depuis le milieu des
total de la région, les nouvelles ménages. Par ailleurs, des technologies années quatre-vingt-dix avec le
technologies de l’information et de vraiment nouvelles sont apparues et, développement des nouveaux modes de
la communication occupent 36 300 pour certaines d’entre elles, ont connu téléphonie. Cependant, le secteur le
personnes, soit 4,3 % des emplois un essor spectaculaire, comme la télé- plus dynamique en terme d’emploi reste
salariés régionaux et 6 % de ceux de phonie mobile ou le réseau Internet. celui de l’informatique. Entre 1989 et
l’industrie, du commerce et des services 1999, il aura connu une augmentation
principalement marchands. Ainsi, entre 1989 et 1999, de plus de 80 % de son emploi
les effectifs salariés des unités NTIC salarié, ce qui correspond à près de 6 700
de Midi-Pyrénées ont progressé deUn secteur en pleine créations d’emplois en Midi-Pyrénées.
près de 40 % alors que l’ensemble decroissance Cette croissance est nettement
l’emploi salarié régional n’a augmenté supérieure à celle observée au niveau
que d’environ 16 % sur la mêmeCes technologies dites nouvelles national (de l’ordre de 20 %
période. La croissance de l’emploine sont pas toutes récentes. L’électronique sur la même période). Elle s’explique
dans les NTIC est très variableest présente depuis de nombreuses en partie par le fort développe-
années dans le paysage industriel selon les secteurs. L’industrie ment des services informatiques
électronique, implantée depuis long-régional et les ordinateurs occupent une lié à l’essor de la construction
temps en Midi-Pyrénées, n’enregistreplace de plus en plus importante dans aéronautique et spatiale dans la région
qu’une faible progression de son emploile monde du travail. Cependant, depuis et par l’attrait pour les entreprises
salarié (de l’ordre de 2 % entre 1989le début des années quatre-vingt-dix, informatiques du pôle universitaire
l’amélioration prodigieuse des perfor- et 1999). Au cours des années 1991 et toulousain.
1993, ses effectifs ont même fortementmances et la forte baisse des prix dans
baissé, comme dans la plupart desce domaine ont favorisé une Un secteur moteur de
secteurs industriels régionaux etdiffusion plus large de ces nouvelles l’économie
nationaux. Les effectifs de la téléphonietechnologies. Les produits et les services
qui leurs sont liés sont devenus s’accroissent de près de 30 % en dix ans. En 2000, les créations d’entre-
La croissance de ce secteur s’estaccessibles à la quasi-totalité des prises imputables aux NTIC repré-
sentent près de 4 % de l’ensemble des
créations nouvelles en Midi-Pyrénées.Forte progression des effectifs salariés dans l'informatique régionale
Evolution de l'emploi salarié NTIC de 1989 à 2000 Depuis 1997, le taux de croissance des
créations dues aux NTIC est supérieur
Indice base 100 au 31.12.1989
200 à la moyenne régionale. Par ailleurs,
Informatique
entre 1989 et 1999, plus de 10 000
180
emplois salariés supplémentaires
ont été créés par les établissements NTIC160
Ensemble
déjà existants ou apparus audes NTIC
140 cours de cette période, soit près de 9 %Téléphonie
Emploi salarié des créations d’emplois salariés régionaux.
120
total régional L’impact de ce secteur va en s’accentuant.
Electronique
100 Au cours de la seule année 2000, les
NTIC régionales ont ainsi encore
80
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 créé plus de 2 200 emplois en Midi-
Source : Insee Midi-Pyrénées, estimations d'emplois Pyrénées.
3 Le champ des NTIC en Midi-Pyrénées
Le champ des nouvelles tech- dites NTIC. L’Insee a publié dans dans le champ l’établissement
nologies de l’information et de « L’économie française 2000- Matra Marconi Space devenu
la communication (NTIC) peut 2001 » une étude sur la diffusion Astrium en 2000 (1 800 emplois
être défini comme l’ensemble des des NTIC dans l’économie qui environ) qui est en Midi-Pyrénées,
biens et services permettant reprend le noyau dur des activités essentiellement un intégrateur
la « numérisation » de l’économie, retenues par ce groupe, à l’excep- de satellites de télécommunications
donc de décupler la potentialité tion des activités d’édition et mais est classé dans le secteur 353C
des stocks et des flux d’informa- d’audiovisuel dont la présence (construction de lanceurs et engins
tion, d’améliorer l’efficience des parmi les NTIC est encore en spatiaux) hors définition des
mécanismes de production et discussion. NTIC. Alcatel, classé dans le
d’échange et d’étendre la gamme secteur 322A (fabrication d’équi-
des produits et services offerts. La présente étude régionale pements d’émission et de transmis-
Cependant, ainsi définies, les reprend au plus près la définition sion hertzienne), est lui inclus
NTIC ne représentent pas un sec- du champ NTIC retenue dans dans le champ retenu par ce groupe
teur d’activité bien identifié dans l’étude nationale Insee avec de travail définissant les NTIC.
les nomenclatures officielles d’acti- quelques modifications qui
vités. Un groupe de travail orga- tiennent compte des activités fines Au total, on peut résumer
nisé par l’OCDE auquel participe exercées par certains grands le champ NTIC régional comme
l’Insee a dressé une liste d’activités établissements. Ainsi, on a rajouté suit :
Effectifs salariés*Codes NAF Filière
au 31.12.1999
22.3E Reproduction d’enregistrements informatiques Informatique
24.6J Fabrication de supports de données 60 Informatique}
71.3E Location de machines de bureau et de matériel informatique Informatique
51.6G Commerce de gros de machines de bureau et matériel informatique 2 810 Informatique
30 Fabrication de machines de bureau et de matériel informatique 580 Informatique
72.1 à 72.6 Activités informatiques Informatique11 420
31.3Z Fabrication de fil et câbles isolés (hors Labinal) Electronique120
32.1 Fabrication de composants électroniques3 500
32.3Z Fabrication d’appareils de réception, d'enregistrement Electronique360
ou de reproduction du son et de l’image
33.2 et 33.3 Fabrication d’appareils de mesure et de contrôle Electronique3 630
64.2 Télécommunications Téléphonie8 570
32.2 Fabrication d’appareils d’émission et de transmission Téléphonie5 260
(plus Matra Marconi Space)
* arrondis à la dizaine
Ce champ d’étude comprend certaines activités directement liées électroniques, commerce de détail
certainement le noyau dur des au développement des NTIC dans de matériel de téléphonie par
NTIC régionales mais il comporte l’économie mais que l’on ne peut exemple). A l’inverse, certains éta-
quelques approximations. En pre- différencier d’autres activités non blissements de petite taille inclus
mier lieu, il exclut les établisse- NTIC dans les nomenclatures dans les codes de nomenclature
ments sans salariés, nombreux actuelles (activités de câblages de retenus peuvent ne pas avoir
mais de faible poids en terme de réseaux informatiques et télépho- d’activité nettement liée aux
valeur ajoutée (de l’ordre de 3 à 4 % niques, commerce de gros de nouvelles technologies de l’infor-
du total). De plus il écarte fournitures et de composants mation et de la communication.
4Téléphonie
Electronique
Ensemble
Informatique
Les NTIC créent des emplois dans
Un personnel plus qualifié dans les NTIC
la région et surtout des emplois quali- Répartition par qualification des emplois NTIC en 1998 (en %)
fiés. En effet, les chefs d’entreprises et
les cadres représentent plus de 30 % des Midi-Pyrénées France Midi-Pyrénées France
effectifs de ces établissements contre Ensemble de l'industrie,
Ensemble du commerce et 13 % en moyenne dans l’ensemble de
des NTIC des services
la région. En particulier, dans les principalement marchands
entreprises informatiques de Midi-
Chefs d'entreprises et cadres 24 22 42 31 32 13 13
Pyrénées, plus de quatre personnes sur Professions intermédiaires 34 51 29 39 34 22 22
Employés 9 18 15 16 16 25 28dix ont un statut de cadre. Les profes-
Ouvriers 32 8 13 13 17 37 34
sions intermédiaires sont également plus Apprentis et stagiaires 1 1 1 1 1 3 3
présentes dans les entreprises NTIC que Ensemble 100 100 100 100 100 100 100
dans l’ensemble des établissements du
Source : Insee, DADS 1998
système productif régional. C’est dans
le secteur de la téléphonie, notamment
dans les grandes entreprises qui struc-
Les créations d'emplois salariés dues aux NTIC
turent ce secteur, que leur poids est le s'accélèrent en fin de période
plus élevé. En contrepartie, la part des Evolution du nombre d'emplois salariés NTIC créés de 1990 à 2000
employés et surtout d’ouvriers dans les 25 000
Ensemble des créations Ensemble des créations établissements NTIC est nettement plus
d'emplois salariés d'emplois dues aux NTIC
20 000faible, sauf dans l’électronique où la
structure des qualifications se rappro- 15 000
che plus de la moyenne régionale.
10 000
Téléphonie : 5 000
des entreprises
0performantes
-5 000
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000En Midi-Pyrénées, le salaire
Source : Insee Midi-Pyrénées, estimations annuelles d'emploi annuel moyen dans les établissements
des nouvelles technologies de l’informa-
tion et de la communication est supé-
Forte croissance des créations d'entreprises dans les NTIC
rieur de près de 25 % à celui constaté
Evolution des créations d'entreprises de 1993 à 2000
dans l’ensemble de l’industrie, du
Indice base 100 en 1993180
commerce et des services principale-
NTICment marchands. Au-delà des effets régionales160
structurels induits par la forte présence
de personnels qualifiés dans les établis- 140
sements NTIC, ceci s’explique par des
rémunérations moyennes, quel que soit 120 Ensemble
régionalle niveau de qualification, nettement
100supérieures dans ces établissements. Par
exemple, la rémunération moyenne des
80cadres y est supérieure de 6 %. L’écart 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
est encore plus fort pour les professions Source : Insee Midi-Pyrénées
intermédiaires (+ 22 %), les ouvriers
(+ 29 %) et surtout pour les employés voire inférieures à celles de leurs homo- Globalement, les unités NTIC de
(+ 36 %). Globalement, ces écarts sont plus logues des autres secteurs de l’économie. Midi-Pyrénées sont en moyenne plus
marqués dans le secteur de la téléphonie La jeunesse des salariés des établis- performantes. La productivité appa-
et dans une moindre mesure dans celui sements informatiques appartenant aux rente du travail y est plus forte (de près
NTIC et la taille moyenne réduite de de 22 %) que dans l’ensemble desde l’électronique. Par contre, dans celui
de l’informatique, les rémunérations ces établissements peuvent expliquer en établissements productifs régionaux.
moyennes des cadres sont équivalentes partie ces rémunérations inférieures. Cependant, l’effort d’investissement y
5Ensemble
Téléphonie
Electronique
Informatique
est légèrement plus modeste. Ce constat
Des entreprises NTIC performantes
global doit être nuancé par les différencesPrincipaux indicateurs économiques des établissements NTIC en 1998
qui existent au sein des établissements
Midi-Pyrénées Midi-Pyrénées France NTIC régionaux. En effet, le secteur
Ensemble de l'industrie, de la téléphonie, plus concentré, enre-
du commerce et des services gistre de bien meilleures performances principalement marchands
économiques que ceux de l'informatique
Salaire annuel moyen (F) 164 400 180 800 162 900 170 000 136 900 154 900
et de l'électronique. Salaires moyens,Taux d'investissement 17 23 7 16 18 17
(en % de la valeur ajoutée) taux de valeur ajoutée, productivité du
Taux de valeur ajoutée 28 38 39 36 19 34 travail et investissement sont particu-
(en % du chiffre d'affaires)
lièrement élevés dans le secteur de laProductivité du travail* (F) 309 600 502 500 315 100 384 500 314 600 488 600
Investissement par salarié (F) 53 100 113 000 20 600 62 700 56 900 82 600 téléphonie. L’investissement est en
proportion plus faible dans le secteur
* Productivité du travail : valeur ajoutée rapportée au nombre de salariés du secteur
informatique qui comprend de nom-Source : Insee Midi-Pyrénées, régionalisation des fichiers SUSE 1998
breuses petites unités de conseils
Toulouse regroupe 55 % des effectifs salariés en systèmes informatiques ou de
et 60 % de la valeur ajoutée NTIC régionale réalisation de logiciels. Ces activités de
Localisation des établissements NTIC en Midi-Pyrénées en 1998 services peu capitalistiques nécessitent
Effectifs Nombre Poids dans les NTIC régionales en terme moins d’investissement en matériel et
salariés* d'établissements d'effectif de valeur ajoutée équipement.
(%) (%)
Une forte concentrationToulouse (31) 18 900 516 55 60
Blagnac (31) 2 700 54 8 8 géographique
Labège (31) 2 250 113 6 6
Montauban (82) 1 150 41 3 2
Albi (81) 1 000 45 3 3 Les établissements NTIC de Midi-
Colomiers (31) 700 35 2 2 Pyrénées sont fortement implantés dans
Ramonville-Saint-Agne (31) 650 51 2 2
l’agglomération toulousaine. Parmi lesRodez (12) 600 27 2 2
Balma (31) 450 32 1 1 dix premières communes de la région,
Tarbes (65) 450 35 1 1
en terme d’effectifs salariés relevant des
*arrondis à la cinquantaine NTIC, six en font partie. Toulouse
Source : Insee Midi-Pyrénées regroupe à elle seule 55 % des
emplois et réalise 60 % de la valeur
En 1998, la Haute-garonne regroupe plus de 80 % des salariés ajoutée NTIC de la région. Suivent très
et de la valeur ajoutée NTIC de la région loin derrière Blagnac, Labège et
Montauban, première commune parmi
celles n’appartenant pas à l’aggloméra-
Poids des départements en effectifs salariés LOT tion toulousaine.et en valeur ajoutée en 1998 (en %)
1,4 % des salariés
plus de 6 1,3 % de la valeur Le département de la Haute- ajoutéede 4 à 6
AVEYRON Garonne concentre plus de 80 % desde 2 à 4
3,9 % des salariésmoins de 2 effectifs et de la valeur ajoutée NTIC
3,2 % de la valeurTARN-ET-GARONNE régionale, devant le Tarn (5 % desajoutée3,6 % des salariés
salariés et 4,8 % de la valeur ajoutée)
2,5 % de la valeur TARN
ajoutée et l’Aveyron (3,9 % des salariés et 3,2 %GERS 5,0 % des salariés
1,5 % des salariés de la valeur ajoutée).4,8 % de la valeurHAUTE-
ajoutée1,3 % de la valeur GARONNE
ajoutée
80,6 % des salariés
83,3 % de la valeur
ajoutéeHAUTES-
PYRENEES
ARIEGE © Insee 2001 - IGN 1999
2,9 % des salariés 1,1 % des salariés
2,6 % de la valeur 1,0 % de la valeur
ajoutée ajoutée
Source : Insee Midi-Pyrénées Jean-Louis JULIA
6