Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Malgré le poids de Saint-Etienne, une majorité de déplacements de proximité

De
6 pages

En région stéphanoise, les habitants se déplacent huit fois sur dix près de chez eux. L'attraction de Saint-Etienne est la plus forte sur sa proche couronne. Peu dépendant de la capitale ligérienne, le Gier est aussi tourné vers l'agglomération lyonnaise pourtant plus éloignée.

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Signaler un abus

L A L E T T R E
I N S E E
RHÔNE
ALPES
Région stéphanoise
En région stéphanoise, Malgré le poids de Saint-Etienne,
les habitants
se déplacent une majorité de déplacements
huit fois sur
de proximitédix près de chez eux.
L'attraction ur les 1 850 000 déplacements quotidiens recen- Firminy, Rive-de-Gier et Andrézieux-Bouthéon, les
habitants se déplacent aussi beaucoup à l'intérieur deS sés dans l'ensemble des 83 communes (soit 3,8de Saint-Etienne
leur zone de résidence. A l'inverse, dans les zones sansdéplacements par personne), les déplacements de proxi-est la plus forte
mité sont largement majoritaires : les habitants en véritable pôle d'attraction, la nécessité de fréquenter
sur sa proche couronne. réalisent 82 % dans leur ville de résidence ou dans une une zone voisine est plus forte. Ainsi, les résidents du
ville limitrophe. Concentrant emplois et équipements Gier, côté Pilat, effectuent à peine plus de la moitié dePeu dépendant
variés, Saint-Étienne est naturellement la zone la plus leurs déplacements à proximité de chez eux.
de la capitale ligérienne,
autonome. Les Stéphanois effectuent en effet plus de
Les flux entre secteurs sont plutôt polarisés sur Saint-le Gier est aussi tourné 90 % de leurs déplacements sans sortir de la ville. Les
échanges entre quartiers sont fréquents, tant du centre Étienne. Quand les non Stéphanois se déplacent hors devers l'agglomération
vers la périphérie que l'inverse. leur zone de résidence, la métropole ligérienne est une
lyonnaise fois sur deux leur destination. Les liens les plus forts ontA Saint-Chamond, dans les vallées de l'Ondaine, du
Gier et dans le sud Forez, avec des pôles urbains comme lieu avec la proche couronne : ses résidents effectuentpourtant plus éloignée.
Daniel Rulfi Travail et études : un peu plus du tiers des déplacements
Ensemble des individus 38 % 37 % 25 %
dont :
Actifs à temps partiel (10 % de
35 % 46 % 19 %
l'ensemble des déplacements)
motifs professionnelsActifs à temps plein (36 %) 49 % 31% 20 %
(travail et étude)
motifs domestiques
Etudiants (5 %) 53 % 18 % 29 % (achats, démarches
accompagnements
et santé)Scolaires (hors étudiants) (19 %) 68 % 10 % 22 %
loisirs et autres
Personnes sans activité
75 % 24 %
professionnelle (7 %)
Retraités (14 %) 58 % 42 %
0 1 2 3 4 5
Nombre moyen de déplacements par jour et par personne
Lecture : les actifs à temps partiel réalisent 10 % de l'ensemble des déplacements ; leur mobilité est la plus forte, en moyenne 4,8 déplace-
ments par jour et par personne. Les motifs domestiques sont à l'origine de 46 % d'entre eux, plus que les motifs professionnels (35 % ) ou
les loisirs (19 %).
Source : Saint-Etienne Métropole, Insee Rhône-Alpes -
Enquête déplacements auprès des ménages de 83 communes de la région stéphanoise 2001
Numéro 83
Octobre 2002en effet 27 % de leurs déplacements vers Saint-Etienne, Chaude et Beaulieu Montchovet perdent ainsi 20 % de
soit plus de 80 % des déplacements qui sortent de ce leurs habitants en milieu de matinée, la Métare et
secteur. L'influence de la métropole stéphanoise est Bellevue, à l'activité plus soutenue, en gagnent autant.
Saint-Etie
Saint-Etienne nettement moins marquée sur son flanc est : les habitants Saint-Chamond est dans une situation analogue : le sud
de Saint-Chamond et de la vallée du Gier effectuent est de la ville, avec la zone industrielle du Coin, est de accueille 30 000 actifs
seulement 5,5 % de leurs déplacements vers Saint- 30 % plus peuplé à 10 heures du matin ; à l'inverse au
venus des communes Etienne ; ils ne négligent pas l'agglomération lyonnaise nord, les quartiers de Chavanne et Fonsala, surtout
(2,5 %), pourtant plus éloignée mais facilement résidentiels, se dépeuplent autant. environnantes.
accessible par l'A47.
Hors de Saint-Etienne, c'est sa proche couronne qui Ailleurs, la règle est le plus souvent : des migrations
capte les flux en provenance des communes plus quotidiennes des habitants vers le pôle urbain le plus
éloignées du sud Forez, du Gier lyonnais, de l'Ondaine proche. Andrézieux-Bouthéon, dans la plaine du Forez,
et même de la proche Haute-Loire. L'Ondaine, le sud grâce à la zone commerciale «centre vie» et aux
Forez, Saint-Chamond et la vallée du Gier ont pour leur établissements scolaires du second degré, capte de
part une faible attraction sur leur propre périphérie. nombreux actifs et scolaires de la plaine ; les non résidents
totalisent 39 % des déplacements à destination de la
Saint-Etienne attire quotidiennement 135 000 ville. Firminy et Rive-de-Gier, respectivement dans les
déplacements de l'extérieur, soit, avec les vallées de l'Ondaine et du Gier, tirent également leur
déplacements intra-muros, près d'un déplacement sur épingle du jeu, en partie grâce à leur activité industrielle.
L A L E T T R E cinq de la cité ligérienne. Ce volume représente la La proche couronne stéphanoise limite l'érosion grâce
quasi totalité des déplacements de la population de aux zones commerciales de Villars et Saint-Priest-en-
Saint-Chamond. Dans les quartiers du centre-ville, avec Jarez qui attirent des actifs et des consommateurs ; les
une densité commerciale forte, les déplacements de non résidents représentent ainsi 41 % des déplacementsINSEE
personnes non résidentes dépassent même ceux des à destination de ces communes. L'hémorragie est plutôtRhône
Alpes personnes résidant sur place (56 %). Ainsi à 10 heures contenue en proche Haute-Loire, une zone plutôt rurale,
du matin, ces quartiers sont plus peuplés d'au moins grâce à la présence d'établissements du premier et second
20 % qu'à 6 heures. Avec son centre commercial et ses degré. Néanmoins, cette zone assez périphérique attire
facultés, le quartier Peuple-Centre II bat tous les records peu les personnes résidant près de Saint-Etienne. La
d'affluence avec 58 % de personnes supplémentaires. plupart des villes du Forez, de taille réduite, sont
La situation est plus contrastée dans le reste de la ville : les également dans cette situation. C'est à l'est dans les
quartiers plutôt "dortoirs" ont un pouvoir attractif zones montagneuses des contreforts du Lyonnais et
logiquement plus faible sur les non Stéphanois. Côte dans le Pilat que les communes se vident le plus dans la
journée avec 25 % à 40 % d'habitants en moins. Aux
Les zones rurales perdent systématiquement navettes des actifs et des étudiants s'ajoutent aussi celles
des lycéens et, souvent, des collégiens.des résidents au cours de la journée
Variation du taux de
1 - Centre-ville
présence Les déplacements professionnels génèrent le plus
2 - Peuple-Centre II entre 6 heures et
d'échanges entre les secteurs géographiques. Près d'un3 - Villeboeuf 10 heures du matin
4 - La Chauvetière-Le Clapier déplacement domicile-travail sur deux trouve sa desti-(en %)76
5 - Côte Chaude-Le Grand Coin 5 20 - 58 nation à l'extérieur du secteur de résidence. Concentrant
6 - Bergson-La Terrasse 1 0 - 20 45 % des emplois du périmètre d'étude, l'attraction de7 - Soleil-Montreynaud 8 -20 - 023 94
8 - Châteaucreux-Terrenoire Saint-Étienne sur les actifs des communes environnan--30 - -20
9 - La Richelandière-Montchovet -44 - -30 tes est soutenue. Près d'un quart d'entre eux (30 00011 12 1010 - La Métare-Rochetaillée personnes, soit à peu près l'équivalent de la population
11 - Bellevue-Solaure
de Saint-Chamond) viennent travailler dans la ville-
12 - Valbenoite-Le Val Furet
centre. Dans 80 % des cas, il s'agit de travailleurs à
temps complet. La proche couronne est naturellement
plus dépendante : 46 % de ses actifs travaillent à Saint-
Étienne alors qu'ils ne sont que 34 % à rester dans une
commune de cette zone. L'attraction est également
forte sur la vallée de l'Ondaine avec un quart de ses
actifs travaillant à Saint-Étienne. Pourtant plus éloignés,
20 % des actifs du sud et du nord Forez, du Gier lyonnais
et de la proche Haute-Loire occupent également un
emploi dans la ville-centre.
Les échanges quotidiens du Forez vers Saint-Etienne ou
la proche couronne s'expliquent aussi par une forte
Autoroute
mobilité résidentielle : de nombreux actifs ont en effet
Saint-Etienne-Saint-Chamond quitté la cité stéphanoise pour la région de Saint-Just-
Saint-Rambert entre 1990 et 1999 mais y travaillent
Autre limite communale
toujours. En dehors de Saint-Etienne, les "échanges"
Département d'actifs entre zones limitrophes sont plus faibles et dé-
passent rarement 15 % du total des déplacements.
Lecture : L'attraction du Rhône sur le Gier est forte. En effet, si
à 10 heures, Andrézieux-Bouthéon compte plus de 20 % de personnes supplémentaires qu'à six heures 20 % des actifs de Saint-Chamond travaillent à Saint-
Étienne, près de 15 % occupent un emploi dans ce
Source : Saint-Etienne Métropole - Insee Rhône-Alpes -
Enquête déplacements auprès des ménages de 83 communes de la région stéphanoise 2001 département. Au total, la moitié des 10 300 actifs de
© I.N.S.E.E. 2002 - I.G.N. 1999l'aire d'étude travaillant dans le Rhône résident dans le 84 % de leurs déplacements professionnels en voi-
Gier. ture et seulement moins de 3 % en transports collectifs.
En dehors du Rhône, l'attraction de l'extérieur est Les personnes travaillant dans l'agglomération lyon-
naise s'y rendent surtout en voiture (82 %), viafaible : seulement 7 % des actifs du nord Forez se Parmi les actifs
l'autoroute. Les automobilistes stéphanois font ledéplacent jusqu'à Feurs ou Montbrison ; de la même de Saint-Chamond,
façon, ceux de la proche Haute-Loire se tournent clai- trajet en une heure en moyenne contre une demi-
20 % travaillentrement du côté de Saint-Étienne et de la vallée de heure pour ceux de la vallée du Gier. En train, la
durée s'allonge un peu : une heure vingt pour lesl'Ondaine plutôt que vers le reste de l'Auvergne. à Saint-Etienne
Stéphanois, une heure pour les habitants du Gier.Si Saint-Étienne a un fort pouvoir attractif sur ses alen-
et 15 % dans le Rhône.
tours, les Stéphanois éprouvent moins souvent la
Les salariés à temps partiel utilisent moins souventnécessité de travailler à l'extérieur de la ville. Quand
la voiture. 85 % ont le permis de conduire (contrec'est le cas, ils vont une fois sur trois dans la proche
94 % des salariés à temps complet) et ceux qui l'ontcouronne.
disposent moins souvent d'un véhicule pour aller
Les salariés à temps partiel, essentiellement des travailler (80 % contre 88 %). Aussi dans le centre de
femmes (84 %), sont moins disposés à travailler loin de Saint-Étienne, les actifs à temps partiel privilégient la
chez eux. Les échanges de ces actifs entre les secteurs marche à pied (45 %) et les transports collectifs font
sont en effet moins fréquents et se resserrent entre les jeu égal avec la voiture (28 % et 26 %). Dans les
zones limitrophes. Seule la cité stéphanoise parvient à autres quartiers, les transports collectifs sont au même
attirer le quart des navetteurs des autres secteurs. Cette niveau, mais la voiture est davantage utilisée (48 %).
attraction se limite à la proche couronne (51 % des
En voiture, les résidents-actifs stéphanois mettentsalariés à temps partiel du secteur) et à la vallée de
presque autant de temps pour rejoindre leur travaill'Ondaine (40 %). Moins de 10 % des navetteurs vers
que les actifs arrivant d'autres communes, respec-Lyon sont à temps partiel.
tivement 23 et 26 minu tes. En fait, même s'ils
L A L E T T R E
Plus des trois quarts des déplacements professionnels parcourent des distances a priori plus courtes, les
sont effectués en voiture. Les actifs stéphanois dispo- Stéphanois se déplacent exclusivement en ville, par
sent d'une offre de transports en commun importante, conséquent à vitesse réduite sur l'ensemble du trajet. INSEEalors qu'ailleurs, la voiture est souvent indispensable. A l'inverse, les non-résidents circulent en agglomé-
RhôneDans le centre-ville, même si la voiture reste souvent ration seulement aux extrémités de leur trajet,
Alpesutilisée (55 %), les Stéphanois rejoignent aussi leur l'essentiel de la distance est parcouru sur des axes
travail à pied (25 %) ou en transports collectifs (18 %). rapides. Naturellement, en transports collectifs, à
Dans les autres quartiers de la ville, même si la voiture distance égale le déplacement est plus long et dure
grimpe à 71 %, les transports collectifs sont loin d'être 36 minutes pour les Stéphanois (42 minutes pour les
négligés et représentent 12 % des navettes. Hors de autres). Néanmoins, la moitié des personnes arrivent
Saint-Etienne, les salariés à temps complet effectuent à destination en moins de 30 minutes.
Avec autant de collèges et de lycées que dans toutes
les autres villes du périmètre, l'attraction de Saint-Le périmètre de l'enquête
Étienne est forte : plus d'un élève sur cinq du
Commanditée par la communauté d'agglomé- secondaire résidant hors de Saint-Étienne est scola-
ration stéphanoise «Saint-Etienne Métropole» à risé dans la ville centre. Les liens les plus élevés ont
l'Insee Rhône-Alpes, l'enquête a été réalisée entre
octobre 2000 et janvier 2001. Il s'agit de la
Deux actifs avec deux voitures :deuxième enquête déplacements dans la région
stéphanoise ; la première avait eu lieu en 1992. une situation plus répandue dans le périurbain
Au total, 83 communes sont concernées, deux
55
fois plus que précédemment. Outre les vallées Part des ménages
de l'Ondaine et du Gier, le périmètre s'étend, au avec au moins deux actifs (en %)
nord, sur la plaine du Forez, à l'est, sur le Pilat et 50
les contreforts du Lyonnais et, au sud, sur 15 Nord Forez
communes de la Haute-Loire. Cette vaste zone
45de 1 300 km² couvre les aires urbaines de Saint-
Etienne (à l'exception de huit communes), Saint-
Gier lyonnais
Sud ForezChamond et Saint-Just-Saint-Rambert et quel- 40 Proche
ques communes hors aires urbaines. Prochecouronne
Haute-LoireL'aire d'étude a été divisée en 42 secteurs sur stéphanoise
35 Gier Pilatlesquels s'appuie le tirage au sort des ménages
enquêtés. En règle générale, un secteur regroupe Vallée du Gier
une ou plusieurs communes. Du fait de leur Tous secteurs30
taille, les villes de Saint-Etienne et Saint-
Vallée de l'OndaineChamond ont été découpées respectivement en
2512 et 4 secteurs qui constituent des quartiers. Saint-Etienne
Dans cette étude, on a le plus souvent retenu un
Saint-Chamond
zonage plus agrégé de 10 secteurs géographi- 20
quement homogènes et caractéristiques en
Part des ménagestermes de nature et d'orientation des
15 disposant d'au moins 2 véhicules (en %)déplacements de leurs habitants. Au total, près
de 500 000 habitants étaient dans le champ de
l'enquête, soit l'équivalent des deux tiers de la 10
10 15 20 25 30 35 40 45 50 55population du département de la Loire. Près de
9 700 personnes ont répondu favorablement aux
Source : Saint-Etienne Métropole - Insee Rhône-Alpes -
enquêteurs, réparties dans 4 120 ménages. Enquête déplacements auprès des ménages de 83 communes de la région stéphanoise 200115 600
lieu avec la proche couronne où pas moins de deux tiers la plaine du Forez, le nord envoie également 22% de
des élèves du secondaire sont scolarisés dans la métro- ses élèves du secondaire au sud vers Andrézieux-
pole stéphanoise. Bouthéon et Saint-Just-Saint-Rambert. Hors de l'aire
Des communes plus éloignées sont aussi concernées, d'étude, Montbrison, Feurs et Saint-Romain-du-Puy ac-
au nord dans les contreforts des monts du Lyonnais (un cueillent aussi des élèves du Forez.
tiers des déplacements des élèves) et à l'ouest dans la
vallée de l'Ondaine (20%). Quoique encore significa- Seuls les élèves du secondaire de Saint-Étienne et de
tive, l'attraction de la ville centre est plus diffuse au-delà, Saint-Chamond, plus souvent scolarisés sur place, se
dans le sud Forez et la proche Haute Loire. rendent majoritairement à l'école à pied, les plus cou-
A l'est, sans établissement dans leur zone de résidence, rageux marchant plus d'une heure. Plus rarement
les 11-17 ans du secteur Gier-Pilat descendent étudier accompagnés en voiture que leurs cadets, ils n'ont pas
dans la vallée (54 %) ou à Saint-Chamond (40 %). Dans d'autre choix que d'utiliser les transports collectifs pour
La proche couronne entre dépendance de Saint-Etienne et attraction des zones périphériques
Limite départementTous déplacements - Tous modes Part des déplacements
internes au secteurreste Forez
route départementale (en %)
91
route nationale Rhône80 - 90
70 - 80
autoroute
50 - 70
Nord-Forez
Vallée du Gier
Gier Lyonnais
Sud-Forez
Gier Pilat
Saint-Chamond
Proche couronne
Saint-Etienne
Ondaine
Nombre de déplacementsProche Haute-Loire et Pilat
quotidiens entre les
secteurs (>3 500)
54 000
reste Haute-Loire
23 000
4 300
Lecture :
91 % des déplacements des stéphanois sont réalisés à Saint-Etienne ; parmi les déplacements à l'extérieur de la ville , 23 000 ont pour destination la proche couronne.
Source : Saint-Etienne Métropole - Insee Rhône-Alpes -
Enquête déplacements auprès des ménages de 83 communes de la région stéphanoise 2001
18 100
4 3003 300
ce déplacement. Parmi les plus gros utilisateurs, les Les élèves du secondaire du centre-ville de Saint-Étienne
élèves des contreforts des monts du lyonnais (62 %) et accédant rapidement à leur établissement sont les
ceux du nord Forez (71 %) se partagent entre les lignes seuls à majoritairement sortir le midi. Dans les com-
de bus interurbaines et les transports scolaires. munes limitrophes des vallées de l'Ondaine et du Gier,
Quant à ceux de la proche couronne (70 %), ils peuvent avec l'allongement des distances, les élèves disposent
rallier Saint-Étienne facilement en utilisant le réseau de moins de temps pour rentrer chez eux ; 40 % optent
urbain (STAS). quand même pour cette solution en utilisant les lignes
Au total, les collégiens et les lycéens passent respecti- urbaines, relativement bien desservies. Ailleurs, quand
vement 25 minutes à pied et 41 minutes en transports les élèves utilisent principalement les transports scolai-
collectifs dans leurs déplacements domicile-école, res- res pour aller à l'école, essentiellement disponibles en
pectivement dix et quinze minutes de plus que début et en fin de journée, les taux de retour au domicile
les écoliers. sont beaucoup plus faibles, et dépassent rarement 20 %.
Saint-Chamond et la vallée du Gier échangent relativement peu d'actifs avec Saint-Etienne
Déplacements domicile-travail - Tous modes
Limite département Part des déplacements
internes au secteur
reste Forez
(en %)route départementale
71,4
route nationale 45 - 65 Rhône
30- 45
autoroute 18,6- 30
Nord-Forez
Vallée du Gier
Gier Lyonnais
Sud-Forez
Gier Pilat
Saint-ChamondProche couronne
Saint-Etienne
Ondaine
Proche Haute-Loire et Pilat
Nombre de déplacements
quotidiens entre les
secteurs (>650)
10 500
reste Haute-Loire
6 200
1 500
Lecture :
entre 30 et 45 % des déplacements domicile-travail des résidents du nord-Forez ont lieu dans la zone. Parmi les déplacements hors de la zone, 1 900 ont pour destination Saint-
Etienne.
Source : Saint-Etienne Métropole - Insee Rhône-Alpes -
Enquête déplacements auprès des ménages de 83 communes de la région stéphanoise 2001
10 300
1 400Seule véritable ville universitaire de l'aire d'étude, qu'ailleurs ils privilégient la voiture (59 %). Quant à
abritant plusieurs grandes écoles et les principales ceux qui effectuent des navettes quotidiennes jusqu'à
facultés, Saint-Étienne attire naturellement des étu- Lyon, ils s'y rendent le plus souvent en train (84 %).
La métropole diants de l'ensemble de la région stéphanoise. Ainsi Si les étudiants se déplacent autant que les collégiens et
70 % des non-résidents font tous les jours la navette les lycéens, les trajets domicile-étude sont moins fré-stéphanoise
jusqu'à Saint-Étienne. Au total, la métropole stépha- quents au quotidien, surtout pour ceux qui n'habitent
accueille 81 % noise accueille 81 % des étudiants de l'aire d'étude pas Saint-Étienne (34 %). Pour les Stéphanois, plus
alors que "seulement" 57 % y résident. Concentrant de proches de leur établissement, ces trajets constituentdes étudiants de l'aire
nombreux établissements supérieurs, le centre-ville près de la moitié de leurs déplacements. D'ailleurs,d'étude alors que
accueille, à lui seul, la moitié des étudiants de la ville. souvent plus éloignés de leurs destinations, les non
«seulement» 57 % Par ailleurs, ils sont 1 700 (7 %), répartis sur toute l'aire Stéphanois enchaînent plus de déplacements sans pas-
d'étude, à se déplacer quotidiennement vers l'agglo- ser par leur domicile, 27 % contre 17 % pour lesy résident.
mération lyonnaise (les étudiants qui résident toute la Stéphanois.
semaine à Lyon et qui rentrent en fin de semaine et ceux
en cité universitaire ne sont pas dans le champ de
l'enquête).
Les étudiants qui n'habitent pas Saint-Étienne ont plus
souvent le permis de conduire (95 %) que ceux qui
résident à Saint-Etienne (70 %). La proximité du lieu
L A L E T T R E
d'étude, facilement joignable à pied ou en transports en
commun peut inciter les étudiants stéphanois à différer
l'obtention du permis. Par ailleurs, disposant parfois deINSEE leur propre logement (30 %), leurs frais quotidiens dimi-
Pour en savoir plus
Rhône nuent d'autant un hypothétique budget voiture. Même
Alpes quand ils sont titulaires du permis, les Stéphanois dispo-
sent deux fois moins souvent d'un véhicule pour l Roanne : les deux-roues font jeu égal avec
rejoindre leur établissement. Dès lors, il n'est pas éton- les transports collectifs. Daniel Rulfi - La
Lettre Insee Rhône-Alpes n°74, Juillet 2001nant que les étudiants résidant dans la ville universitaire
s'y rendent plus souvent à pied, surtout dans le centre-
ville (55 %), ou en transports collectifs (32 %) alors
INSEE Rhône-Alpes - 165 rue Garibaldi
69401 Lyon cedex 03
Tel : 04.78.63.28.15 - Fax : 04.78.63.25.25
Les enquêtes déplacements Directeur de la publication : Etienne Traynard
Rédacteur en chef : Yvon Rendu
Les enquêtes déplacements permettent de me-
Tarifs :
surer la mobilité quotidienne des résidents d'une
- 2,2 e le numérozone géographique donnée (voir La Lettre n°74).
La présente étude s'intéresse essentiellement - Abonnement 10 numéros par an minimum
aux navettes domicile-travail et domicile-étu- (plus le bilan de l’année économique) :
des. France : 19 ?
Les emplois et certains équipements éducatifs,
Reste du monde : 23 ?
souvent concentrés dans les pôles urbains ou à
- Abonnement incluant INSEE Rhône-Alpesproximité, obligent parfois les actifs et les élèves
Résultats :à réaliser des déplacements plus longs, mettant
ainsi en exergue des liens de dépendance entre France : 32 ?
les secteurs. Reste du monde : 40 ?
L'étude porte également sur les flux de déplace-
Dépôt légal n°1004, mai 1993ments entre les différents secteurs géographi-
© INSEE 2002 - ISSN 1165-5534ques du périmètre étudié (cf. encadré Périmètre
de l'enquête). Imprimerie Auguste Cretin
Précision des résultats
Les résultats de l'enquête sont issus d'un sondage. Ce sont donc des estimations plus ou moins proches des vrais
résultats, inconnus par définition, qu’on aurait obtenus en interrogeant tous les habitants de la région stéphanoise.
Le tableau ci-dessous donne, à titre d'exemple, la précision de quelques données de cadrage.
Déplacements avec départDéplacements avec
Déplacements Déplacements en
Zone de résidence départ ou arrivée à et arrivée dans la zone de Lecture du tableauen voiture transports collectifs
résidence - tous modes Saint-Etienne - tous modes
La vraie valeur se situe :
- entre +/- 1% de la valeur (pasSaint-Etienne 300 135 * 102 997 667 183 567 145
d'étoile)Proche couronne * 138 000 ** 24 591 * 90 603 * 89 383
- entre +/- 5 % (une étoile)
Ondaine 126 386 ** 13 993 * 34 236 142 011
- entre +/- 10 % (deux étoiles)
Saint-Chamond 87 972 * 11 806 * 17 433 109 199 - entre +/- 25 % (trois étoiles)
Vallée du Gier 98 568 ** 9 475 ** 11 485 100 299 Par exemple, on observe que les
Gier Pilat * 22 697 *** 2 238 *** 2 962 * 7 474 Saint-Chamonais réalisent 11 806
Gier Lyonnais 28 961 * 2 605 6 964 17 635 déplacements en transports
collectifs un jour moyen deSud Forez 110 325 * 8 061 * 23 107 103 008
semaine.Nord Forez 68 458 * 6 875 * 14 120 49 120
La vraie valeur se situe entre
Proche Haute-Loire 119 374 ** 6 005 * 24 246 103 696
+/- 5 %, soit entre 11 216 et
Tous secteurs 1 100 874 * 188 646 892 340 1 288 969 12 396 déplacements.
Source : Saint-Etienne Métropole - Insee Rhône-Alpes -
Enquête déplacements auprès des ménages de 83 communes de la région stéphanoise 2001

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin