//img.uscri.be/pth/fdbf80df290159c264774ccbbe0ba0d6e44a6153
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Panorama 2002 des Hautes-Pyrénées

8 pages

Ce numéro annuel spécial présente un panorama complet du département des Hautes-Pyrénées selon les thèmes suivants : la nouvelle géographie urbaine et rurale du territoire, la population et les logeme...

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Signaler un abus

Regards sur les Hautes-Pyrénées
Numéro 10-65 :: janvier 2003:
Ce numéro spécial de la série « Regards sur les Hautes-Pyrénées » propose un panorama chiffré synthétique
sur le département à partir des données du système statistique public.
Panorama du département
Un territoire structuré
par 2 pôles urbains
et 4 pôles ruraux
Vic-en-Bigorre
Tarbes
LannemezanLourdes
OrOrOrOrOrggggganianianianianisssssaaaaatttttiiiiiooooon tern tern tern tern terrrrrritoitoitoitoitorrrrrialialialialialeeeee
Bagnères-de-Bigorre dddddeeeees ss ss ss ss sererererervvvvviiiiiccccceeeeesssss
Argelès-Gazost
Pôle de services intermédiaires
Commune exerçant par les équipe-
ments de sa gamme intermédiaire une
attraction sur les habitants d’au moins
une autre commune ou commune
bien équipée (possédant 9 équipements
ou plus parmi les 16 caractérisant cette
gamme).
Aire d’influence des pôles de services
GéoFLA® © IGN 1999 - Insee 2002 intermédiaires. Chaque commune est
Sources : Insee - Scees, reliée par un trait au pôle de services
recensement de la population 1999 - inventaire communal 1998 intermédiaires fréquenté habituellement.
Zonages d’études établis en 2002
Espace à dominante urbaine Espace à dominante rurale
Insee Midi-PyrénéesAirAirAirAirAireeeees urs urs urs urs urbbbbbaineaineaineaineainesssss AirAirAirAirAireeeees ds ds ds ds d’’’’’empempempempempllllloooooi di di di di de le le le le l’’’’’eeeeespspspspspacacacacace re re re re rurururururalalalalal
36, rue des Trente-Six-Ponts
31054 TOULOUSE CEDEX 4Pôles urbains Pôles d’emploi de l’espace rural
Téléphone : 05 61 36 61 36 - Télécopie : 05 61 36 62 00
Unités urbaines comptant 5 000 emplois Communes (ou unités urbaines) n’appar-
Directeur de la publication :ou plus. tenant pas à l’espace à dominante urbaine
Benjamin Camus
comptant 1 500 emplois ou plus.Couronnes périurbaines Rédacteur en chef :
Bruno MuraCommunes (ou unités urbaines) dont 40 % ou Couronnes des pôles d’emploi
Maquettiste :plus des actifs résidents travaillent hors de la de l’espace rural Monique Galou
commune (ou de l’unité urbaine) mais dans Communes (ou unités urbaines) n’appar-
l’aire urbaine. tenant pas à l’espace à dominante urbaine
www.insee.fr/mp
Communes multipolarisées dont 40 % ou plus des actifs résidents
travaillent hors de la commune (ou de l’unitéCommunes (ou unité urbaines) dont 40 %
Imprimeur : Reprographie Moderne, 31770 Colomiersurbaine) mais dans l’aire d’emploi de l’espaceou plus des actifs résidents travaillent dans Dépôt légal : janvier 2003
rural. ISSN : 1298-9533plusieurs aires urbaines, sans atteindre ce seuil
SAGE : R65100376avec une seule d’entre elles. Autres communes de l’espace
à dominante rurale
Prix au numéro : 1,5 €
Abonnement à l’ensemble des publicationsCommunes (ou unités urbaines) n’apparte-
pour l’année 2003 :nant ni à l’espace à dominante urbaine, ni à
- France : 70 €
- Etranger : 87 €une aire d’emploi de l’espace rural.
1Regards sur les Hautes-Pyrénées
POPULATION Pyramides des âges en 1990 et 1999
Age
Au 8 mars 1999, la population des Hautes-Pyrénées s’élève à
90 1999
222 400 habitants. Elle a perdu 2 400 personnes entre 1990 et 1990
801999. La baisse amorcée dans les années quatre-vingt s’est
70cependant ralentie, le taux de variation annuel se
situant à - 0,1 % entre 1990 et 1999 contre - 0,2 % durant la
60
Hommes Femmesdécennie précédente.
50
40
Le département est à nouveau attractif. Entre 1990 et 1999, le
30nombre d’arrivants est supérieur de 1 400 à celui des sortants,
alors qu’il était inférieur de 650 personnes durant la décen- 20
nie précédente. Près des deux tiers des communes ont un
10
solde migratoire positif. Les communes bénéficiaires des flux
0migratoires sont, de manière globale, les communes
2 000 1 600 1 200 800 400 0 0 400 800 1 200 1 600 2 000
périurbaines des villes de Tarbes et de Lourdes. Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
Entre 1990 et 1999, l’excédent des décès sur les naissances a
été en moyenne de 400 personnes par an. Ce déficit déjà
observé dans le passé s’est amplifié puisqu’il avoisinait les
300 dans les années quatre-vingt. Cette tendance s’est Evolution de la population de 1901 à 1999
confirmée en 2000, malgré une légère hausse du nombre de milliers
240naissances. Ainsi, sept communes sur dix présentent un solde
naturel négatif. Ce phénomène touche les communes rurales
230
comme urbaines.
220
La population de l’aire urbaine de Tarbes est restée stable
210entre 1990 et 1999, l’excédent naturel compensant le solde mi-
gratoire négatif. L’aire urbaine de Lourdes connaît une baisse
200
sensible de sa population avec un taux de variation annuel
de - 0,4 % entre 1990 et 1999. 190
Variation annuelle
180
de population 1901 1911 1921 1931 1946 1962 1975 1990
1906 1926 1936 1954 1968 1982 1999par canton
Source : Insee - recensements de la population
entre 1990 et 1999
en %
Aureilhansupérieure à 0,4
Tarbesde 0 à 0,4
de - 0,4 à 0
inférieure à - 0,4
Lourdes Population selon les espacesBagnères-
de-Bigorre
Population Taux de variation
sans doubles annuel 1990-1999 (en %)
comptes
Ensemble dû dû
1999
au solde au solde
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2002
naturel migratoire
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
Aires urbaines
Tarbes 109 892 0,0 0,1 - 0,1
Lourdes 21 549 - 0,4 - 0,2 - 0,2
Mouvement naturel de la population
Villes principales
Tarbes 46 275 - 0,3 0,2 - 0,5
Taux Nombre de Taux de Nombre de Lourdes 15 203 - 0,8 - 0,2 - 0,6
de natalité naissances mortalité décès Bagnères-de-Bigorre 8 048 - 0,5 - 0,7 0,2(en ‰) domiciliées (en ‰) domiciliés
Aureilhan 7 447 0,0 0,0 0,01999 2000 1999 2000
Tarn 10,0 2 260 11,8 2 757 Hautes-Pyrénées 222 368 - 0,1 - 0,2 0,1
Midi-Pyrénées 2 551 687 0,5Midi-Pyrénées 10,8 29 473 10,3 26 417 0,0 0,5
France 12,7 773 253 9,2 532 952
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999Sources : Insee - Etat Civil et estimations localisées de population
2
PPPPPOOOOOPULATIOOOOONNNNNRegards sur les Hautes-Pyrénées
LOGEMENTSParc de logements selon leur catégorie
en 1999
En 1999, le département des Hautes-Pyrénées compte
Hautes-Pyrénées Midi-Pyrénées France environ 130 000 logements, dont 72 % de résidences princi-% %Nombre % pales. Depuis 1975, le nombre total de logements a augmenté
Résidences principales 93 371 71,9 81,1 83,0 de 30 % alors que la population a légèrement diminué. Sur la
Résidences secondaires 25 807 19,9 10,5 9,2
dernière décennie, le parc de résidences principales aLogements occasionnels 1 167 0,9 0,9 0,9
augmenté de 10 %. L’accroissement le plus tangible estLogements vacants 9 601 7,3 7,5 6,9
Ensemble 129 946 100,0 100,0 100,0 observé sur la commune de Tarbes (+ 2 000 résidences prin-
Part des logements cipales) et sur sa banlieue (+ 1 000).
locatifs HLM dans les
résidences principales 10 545 11,3 8,5 16,0
On compte près de 26 000 résidences secondaires dans leSource : Insee - recensement de la population 1999
département soit un logement sur cinq. Leur nombre a
progressé de 18 % au cours de la dernière décennie. Ce parc
Evolution de la population et des logements de résidences secondaires est constitué de logements
récents. Un sur trois a été construit depuis 1982, principale-base 100 en 1975
150 ment dans des immeubles collectifs de plus de 10 logements.
Logements Localisées principalement en zone montagneuse, la propor-140
tion de résidences secondaires dépasse 50 % de l’ensemble
130 des logements dans une majorité de communes, et même
80 % dans six d’entre elles (Germ, Saint-Lary-Soulan,120
Aragnouet, Cauterets, Vielle-Louron ou Barèges).
110
Population
100 Le nombre de logements vacants est en baisse dans le
département. Leur part ne représente plus que 7,3 % de
90
l’ensemble des logements contre 9,6 % en 1975. On en dénom-
1975 1982 1990 1999
brait 10 300 en 1990 contre 9 600 en 1999.Source : Insee - recensements de la population
REVENUSRevenus fiscaux des ménages en 1999
RRRRReeeeevvvvvenus fenus fenus fenus fenus fiiiiissssscccccauauauauauxxxxx d d d d deeeees ms ms ms ms mééééénagnagnagnagnageeeeesssss
Hautes- Midi- France
En 1999, le revenu fiscal moyen des ménages s’élève à 23 721 €.Pyrénées Pyrénées
Nombre de ménages fiscaux 89 630 1 003 737 22 711 824 C’est le revenu le plus élevé des départements de la région
Part des ménages imposés 55,2 54,8 59,9 derrière la Haute-Garonne (27 261 €). Plus de 55 % des ména-
Revenu moyen ges acquittent un impôt sur le revenu, soit plus que dans
des ménages (€) 23 721 24 636 26 787
l’ensemble de la région. Parmi les 89 630 ménages fiscaux, laPart des traitements et salaires * 57,0 61,1 65,2
Part des bénéfices * 9,3 8,7 7,5 moitié dispose d’un revenu inférieur à 20 024 €. Les écarts de
Part des pensions retraites rentes * 28,9 25,0 22,5 revenu sont importants. En effet, les 10 % des ménages les
Part des autres revenus * 4,8 5,2 4,8
plus pauvres disposent d’un revenu inférieur à 6 559 €
Revenu fiscal médian
contre 44 182 € pour les 10 % les plus aisés. C’est dans lesdes ménages (€) 20 024 20 166 21 604
* en % du revenu fiscal cantons situés en périphérie de Tarbes et de Lourdes que
Source : Direction Générale des Impôts 1999 le niveau de revenu est le plus élevé.
Revenu fiscal médian des ménages par canton
en millier d'euros
plus de 24
de 22 à 24
de 20 à 22
de 18 à 20
de 16 à 18 Champ couvert : : s ont exclus les ménages concernés
par un mariage, un décès ou une séparation, les ménages
Tarbes constitués de personnes n’ayant pas leur indépendance
fiscale ou vivant en collectivité.
LannemezanLourdes Bagnères- Le revenu fiscalal e st la somme des ressources portées
de-Bigorre
sur la déclaration de revenus, avant abattements. Il ne
comprend pas les revenus sociaux non déclarés (RMI, …).
Un ménage fiscal se compose de tous les foyers fiscaux
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2002 rattachés à une résidence principale.
Le revenu médianian partage la population en deux groupes,
la moitié des ménages dispose de revenus inférieurs à cette
Source : Direction Générale des Impôts 1999 valeur et l’autre moitié de revenus supérieurs.
3
REVENUSUS LLLOOOGEMENTTTSSSUS LLOOTTSSRegards sur les Hautes-Pyrénées
Salaire annuel moyen REVENUS
par qualification et par sexe en 2000
unité : euroSSSSSalalalalalairairairairaireeeeesssss
Hautes-Pyrénées Midi- France
Pyrénées (métropole) En 2000, le salaire annuel moyen perçu par les habitants des Femmes Hommes Ensemble
Hautes-Pyrénées s’élève à 15 390 €. Il est inférieur au salaire Cadres et chefs
moyen régional. Les femmes reçoivent en moyenne un d'entreprises 24 094 32 117 29 934 32 205 37 040
Professions salaire inférieur de 20 % à celui des hommes. Cet écart est le
intermédiaires 17 548 20 318 19 089 19 361 20 401
plus faible de la région (25 %). Dans les Hautes-Pyrénées, les Employés 11 746 13 450 12 199 12 655 13 401
Ouvriers qualifiés 12 294 14 154 13 990 13 881 14 930ouvriers qualifiés sont légèrement mieux rémunérés que
Ouvriers dans l’ensemble de la région (13 990 € contre 13 881 €), alors non qualifiés 9 022 11 580 10 830 11 133 11 582
que toutes les autres catégories de salariés ont une rému- Ensemble des salariés 13 472 16 925 15 390 16 928 18 331
nération inférieure à la moyenne régionale. Source : Insee - Déclarations annuelles de données sociales
Champ couvert : ensemble des salariés résidant dans le
département à l’exclusion des salariés de l’agriculture, des
agents de l’Etat, des gens de maison et des apprentis.
RRRRReeeeevvvvvenu senu senu senu senu salalalalalarararararial annuial annuial annuial annuial annueeeeel mol mol mol mol moyyyyyeneneenenn : salaire moyen perçu, net
de prélèvement à la source. Il comprend les primes, avanta-
ges en nature et indemnités versés en complément de
rémunération. Le salaire perçu prend en compte toutes les
périodes successives de travail dans l’année ainsi que les
activités complémentaires du salarié relevant de plusieurs
employeurs.
Prestations sociales
En 2000, dans les Hautes-Pyrénées, près de 14 700 personnes
sont allocataires d’un des cinq principaux minima sociaux.
Les femmes représentent 58 % des allocataires. Entre 1999
et 2000, on constate une baisse de 7 % de cette population, Part de la population
dans la même proportion que pour l’ensemble de la région. couverte fin 2000
Les bénéficiaires de l’AAH sont les plus nombreux (35 %), par les cinq minima sociaux
suivis de ceux de l’AS (27 %), du RMI (22 %), de l’ASS (13 %) et de (RMI, API, AAH, AS, ASS)
l’API (3 %). Avec les conjoints, enfants et ascendants des allo-
cataires, on estime à 24 500 personnes la population couverte
en % de la population Tarbespar ces cinq minima sociaux, soit 11 % de la population totale
cantonale Ossundu département. supérieure à 12
de 10 à 12 Lourdes Bagnères-
de 8 à 10 de-BigorreLa densité d’allocataires de ces cinq minima sociaux est plus inférieure à 8
Aucun Campanforte dans le nord du département, dans la Barousse et dans Argelès-
Gazostles principales villes, Lourdes mais surtout Tarbes.
Le nombre d’allocataires est en baisse dans tous les cantons, GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2002
excepté celui d’Aucun, avec un recul plus accentué pour les
cantons de Campan, Galan et Ossun. Sources : CAF, MSA, CRAM, ASSEDIC, INSEE
Le Revenu Minimum d’Insertion (RMI)MI) est une prestation
sociale destinée à permettre l’insertion sociale et profes- Allocataires des cinq minima sociaux
sionnelle. fin 2000 (RMI, API, AAH, AS, ASS)
L’Allocation de Parent Isolé (API) (API) est destinée à prémunir
Hautes- Part de la Midi- Part de lales personnes seules avec enfant à charge des consé-
Pyrénées populationPyrénées population
quences financières de leur situation d’isolement récente. couverte couverte
(en %) (en %)L’Allocation Adulte Handicapé (AAH)AH) est destinée à assurer
un minimum de revenu aux personnes qui présentent une Nombre d'allocataires 14 684 158 210
Revenu Minimum d'Insertion 3 282 2,8 47 140 3,5incapacité permanente.
Allocation de Parent Isolé 440 0,5 5 825 0,6L’Allocation Supplémentaire (AS)S) est destinée à assurer Allocation Adulte Handicapé 5 104 3,6 40 076 2,4
un minimum de revenu aux personnes âgées. Allocation Supplémentaire 3 939 2,2 46 604 2,4
Allocation de Solidarité Spécifique 1 919 1,9 18 565 1,6L’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS)S) assure un
Population couverte 24 499 11,0 268 005 10,5minimum de revenu aux personnes dont les droits à l’assu-
Sources : ASSEDIC - CAF - MSA - CRAM - INSEErance chômage sont arrivés à expiration.
4
REVENUSUSUSUSUSRegards sur les Hautes-Pyrénées
EMPLOI - CHOMAGEEvolution de l'emploi total
indice base 100 en 1989
112 EmpEmpEmpEmpEmpllllloooooiiiii
Midi-Pyrénées110
L’emploi total dans les Hautes-Pyrénées se redresse depuis
108
la fin de l’année 1998 après quatre ans de stagnation. Cette
106
accélération est due à la forte expansion du secteur tertiaireFrance104
qui compense largement les pertes d’emplois dans les autres
102
secteurs. Début 2001, sur les 85 200 emplois que comptent
100 les Hautes-Pyrénées, près des trois quarts sont dans le
98 tertiaire.Hautes-Pyrénées
96
94 Entre 1989 et 2000, plus de 6 000 emplois non-salariés sont1990 1992 1994 1996 1998 2000
1989 1991 1993 1995 1997 1999 supprimés dans les Hautes-Pyrénées, soit une baisse
Source : Insee - estimations annuelles moyenne de 3,7 % par an. Tous les secteurs d’activité sont tou-
chés, plus particulièrement l’agriculture qui voit disparaître
3 800 de ses agriculteurs en onze ans.Les trois quarts des emplois dans le tertiaire
Emploi total en 2000 : 85 198 Au contraire, l’emploi salarié, stable entre 1990 et 1993,
Agriculture progresse à partir de 1994 de près de 1,4 % en moyenne par
an. Début 2001, la part de l’emploi salarié dans le département,5 %
Industrie 86 % de l’emploi total, est très proche de celle de l’ensemble
14 % de la région (87 %).
Construction7 % En 2000, près de 1 100 emplois salariés ont été créés dans lesServices 61 %
Hautes-Pyrénées, contre 1 700 un an auparavant. Presque
13 % tous les secteurs d’activité contribuent à ces créations d’em-
Commerce ploi salarié, en premier lieu les services (pour 33 % dans ceux
destinés aux entreprises, pour 22 % dans ceux destinés aux
particuliers). Viennent ensuite la construction, qui participe
Source : Insee - estimations annuelles
pour un tiers, et dans une moindre proportion l’industrie.
Par contre, dans l’agriculture et les transports, la tendance
est à la baisse des effectifs.
Emploi au lieu de travail début 2001
Emploi Emploi Evolution annuelle moyenne
de l'emploi total 1990-2001 (%) total salarié
Hautes- Midi-
Pyrénées Pyrénées
Agriculture 4 366 908 - 5,1 - 3,6
Industrie 12 162 11 434 - 1,8 - 0,5
Construction 5 629 4 389 - 0,7 - 0,5
Tertiaire 63 041 56 889 1,1 1,9
Ensemble 85 198 73 620 0,1 0,9
Source : Insee - estimations annuelles
IntIntIntIntIntééééérrrrrimimimimim
L'industrie représente
Après trois années de forte évolution (17 % en moyenne par
six emplois intérimaires sur dix
an), le volume de travail intérimaire (hors éducation) dans
Répartition des emplois intérimaires en 2001 (%)
les Hautes-Pyrénées s’accroît encore en 2001, mais plus
faiblement : 10 %. L’intérim offre près de 1 500 emplois en
Construction
équivalent temps plein dont six sur dix dans l’industrie. Ces
22 % emplois augmentent de 11% dans le tertiaire (hors éducation)
et dans l’industrie, et seulement de 2 % dans la construction.
Tertiaire
Industrie 60 % 15 % (hors éducation)
Non renseigné
3 %
Sources : Insee - UNEDIC, Ministère des affaires sociales,
du travail et de la solidarité
5
EMPLOOOI - CHI - CHI - CHOMAGEGEGEOI - CHI - CHGEGERegards sur les Hautes-Pyrénées
EMPLOI - CHOMAGE Evolution du taux de chômage trimestriel
%
14CCCCChhhhhôôôôômmmmmagagagagageeeee
Hautes-Pyrénées 10,313Au cours de l’année 2001, le taux de chômage dans les Hautes-
Pyrénées a diminué de 0,3 point, baisse proche de celle
12
observée dans l’ensemble de la région (- 0,4 point). Le taux de
11chômage s’établit à 10,3 % fin juin 2002, stable par rapport à
juin 2001. Il reste supérieur aux taux de chômage régional et
10
national.
9 Midi-Pyrénées 9,3
France 9,0Fin juin 2002, on compte 7 200 demandeurs d’emploi de 8
1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002catégorie 1 inscrits à l’ANPE, soit une augmentation de 6,8 %
Source : Insee - estimations trimestriellesen un an, alors qu’elle n’est que de 0,3 % pour l’ensemble de la
région. Cette augmentation concerne surtout les hommes
(+ 13,4 % contre + 1,2 % pour les femmes). C’est pour les jeunes
de moins de 25 ans que la situation de l’emploi s’est le plus
dégradée avec une hausse de 9,3 % du nombre de chômeurs
entre juin 2001 et juin 2002. Même si les femmes restent légè-
rement majoritaires (51 %) au sein des demandeurs d’emploi
de catégorie 1, leur situation au regard du chômage se
Demandeurs d'emploi en fin de mois
dégrade moins rapidement que celle des hommes. En effet,
au 30 juin 2002
les hommes pâtissent plus de la dégradation économique
Répartition Evolution annuelle en (%)car ils sont plus nombreux à travailler dans l’industrie,
des chômeurs* de juin 2001 à juin 2002
directement affectée par le ralentissement mondial, que (%)
Hautes- Midi-
dans le tertiaire où la main-d’œuvre est plus féminine. Pyrénées Pyrénées
Nombre de chômeurs 7 199 7 0
. par sexe :Toutes les catégories socioprofessionnelles sont concernées
- Hommes 49 13 6
par la hausse du nombre de chômeurs. Cependant l’augmen- - Femmes 51 1 - 4
. par âge :tation est plus forte pour les manœuvres et ouvriers (+ 16 %)
- Moins de 25 ans 17 9 3que pour les employés (+ 1 %), ces derniers représentant près - De 25 à 49 ans 69 6 0
- 50 ans et plus 14 7 0des deux tiers des demandeurs d’emploi.
. par qualification :
- Manœuvres, ouvriers 22 16 - 1
- Employés 63 1 - 3Dans le même temps, le nombre de chômeurs de longue
- Techniciens 8 24 13
durée continue d’augmenter (+ 1,5 % entre juin 2001 et juin - Agents de maîtrise 2 3 6
- Cadres 4 34 172002), alors qu’il chute de 7,2 % dans l’ensemble de la région .
- Autres 1 6 19
Chômage de longue durée
(un an et plus) 31 2 - 7Toutefois, la durée moyenne de chômage dans le départe-
* chômeurs de catégorie 1 : demandeurs d'emploi immédiatement disponiblesment est passée de 13 mois fin juin 2001 à 12 mois fin juin à la recherche d'un emploi à durée indéterminée, à temps plein.
Source : Insee - ANPE2002 (13 mois dans l’ensemble de Midi-Pyrénées).
Pour en savoir plus :::::
« TEMP 2002 -Tableaux économiques de Midi-Pyrénées 2002 ». Insee Midi-Pyrénées, mars 2002.
« Recensement de la population 1999 : aperçu des principaux résultats – La région Midi-Pyrénées et ses huit départements ».
Dossier n° 103, Insee Midi-Pyrénées, janvier 2001.
Population
« Projections de population à l’horizon 2030 ». Dossier n° 107, Insee Midi-Pyrénées, novembre 2001.
Logements
« Louer ? Une solution fréquente pour les nouveaux habitants de l’espace rural ». 6 PAGES n° 56, Insee Midi-Pyrénées, octobre 2002.
Prestations sociales
« Une approche de la précarité – données départementales 1999-2000 ». Dossier n° 109, Insee Midi-Pyrénées, mars 2002.
6
EMPLOOI - CHI - CHOMAGEGEOOOI - CHI - CHI - CHGEGEGERegards sur les Hautes-Pyrénées
INDUSTRIEPrincipales activités industrielles
Début 2001, le secteur de l’industrie dans les Hautes-Pyrénées
Activité S Nombre alariés en
compte 1 154 établissements, soit 7,7 % du total régional. Ild'établissements début d'année
emploie plus de 11 400 salariés. Ses effectifs ont diminué endébut 2001 1990 2001
moyenne de 1,7 % par an depuis 1990. Cette baisse est plusIndustries des équipements mécaniques 114 3 098 2 034
Industries agricoles et alimentaires 375 1 593 1 952 prononcée qu’au niveau régional (- 0,4 %).
Industries des équipements électriques
et électroniques 61 1 443 1 290
Même si les effectifs salariés dans les industries des équipe-Métallurgie et transformation
des métaux 84 1 097 1 070 ments mécaniques ont diminué de près d’un tiers en dix ans,
Construction navale, aéronautique c’est dans ce secteur que l’emploi industriel du département
et ferroviaire 8 1 927 1 001
reste le plus important (2 030 salariés).Industries des équipements du foyer 107 943 867
Industries des produits minéraux 81 881 590
Industries des composants Vient ensuite le secteur de l’agroalimentaire qui emploie
électriques et électroniques 22 276 492
1 950 salariés et voit son effectif progresser nettementChimie-caoutchouc-plastiques 19 728 386
Edition-imprimerie-reproduction 64 451 383 depuis 1990.
Source : Insee - estimations annuelles d'emploi
Le secteur de la construction aéronautique et ferroviaire
a perdu la moitié de ses effectifs en dix ans (1 000 salariés en
2001).Principales implantations industrielles
Raison sociale Activité Communes Salariés COMMERCE ET SERVICES
début
2001 Au début de l’année 2001, le secteur tertiaire (hors activités
Giat industrie Armement Tarbes 1 050 immobilières, financières et administration) emploie 43 150
Alstom transport SA Matériel électrique Séméac 980 salariés. Ses effectifs ont augmenté en moyenne de 1,7 % par de grande puissance
an depuis 1990, moins fortement que dans l’ensemble de laEADS Socata Aéronautique Tarbes 940
GMD Volailles, produits Maubourguet 550 région (2,5 % par an).
à base de viande
SEB SA Fabrication Lourdes 330
er d'appareils Au 1 janvier 2001, près de 3 310 établissements commerciaux
électro-ménager sont présents dans les Hautes-Pyrénées. Le commerce de
Aluminium Production Lannemezan 230 détail regroupe près des trois quarts de ces établissements.
Pechiney d'aluminium
Sté des céramiques Fabrication Bazet 180
techniques d'isolateurs en Le département est nettement moins bien équipé en
céramique hypermarchés (3 ) que les départements de la région à forte
Microcast Fonderie métaux Adé 170
densité de population, comme la Haute-Garonne et le Tarn. légers
Atofina Fabrication de Lannemezan 170 En revanche, la surface de supermarchés par habitant est
produits chimiques plus élevée que dans l’ensemble de la région (174 m² pour
SARL Bagnères Aéronautique Bagnères 170 1 000 habitants). Aéro
Source : Insee - SIRENE
Les services regroupent près de 5 230 établissements (hors
activités immobilières, financières et administration) et
emploient 32 000 salariés. Dans les Hautes-Pyrénées, comme
dans l’ensemble de la région, le secteur marchand de
l ‘éducation, la santé et l’action sociale se détache nettement ;
avec près de 17 600 salariés, il emploie près d’un quart des
Secteur tertiaire début 2001 salariés du département.
Hautes-Pyrénées Midi-Pyrénées
Nombre Effectifs Part dans Part dans Hypermarchés et supermarchés en 2001
les effectifs les effectifs d'établis- salariés
salariés (%) salariés (%)sements Hautes- Midi- Part du département
Pyrénées Pyrénées en Midi-Pyrénées Commerce et réparation 3 308 8 866 12,0 13,6
(en %)Transports 350 2 322 3,2 3,8
Services aux entreprises 1 103 6 860 9,3 12,6 Hypermarchés
Services aux particuliers 2 694 7 521 10,2 8,1 Nombre 3 47 6,4
2 dont hôtels, cafés, restaurants 1 513 3 534 4,8 3,2 Surface (m pour 1 000 habitants) 94 107 ///
Education, santé, action
Supermarchés sociale 1 430 17 575 23,9 20,5
Nombre 36 398 9,0Ensemble tertiaire* 8 885 43 144 58,6 58,5 2 Surface (m 174 161 ///
* Secteur marchand (hors activités immobilières, financières et administration)
Source : Insee - SIRENE, estimations d'emploi Source : Points de vente, Panorama de la distribution 2001
7
CCOOMMMERCE ETT SERVICES INDUSTRIERIECCOOOMMMTTTRIERIERIETOURISME Capacité d'accueil fin 2001
Fin 2001, les Hautes-Pyrénées comptent 463 hôtels classés
de 0 à 4 étoiles pour environ 19 600 chambres, soit près de Hautes- Midi- Hautes- Midi-
Pyrénées Pyrénées Pyrénées Pyrénéesla moitié des chambres offertes dans la région. La ville de
Lourdes à elle seule dispose de 260 hôtels et de plus du tiers Hôtels Nombre d'hôtels Nombre de chambres
des chambres de la région. Le département compte 20 % 0 étoile 63 178 1 085 3 326
1 étoile 73 194 1 461 3 753d’hôtels 3 ou 4 étoiles contre 18 % en Midi-Pyrénées et 23 %
2 étoiles 233 725 8 143 19 763dans l’ensemble de la France. 3 étoiles 89 214 8 388 12 930
4 étoiles et luxe 5 22 495 1 253
Total 463 1 333 19 572 41 025Avec 126 campings pour plus de 9 300 emplacements, le parc
Campings Nombre de campings Nombre d'emplacementsdes Hautes-Pyrénées représente 22 % des emplacements
1 étoile 17 84 897 3 046offerts en Midi-Pyrénées. C’est le département de Midi- 2 étoiles 80 283 5 454 16 033
Pyrénées où la proportion de campings 3 ou 4 étoiles est la 3 étoiles 25 199 2 462 17 107
4 étoiles 4 39 543 5 848plus faible (23 % du parc contre 39 % dans l’ensemble de la
Total 126 605 9 356 42 034région et 35 % en France).
Autres modes Nombre Part du département
d'hébergement d'établissements en Midi-Pyrénées (en %)
Dans les hôtels de Lourdes, le tourisme religieux induit une Gîtes ruraux 1 207 4 798 25
Chambres d'hôtes 335 2 213 15forte fréquentation étrangère notamment italienne (58 % des
Gîtes d'étapes 56 245 23nuitées en 2001, contre 48 % dans l’ensemble du département Villages de vacances 114 382 30
et 34 % dans la région). Dans les campings, les nuitées étran- Auberges de jeunesse 5 11 45
gères ne représentent que 17 % des nuitées en 2001. Source : Insee - CRT- DRT - CDT
Répartition des nuitées étrangères en 2001 Fréquentation en 2001
(en %)
Nombre de nuitées Part des nuitées
Hôtels Campings et durée de séjour étrangères (en %)
Italie Hautes- Midi- Hautes- Midi-2 Grande-Bretagne, 3 Pyrénées Pyrénées10 Pyrénées PyrénéesIrlande11
13Belgique, Hôtels4
Luxembourg Nombre de nuitées (milliers) 3 952 9 24239
8 12Allemagne dont nuitées étrangères (milliers) 1 902 3 114 48 34
Durée moyenne de séjour (nuitée) 2,9 2,0Espagne10 45 9 CampingsPays-Bas
11 15 Nombre de nuitées (milliers) 845 4 4248Etats-Unis
dont nuitées étrangèr 143 1 253 17 28
Autres Durée moyenne de séjour (nuitée) 5,7 5,7
Source : Insee - CRT - DRT - CDT Source : Insee - CRT - DRT - CDT
AGRICULTURE
Depuis le recensement de 1988, la surface agricole des Agriculture
exploitations a légèrement diminué et atteint 231 000 hecta-
res en 2001. Le nombre des exploitations mettant en
Hautes-Pyrénées Midi-Pyrénéesvaleur ce territoire s’est réduit de plus d’un quart depuis 1988
1988 2001 1988 2001pour représenter aujourd’hui 6 300 unités ; cette diminution
a permis le plus souvent un agrandissement des exploita- Nombre d'exploitations 8 828 6 289 87 898 58 522
tions restantes. dont professionnelles 4 134 2 905 52 759 35 218
Part (en %)
Les superficies en blé, orge et celles des cultures industrielles de la surface agricole
utilisée en :(colza, tournesol) ont chuté de plus de moitié depuis 1988. En
céréales 38,7 21,6 33,2 27,7revanche, le maïs grain voit sa superficie croître de 15 %. En
colza, tournesol, soja 2,6 0,5 10,3 9,7
production bovine, l’effectif des vaches à viande augmente, surface fourragère 55,7 73,7 50,5 52,8
alors que l’effectif des vaches laitières diminue de plus d’un autres (y c. jachères) 3,0 4,2 6,1 9,8
tiers. Enfin, les ovins perdent 18 % de leur effectif. Animaux (en milliers de têtes)
vaches laitières 17 11 244 178
Exploitation professionnelle : exploitation agricole vaches nourrices 49 56 433 503
satisfaisant deux critères, atteindre une dimension écono- ovins 141 116 2 422 2 383
mique d’au moins 8 unités de dimension européenne (U.D.E.) porcins 76 57 604 589
équidés 4 5 27 38de valeur ajoutée standard (8 U.D.E. équivalent à 12 hecta-
nombre de ruches (milliers) 14 14 87 98res de blé) et utiliser un volume de travail au moins égal
Source : Service Régional de la Statistique Agricoleà ¾ d’un équivalent temps plein.
8
AGRICCULULTURE TOURISMEMECCCULULULMEMEME